AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070372928
512 pages
Éditeur : Gallimard (23/02/1999)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 40 notes)
Résumé :
La vie d'un des plus grands peintres racontée par un des plus grands cinéastes. Il est vrai que l'un était le père de l'autre, et que Jean Renoir est né au «château des Brouillards», sur la butte Montartre, à deux pas du Moulin de la Galette immortalisé par un tableau de Pierre-Auguste. Cette biographie fait revivre avec amour un homme, une œuvre, un monde. C'est pourquoi elle a connu un succès mondial.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Jacopo
  29 janvier 2019
Pour mieux connaître Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) je n'ai lu rien de mieux que cette biographie écrite par son fils Jean Renoir (1894-1979) le cinéaste. Avec une présentation particulière du fils qui retrouve son père suite à une blessure de guerre, qui lui raconte des parcelles de sa longue et grande histoire d'enfant, d'homme et d'artiste. En même temps qu'une leçon d'histoire de la France durant son époque. Je comprends le respect et l'amour qu'il porte à son père par la réussite son parcours, et ce, jusqu'à la fin. Un grand plaisir de voir dans cette biographie-témoignage le regard d'un artiste qui est cinéaste à un autre, qui est peintre, voilà deux magiciens d'images qui sont attentifs à ce qu'ils voient, à ce qu'il ressente. Lire aussi l'effervescence de l'époque à travers une multitude de peintres à travers leurs relations mutuelles. Malgré la divergence de goût, et de variété des courants créatifs, il semble avoir un respect mutuel. Je trouve admirable que Renoir ait réussi à maintenir sa ligne créatrice tout au long sa vie, comme il dit « comme un bouchon » on suit sa ligne à travers le courant qui se présente. Un bel exemple de confiance à la vie. Malgré tout, ce fut un peintre du bonheur, de la vie, du beau, de la lumière sur la peau comme sur les fleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
raynald66
  07 janvier 2014
Encore une bonne sélection Babelio (Merci à Mimimelie de m'avoir conseillé ce livre !). Bonne biographie très bien écrite de Jean Renoir sur son père le célèbre peintre impressionniste (mon préféré). Plein d'anecdotes savoureuses sur ce peintre. A lire ! pour tous les amoureux de la peinture
Commenter  J’apprécie          191
domreader
  20 janvier 2018
Si on aime la peinture, si on s'intéresse à l'aventure impressionniste, au parfum d'une époque, voilà une biographie à ne pas manquer. C'est celle que Jean Renoir, le cinéaste, a faite de son père, le peintre Pierre Auguste Renoir.
Jean Renoir rentre blessé pendant la première guerre mondiale et retrouve son père à paris, celui-ci est très amoindri et ne se déplace pratiquement plus. Ce sera l'occasion pour le père et le fils de se retrouver, d'évoquer le passé, et pour le fils de questionner le père. C'est ainsi que jean Renoir va collecter ces bribes de vies éparses, les assembler avec ses propres souvenirs pour écrire ce magnifique portrait de Renoir.
Il décrit l'homme bien sûr, un homme habité par son art, convaincu de la forme qu'il a adopté face aux peintres reconnus de l'académie. le fils parle aussi de tous ses collègues et souvent amis peintres comme Cézanne, Boudin, Courbet, et tant d'autres qu'il a lui aussi connus et dont il décrit les manies, les déboires, les états d'âmes. Il parle aussi de Caillebotte ami et bienfaiteur qui achetaient leurs toiles à ces peintres pour qu'ils puissent survivre et organisaient des expositions impressionnistes puisque toutes leurs oeuvres étaient refusées ailleurs. A sa mort il lègue sa vaste collection au Louvre qui les refusera les trouvant trop ‘criardes', elles seront achetées par des collectionneurs et des musées américains. Jean Renoir nous parle aussi des modèles qu'il peignait et qu'il aimait fraîches avec une peau qui accrochait la lumière, des femmes de son entourage, des voisines, des femmes rencontrées au hasard d'un déplacement et qui pouvaient pendant un temps faire presque partie de la famille. Il évoque aussi sa mère, ou plutôt la femme de Renoir, dévouée à son époux et à son art. Celle qui fait en sorte que Renoir puisse peindre sans se préoccuper des tracas du quotidien.
Petit à petit se dessine le portrait de l'homme Renoir, un homme fidèle à sa conception de la peinture, qui toujours cherche à atteindre une vision intérieure, mais qui doit aussi vivre de son pinceau. C'est un homme simple et très complexe à la fois, profondément humain, épicurien sobre et proche de la nature que nous décrit Jean Renoir avec tendresse, même si on sait qu'il a éludé des côtés plus intimes du peintre, sans doute la pudeur d'un fils par rapport à son père.
Voilà un riche portrait, qui se lit à petites gorgées, et avec lequel on se laisse transporter sans peine dans une époque, un monde révolu. Il est encore plus intéressant d'aller visiter Orsay en parallèle et d'y retrouver les toiles de tous les peintres et des modèles évoqués par Renoir à la lumière dans ce récit, un vrai régal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mimimelie
  05 avril 2013
Jean Renoir brosse de son père un portrait tout en finesse, attachant et touchant. le livre est truffé d'anecdotes qui nous décrivent le Paris de sa jeunesse, la vie à la campagne à cette époque, etc...
En tout cas il m'a rendu papa Renoir que j'adorais déjà encore plus attachant, mais quand même quel macho !!
Commenter  J’apprécie          120
stanlopillo
  12 octobre 2013
La vie d'un génie par son fils, la chronique d'une époque à jamais révolue et qui par certains aspects nous manque.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
HulotHulot   16 septembre 2019
Les cerfs et les biches sont curieux comme des hommes !
Ils s'étaient habitués à ce visiteur silencieux, presque immobile devant son chevalet et dont les mouvements semblaient caresser la surface de la toile.
Longtemps Renoir ne se douta pas de leur présence. Quand il prenait du champs pour juger d'un effet, c'était la débandade. C'est le froissement des sabots sur la mousse, accompagnant l'une de ces retraites, qui découvrit leur jeu.
Renoir commit l'imprudence de leur apporter du pain. < Ils étaient constamment sur mon dos, me poussant du museau, me soufflant dans le cou. Parfois j'étais obligé de me facher... Allez vous me laisser peindre, oui ou non ? >
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
britzanbritzan   24 mars 2008
En échange de mes histoires de guerre, Renoir me racontait des souvenirs de sa jeunesse. L'homme que je croyais être devenu découvrait un Renoir inconnu. le père saississait cette occasion de se rapprocher du fils. je pense maintenant qu'il simplifiait sa pensée pour se mettre à sa portée. Il y réussissait et au cours de ces conversations l'enfant, le jeune homme, puis l'homme mûr me devenaient clairs.....
Il y a en tout cas un aspect de lui que je n'entrevoyais même pas à cette époque, c'est celui ayant trait à son génie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
HulotHulot   17 septembre 2019
Mallarmé écrivant à Renoir mis cette adresse :

A celui qui de couleur vit
au trente cinq de la rue du vainqueur
du dragon, porte ce pli, facteur

Les employés de la poste envoyèrent sans hésiter cette lettre à sa destination,
35 , rue Saint Georges.
Commenter  J’apprécie          150
HulotHulot   20 septembre 2019
Le malentendu n'était pas seulement dans sa tenue. Il venait de ce que sa vision de la vie n'était pas celle des autres et que les gens devinaient vaguement l'existence d'un fossé.
Ses dernières oeuvres ne sont encore comprises que de très peu de nos contemporains. C'est une constatation qui me réjouit et me donne la sensation qu'il est encore là, jeune, vivant et qu'il n'a pas fini d'épater le bourgeois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
HulotHulot   19 septembre 2019
S'il n'y avait pas l'homme, cet animal destructeur, l'équilibre d'un monde sans cesse en mouvement serait assuré; la mort équilibrerait la vie; les dépenses n'excéderaient pas les recettes ; le cycle à la fois de la destruction et de la création serait fermé.

Renoir
Commenter  J’apprécie          90

autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre