AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Julien Drouet (Traducteur)
EAN : 9782915990096
583 pages
Bibliothèque interdite (08/04/2009)
3.83/5   23 notes
Résumé :
Lorsque le monde-forge d'Orestes est attaqué par une légion de Titans du Chaos à l'arrière des lignes de la croisade des mondes de Sabbat, le gouverneur est forcé de demander de l'aide. La légion Titanique Invicta répond à cet appel de détresse bien qu'elle revienne des combats elle-même et qu'elle a désespérément besoin de réparations. Alors que les dieux-machines se mettent en marche, le monde tremble sous de terribles forces qui pourraient détruire le monde même ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
fnitter
  08 avril 2013
Après s'être attaqué aux hommes de l'univers WH40K (Les Fantômes de Gaunt depuis 1999), aux machines volantes (Double eagle en 2004) puis aux Space Marines, surhommes génétiquement modifiés (Les Frères du Serpent en 2007), Abnett s'intéresse aux plus puissantes machines terrestres du Mechanicus : les titans. Gigantesques machines bipèdes de 25 à 200 mètres de haut selon la classe et armées en conséquence.
49 machines de la légion Invicta vont se joindre à la guerre sur le monde forge d'Oreste, en renfort d'une légio tempestus mise à mal par les titans du chaos et les légions d'Urlock Gaur. Une guerre titanesque, une collaboration pluri-millénaires entre l'Imperium et les adeptes de Mars qui risque d'être mise à mal à cause de "révélations" sur L'Empereur Dieu.
On notera comme petite originalité, les numéros de chapitres en binaire.
On en apprend beaucoup dans ce roman sur les titans que l'on retrouve un peu partout dans les oeuvres de WH40K (notamment Déluge d'acier de McNeill) et Abnett n'a pas fait l'erreur de concentrer son propos uniquement sur les machines et les hommes modifiés mécaniquement et informatiquement qui les contrôlent. C'est aussi une histoire d'hommes et de femmes qui se battent.
Mais hélas, à mon sens, l'auteur est beaucoup plus habile avec les hommes qu'avec les machines (à l'exception faite de Double Eagle, mais là encore, c'était le pilote et donc l'Homme le sujet). Beaucoup de passages techniques, des serviteurs qui loguent en binaire, cela fait très mécanique, mais cela perd en fluidité.
De plus le roman fait près de 600 pages contre environ 400 dans le format habituel des oeuvres Warhammer et je lui ai trouvé des longueurs.
Je suis un grand fan d'Abnett et sa série Les Fantômes de Gaunt et ses romans dérivés que j'adore n'a plus de secret pour moi, mais j'avoue avoir été un peu déçu par cet opus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          571
Alfaric
  22 septembre 2013
Les amateurs de méchas vont adorer car les points communs sont assez intéressants. Mais attention il s'agit là d'un roman plutôt épuisant, à l'image de la série "24h" : de l'action, de l'action et encore de l'action de la première à la dernière page. Cela ne ralentit jamais !!!
Nous suivons la bataille de la forge Orestes à travers une structure en POV (qui peut hacher ici le déroulement du récit) : le tankiste Varco, la réserviste Cally, l'analyste Feist, l'administratrice Henrietta Severin, Djared Crusius l'executor fetial et son famulus Sonne, Lau le commandant scitarii accro à l'adrénaline des corps à corps, Gearhart la Fureur Rouge, princeps maximus de la Legio Invicata qui ressent les premiers symptôme de la folie, Vancent Kung le pilote de mécha surdoué, Prinzhorn le pilote de mécha débutant, Tarses le moderati tourmenté… et toute une galaxie de POV secondaires qui sont autant de zooms humanistes dans le cadre d'une guerre totale (comme ce jardinier handicapé mental autrefois héros de guerre).
Tous ont un rôle à jouer dans la grande guerre des machines qui va secouer la mégalopole géante : il faut s'unir ou périr ! C'est donc tout naturellement que comme d'habitude un carteron de crevards carriéristes font tout faire pour mettre en pratique la théorie du choc dans l'espoir d'augmenter leurs privilèges, car ils sont persuadés être destinées à la grandeur donc d'être au-dessus du lot commun qui pour eux n'existe que pour les servir (toute ressemblance avec votre supérieur hiérarchique n'est que purement fortuite…).
Avec autant de POV, les hardcore readers font trouver des trucs hétérogènes, inégaux ou mal ficelés car en l'état l'écheveau est toujours perfectible pour améliorer le rythme du l'intrigue. Et puis on retrouve les lacunes récurrentes du Abnett's style avec une fin précipitée puisque la plus grosse baston du roman est traitée hors-champ lors d'une bonne vieille ellipse des familles, ce qui nous laisse orphelin du destin de nombreux personnages.
Dans tous les cas un des meilleurs livres de Dan Abnett, mais est-ce surprenant vu qu'on pioche largement dans "Necropolis" pour y adjoindre une bonne dose du tonnerre mécanique de "Double Eagle" ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Grecie
  10 avril 2015
Pfiuuuuu ! Détonnant !
Dan Abnett a refait des siennes... Voilà un nouveau condensé d'émotions fortes et de combats démesurés : il faut dire que les principaux acteurs de la bataille qui va se livrer autour d'Orestes sont des titans ! Les équivalents futuristes des cousins des dieux olympiens : des machines géantes, armés pour au besoin détruire une ville (ce qu'ils feront ici), et dotés qui plus est d'une personnalité... Car l'esprit de la machine veille. Dans le monde de 40K, le mysticisme n'est jamais très loin : le Méchanicus vénère l'Omnimessie et pense qu'une parcelle du Dieu-Machine loge dans toute construction technologique créée par l'homme (y compris les grille-pains, mais ce cas n'est pas évoqué ici). Des fous de dieu manipulant des armes de destruction massive, en somme. Ou pas ? Entre raison et foi, une kyrielle de personnages formidables devra se positionner, des plus grands aux plus petits héros.
Et pour paraphraser Gotch : tout va partir en eau de boudin.
Commenter  J’apprécie          53
MonsieurLoup
  10 août 2016
Je ne connaissais pas grand chose à l'univers (c'est un ami qui m'a passé le bouquin, sinon je ne m'y serais sans doute jamais intéressé), du coup j'étais un peu perdu au début avec les différents rangs, castes, et évènements qui forment l'Histoire de tout ce gigantesque macrocosme. Mais on finit par s'y adapter et passer un bon moment.
J'ai juste à reprocher une tendance au gigantisme (dans les durées, tailles ou nombres) parfois un peu exagéré, et des évènements parfois prévisibles...
Sinon c'est assez réussi dans le genre blockbuster de SF militariste. C'est spectaculaire, palpitant, ça ne s'arrête jamais et en même temps ça reste très humain, avec de l'émotion, et des tas de bonnes idées. Ça ne prend pas la tête sans être bas du front.
Tout ce que Pacific Rim aurait du être mais où il a lamentablement échoué.
Une très agréable surprise, en somme.
Par contre de nombreuses coquilles sont à déplorer, ainsi qu'un prix relativement élevé (14€ pour du poche).
Commenter  J’apprécie          50
lehibook
  15 octobre 2020
1. C'est la Gigantomachie à la sauce Warhammer 40K , c'est « Rage against the machine » par les machines elles-mêmes . Ce livre nous plonge dans le monde métallique du Mechanicum , ses usages , ses membres humains (plus ou moins) , ses engins(Warhound , Reaver ,Warlords) , ses stratégies .Donc grosses bastons mécanisées avec le talent pour les récits de bataille de Dan Abnett
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   10 avril 2013
Le savoir fait peut être le pouvoir, mais une foi ignorante dans les données acceptées est une forme d'ignorance. Il y a toujours d'avantage à apprendre. L'ignorance n'a pas de limites, les souvenirs sont filtrés par le temps : oublier est un pêché. Le savoir est la seule chose pouvant avoir une frontière définissable.
Commenter  J’apprécie          300
fnitterfnitter   11 avril 2013
Le savoir, c'est le pouvoir. Mais le savoir représente parfois un pouvoir trop grand. Parfois, même une grande vérité doit être sacrifiée pour le bien de tous.
Commenter  J’apprécie          460
fnitterfnitter   11 avril 2013
Ces putains de skitarii avaient bien l'intention de leur trouer la peau à tous les trois, dit Tashik.
Major ! Le reprit Frenz.
Je vous présente mes excuses si j'ai parlé de façon inconvenante, dit Tashik. Ces putains de skitarii avaient bien l'intention de leur trouer la peau à tous les trois, MONSEIGNEUR.
Commenter  J’apprécie          220
fnitterfnitter   10 avril 2013
Avant de s'inquiéter de savoir par où il faut qu'on aille, est ce qu'il ne faudrait pas se demander ce qu'on est en train d'essayer de faire ?
- Rester en vie, dit Lars Vulk.
- J'aime bien comme idée, approuva Antic.
Commenter  J’apprécie          310
fnitterfnitter   09 avril 2013
Les reproches sont un luxe. S'attarder sur les responsabilités de chacun nous fait perdre du temps. Nous sommes en guerre. Nous devrions nous focaliser sur l'instant présent.
Commenter  J’apprécie          290

Videos de Dan Abnett (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Abnett
Black Library Live 2018: Dan Abnett
autres livres classés : mécaniqueVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Ravenor, un homme, une équipe, un univers

Quel est le métier/statut de Ravenor?

Space Marine
Chasseur de prime
Inquisiteur
Empereur

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Warhammer 40.000 - Ravenor, tome 1 : Rencontres de Dan AbnettCréer un quiz sur ce livre