AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de ivredelivres


ivredelivres
  21 octobre 2012
Un livre superbe que Philippe Forest baptise roman mais qui apparaît comme un objet littéraire qui tient tout autant de l'essai, de la biographie ou du journal.
Dans un roman précédent L'enfant éternel l'auteur a raconté comment Pauline leur fut enlevée à l'âge de 4 ans après des mois de souffrance.
Après ce deuil « le Japon nous est apparu naturellement comme le lieu vers où aller au lendemain de la mort de notre fille ».
Ce voyage et ce séjour au Japon va servir de fil rouge à ce livre, fil rouge qui va réunir un poète, un romancier et un photographe japonais.

Trois hommes, trois vies qui sont elles aussi ébranlées par la perte de proches, d'enfant, ou par la position de témoin
Le premier le poète Kobayashi Issa le maître du haïku qui vit dans un Japon « qui a fermé ses frontières » dont la « vie est une longue errance, les voyages à travers le pays, la poésie, des poèmes par centaines et à côté d'eux, tout juste le labeur banal du malheur, de la misère. »
Philippe Forest nous présente le poète qui fait face au malheur, à l'écoulement du temps car « la poésie est le sentiment du temps » et qui cependant va être « le poète de la vie, des enchantements d'enfants et des éveils émerveillés dans la nature »

Nous sommes au monde
Et nous marchons sur l'enfer
Les fleurs le répètent

Toute sa vie de vagabond, de père attendri et meurtri, entre dans ses poèmes car dit Issa « si la poésie ne parle pas de ce monde alors elle n'est rien. »

Venons maintenant au romancier, Natsume Sôseki le père du roman japonais jamais remis de la mort de son premier enfant, évènement qui va inspirer son travail.
Cet écrivain, contemporain de Proust et de Kafka, écrit des livres étranges en particulier pour nous européens, romans qui témoignent d' « une sorte d'effarement devant le mouvement s'accélérant du temps » .
Sôseki qui connaît l'exil en Europe, se marie de retour au Japon et « comme le malheur est patient » il voit disparaitre la plus jeune de ses filles, mort qu'il raconte dans un roman dont le sens du titre est « à l'équinoxe et au-delà (…) car il n'y a pas de raison pour un romancier que tout s'achève avec la vie. »

Le troisième homme est photographe, Yamahata Yosuke fut envoyé à Nagasaki immédiatement après l'explosion atomique et il rapporta des photos des ruines et des victimes.
Le 6 août est son anniversaire, il a vingt huit ans, il est affecté à une base comme photographe, parviennent des rumeurs de choses terribles qui se seraient produites, il n'est qu'à 160 km de Nagasaki et ses supérieurs l'y expédient pour faire des photos qui témoignent de l'explosion.
Il atteint « l'extrême limite au delà de laquelle plus rien n'existe »
Yamata « dut éprouver à quel point paraissent irréelles les choses les plus vraies »
Il fait des clichés des vivants et des morts, il dit n'avoir éprouvé aucune émotion, aucune pitié « c'est seulement plus tard que sont venus la souffrance et la honte ».
Ces photos furent longtemps tenues cachées, mais Yamata décida de les conserver, de les sauver.
A travers ses trois vies bouleversées par la perte, l'écriture ou les photos servirent de planche de salut comme l'écriture servit de tuteur à Philippe Forest.

Le titre de ce livre grave sarinagara signifie : pourtant, cependant, chute d'un des haïkus les plus célèbres d'Issa Kobayashi.
Ce livre exigera de vous un effort de lecture, il délivre un message non d'oubli mais d'apaisement. Une écriture portée à la fois par une douleur indicible et par la volonté de choisir le chemin de la sérénité.

Lien : http://asautsetagambades.hau..
Commenter  J’apprécie          140



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (10)voir plus