AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La revalorisation des déchets (9)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
murielan
  06 février 2015
Dick Lapelouse n'a pas eu une enfance facile et cela l'a conduit à devenir tueur à gages. Après avoir été sous les ordres d'un parrain niçois pendant de longues années, le voici à son compte mais à prix discount ! Il choisi avec soin ses missions afin de venir en aide aux gens dans le besoin mais parfois les apparences sont trompeuses...
Je n'avais jamais lu un roman de ce style, mélange de polar décalé et d'humour noir, et j'ai adoré !
Dick Lapelouse est un anti-héros au sang froid mais au grand coeur. Certes, il est déjanté, drogué, psychologiquement dérangé (sa conscience interagit avec lui sous la forme d'une blonde pulpeuse) mais c'est ce qui fait son charme, ça et sa philosophie dans son travail ! Il n'abandonne pas et même lorsque ses enquêtes l'entrainent sur des chemins qu'il préfèrerait sans doute ignorer, et c'est le cas ici, il fonce dans le tas.
J'ai aussi beaucoup aimé le personnage assez naïf de Camille, sa secrétaire fan de Cloclo, qui essaie de faire avec un patron dont elle ne connait pas le vrai métier...
Je ne connaissais pas l'écriture de Sébastien Gendron, mais rien qu'à la lecture des titres de ses précédents romans, j'ai envie de les découvrir.
Une très bonne surprise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
aider
  20 juin 2016
Agréable à lire cette histoire de tueur à gages low cost ( 159 € pour tout contrat quel qu'il soit ) des dialogues et des développements jubilatoires à la frederic dard .
Un personnage attachant bien qu'un peu barré , sa secrétaire loufoque, et les relations cocainees avec son coloc psy en font un livre facile à lire et délassant.
Commenter  J’apprécie          90
Tounet
  20 mars 2015
Un roman noir hilarant,qui nous emmène sur les traces de Dick Lapelouse , tueur low cost qui se charge de débarasser les cons des connards qui leur pourrissent la vie à des prix très concurrentiels. Après une enfance compliquée et des années de bons et loyaux services comme porte-flingue d'un parrain Marseillais, notre brave Dick décide se mettre à son compte ,et comme l'homme a une conscience sociale il choisit de faire dans le discount, offrant ses services à ceux qui d'habitude ne peuvent se le permettre. C'est drôle et cruel.
Les courts chapitres donne du rythme à ce roman au style enlevé et original qui nous permet de passer un moment de lecture vraiment divertissant.
Commenter  J’apprécie          50
encoredunoir
  23 juillet 2015
La revalorisation des déchets signe le retour de Dick Lapelouse, tueur à gages discount de son état déjà apparu en son temps dans le tri sélectif des ordures, roman-feuilleton qui accompagnait avant d'être édité la newsletter de la regrettée librairie Entre-deux-Noirs de Christophe Dupuis qui fait d'ailleurs ici une brève apparition.
Spécialisé dans le débarrassage de connards à des prix défiant toute concurrence, Lapelouse ne manque pas de boulot y compris – et peut-être même surtout – en ces temps de crise. Pour autant, quand on pratique des tarifs aussi bas, on ne peut s'attendre à s'enrichir. Et Lapelouse de partager locaux et secrétaire avec un psychiatre, ce qui lui donne aussi l'occasion de suivre une petite thérapie dont il a d'évidence besoin. Au risque que cela vienne subrepticement interférer avec une activité professionnelle dont on ne peut nier que, pour utile qu'elle soit, ne peut que laisser des traces plus ou moins profondes chez celui qui l'exerce. Ainsi le tueur discount se retrouve-t-il peu à peu plongé dans une drôle de période d'introspection durant laquelle il doit néanmoins tâcher de faire au mieux son travail. Car dans cette branche si particulière des services à la personne, il important de satisfaire le client tout en respectant une solide éthique.
Bref, Sébastien Gendron fait du Sébastien Gendron et c'est justement pour cela qu'on le lit. Comme dans ses précédents romans, il laisse libre cours à son imagination débridée et en profite pour faire passer quelques sales moments à une belle galerie de connards (mention spéciale au taxi bordelais). Mais si La revalorisation des déchets est un beau jeu de massacre, un réjouissant exutoire, Sébastien Gendron y apporte aussi une touche morale. Derrière la farce, la recherche du père de l'orphelin Dick Lapelouse est, l'air de rien, une réflexion sur ce que l'on laisse derrière soi, sur la portée de nos actes. Ainsi, sous le vernis bien appliqué du jouissif dézingage de pourritures, Gendron pose de vraies questions sans pour autant apporter de réponses prémâchées ni laisser un discours pompeux ou lénifiant l'emporter sur le côté jubilatoire de son exercice faussement foutraque dans lequel se mêlent articles de journaux, retranscriptions de bandes, définitions du dictionnaire, épopées routières, catalogue de meurtre ou fragments radioactifs de l'oeuvre de Claude François. du bon divertissement.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Mome35
  22 juin 2015
Cet auteur m'était inconnu. le titre et la couverture du livre m'ont incité à le découvrir. J'ai dû le lire en quelques heures, pratiquement sans interruption. C'est un polar immoral et déjanté, (halluciné et décapant dit le résumé). Il faut le prendre comme tel. Tueur à gages mais pour les petites gens à un taux de prime donc bien inférieur, Dick Lapelouse élimine les produits nuisibles des clients qu'il accepte. on le suit donc tout au long du roman dans son éradication. Jusqu'au jour où il est piégé. Dès lors il se découvre une conscience qu'il se chargeait auparavant d'occulter grâce à des séances de psychanalyse chez son voisin et ami Malcolm Braun, psychiatre de son état, confesseur du tueur, contraint au secret professionnel. Dans son style très particulier, aux métaphores très originales, Sébastien Gendron déclenche le rire et attire la lecture. Toutefois, il peine dans la dernière partie de son scénario et dans sa conclusion. Ce qui est, bien sûr, dommageable. Il est plus difficile pour un auteur (ou un acteur) de faire rire que de faire pleurer. Mais, il semble que Gendron a eu du mal à terminer son livre. En fait son héros est plus méticuleux dans l'accomplissement de son oeuvre démoniaque que son auteur. Cette impression laisse un goût d'inachevé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hmurgia
  17 août 2016
Un petit bol d'air avec ce roman policier désopilant qui met en scène un tueur à gages low cost qui partage sa secrétaire fan de Cloclo avec un psychiatre devenu son meilleur ami et qui l'analyse à renfort de cocaine...On suit Richard dit Dick lors de ses différentes missions jusqu'à ce que l'une d'elles le conduise à son père qu'il assassine alors qu'il le croyait mort avant sa naissance...
Commenter  J’apprécie          10
Shambala
  15 juin 2016
« Je m'appelle Dick Lapelouse et je suis tueur à gages pour les gens de peu. Ca signifie que pour éliminer les nuisibles des pauvres, j'applique des tarifs largement en deçà de ceux pratiqués pour les nantis ».
Voilà, le ton est donné. Fils d'un gangster mort d'une balle dans la tête avant sa naissance et d'une honnête blanchisseuse, Dick, en digne fils de son père, prend le même chemin. Après divers larcins, et cambriolages, il se met au service d'un mafieux avant de monter son entreprise de tueur « discount ». Ses tarifs ne dépassent pas 259,90 € TTC pièces et main d'oeuvre. Les affaires marchant bien, il embauche une secrétaire, qu'il partage bientôt avec son voisin de bureau, psychiatre.
Jusqu'au jour, où, bien sûr, tout ne se passe pas comme prévu.
Décalé, oui, un tueur à gages presque humain, qui traite ses affaires comme un chef d'entreprise (contrats, enregistrements etc.) Humoristique bien sûr, et il est quand même sympathique, ce Dick.
Commenter  J’apprécie          10
redmary
  01 octobre 2017
très bon moment noir !
Très bon roman, bien écrit, on rentre facilement dans l'histoire de ce "contre-héros" même sans avoir lu le roman précédent retraçant les débuts de notre tueur ( voir 'le tri sélectif des ordures et autres cons"). le roman se lit facilement mais reste relativement léger au vu du sujet annoncé. On est plus dans un roman "tout public" et dans les réflexions de ce tueur que dans du vrai polar noir bien ironique. Plusieurs éléments auraient mérités que l'auteur s'y attarde plus longuement, développe plus avant mais au final, on en sort satisfait (quoi que la fin me laisse un peu sur ma faim).
Voir moins
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlem
  21 janvier 2016
Le roman noir aura trouvé en Sébastien Gendron un créatif, capable de dépoussiérer un genre souvent confiné à un carcan très – voire trop – rigide. C'est ainsi qu'il a inventé un nouvel archétype, découvert dans le Tri sélectif des ordures, (disponible en Pocket) le tueur à gages low-cost : « Je m'appelle Dick Lapelouse et je suis tueur à gages pour les gens de peu. Ça signifie que pour éliminer les nuisibles des pauvres, j'applique des tarifs largement en deçà de ceux pratiqués pour les nantis. » Voilà pour la présentation au début de livre. Les travaux pratiques vont pouvoir commencer sur la personne de Dominique Osmond, un chef d'entreprise sexagénaire qui a jeté son dévolu sur une assistante de secrétariat de quarante ans sa cadette. Après des allusions et des attouchements, le harcèlement va aller jusqu'au viol puis le viol à répétition. Sonia van Veckt fait alors appel à Dick Lapelouse, qui règle rapidement son problème. Je vous laisse découvrir les autres contrats qui agrémentent ce roman autant noir que loufoque pour m'attarder un peu sur les personnages secondaires qui constituent l'autre tour de force de l'auteur. Ils sont en effet, chacun à leur manière, formidablement bien campés. Il y d'abord Camille, la secrétaire qu'il a choisi moche et grosse pour servir de rempart à une clientèle quelquefois très impulsive et qu'il partage avec Braun, son psychothérapeute auprès duquel il essaie de donner du sens à ses méfaits et à sa vie en explorant un Oedipe mal réglé. Et Dieu sait s'il en a besoin. Dionne est là pour en témoigner. Cette blonde sculpturale à la voix enchanteresse vient régulièrement lui rendre visite pour le consoler, le réprimander et l'aguicher.
C'est que Dick se pose des questions. Au fur et à mesure de ses missions, ce n'est plus le plaisir du travail accompli qui l'accompagne, mais une douloureuse introspection qui le fait douter de sa mission et, ce qui est bien pire pour lui, du caractère vraiment nuisible de ses victimes. Comme celui de cet ex-franquiste au passé pourtant des plus nauséabonds. Et si toute cette histoire n'était qu'un « putain de conte de fées pour orphelins de la pègre » ?
Si vous voulez le découvrir, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Et croyez-moi, vous ne le regretterez pas !

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'homme à la voiture bleue

Quel est le meilleur passe-temps de Victor ?

Aller au cinéma ?
Ecouter de la musique ?
S'occuper de son scooter ?
Aller à la plage ?

5 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : L'homme à la voiture bleue de Sébastien GendronCréer un quiz sur ce livre