AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Pauvert

Les éditions Pauvert ont été fondées en 1947 par Jean Jacques Pauvert, alors vendeur à la librairie Gallimard. Elles sont connues pour avoir été les premières à diffuser publiquement les oeuvres de Sade. Ont été notamment publiés aux éditions Pauvert les oeuvres de Sartre, Montherlant, Apollinaire, Georges Bataille, André Breton ou encore Emily Brontë. Rachetée par Fayard dans les années 1990, la maison d`édition disparaît en 2004.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
GoodBooksGoodFriends
  23 septembre 2021
L'astragale de Albertine Sarrazin
L'astragale, c'est ce petit os du pied qu'Anne se brise en sautant d'un mur pendant son évasion. Décidée à quitter la prison, elle se traine jusqu'à la route malgré la douleur. Là elle croise Julien, petit malfrat qui lui demande de se cacher et d'attendre son retour.

De toute façon, qu'est-ce qu'elle pourrait faire d'autre Anne, avec ses os des pieds en capilotade ? Elle attend donc et quand Julien revient, c'est pour la prendre sous son aile. Il trimballe son "colis" d'une planque à l'autre, chez ses parents, Anne se laisse aller, désespérant de guérir de cette "mauvaise entorse", selon les mots du médecin.



Ce roman a été une rencontre pour moi, une rencontre avec un roman conseillé par une amie très chère, et une rencontre avec Albertine Sarrazin, cette romancière morte avant ses 30 ans.

Car Anne, emprisonnée dans un établissement pour mineures, prostituée à ses heures, en cavale, c'est Albertine.



Et de cette vie aventureuse, nait la poésie.

Ce mélange d'argot et de poésie brute m'a beaucoup touchée ; ces sauts dans le temps, ces transitions parfois abruptes, m'ont ancrée dans le texte.

Ça virevolte, ça tourbillonne et j'en redemande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Vermeer
  21 septembre 2021
L'Ecume des jours de Boris Vian
Je ne dois pas être sensible à la poésie, à l'atmosphère onirique, musicale, au travail linguistique qui se dégage de ce roman d'amour tragique entre Chloé et Colin.

Nombreuses références politiques, musicales, littéraires, des jeux de mots, néologismes. Il s'agit cependant d'un roman d'atmosphère : poétique, musical et visuel (nombreux objets imaginaires comme le pianocktail), drôle et tragique. Une critique de la société contemporaine, celle de la parution du livre en 1947 : la religion, le travail abrutissant, la politique, les idéologies qui au lieu d'élever la pensée se transforment en quasi sectes.
Commenter  J’apprécie          60
Labullederealita
  19 septembre 2021
Mémoires d'un âne de Comtesse de Ségur
Bon j'ai tout simplement détesté ce roman. La langue est datée mais je ne peux pas le reprocher à l'autrice vu que c'est lié au contexte de l'époque. Mais cela m'a beaucoup bloqué. Et j'ai aussi détesté le personnage principal qui est l'âne, il est horripilant, détestable, mauvais. Bien sûr, j'ai apprécié qu'on le voit évoluer, qu'il change, il y a vraiment une morale derrière cette histoire mais il m'énervait vraiment trop et j'ai été soulagée de refermer le livre à la fin de ma lecture.

Commenter  J’apprécie          40