AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : E. Dentu (01/01/1867)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Pas de description éditeur
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Mimimelie
  21 mai 2014
En cette année 1967, il y eut apparemment beaucoup d'expos, aux Champs-Elysées, au Cercle de la rue de Choiseul, Ingres au Palais des Beaux Arts, expositions particulières de Courbet et Manet et l'exposition universelle au Champ-de-Mars, qui
« ont mis cette année, sous les yeux du public toute une série d'oeuvres des peintres français, qui permet de porter sur eux un jugement d'ensemble et de les caractériser dans leurs traits principaux. de là, la nature du travail que j'entreprends et le titre que je lui donne. »
Tel est le propos de Théodore Duret dans ce livre.
Mais qui était ce Théodore Duret (1838-1927) ? Peu de gens s'en souviennent, à tel point qu'il n'apparaît pas dans notre Petit Larousse, rien de rien entre : Düren, ville d'Allemagne et Albrecht Dürer… Et pourtant, collectionneur et marchand d'art précédant Paul Durand-Ruel et Ambroise Vollard (qui eux ont les honneurs du dico) il a défriché le métier, soutenu bec et ongle les impressionnistes auxquels il a révélé le Japon (et inversement d'ailleurs), après sa propre découverte d'Hokusai
Peu se souviendront aussi qu'il fut un ardent défenseur de son ami Zola pendant l'affaire Dreyfus qu'il rejoignit même à Londres pendant son exil en témoignage d'amitié.
Mais sa biographie n'est pas l'objet de ce livre qui est, comme il le dit clairement dans son avant propos, de faire en quelque sorte le point sur la qualité des oeuvres présentées aux différentes manifestations de 1967.
Son fil conducteur, sa pensée profonde, est que « les manifestations de l'art n'ont de valeur qu'autant qu'elles sont originales et spontanées, les oeuvres d'une école puisant tout en elle-même auront toujours un mérite supérieur à celles d'artistes qui, ne vivant que de souvenirs et de traditions, sont, par cela même, condamnés à ne produire que des pastiches ou des oeuvres de reflet.
Ainsi, il examine tour a tour, Ingres, qu'il met en parallèle à Raphaël, Michel-Ange et Léonard, puis les Naturalistes, parmi lesquels il cite et étudie Corot, Rousseau, Millet, Troyon et Fromentin, le groupe des peintres de genres, Meissonier et Gérôme pour les deux principaux. Ensuite il consacre un chapitre successivement à Courbet et à Manet qui furent du compte de ses amis proches, il n'en passe pas moins pour autant leurs qualités et défauts au peigne fin en toute simplicité.
Pour terminer un chapitre sur « L'art bourgeois » et « l'art officiel » tous deux fort intéressants, prémonitoire pour le premier, toujours tristement actuel pour le second.
Je me suis régalée à cette lecture, enrichissante autant que parfois drôle car le personnage aux accents quelque peu péremptoires il faut dire, n'est pas sans humour .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
MimimelieMimimelie   20 mai 2014
Evidemment l’Etat commande de la peinture au même titre que ses autres fournitures, et les peintres ne sont pour lui que des producteurs, comme ceux qui lui fournissent ses équipements militaires ou le mobilier de la couronne.

Quand l’Etat s’est adressé à Horace Vernet pour avoir des tableaux de bataille, il s’est trouvé posséder des œuvres de mérite, pourquoi ? parce qu’Horace Vernet, sur le terrain où on l’avait placé, était resté sur celui où son instinct l’avait déjà tout naturellement conduit, et où il s’était établi de lui-même. …. Aussi, … a-t-il produit de véritables œuvres d’art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MimimelieMimimelie   19 mai 2014
Et le mouton, comme il nous est présenté par Millet ! Non plus un être de convention peint pour l’effet pittoresque, mais la bête réelle admirablement observée et rendue avec tout son caractère intime et ses instincts, c’est-à-dire un animal lourd et stupide qui marche machinalement serré en troupeau pour n’avoir point à trouver son chemin, prêt à aller n’importe où, même à se jeter à la mer comme ceux de Dindenaud, par pure imbécillité et impuissance à se conduire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MimimelieMimimelie   19 mai 2014
A quel titre voudrait-on donc conserver pour le seul art du dessin, des principes qui n’ont jamais été admis pour les autres, ou qui ont été depuis longtemps abandonnés ? Vous prétendez en peinture rester dans la voie ouverte, à une certaine époque, par des artistes ont approché le plus près de ce que vous concevez comme le type absolu du beau, mais pour la musique, de pareils artistes ont existé, qui ont produit des œuvres aussi parfaites que celles des plus grands peintres, et cependant qui a jamais pensé à conserver la manière d’hommes comme Mozart, Beethoven ou Rossini ?
… Les efforts d’Ingres, dans toute une partie de son œuvre, sont absolument du même ordre que ceux de Canova, prétendant reproduire l’antique, que ceux de David dans la même voie (et Ingres est le dernier des élèves de David), que ceux de Voltaire s’essayant à écrire au 18e siècle un poème épique, que ceux des imitateurs de Corneille et de Racine s’efforçant de continuer la tragédie, alors que les circonstances et la manière de sentir qui l’avaient fait naître s’étaient complètement transformées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MimimelieMimimelie   20 mai 2014
Quand on est Raphaël et que l’on imagine l’antiquité païenne et le monde de ses dieux, on peint l’Ecole d’Athènes et le Triomphe de Galatée.
Si, sans avoir une imagination poétique capable d’animer des conceptions idéales, on a du moins un esprit élevé et une intelligence qui cherchent à s’exercer sur de nobles sujets, on peint comme Ingres l’Apothéose d’Homère et l’Œdipe, des créations froides, mais au moins chastes et sévères par la forme.
Mais si on est dénué de toute pensée véritablement élevée et de toute puissance pour idéaliser quoi que ce soit et qu’on fasse intervenir les souvenirs que rappellent les noms d’Athènes et de Rome pour en tirer des scènes drolatiques, en réduisant les grands hommes qui ont fait la civilisation du monde à une troupe de vieux polissons en goguette ou de bouffons faits pour amuser le public, on est M. Gérôme, et alors on peint les Augures, Phryné devant le tribunal, Socrate chez Aspasie, le Roi Candaule, César et Cléopâtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MimimelieMimimelie   20 mai 2014
Les hommes qui se tiennent sur le chemin battu, sans défauts et sans qualités saillantes, n’ayant point assez de puissance pour avoir les uns ou les autres, voilà les bienvenus, ceux devant qui tombent toutes les barrières et s’ouvrent toutes les portes. Mais quelle idée se fait-on donc de l’art ?

On ne saurait donc trop hautement protester contre les prétentions qu’ont chez nous les jurys et les académies, au nom de certains principes qui ne viennent tous que d’un amour instinctif pour le lieu commun, de s’ériger en arbitres de ce qu’il faut laisser voir au public, pour finir par laisser entrer les pastiches et les œuvres banales, en fermant la porte tantôt à M. Courbet, puis à M. Manet, à des hommes, en définitive, essentiellement originaux et doués à des degrés divers des véritables qualités de l’artiste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : paysagistesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
537 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre