AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1582400008
Éditeur : Image Comics (04/08/2002)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
A woman whose face is horribly scarred finds herself in an institution for "defective" government agents. She (Kabuki) is interrogated to find out if she is hiding something to do with the nature of her scars, or if she is simply crazy. Isolated and psychologically tormented, her only comfort is found in a mystery friend who sends handwritten messages that are folded into origami animals. Or is it just another trick?
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  01 avril 2016
Les Siamoises sont en train de se défendre contre un ennemi invisible, tout en essayant de récupérer le corps de Kabuki. Ça défouraille à tout va et un bref retour en arrière de 4 pages (en noir et blanc) permet de se rappeler pourquoi Kabuki est aux portes de la mort et qui sont ces femmes qui abattent leurs assaillants. La scène revient à la couleur et au temps présent : les Siamoises ont échoué et elles font exploser le corps de Kabuki. La scène suivante la montre dans une pièce qui lui sert de geôle. Kabuki est prisonnière de ce qui ressemble à une institution mentale pour agent secret ayant craqué sous la pression. Elle refuse de coopérer lors des interrogatoires et bientôt elle est confinée à cette pièce et ses repas contiennent des drogues assurant sa docilité, à défaut de sa coopération. Commence alors une période d'introspection doublée de crises de paranoïa, accrues par des messages d'une autre internée écrits sur des papiers pliés en origami d'animaux.
Premier constat : prenez la précaution de lire les autres tomes de la série en commençant par le premier avant celui-ci. Deuxième constat, ce tome a des relents de V for Vendetta, en particulier la situation d'Evey lorsqu'elle est prisonnière et qu'elle lit les lettres de Valerie. Troisième constat, ce tome de Kabuki reste cependant complètement original et il ne capitalise pas sur cette ressemblance avec l'histoire d'Alan Moore et David Lloyd.
David Mack nous convie à une plongée dans ce qui constitue l'identité d'un individu. Contrairement à ce que le résumé pourrait laisser penser (un asile pour anciens espions), le récit est à des lieues de la série télé le Prisonnier. Comme précédemment, David Mack poursuit la logique de son récit. Il n'abandonne pas les prémisses d'espionnage et de conspiration du début, il développe logiquement l'histoire de Kabuki sur ces bases. Une organisation (le reste du Noh, le gouvernement, autre chose ?) souhaite obtenir des renseignements de Kabuki et pour ce faire ils doivent la briser psychologiquement. Or la nature de Kabuki (assassin agissant sur ordre) l'a conduite à développer une force intérieure et un sens clair de ses priorités. le lecteur partage l'isolement de Kabuki, ses pensées, ses doutes et ses interrogations sur les objectifs et sur la nature de ses geôliers.
À part 10 pages, ce tome est en couleurs et encore une fois David Mack fait preuve d'une technicité exceptionnelle, tout le temps mise au service de l'histoire. Encore une fois l'influence de Bill Sienkiewicz est palpable dans plusieurs éléments graphiques. Encore une fois l'élève a dépassé le maître et le symbolisme parfois hermétique du maître devient compréhensible pour le commun des mortels grâce à une utilisation plus claire par David Mack (je pense en particulier aux petits triangles qui entourent les personnages). À nouveau, David Mack brouille la frontière entre les illustrations et les mots, toujours au service de l'histoire, jamais pour prouver qu'il est le plus fort. le style graphique change au gré des épreuves et des états de conscience par lesquels passe Kabuki. Il place son héroïne dans une pièce au murs nus ce qui peut sembler de prime abord comme une solution peu élégante pour éviter de dessiner des décors. Toutefois il apparaît bien vite que cet artifice a pour objectif que les murs servent de support à des camaïeux évoquant l'état psychique de Kabuki. Les pages se remplissent de silhouettes et visages de l'héroïne sans faire naître de lassitude car la mise en scène de cet emprisonnement est riche de cadrages travaillés et d'inventivité de visualisation du paysage psychique de Kabuki.
D'un coté cet épisode fait la preuve une fois de plus de l'intelligence et de la sensibilité de son auteur. Cette phase d'introspection et de guerre psychologique est passionnante sur le plan graphique et prenante sur le plan de l'intrigue. C'est un tour de force que d'avoir réussi à rendre visuel le cheminement intellectuel et affectif de Kabuki. D'un autre coté, ce tome est un peu en dessous des autres car le questionnement existentiel reste finalement à la surface des choses (par rapport au point de vue pénétrant et personnel des tomes précédents).
POUR S'Y RETROUVER
Les tomes de Kabuki se lisent dans l'ordre suivant : (1) Circle of Blood, (2) Dreams, (3) Mask of the Noh, (4) Skin Deep, (5) Metamorphosis, (6) Scarab - Lost in Translation (7) et The Alchemy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : introspectionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Avalanche de mots n°6

Edmond Rostand

Cyrano de Bergerac
Fanfan la Tulipe
Le Parrain

16 questions
67 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre