AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
De certaines façons de mourir... tome 2 sur 3
EAN : 9782916329505
90 pages
Editions Cénomane (24/04/2014)
4/5   1 notes
Résumé :
Le narrateur de ce très court et dense roman est un homme de main au service du Colonel. Après l’exécution d’un journaliste, il souhaite démissionner. Il va pourtant accepter une dernière mission : éliminer Ortega, le rival du Colonel.
Ce deuxième volume du cycle mexicain de Rafael Menjívar Ochoa De certaines façons de mourir… est peut-être l’un des plus caractéristiques du style de l’auteur : brièveté, tension extrême, ellipse comme moteur du récit. Il est a... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
le_Bison
  13 juillet 2017
Le héros est fatigué, usé même par ces mois de service auprès du Colonel. Il a mis une balle entre les deux yeux d'un journaliste. Cela ne lui a pas plu. Les meurtres sur commande, il s'en lasse. Il veut reprendre sa vie en main et pouvoir choisir de lui-même qui tuer. C'est pour affirmer cela qu'il rencontre une dernière fois le Colonel, afin de lui présenter sa démission.
A travers l'histoire de ce héros, je retrouve l'univers des « brigades spéciales » du Mexique. Entre corruption et meurtres, ces brigades se mènent la guerre. Conçues comme des entités distinctes de la Police, elles s'affrontent entre elles pour garder la main mise sur le pouvoir et sur la ville.
L'écriture est nerveuse, fluide, quelques morts des coups de feu, et des héros qui tombent de sommeil. Cela ferait un bon scénario de film. Ce second volet « de certaines façons de mourir » de l'écrivain salvadorien en exil mexicain est encore plus captif que le premier (il peut d'ailleurs être lu indépendamment). Les années flétries. le rythme est fluide, la conscience s'interroge.
Mais avant de prendre sa retraite, le héros se voit proposer une dernière affaire : éliminer le rival du Colonel, tout en évitant la boucherie de sa brigade. La mort certaine, fin d'une époque. Et là, je me dis que certains métiers sont si passionnants que l'on décroche difficilement. le héros doit rempiler, une dernière fois non ? Même s'il tombe de sommeil, même s'il veut choisir ses morts. Ou son camp. Apprendre à relativiser, s'il ne le tue pas, il sera tué. Là-bas, on meurt ou on tue.
Le parabellum alors en poche, je me promène dans la poussière du Mexique. La bière est fraîche, une rondelle de citron. J'entends des trompettes mariachis qui volent dans ce vent chaud et tourbillonnant. Pétarades dans la rue, l'oeil aux aguets, il n'y a pas de repos, toujours sur ses gardes, la tête se vide, l'esprit se lasse, la tête reçoit une balle, la cervelle explose, le sang gicle, la chemise s'imbibe de sang rouge puis noir, plus de trace de sueur. le corps s'effondre dans l'indifférence. Méritait-il d'être tué ?
Lien : http://memoiresdebison.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   12 juillet 2017
Pour faire du bon boulot il faut être deux : celui qui tire et celui qui meurt. Il n’y a pas besoin de parler. On sait ce qu’on a à faire et l’autre sait ce que vous avez à faire.
Dans les films, les assassins inventent tout un tas d’histoires dans le seul but de permettre au réalisateur de sortir une carte de sa manche et de sauver la vie de celui qui devait mourir. Par exemple, celui qui doit mourir donne un coup de pied dans les couilles de l’autre au moment où il a été distrait par un bruit dans la rue, ou bien le bon entre en scène et lui donne une raclée, ou encore la femme de la victime lui fracasse sur le crâne un vase de Chine. Celui qui doit mourir peut pousser un cri et faire échouer le travail. Ou prendre son courage à deux mains, ça arrive aussi, et lui flanquer le canon du pistolet sous le nez.
Pour faire du bon boulot, il faut un coup de feu, de préférence entre les deux yeux, bien au milieu. Rien que ça. Les gens s’émeuvent davantage lorsqu’ils lisent que le mec a été dépecé ou qu’une petite vieille de quatre-vingt-seize ans a reçu un œil gauche par la poste. Tout ça, c’est des conneries. Le connaisseur s’émeut davantage d’un travail propre. Propre est une manière de dire, les gens ont dans le corps tout un tas de cochonneries et ils adorent les faire sortir en mourant. C’est un travail propre par son exécution, pas par la quantité d’essence de térébenthine qu’il faudra ensuite pour nettoyer le sol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
le_Bisonle_Bison   26 juin 2017
J’avais emporté le parabellum et je le nettoyai au moins huit fois. Inès regardait les feuilletons télévisés et je nettoyais mon Parabellum. Comme dans une famille normale. Dommage qu’elle n’ait pas emmené ses enfants, ils auraient pu dépecer un chat dans la salle de bain. Ou se pendre sur le balcon.
Etre mort, pensais-je. Etre mort ne doit pas être si mal. Le problème c’est de mourir.
- Tu ne parlais pas sérieusement quand tu parlais de m’épouser – demanda Inès.
- Non.
- Ouf. Mes enfants sont très sensibles.
Dépecer un chat dans la salle de bain. Chacun a sa conception de la sensibilité. La mienne, c’est dépecer un chat dans la salle de bain, puis me mettre à pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
le_Bisonle_Bison   10 juillet 2017
Alors je sortis, et dans la rue je me souvins de ce qu’était la peur. Je ne parle pas de la peur physique ; celle-là, on ne la perd jamais. Si trois types te tirent dessus, tu as peur. C’est une peur saine. Si on a compris qu’elle est bonne et si on arrive à la contrôler, on a résolu sa vie.
L’autre peur ne peut pas se contrôler. C’est la peur des choses qu’on ne voit pas, qu’on n’entend pas, dont on ne sait pas où elles sont. La peur d’être quelqu’un. Quelqu’un de l’autre côté de la ligne. Quelqu’un arrive, il te loge une balle dans la nuque, tu vas te faire foutre et circulez, il ne s’est rien passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
le_Bisonle_Bison   07 juin 2017
Je me rappelai aussi les histoires de noyés que la mer rejette sur la plage. C’est n’importe quoi, sauf des gens. Des choses enflées et crevées. Celui qui a inventé que la nature est magique est un couillon. La nature est la nature et elle se charge de faire des saloperies. Les oiseaux chient, les tumeurs pourrissent le visage des enfants et des enfants naissent avec des tumeurs sur le visage. Je n’avais jamais vu un mort assez laid pour me dégoûter, mais la mer pouvait en faire surgir un. Moi, je n’aurais jamais jeté un cadavre à l’eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
le_Bisonle_Bison   06 juillet 2017
On cesse d’avoir peur et on croit avoir tout résolu. On s’habitue à voir les gens d’en haut. Les autres, ce sont ceux qui meurent, et on est celui qui les tue, c’est aussi simple que ça. Le monde se divise en deux : ceux qui meurent et ceux qui les tuent. On s’habitue à faire partie d’un camp ou de l’autre, n’importe lequel, et on vit tranquillement : on attend le moment de coller une balle à quelqu’un ou que quelqu’un vous la colle. Et on n’attend même pas : les choses sont comme elles sont, elles arrivent ou n’arrivent pas. Et on ne sait pas comment se comporter quand on passe d’un camp à l’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

autres livres classés : littérature salvadorienneVoir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2454 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre