AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur The time before (15)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
marina53
  10 avril 2016
New-York, juin 1958. Muni de son appareil-photo, Walter Benedict immortalise le solo improvisé de Miles Davis, au Village Vanguard. Un moment qu'il ne fallait surtout pas rater, lui photographe passionné par son métier. Il est déjà presque minuit lorsque le jeune homme rentre chez lui. Il est étonné de voir, devant son immeuble, un vieil homme en train d'essayer de vendre ses cravates, montres et autres brosses à dents. Il faut croire qu'il n'y a pas d'heure pour les affaires! Lui souhaitant une bonne nuit, Walter pénètre dans son appartement lorsqu'il l'entend soudain crier, agressé par trois voyous. Aussitôt, il se porte à son secours, la tête des trois lascars flashée. Pour remercier son sauveur, le vendeur de rue offre à Walter une sorte de talisman qui, paraît-il, possède un pouvoir magique. Cette pierre aurait le pouvoir d'aider celui qui la possède à réussir sa vie. Il le met en garde cependant d'en faire bon usage. le jeune homme accepte volontiers ce cadeau, sans réellement trop y croire...

Que feriez-vous si vous possédiez un talisman qui a le pouvoir de vous faire voyager dans le passé? Une pierre capable ainsi de réparer les erreurs et de vous aider à faire les bons choix? Une pierre finalement capable de vous donner une vie rêvée et parfaite? C'est ce qui arrive à Walter Benedict, possesseur d'un tel talisman. Cyril Bonnin nous offre un album étonnant au scénario accrocheur. Les questionnements de Walter quant à la vie qu'il souhaite sont pertinents. Son personnage est très attachant et touchant. Cet album autour du voyage dans le passé est finement mené, un brin sentimental, sensible et poétique. Une fin surprenante et douce-amère. Le trait de Cyril Bonnin est élégant et tout en finesse, ses visages expressifs et sa palette de couleurs au ton pastel siéent parfaitement à cette ambiance romantique et fantastique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Crossroads
  21 avril 2016
Walter Benedict n'imaginait pas un seul instant que le fait de sauver ce vieillard d'une bande de malfaisants allait radicalement changer sa vie.
Un talisman qu'il acceptera, le sourire au coin des lèvres, en guise de remerciement, gage d'existence idéale et pour cause, Marty, puisque ce petit bijou fantaisie allait ringardiser ma Dolorean de façon irrémédiable.

Aaaaah que ne donnerait-on pas pour pouvoir réécrire sa vie. Certains passages tout du moins.
A défaut de posséder les gènes de Duncan McLeod, voire la méthode Coué de Lara Fabian beuglant IMMORTEEEEEEEELLE, difficile de prétendre au sans-fautes sur toute la ligne.
Walter s'en fout comme de sa première communion.
Snap est devenu son artiste préféré.
♫I've got the power, hey yeah heh, i've got the power, Oh-oh-oh-oh-oh-oh-oh-oh-oh yeah-eah-eah-eah-eah-eah♪ murmure-t-il à tue-tête, un brin fat, histoire de bien vous faire sentir le gouffre existentiel qui nous sépare désormais.

Bonin revisite les couloirs du temps en s'attaquant au mythe des voyages temporels.
Si l'idée séduit d'emblée, le parcours apparaît finalement chaotique et un brin convenu.

Rien à redire sur le coup de crayon parfaitement raccord aux couleurs pastels qui subliment ce New-York à deux doigts de basculer dans les sixties.
Le gros écueil de ce récit , de mon point de vue, est cette sensation de surplace ressentie une fois le dilemme posé pour Walter.
Réécrire inlassablement le passé pour tendre vers la perfection ou se laisser porter par un présent déjà prometteur ? That is the question because I do.
De plus, une mécanique scénaristique présent/passé/présent...usitée à l'envi pourrait bien laminer votre compte " moi j'adore les surprises" en moins de temps qu'il n'en faut à un redressement fiscal pour vous faire perdre votre affabilité coutumière, nom de Zeus!

The Time Before est un récit ambitieux à qui il aura manqué un brin de folie pour que j'utilise, à mon tour, ce talisman histoire de bisser fissa.
Comme une envie de Retour Vers le Futur d'un coup d'un seul, tiens.
Faites chauffer la Dolorean Doc, j'arriiiiiive !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
Yaneck
  16 mars 2016
Extrait: "Décidément, ce Cyril Bonin, il a un petit quelque chose qui le rend vraiment unique. Il a une tonalité, une vibration, qui n'appartient qu'à lui et qui le rend si appréciable d'album en album. Attention, The time before n'est en rien Amorostasia, et le doute ne plane pas un instant.
Mais pourtant la sensibilité se ressent d'album en album. Une certaine tendance au romantisme, aussi, sans nul doute."
Lien : https://chroniquesdelinvisib..
Commenter  J’apprécie          50
Little_Daisy
  12 mars 2016
Certaines nouveautés vous obligent à tout arrêter et à les lire afin de reprendre le cours de votre journée … C'est un peu ce qui s'est passé avec The Time Before de Cyril Bonin, publiée chez Bamboo dans la collection Grand Angle! J'ai ouvert les cartons et là, la nouvelle perle de Cyril Bonin était sous mes yeux, ne demandant qu'à être lue. Nous étions le 1e mars et cette BD allait se retrouver dans les rayons de la librairie le lendemain 2 mars 2016, jour de sa sortie. Je l'ai dévoré mais je n'ai pas pu écrire de suite une chronique, il me fallait un peu de recul (je l'ai même relu depuis).

Pour plus de Cyril Bonin je vous recommande la lecture de son blog (où il poste plein de dessins et nous fait du teasing, notamment pour Amorostasia T3).

On va commencer par la facilité en abordant le sujet du dessin ! Des couleurs pastels, les intérieurs d'appartements et la mode New-Yorkaise qui rappellent les années 50'/60′, un trait qui n'appartient qu'à lui et qui sait nous émouvoir par son aspect délicat et fragile qui offre une forte sensibilité à cette BD. Et ce visage de femme qui pose pour Walter, notre photographe … Je suis rester à l'observer un long moment avant de pouvoir détacher mes yeux de cette case.

La couverture annonce vraiment bien l'ambiance qui se dégage de l'ouvrage sans nous donner la possibilité de savoir dans quoi nous nous engageons au niveau de la lecture. Et là encore, une scénario bluffant et parfait. C'est le genre de BD que l'on reprend une fois terminée pour la relire avec un autre regard et comprendre tout ce qui aurait pu nous échapper la première fois.

Parce que oui, cette BD en plus d'être poétique et belle à regarder à une histoire assez éthique et philosophique. Qu'arrive-t'il à notre vie à partir du moment où il est possible d'effacer certaines de nos actions en retournant dans le passé mais sans jamais oublié les précédentes actions ? Quelle vie menons-nous ? Doit-on et peut-on profiter du moment présent ou doit-on seulement prévoir une vie parfaite ? Vous l'aurez compris, le Carpe Diem de nos chers poètes (ah Ronsard, tu aurais adoré cette BD), est au coeur de The Time Before !

Enfin, je voudrais vous parler des personnages ! Si j'ai trouvé le modèle photo très belle, j'ai aussi beaucoup aimé le protagoniste : Walter Benedict qui nous montre la difficulté de percé en tant que photographe dans ce New-York de tous les possibles. Il réfléchie beaucoup, analyse et compose sa vie un peu comme une photographie au final. Il est très sensible et en même temps c'est l'amour qui guide ses choix. Un homme complexe que j'ai pris plaisir à suivre durant cette lecture. Il sait que lui seul peut avoir une emprise sur le temps, et l'impuissance des autres personnes les rend d'autant plus touchants.
Lien : http://chickon.fr/2016/03/10..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
antihuman
  09 juillet 2018
Une bande dessinée à l'histoire en forme de boucle temporelle: ce n'est pas super-transcendant mais cela est pas mal réalisée...

Pareillement j'ai aimé dans le récit comment l'auteur décrit un monde finalement très matérialiste et machiste (et même avec des personnages féminins dedans !) et comment les gens s'arrangent avec leurs petits mensonges du quotidien: tous rêvant à autre chose sinon d'un meilleur eux-mêmes qu'ils ne seront jamais.

La plongée à la fois dans le passé et dans le futur du héros laisse aussi en évoquer d'autres, surtout que Walter Benedict est prisonnier de son propre génie.

Très bien conté, de la sorte des petites choses de valeur. Et puis nos rêves font l'avenir.
Commenter  J’apprécie          30
choumette
  01 janvier 2018
L'objet central de cette BD est un pendentif-talisman ou comme dirait un personnage de la saga Harry Potter "un retourneur de temps" (pour les connaisseurs). Walter Benedict, photographe professionnel, reçoit cet objet de la part d'un vieux monsieur qui le remercie de l'avoir extirpé d'une agression. Ce talisman a le pouvoir de revenir en arrière, changer le cours du temps et se fabriquer par conséquent une vie "parfaite".
Je ne sais pas vous, mais il m'arrive par moment de penser à ce genre de situation : si je pouvais je reviendrais en arrière et je changerais cela ou cela. Mais ......certaines choses que l'on adore ne se seraient alors pas produites. C'est toute l'histoire de cette bande dessinée ! Est-il possible de mener une vie parfaite ?

Après avoir lu le triptique "Amorostasia" que j'ai apprécié, je reconnais tout à fait le dessin de Cyril Bonin. Il a rajouté ici de la couleur et j'aime beaucoup. le tout correspond tout à fait à l'époque de l'histoire, les années 50-60.

Une jolie découverte, une histoire où l'on plonge dans des mondes parallèles, un peu fantastique. Une histoire qui donne matière à réflexions sur la vie en général, les hauts, les bas, le destin.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
trust_me
  20 avril 2016
New York, Greenwich Village, juin 1958. le photographe Walter Benedict vient en aide à un vendeur à la sauvette agressé en pleine rue. Pour le remercier le vieil homme lui offre une pierre ayant le pouvoir d'aider celui qui la possède à réussir sa vie. Walter découvre rapidement que ce talisman est une sorte de machine à remonter le temps et qu'il lui suffit de penser à un moment de son existence pour le revivre et le modifier à sa guise. Usant (et abusant) du procédé, il collectionne les succès, jusqu'au moment où il rencontre l'amour…

Un plaisir de retrouver Cyril Bonin et son univers si particulier aux frontières du fantastique. Il s'interroge ici sur ce que peut être une vie parfaite, sachant que la recherche de perfection engendre forcément une forme d'insatisfaction permanente. Et même s'il ne cesse de rembobiner le fil de son destin pour mieux le modifier, Walter comprend que l'entreprise est vaine. Car si, comme il le dit, « écrire sa vie demande parfois de nombreux brouillons », jouer avec le temps peut s'avérer dangereux. Sans compter que les erreurs d'aiguillages et les faux pas nous construisent aussi et qu'il convient de faire des choix définitifs pour avancer.

J'ai aimé cette interprétation « intime » du voyage dans le temps, loin des enjeux majeurs que l'on trouve d'habitude dans les scénarios traitant ce sujet. Walter ne va pas changer le monde et son Histoire, il ne va pas sauver l'univers, il va juste « revenir » sur ses propres traces et modeler son avenir comme il le souhaite. Par contre, les concepts mathématiques exposés pour expliquer les pouvoirs du talisman, notamment la théorie des ensembles infinis, me sont passés totalement au-dessus de la tête, ce qui au final n'est pas bien grave.

Un album qui questionne, qui interpelle, qui nous pousse à nous interroger sur la façon dont nous aurions réagi à la place de Walter. Parce que nous avons tous au moins un moment précis et délicat de notre existence sur lequel nous aimerions revenir afin de le vivre différemment. Et si cette possibilité nous était offerte, comment rejouerions-nous la partition ? Personnellement, j'ai quelques idées et quelques dates en tête…

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Colibrille
  08 juillet 2016
"The time before" confirme ce que je pensais déjà depuis un bon bout de temps : Cyril Bonin est vraiment un excellent auteur de BD, talentueux et innovant.

Son trait, reconnaissable entre mille, possède une fluidité qui n'a d'égal que son élégance. La colorisation de ses albums est elle aussi unique en son genre, leur donnant une véritable identité graphique. C'est simple, quand on a un de ses albums entre les mains, on reconnaît tout de suite la "patte" de l'artiste ! Ce qui n'est pas forcément le cas de nombreux autres auteurs BD dont le graphisme est parfois très similaire, pour ne pas dire identique.

Non seulement ses dessins nous envoûtent, mais ses histoires aussi. Décidément, il a tout pour lui ! La lecture de "The time before" m'a rappelée celle de "L'homme qui n'existait pas". Les deux histoires s'inscrivent dans un registre intimiste où s'invite le fantastique. Les albums amorcent également une même réflexion autour des conséquences de nos actes et de nos choix.

J'ai trouvé que ces deux one-shot avait aussi un petit côté "hitchcockien". "L'homme qui n'existait pas" rend en effet un bel hommage au septième art et comporte notamment une scène où le personnage principal regarde "La mort aux trousses" dans une salle de cinéma. Ici, c'est plutôt la couverture qui me fait penser à Hitchcock. Avec ses lignes horizontales et le titre à la police spécifique, elle semble faire un clin d'oeil au génériques d'un film du célèbre réalisateur. Mais peut-être n'est-ce là que le fruit de mon imagination !

Avec cet album, Cyril Bonin nous livre une aventure humaine pleine de sensibilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
som
  19 février 2018
Sur le thème assez rebattu « ah si j'avais pris une autre décision/eu autre conduite, ma vie entière en aurait été totalement bouleversée » Cyril Bonnin par la magie de la fiction donne la possibilité à son héros, le photographe Walter Benedict, de corriger un moment de son existence, pour le meilleur … ou pour le pire, vas savoir.
Traité à de nombreuses reprises au cinéma et dans la bande dessinée, ce postulat présente à chaque fois l'alternative possible pour en mettre en relief les conséquences éventuelles. Ce qui parait être une chance peut se transformer en cauchemar et inversement.
Le dispositif pour séduisant qu'il soit tournerait un peu à vide si Bonnin n'y avait pas ajouté une dimension existentielle par le biais d'un vieillard plus complexe qu'il n'y parait.
Au de-là de la narration proprement dite, le charme de l'album doit beaucoup l'élégance de l'époque et du milieu considérés (les années 1950, New-York, la photo de mode).
Commenter  J’apprécie          10
MediathequeMonaco
  30 octobre 2017
Nous avions beaucoup aimé « Amorostasia », voici la dernière bande dessinée de Cyril Bonin « The time before ». C'est histoire d'un jeune photographe américain qui, un soir en rentrant chez lui, vient en aide à un vieil homme. Celui-ci, en guise de remerciement, lui offre un talisman qui lui permet de remonter le temps.

Imaginez que vous ayez la possibilité de revenir en arrière, de remonter le temps pour vous permettre de faire d'autres choix. La possibilité d'avoir une deuxième chance pour mieux infléchir le cours de sa vie. Mais est-ce si simple ? Ce sujet extraordinaire vous fait réfléchir sur le sens de la vie, sur le fait aussi que celle-ci ne serait pas forcément meilleure, même si elle ne devenait qu'une suite d'évènements heureux.

Comme toujours, Cyril Bonin fait exister ses personnages avec beaucoup de délicatesse, avec aussi un travail sur les couleurs qui donne une ambiance très particulière à cette histoire. Cependant, ami lecteur, arrêtez votre lecture deux pages avant la fin, ainsi vous qualifierez cette bd de magnifique.
Lien : https://www.mediatheque.mc/h..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3630 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre