AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791090657410
215 pages
Éditeur : Auto édition (18/09/2017)
5/5   2 notes
Résumé :
Abandonné à sa naissance, Alain va connaitre les méandres d'une administration rigide, censée le protéger et l'éduquer. De foyers en familles d'accueil, son parcours atypique lui brisera son enfance et lui infligera des blessures indélébiles. Une rencontre va lui donner l’espoir d'une vie meilleure, entouré d'amour. Le destin va détruire cette espérance. Comment va-t-il s'en remettre ?
L'auteur témoigne de la souffrance d'un enfant confié à l'administration c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MarcelineBodier
  06 août 2019
Né un 1er avril... une blague amère est un témoignage important sur un sujet méconnu.
En 2019, nous sommes convaincus que donner de l'amour aux enfants est plus important que respecter des règles administratives, et nous savons que cette idée n'a pas toujours été celle qui prévalait : les principes d'éducation des enfants n'ont pas toujours été bienveillants. Nous avons lu d'innombrables histoires sur la nocivité des secrets de famille ; ne pas connaître le nom de ses géniteurs est encore le lot de bien des enfants nés sous X, alors que nous savons que ce genre de secret peut rendre fou. A minima, ne pas dire à un enfant qu'il a été adopté, ou placé, ne nous viendrait plus à l'idée.
Et pourtant, il y a parmi nous des gens qui ont été confrontés à ce genre de situation. Alain Cuvillier est l'un d'eux : sa mère est décédée peu de temps après sa naissance de père inconnu, sa grand-mère ne pouvait pas l'élever, il a donc été confié à la DASS. Oh, bien sûr, celle-ci oeuvrait pour le bien des enfants : et c'est avec cette justification qu'elle faisait très attention de les confier à des familles... qui ne s'attacheraient pas, puisqu'ils n'étaient pas leurs « vrais » enfants.
Ce n'était pas il y a bien longtemps : c'était dans les années 1950. Alain Cuvillier dit que certains des enfants qui partageaient son sort sont devenus « les sans coeur ». Mais lui a été sauvé de ce sort parce qu'un homme, celui qu'il appelle son papa, s'est attaché à lui et lui a donné l'amour que tout enfant devrait être en droit d'exiger. Pour autant, leur histoire prend un tour terrible que la fiction n'aurait pas osé inventer, et que la réalité a pourtant rendu possible... Ce témoignage poignant est très utile pour comprendre une page de notre histoire, et pour nous rappeler qu'il est de notre responsabilité que nos enfants, tous nos enfants, même ceux des autres, même ceux dont l'histoire est cabossée - surtout ceux-là -, ne soient jamais traités comme des objets qu'on peut trimbaler d'un endroit à l'autre au gré de nos exigences. Loin d'être une évidence inutile, cela prend au contraire une résonance étrangement contemporaine quand on pense aux drames que la migration fait survenir tout près de chez nous.
Un court témoignage publié grâce à une association de soutien à l'auto-édition, A4PM, qui est elle aussi une découverte captivante : par la même occasion, j'engage toutes celles et ceux qui s'intéressent à l'auto-édition à la découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Ananico
  05 septembre 2019
C'est avec beaucoup d'émotion que je viens de refermer ce livre. Au fur et à mesure que je tourne les pages je n'ai qu' une envie c'est de savoir l'évolution de ce jeune garçon j'ai envie qu'il s' en sorte j'ai envie de le serrer dans mes bras.Force., courage et Respect.
Corinne libraire à Auchan Biganos
Commenter  J’apprécie          40


autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Alain Cuvillier (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1206 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre