AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.32 /5 (sur 179 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne Billancourt , le 23/07/1961
Biographie :

Florence Noiville est une journaliste, critique littéraire et écrivain de nationalité française.

Après quelques années, elle décide d'abandonner la finance pour la culture. Elle se lance dans le journalisme et entre au journal Le Monde en 1994 comme critique littéraire. Après avoir été chef adjointe au Monde des livres, elle y est actuellement responsable de la littérature étrangère. Ses livres sont traduits en 13 langues.

Parallèlement, elle écrit. En 2003, elle publie la première biographie française du prix Nobel de littérature américain Isaac Bashevis Singer qui reçoit le Prix du récit biographique 2004. Puis un premier roman, "La Donation" (Prix du premier roman de l'université d'Artois 2008).

En 2009, elle signe un court texte, mi essai mi récit, sur le capitalisme et ses dérives, intitulé "J'ai fait HEC et je m'en excuse" (Stock).

"L’illusion délirante d’être aimé" reçoit le Prix littéraire Gabrielle-d'Estrées 2016.

En 2019, elle publie, avec Mathilde Hirsh, "Nina Simone : Love me ou leave me".

Florence Noiville est aussi l'auteur d'une douzaine de livres pour la jeunesse, certains écrits sous son nom de femme mariée, Florence Hirsch. Ses livres sont traduits en 11 langues.

Épouse de Martin Hirsch, elle est aussi connue sous le nom de Florence Hirsch, elle est mère de trois enfants.


+ Voir plus
Source : http://noiville.com/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Rencontre avec Florence Noiville & Mathilde Hirsch autour de leur ouvrage "Nina Simone : love me or leave me" aux éditions Tallandier. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2335158/mathilde-hirsch-nina-simone-love-me-or-leave-me Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Podcasts (1)

Citations et extraits (104) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   24 octobre 2015
L'illusion délirante d'être aimé de Florence Noiville
Petite, je ne m'exprimais guère, je ne riais jamais. réfugiée dans les livres, la rêverie, la nature, j'aimais marcher seule, pieds nus, sur l'herbe tiède. Contemplative... Entre deux émissions, je redeviens un peu comme ça. Peut-être parce que j'ai trop de respect pour le langage, je souffre des conversations où rien ne se dit, où les mots tournent sur eux-mêmes comme dans le tambour vide d'une machine à laver. Délavés, déteints, déformés, sans plus de couleurs ni d'éclat. Je préfère le retrait alors. (p. 15)
Commenter  J’apprécie          400
fanfanouche24   28 octobre 2015
L'illusion délirante d'être aimé de Florence Noiville
Partir est devenu soudain le plus beau de tous les verbes. Je le roulais dans la bouche, le savourais comme une douceur. Partir pour repartir, telle une plante qui repart. Partir pour revivre. (p. 129)
Commenter  J’apprécie          230
enjie77   17 mars 2018
Isaac Bashevis Singer de Florence Noiville
(Jean d'Ormesson vient de découvrir Singer)



Jean d'Ormesson, dans Le Figaro, se récrie d'admiration. Dans un article intitulé "Un fleuve d'humanité" - et qui se termine par cet appel : "Lisez Singer, vous ne le regretterez pas " - il dit son émerveillement :

(page 204)





Des années plus tard, Jean d'Ormesson se souvient : "Lorsque l'article est paru, ç'a été un éclat de rire dans Paris. Tous mes amis m'ont dit : "tu tombes des nues. Il va avoir le Nobel, tout le monde le connaît". J'ai découvert en effet qu'un Henry Miller ou un Edmund Wilson plaçaient depuis longtemps Singer au tout premier rang des grands écrivains...... Reste qu'en 1978, quand il a eu le prix Nobel, il s'est souvenu de cet article. Il a voulu que ce soit moi qui le présente à la Sorbonne. A croire que l'innocence est toujours récompensée."



De Singer, Jean d'Ormesson conserve le souvenir d'un homme "sympathique, charmant, très modeste". Isaac, de son côté, sort ravi de cette rencontre où François Périer a lu quelques textes, dont Le Ramoneur. Il gardera longtemps une petite carte manuscrite en yiddish le félicitant de refléter si bien l'âme d'un peuple. Cette carte lui a été remise cet après-midi là par Arthur Rubinstein. Elle est signée Marc Chagall.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
tynn   25 août 2015
L'illusion délirante d'être aimé de Florence Noiville
Cette semaine-là, je travaillais sur le thème de la jalousie. Passion toxique. Inavouable aussi. On peut dire : je suis heureux, triste, déprimé, amoureux, furieux, déçu, anxieux, préoccupé… personne ne vous dira volontiers : je suis jaloux. C’est un sentiment indicible. Parce qu’au risque d’être délaissé ou moins aimé, s’ajoute celui d’être ridicule, on n’en parle pas.

Commenter  J’apprécie          210
Ziliz   29 novembre 2018
Confessions d'une cleptomane de Florence Noiville
Son voisin de bureau, à l'époque, n'était autre que celui qui deviendrait plus tard le président de la République. Un jeune loup qui s'était fait un nom en politique et qui, grâce à un subtil cocktail en 'ismes' - charisme, idéalisme, opportunisme - s'était hissé très vite vers les cimes du pouvoir.

(p. 41)
Commenter  J’apprécie          190
Ladybirdy   21 août 2018
La donation de Florence Noiville
Dans le wagon, un groupe d’Anglais rentrait d’un tour organisé des châteaux de la Loire. Leurs valises portaient cette étiquette : Handle with care. J’ai pensé «oh, yes do handle me with care. And don’t touch me, I’m full of tears... ». (Deux octosyllabes qui rimaient presque. Il faudrait que j’en parle à Eva pour savoir si ça marche comme ça aussi en anglais. À mes yeux, en tout cas, care est l’un des mots les plus doux de cette langue : Take care of yourself, will you... Mieux encore : Bear in mind how much I care... Sans parler du mythique My baby just cares for me et de la voix veloutée de Nina Simone que je me repassais en boucle dans mon iPod - c’était quasiment la seule chanson que j’avais avec I will survive et c’est si bon quelqu’un qui se fiche de tout sauf de vous et vous donne le moyen de survivre).
Commenter  J’apprécie          180
Ziliz   28 novembre 2018
Confessions d'une cleptomane de Florence Noiville
Elle garderait toujours un faible pour les atypiques. Ceux qui collectionnaient les heures de colle et que n'inquiétaient pas les avertissements. Ils étaient pour la plupart intelligents et pleins d'esprit, mais ne rentraient pas 'dans la boîte'.

Un jour, elle avait piqué un T-shirt avec cette inscription : 'Don't think outside the box. Think like there is no box.'

(p. 32)
Commenter  J’apprécie          170
Ziliz   29 août 2017
L'illusion délirante d'être aimé de Florence Noiville
Mon père aussi était un taiseux. Avant de mourir, il m'avait cité cette phrase merveilleuse : 'Ce n'est pas une preuve de bonne santé que d'être parfaitement à l'aise dans une société malade.' Il me voyait, souffrant des mêmes malentendus que lui, traînant partout mon hypersensibilité, paralysée par le regard des autres, baissant les yeux, rasant les murs, fuyant le contact et m'en voulant. Il m'aura fallu des années de travail sur moi-même pour surmonter cela. Sans doute est-ce difficile à comprendre pour quelqu'un qui n'est jamais passé par là. Mais soutenir le regard de quelqu'un sans que mon coeur batte à tout rompre, accepter d'être moi sans faire semblant, telle quelle, pacifiée... Oui, il m'aura fallu des années pour parvenir à cet équilibre.

(p. 15-16)
Commenter  J’apprécie          142
Ziliz   28 août 2017
L'illusion délirante d'être aimé de Florence Noiville
[...] cette catégorie redoutable d'insensés que sont les 'fous raisonnants'. Ceux qui parlent, écrivent, discourent et argumentent si habilement que tout le monde les croit normaux. Ceux qui avancent masqués ou si bien grimés qu'ils ont cette aptitude affolante à se fondre dans la masse. Et à retourner toute situation - le malade, c'est toujours vous.

(p. 143)
Commenter  J’apprécie          142
fanfanouche24   28 octobre 2015
L'illusion délirante d'être aimé de Florence Noiville
Reprendre mes esprits. J'essaie de m'expliquer pour mieux lui expliquer ? - Ce qui, dans le comportement de C., me cause une telle angoisse. Luc a peut-être mis le doigt sur le fond du malaise: l'idée d'être exproprié (e) de soi-même, mis(e) hors de soi. Pensé(e) par autrui.

Toute ma vie, j'ai cru au libre arbitre. Bataillé pour être maître de mon destin. " On est ce qu'on veut", répétait ma mère quand j'étais petite. Cela voulait dire qu'on était seul maître à bord. Et qu'en cas d'échec, on n'avait pas d'excuse. On n'avait pas voulu assez fort. Essayé assez fort. (...)

J'ai toujours trouvé difficile de savoir exactement ce que je voulais. Mais voilà que quelqu'un d'autre faisait irruption dans ma vie et me disait soudain : " Tu es ce je veux" (p. 95-96)
Commenter  J’apprécie          130
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les auteurs jeunesse

Quel livre n’est pas de René Goscinny ?

Le petit Nicolas
Astérix et Obélix
La guerre des boutons
Lucky Luke

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , écrivainCréer un quiz sur cet auteur