AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782366510560
216 pages
Éditeur : Paul&Mike (27/01/2015)
3.36/5   7 notes
Résumé :
« J'avoue avoir éprouvé comme un sentiment d'accablement en découvrant que les occupants de Nanisivik n'étaient en fait que des ouvriers du BTP déplacés en conditions extrêmes, masculins, résignés, et sans rien de commun avec les territoriaux à l'hospitalité conjugale réputée dont j'avais espéré les largesses. » Soldat égaré en pleine guerre du Kosovo, pharmacien du grand large, guitariste obstiné : les anti-héros de "La fuite est un art lointain" naviguen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Seku
  30 juin 2015
https://les100livres.wordpress.com/2016/04/14/catherine-quilliet-la-fuite-est-un-art-lointain/
"Ce recueil de nouvelles nous entraîne dans un long voyage, du blanc Nunavut aux vertes collines des Balkans. Les paysages, les pièces, les corps, tout est prétexte à décrire la matière, la lumière. Le tout à petites touches discrètes et justes. (...)
Il y a une constante : l’écriture. Elle est concise, précise et toujours fluide. Elle change subtilement, en fonction des personnages, des lieux. C’est un des grands bonheurs de ce livre."

http://benoitcamus.eklablog.com/2-recueils-passionnants-chez-paul-mike-a115132670
"[Une] belle voix singulière, qui sait happer son auditoire en deux temps trois mouvements. C'est le corps qui semble être le grand acteur de ces nouvelles, si bien que l'on pourrait presque ajouter en sous-titre de recueil : mon corps, mon ennemi ou mon corps, cet étranger ou plutôt, cette étrangeté... Non pas le corps dans le corps à corps, mais dans le corps à soi-même parce qu'ici, c'est une affaire individuelle et souvent une lutte à mort. Vous l'aurez deviné : je recommande chaudement !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
laureck
  17 mars 2016
Dévoré en une journée juste après la lecture du "problème à N corps".
Je suis très impressionné par les talents rares de cette auteure.
On est très loin des nouvelles classiques où l'intrigue à velléités hollywoodiennes est disséquée pour s'assurer que le lectorat la comprendra à coup sûr.
Catherine Quilliet semble écrire les livres qu'elle aurait aimé lire : les intrigues dont la clef n'est jamais explicite mais doit être déduite des faits relatés.
Un exemple? Je pense que si Catherine Quilliet avait écrit le film 6ème sens, elle aurait omis le passage où le Dr. Crowe découvre qu'il est lui même mort.
Attention ! Catherine a une haute opinion de l'intelligence de son lectorat et les indices sont parfois subtils. Ils sont à la hauteur du plaisir qu'on éprouve à reconstituer le puzzle par nous-même.
Le style est frais, la finesse de l'humour distillée au long des pages et le registre de langage est exceptionnel, vaste (c'est la première fois que j'utilise le dictionnaire français de ma Kindle).
Merci à l'auteure. Je suis impatient de continuer notre lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ismenes
  03 avril 2017
Ce recueil de nouvelles est vraiment intéressant et mériterait plus de lecteurs.
Commenter  J’apprécie          00
CelineArthemiss
  20 janvier 2016
Je suis une fan de nouvelles.
Mais force est de constater que là, je n'ai pas réussi à rentrer dans les histoires. le recueil m'a laissée perplexe.
En revanche, je reconnais à Catherine Quillet une écriture très intéressante.
Lien : http://www.arthemiss.com/la-..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SekuSeku   30 juin 2015
Elle met sa main sur le front du mort.

Oui, ma mère met sa main sur le front du mort.
Ma MERE met sa main sur le front du MORT.

Défi, leçon de choses ? Souci de faire un geste marquant ?
Ou volonté de se l’approprier ?
Le mort, lui, ne fait rien, et surtout pas vrai. Ils ont peut-être trop forcé sur le fond de teint, peut-être cette couleur à la fois cireuse et foncée est-elle normale, je ne sais pas, ce n’est que le deuxième que j’approche de si près. Je n’arrive pas à y voir autre chose qu’un mannequin. Impossible de croire que cette statue mal faite a un jour ri, parlé, que ces paupières s’ouvraient sur des yeux humides, sur une pupille accommodant à chaque fraction de seconde… Et Mireille qui continue de lui parler comme s’il était vivant… Je surprends le visage décomposé de Nicolas. Une grosse boule remonte de mon estomac à mon arrière-gorge – je franchis les deux mètres qui me séparent de la porte, baissant la tête pour passer au large du beau-frère un peu en retrait car il était en larmes il n’y a pas cinq minutes, et je peux aller pleurer dehors, furieuse contre moi-même de m’approprier un chagrin qui n’est pas à moi car je le connaissais si peu, au fond, Jean-Jacques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SekuSeku   30 juin 2015
Merci. Merci à la France coloniale qui, encore sous le coup d’une période pas très glorieuse en ce qui concernait certaines minorités, avait besoin de se donner bonne conscience en permettant à une gamine de Dakar, stigmatisée par les séquelles d’une affection violente, d’accéder aux études supérieures. Accessoirement, la gamine était surdouée, en particulier dans les matières scientifiques.
Merci à sa directrice de thèse, femme et donc elle aussi membre d’une minorité majoritaire, comme elle se plaisait à dire, qui avait accueilli avec une bienveillance détachée cette élève hors normes et introvertie.
Merci au lobby américain pour la vaccination antivariolique. Birame avait toujours soupçonné qu’il était pour quelque chose dans la proposition de séjour de recherche au pays du white only, miraculeuse pour une chercheuse faussement française mais vraiment noire. Noire à taches blanches, réclame vivante et socialement présentable pour les partisans de la vaccination pour tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
laurecklaureck   17 mars 2016
Je me suis recroquevillé, appelant le harcèlement de toute mon attitude de victime.
Le harcèlement ne s'est jamais fait prier très longtemps et donne vite l'impression à celui qui le subit qu'il est mérité, ce qui aide à entretenir la situation.
Commenter  J’apprécie          10
SekuSeku   30 juin 2015
« Et pourtant, il y en a, de la place, ici ! Tu vois une maison ? Non, pas une ! Alors que jusqu’au mont, là-bas, tu as des terres qui peuvent donner. Et elles donnent bien, si on s’en occupe correctement. Mais non. Ils préfèrent se taper dessus. Tout ça pour trois morceaux de charbon. »
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2657 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre