AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur La donation (13)

Ladybirdy
Ladybirdy   21 août 2018
Dans le wagon, un groupe d’Anglais rentrait d’un tour organisé des châteaux de la Loire. Leurs valises portaient cette étiquette : Handle with care. J’ai pensé «oh, yes do handle me with care. And don’t touch me, I’m full of tears... ». (Deux octosyllabes qui rimaient presque. Il faudrait que j’en parle à Eva pour savoir si ça marche comme ça aussi en anglais. À mes yeux, en tout cas, care est l’un des mots les plus doux de cette langue : Take care of yourself, will you... Mieux encore : Bear in mind how much I care... Sans parler du mythique My baby just cares for me et de la voix veloutée de Nina Simone que je me repassais en boucle dans mon iPod - c’était quasiment la seule chanson que j’avais avec I will survive et c’est si bon quelqu’un qui se fiche de tout sauf de vous et vous donne le moyen de survivre).
Commenter  J’apprécie          180
Ziliz
Ziliz   28 juin 2011
Une mère et une fille, quelle horrible et affreuse combinaison de désarroi, de sentiment et de destruction. Tout est possible au nom de la sollicitude, de l'affection, de l'amour. La faille de la mère sera la faille de la fille. Les manques de la mère, c'est la fille qui devra les payer. Le malheur de la mère sera le malheur de la fille. C'est comme si on ne coupait jamais le cordon ombilical. (p. 43).
Commenter  J’apprécie          60
Ladybirdy
Ladybirdy   21 août 2018
Décidément, j’aime cette image. L’amour et l’étouffement. Le trait d’union entre les morts et les vivants, la beauté d’une fleur minée par une force invisible qui finira peut-être par l’asphyxier, et cette incroyable prolifération souterraine, à la fois source d’énergie et de destruction, avec, au centre, quelque chose de l’ordre de l’amour, un calice qui ne résistera qu’à condition que quelqu’un tranche ce lien invisible visant, toujours et toujours, à la reproduction du même.
Commenter  J’apprécie          40
fanfan50
fanfan50   23 août 2016
Et soudain, c'était pire encore. Nous étions plantées là, devant les agapanthes, et je m'apercevais que j'incarnais pour elle une forme de vacuité contemporaine : l'être de façade, un tableau de Magritte derrière lequel il n'y aurait rien. Quelqu'un qui se pense au fait des affaires du monde et n'en retient que l'apparence. Quelqu'un qui croit tout décoder mais demeure au fond le véritable naïf.

Et si c'était moi qui risquais de passer à côté des choses ? La vie était-elle au-delà de ce que j'en comprenais ? Etait-ce cela qu'elle voulait me faire sentir aujourd'hui ? Etait-ce cela la véritable donation ?
Commenter  J’apprécie          30
ADAMSY
ADAMSY   02 avril 2016
" Dans l'orangerie, il y avait une exposition de photos prises par les patients sur le thème des mains. Main au tricot, main à la cigarette, mains jointes en prière, main recroquevillée autour d'une tasse de café, mains serrant les bras croisés de leur propriétaire : toutes ces mains solitaires agrippaient quelque chose. Et ces doigts contractés, aux phalanges crochetées, on aurait aimé les déplier un à un pour qu'ils se détendent lentement et que ces mains se laissent aller à être simplement des mains. Des mains tranquilles et qui se donnent. Des mains qui pèsent le poids d'une main."
Commenter  J’apprécie          30
fanfan50
fanfan50   23 août 2016
"Vous vous souvenez ? a dit ma soeur. Cette fille... Si..., à l'époque, c'était la grande affaire dans le village. Cette fille mère qui avait accouché - déjà, scandale ! - d'un bébé noir ! Et qui, pour se défendre, répétait à qui voulait l'entendre "je le savais, il y avait un grand Noir que je croisais dans la rue et qui me regardait d'un drôle d'air"."
J'ai repensé à la vie d'un village, à ses aberrations, ses rancunes, ses jalousies, ses brouilles dérisoires transmises de génération et génération pour des raisons souvent complètement oubliées.
Commenter  J’apprécie          20
fanfan50
fanfan50   23 août 2016
Entre douze et quatorze ans, je fais de mon mieux. Quand Maman est en phase dépressive, elle est "oppressée". Dès le réveil, des idées noires l'assaillent. Une cage de fer enserre sa poitrine. Elle a du mal à respirer. Dans ces moments-là, il me revient une phrase de Samuel dans le livre des Rois. Une phrase que le père Carreau nous faisait recopier au catéchisme :
"Lorsque l'esprit de Dieu était sur Saül, David prenait sa harpe et jouait de sa main. Saül respirait alors plus à l'aise et se trouvait soulagé, et le mauvais esprit se retirait de lui."
Mais j'avais beau jouer du piano, c'était fichu pour la journée. Il est vrai que ce n'était pas la harpe de David. Seulement des Inventions de Bach criblées de fausses notes.
Commenter  J’apprécie          20
LireEcouterVoir
LireEcouterVoir   22 février 2016
Enfance / Insouciance. Rime pauvre et paresseuse. Calamiteuse
Commenter  J’apprécie          20
graal
graal   27 septembre 2016
Et les choses, ce n'est pas impossible, la rassuraient davantage que les humains.Parce qu'elles ne nous trahissent pas.Qu'elles témoignent de nous et qu'elles nous sont fidèles-d'une fidélité humble et silencieuse.
Commenter  J’apprécie          10
Ziliz
Ziliz   28 juin 2011
(...) femme duelle, asthénique et survoltée, catatonique et surpuissante, inhibée et créative. Bref, bicéphale, bipolaire comme le trouble qu'elle nous avait transmis (...) (p. 107).
Commenter  J’apprécie          10




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Que fait (ou ne fait pas) Martine ?

    Martine à la ...?...

    Ferme
    Moisson

    10 questions
    4 lecteurs ont répondu
    Thème : Martine à l'école - Martine à la foire de Gilbert DelahayeCréer un quiz sur ce livre