AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations sur Soldat Peaceful (30)

MuD
MuD   27 août 2010
Au lieu de clochers, des flèches s'élancent dans le ciel comme un enfant qui lèverait le doigt en classe, impatient de se faire remarquer. Mais Dieu, s'il y en a un, ne remarque rien, ici. Il a depuis longtemps abandonné cet endroit et tous ceux qui y vivent.
Commenter  J’apprécie          420
MuD
MuD   27 août 2010
Je me retrouve par terre, roulé en boule, hurlant pour que ça s'arrête. Puis je sens que Charlie s'allonge à mes côtés et se serre contre moi pour me protéger, pour me réconforter. Il commence à chanter Oranges et Citrons doucement à mon oreille, et je mets à chanter avec lui, d'une voix forte, je chante au lieu de crier. Et bientôt dans l'abri tous chantent avec nous. Mais le déluge de feu continue, continue encore, et à la fin ni Charlie, ni Oranges et citrons ne parviennent plus à endiguer la terreur qui m'envahit, qui m'engloutit, détruisant la dernière lueur de courage et de sang-froid qui aurait pu me rester. Je n'ai plus que ma peur.
Commenter  J’apprécie          260
MuD
MuD   27 août 2010
Je pensais alors que, et je pense toujours, que croiser les doigts ou déchiffrer les cailloux de Molly est aussi fiable ou aussi peu fiable que prier Dieu. Je ne devrais pas raisonner ainsi, car s'il n'y a pas de Dieu, alors il ne peut y avoir de paradis . Et cette nuit, je veux croire très fort que le paradis existe, que , comme le disait notre père, il y a une nouvelle vie après la mort, que la mort n'est pas un point final, que nous nous reverrons tous.
Commenter  J’apprécie          130
Fifrildi
Fifrildi   14 janvier 2019
Je veux que le temps s'arrête pour qu'il n'y ait pas de lendemain, pour que l'aube ne vienne jamais.
Commenter  J’apprécie          90

maina3500
maina3500   25 juillet 2016
Un véritable bijou ce livre! Il y a dans ce monde des livres qui nous laisse indifférents, d'autres qu'on apprécie simplement, et d'autres dont les mots, l'histoire viennent nous toucher en plein cœur. Celui-ci en fait parti pour moi.
Au début, c'est l'histoire d'une famille ordinaire, les Peaceful, quelques années avant la première guerre mondiale. Le jeune narrateur Tommy raconte leur vie, sur une terre que défrichent leur père. Mais un terrible accident emporte la vie de leur père. Leur mère, une femme aimante et intelligente se débrouille tant bien que mal pour survivre Tommy et son aîné Charlie grandissent dans un esprit de solidarité et de camaraderie à toute épreuve. Mais la guerre éclate...
Ils partent se battre contre l'ennemi.
La naïveté de Tommy rend le récit encore plus touchant et authentique. Il n'a que 16 ans lorsqu'il part au front, avec la ferme conviction de faire ce qu'il doit faire. Lors de la conscription, une vieille femme l'a traité de lâche et ces accusations bravaches l'ont convaincu. Tommy souffre avec ses confrères, ayant pour seul objectif de détester l'ennemi allemand sans savoir pourquoi. Et il y a Charlie bien sûr. Charlie le pilier, généreux, intègre et trop rebelle pour son commandant. Les deux frères vont apprendre que la guerre ne se mène pas uniquement sur les champs de bataille.
Ce livre donne envie de pleurer. Lisez la note à la fin, surtout! Elle fait partie de l'histoire autant que le roman!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Loulou27
Loulou27   16 février 2012
Lorsque l'heure viendra, je sortirai, et je lèverai les yeux au ciel car je sais que Charlie fera la même chose quand ils l'emmèneront. Nous verrons les mêmes nuages, sentirons la même brise sur le visage. Ce sera au moins une façon d'être ensemble.
Commenter  J’apprécie          80
Theoma
Theoma   27 janvier 2011
Mère. Je pense souvent à elle. Et lorsque je pense à elle, je revois les hautes haies, les chemins creux et nos promenades le soir vers la rivière. Je revois les reines-des-prés, le chèvrefeuille, les vesces, les digitales, les lychnis rouges et les églantines. Il n'y avait pas une fleur sauvage ni un papillon qu'elle ne sache nommer. J'aimais le son de leurs noms : vulcain, paon-de-jour, piéride du chou, adonis bleu. C'est sa voix que j'entends à présent dans ma tête. Je ne sais pas pourquoi, mais j'arrive mieux à l'entendre qu'à me représenter ses traits.
Commenter  J’apprécie          80
MuD
MuD   27 août 2010
Tout ce que je sais c'est que je dois survivre, j'ai des promesses à tenir.
Commenter  J’apprécie          80
Theoma
Theoma   27 janvier 2011
- L'armée était là, Mère. Pour le recrutement. Jimmy Parsons s'est enrôlé. Beaucoup d'autres, aussi.

- Ce qu'ils peuvent être bêtes ! s'est exclamé Charlie. Je n'irai pas. Jamais. Je tirerais sur un rat parce qu'il peut me mordre. Je tirerais sur un lapin, parce que je peux le manger. Mais pourquoi est-ce que je tirerais sur un Allemand ? Alors que je n'en ai jamais rencontré, même pas un.
Commenter  J’apprécie          70
MuD
MuD   27 août 2010
J'y vais parce que les autres y vont, j'avance comme si j'étais en transe, comme si je me projetais entièrement à l'extérieur.
Commenter  J’apprécie          70