AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Fermina Márquez (8)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Tandarica
  24 novembre 2014
Une muse délicate et certainement idéalisée (ou pas), un portrait du narrateur « en jeune élève » aussi, un livre en tout cas, où le latin côtoie la remarque d'un précédent lecteur, en marge de la page 115 (de l'édition de poche) en anglais : « GET RICH OR DIE TRYING! », où le français est à apprendre...
Commenter  J’apprécie          100
andras
  12 février 2016
Ce livre, publié par Gallimard en 1926, était considéré comme un livre phare de cette époque. C'est encore un "classique". Il garde à mes yeux beaucoup d'attrait dans cette peinture de jeunes adolescents qui veulent devenir des hommes et qui tombent à genoux devant cette icône qu'est Fermina Marquez. Bien sûr on évolue ici au milieu d'une jeunesse dorée : tous les parents de ces jeunes gens sont richissimes et il semble que le monde leur est déjà acquis. Mais les pauvres stratagèmes de Joanny sont dépeints par Larbaud sans complaisance et avec pas mal d'ironie, voire d'auto-dérision puisque le narrateur, s'il reste ici purement spectateur des agissements de ses congénère, ne peut être dissocié d'eux.

Malgré tout, je trouve qu'il reste à la lecture de ce livre comme un petit parfum de naphtaline, dont il est difficile de se débarrasser.
Commenter  J’apprécie          50
identifiantidentifiant
  15 juin 2014
Un joli livre sur l'enfance, les histoires d'amour, de camarades et de classe. L'auteur se remémore ses souvenirs d'internat avec ses amis et leur amour commun pou la jeune Fermina, jeune fille riche et jolie mais pas très maligne. Il ne se passe pas grand chose dans ce livre, la description de Fermina est très belle et exotique mais certains autres passages sont un peu long. Bref il ne vous en restera pas un grand souvenir même si c'est agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          51
stcyr04
  11 juin 2019
Fermina Marquez narre l'émoi juvénile de collégiens de bonne famille d'un établissement cosmopolite suite à l'arrivée d'une jeune sud américaine pieuse et noble dans ses aspirations.

Ce roman aux motifs autobiographiques allie clarté de la langue et multiplicité des points de vue narratif. C'est dans l'apparente simplicité des moyens mis en oeuvre, témoignant de la maîtrise de l'auteur, que réside le charme du roman qui connut un grand succès critique. C'est délicieusement désuet et assez rapide à lire. Pourquoi pas.
Commenter  J’apprécie          40
DamienR
  30 décembre 2011
Une histoire sur l'adolescence à la façon du Grand Meaulnes et dont le titre me rappelle "Manon Lescaut" : le personnage qui lui donne son nom est certes au centre de ce qui se passe, mais n'est pas du tout le personnage principal. C'est certes une très belle jeune fille, mais sans personnalité. le texte de Valéry Larbaud s'attarde beaucoup plus sur son entourage, le cadre du collège et le déroulement de l'année scolaire. Quant aux autres protagonistes, son frère et sa soeur sont des enfants qui font partie du décor, le narrateur a la même position que dans le Grand Meaulnes. Les deux personnages principaux sont deux garçons "prétendants" de Fermina Marquez : l'un est un fantastique mégalomane, et l'autre noceur sans état d'âme. Il est donc difficile de s'attacher à l'un ou l'autre.
Pour clore cette lecture, j'attendais une fin surprenante ou émouvante, mais il n'y en a pas vraiment. le narrateur se retrouve plusieurs années après devant la porte du collège qui a été fermé et revendu à des promoteurs. Nous savons que le noceur s'est marié avec une autre femme, que le mégalo est mort anonymement (tant pis pour ses rêves de gloire) mais quid de Fermina Marquez ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JPB
  24 mai 2011
J'avais lu dans la préface du livre de François Mauriac "Thérèse Desqueyroux" (par Jean Touzot) que le livre de Valery Larbaud avait rivalisé avec ce dernier ou avec "Les Dieux ont soif" d'Anatole France. Appâté par cette critique pour le moins élogieuse, j'ai voulu lire Fermina Marquez et j'ai été déçu. Ce n'est pas mon style de roman, je n'ai pas accroché, et je l'ai fini par acquis de conscience. Il n'y a pas vraiment d'histoire et seule la fin quelque peu nostalgique véhicule un peu de cette émotion qui fait les grands écrivains.
Commenter  J’apprécie          20
Aela
  18 février 2011
Fermina, une jeune et mystérieuse Colombienne, sème le trouble dans un collège d'Ile-de-France et suscite une rivalité mortelle entre un bon élève idéaliste, Joany, et un "tombeur" latino-américain, Santos de Monterey.
Un chef-d'oeuvre du roman d'adolescence.
Une atmosphère désuète et romantique.. Un vrai dépaysement...
Commenter  J’apprécie          10
Enunephrase
  19 avril 2019
Si je me retourne, cinq ans, six ans, après l'avoir lu, j'ai souvenir d'une cour de collège, d'un parc d'Ile-de-France, de jeunes galopins, et dans tout cela une jeune fille, brune, presque une jeune femme, et brune, décidément, et qui jette dans le coeur de ces galopins la première robe, le premier parfum, et pour ainsi dire le modèle des autres robes, des autres parfums, de leur vie.
Lien : https://une-phrase.blogspot...
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2213 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre