AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
4,56

sur 9 notes
5
6 avis
4
2 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
J'ai commencé En Guerre Des le Matin lassé par des livres qui ne m'apportaient plus grand chose d'autre, depuis longtemps, que de vagues nuances de gris montées sur palette, fatigué de chercher des réponses qui jamais ne venaient.
Je ne l'ai pas lu au début, je l'ai regardé à peine. L'oeil vitreux, blasé, vaincu. Un oeil d'historien ha ha ha!

Et puis il s'est passé quelque chose.
Les meilleurs livres nous happent ? J'ai fusionné avec celui-ci. Quel putain d'ouvrage! Sa portée ne sera pas mesurée ce siècle, je le crains. Pas plus que sa puissance ne sera estimée. Mais un jour, sans aucun doute. Il ne saurait en être autrement.
Ce livre est à la hauteur des ambitions du narrateur : Un Manuel Pratique pour le Courage. Un anti-dépresseur. Un glaive enflammé.
Un héros à lui tout seul ce bouquin, de ceux que chacun de nous tenons en secret dans nos têtes, pour inspirer nos actes de bravoure, dans les moments les plus durs.
Et sur la forme ? J'ai traqué chaque rouage, suivi chaque fil caché derrière le décor, inspecté chaque structure portant le bordel : rien. Il y a bien trois coquilles sans importances disséminées dans le texte, mais pas une fausse note, pas le moindre défaut.
Rien à redire.

Il est pour le lecteur, cette jeune femme en robe blanche qui sourie sur un banc, et prête son épaule. Il a des réponses. Une présence. Il entrouvre les portes de quelque chose de Sacré, de Secret aussi, muselé et anesthésie par ce siècle, qui sommeille en chacun. Et indéniablement, il y a bien de quoi changer une vie, la-dedans.
Si demain je devais traverser l'Enfer, et qu'on m'accordait de ne prendre qu'un seul objet. Je délaisserais toutes les armes ou armures du monde. Je prendrais simplement ce livre. Et me dirigerais vers les Portes de l'Horreur en souriant.
Encore merci, et mes putains de félicitations à l'auteur pour ce chef-d'oeuvre incroyable.
Commenter  J’apprécie          40
Ces aventures d'un déprimé mégalo nietzschéen bipolaire alcoolique, qui m'ont fait penser à celles d'Ignatius dans « la Conjuration des imbéciles », sont une vraie réussite. le héros en fait des tonnes, gesticule (surtout dans sa tête), lance ses imprécations contre la bêtise du monde, des autres, de la société - couple et travail salarié en première ligne. Il a souvent raison mais ne se remet pas beaucoup lui-même en cause... Ce décalage entre ce qu'il croit vivre et ce que l'on comprend qu'il vit réellement est vraiment hilarant, et aussi touchant. A noter, sur le plan stylistique, un traitement original, habile et élégant des dialogues (qui du coup n'en sont plus). Une lecture qui m'a surpris et emballé, une trouvaille qui mettra du baume au coeur de tous les génies incompris seuls au monde…
Commenter  J’apprécie          40
Je ne savais pas à quoi m'attendre quand j'ai ouvert cette guerre. Je ne savais pas qui combattait qui. Je ne connaissais pas les règles.
Et c'est assez facilement, naturellement, que je me suis laissée embarquer dans le quotidien de cet homme. Dans ses questionnements, ses tentatives d'adaptation qui me renvoyaient aux miennes. Et c'est comme un ami que j'ai rencontré ou retrouvé, je ne sais pas.
Le heurt des phrases brèves, leur succession mettent un rythme de course, d'essoufflement. Comme s'il cherchait à s'enfuir de quelque chose. Et je cours avec lui, et je pleure avec lui.
Il y a des moments de grâce dans ce livre où la poésie est partout. Jusqu'à ce gamin dans le tramway. Et nous voudrions tous pouvoir voir avec ses yeux. Et ça rassure de lire ce livre. Au fond du ventre. Parce qu'on se dit qu'on n'est pas seul.
Que les démons attaquent en silence et que le quotidien en est blindé.
C'est son combat solitaire et courageux qui se passe dans ces pages.
Parce qu'on a tous connu des boulots de merde, des situations de couples sourds, des mauvaises places.
Et que tous nous cherchons une place. Et c'est en lisant ce livre, que j'ai pu trouver le courage pour tenter moi aussi de trouver la mienne.
Parce que malgré toute cette merde alentour, il y a de l'espoir et c'est ce que Mike montre. Et ça fait du bien.
Commenter  J’apprécie          20
Très beau roman, prose puissante, agressive sur la forme, d'une grande douceur sur le fond. Un roman tendre dépeignant avec causticité l'absurdité du monde, du travail, des relations avec les femmes ... le projet d'écrire est le plus beau projet qui puisse exister et Kasprzak le dit avec une justesse parfaite ! Une vraie lecture pour les amoureux de littérature !
Commenter  J’apprécie          00
Je ne m'attendais à rien en achetant ce livre. Ce n'était pas du tout dans mes genres habituels, loin de là.

Puis j'ai commencé les premières pages et "oh mon Dieu, qu'est-ce que je suis en train de lire ?", "Ai-je vraiment dépensé 40 balles là-dedans ?", "Je crois que j'ai fait une terrible erreur." A été mes réactions à chaud. Lire les premières phrases font peur, car on a l'impression de lire qqch d'incompréhensible. Mais je me suis efforcée de continuer la lecture malgré mes préjugés. L'auteur veut partager une vision que je ne peux pas comprendre si je m'arrête à la deuxième page comme une imbécile.

Alors j'ai continué. Les pages défilent et je suis intriguée par les diverses émotions que le livre me procure. Passant du fou rire, à la tristesse jusqu'à l'émotion sur certaines scènes touchantes. Sans m'en apercevoir, je rentrais dans un livre que j'ai jugé négativement aux premiers abords. Même les phrases saccadés, chaotiques et incompréhensibles finissaient par devenir logique ou sensées.

Je l'ai lu la moitié le premier jour et je l'ai fini aux deuxièmes jours. Quand j'ai fini de lire la dernière page, c'est comme si j'avais quitté un vieil ami que je connaissais depuis longtemps. Ça a été triste et perturbant ensuite.

Je ne pourrais pas vous expliquer ce livre. Il est complexe, même le narrateur sans nom est complexe à définir. Alors je vous invite à le lire tout en faisant fi des premières impressions et vous comprendrez mes mots. En lisant, vous vous apercevrez des subtilités et finirez par comprendre tout le livre.
Commenter  J’apprécie          00
Un livre qui déroule et qui tape. Des phrases courtes, précises dans un style qui m'a fait penser à Knut Hamsum.
Un auteur qui mérite qu'on s'intéresse à lui :)
Commenter  J’apprécie          00
Radicalement stimulantes, ces élégantes phrases courtes, et ces impérieuses odes, bref , un livre enflammé d'une incroyable drôlerie, sur les thèmes de l'errance de l'âme humaine, et de la volonté.. Mike Kasprzak un petit enfant de Dostoïevski, Nietzsche , Knut Hamsun .
Commenter  J’apprécie          00
Très bonne oeuvre, merci à son auteur pour cette découverte. Il nous transporte directement dans son univers, nous partage ses réflexions, ses jugements. le lecteur est mis face à l'absurdité de la vie quotidienne, de la société, mais aussi face à sa propre absurdité, ses rêves inatteignables, ses désirs inassouvis. Cette oeuvre est empreinte de vérité et de remise en question. le narrateur nous transporte entre réalité et déréalité, entre désir et besoin. C'est un voyage dur et agréable, mêlant plaisir et souffrance, aiguisant notre sens critique. La narration est parfaitement maîtrisée, très détaillée. L'utilisation de phrases très courtes m'a frappé en plein visage, c'est un procédé très intéressant et très fort.
Commenter  J’apprécie          00


Lecteurs (13) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3691 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}