AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
4,48

sur 52 notes
5
32 avis
4
17 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Si pour Pierre Thiry, chaque écriture d'ouvrage est un défi à relever, je dirais qu'il en est de même pour son lecteur (en l'occurrence ici, je fais simplement allusion à moi) car s'il est vrai que la langue française est extrêmement riche mais aussi complexe, qu'en est-il de la poésie ? S'étant adonné dans ses précédentes parutions à l'art su sonnet puis rondeau, c'est ici au triolet qu'il s'attaque et, pour complique un peu la chose, les "triples triolets" exactement. Alors qu'est-ce exactement ? Je pourrai vous en citer la définition du Larousse ou du dictionnaire mais je vais simplement me permettre de reprendre (juste quelque termes qu'utilise Christian Robert dans sa préface "poème de huit vers de huit syllabes" mais ce n'est pas tout, le reste, je vous laisse le soin de le découvrir par vous-mêmes ! Ici, je dirai que le poète va crescendo en ayant découpé son ouvrage en quatre mouvements pu quatre grands chapitres si vous préférez. le premier intitulé "Miroitements" dans lequel l'auteur amoureux des mots part comme un explorateurs, histoire de tâter le terrai puis le deuxième "Décors" où effectivement les lieux où du moins ce qu'ils réveillent en l'âme du poète sont évoqués puis accélération dans le troisième mouvement intitulé "Danses, rythmes" où le poète s'alarme, réveille ses sens comme une urgence de vivre la vie mais surtout de l'écrire, de la sentir, de la tâter des doigts grâce au verbe et enfin "Aux risques du vent", invitation à la rêverie, à la flânerie mais aussi, comme dans toute poésie, et ce, depuis que le monde est monde, à l'amour !

Un ouvrage qui se lit très rapidement mais que je vous conseille, tout come je m'apprête à le faire, à le lire et à le relire afin d'essayer d'en percer tous les mystères et les trésors d'ingéniosité que Pierre Thiry place dans chacune de ses oeuvres ! Un travail remarquable que je ne peux que vous encourager à découvrir et ce que j'apprécie le plus, c'est qu'à chacune de mes découvertes avec l'un ou l'autre des ouvrages de ce dernier, j'ai non seulement l'impression d'être un peu moins ignorante en la matière mais surtout une soif de continuer à apprendre et à découvrir et le tout, en poésie il va sans dire !
Commenter  J’apprécie          630
Je ne lis pas beaucoup de poésie. J'en relis dans certains recueils qui m'accompagnent depuis longtemps et que j'ouvre parfois. Mais je me lance rarement avec un auteur inconnu. la poésie est un domaine qui me fait un peu peur, alors que paradoxalement j'aime quand une écriture est poétique.

Aussi, j'ai beaucoup hésité quand Pierre Thiry m'a proposé son recueil. le résumé me paraissait bien "sérieux" et les quelques critiques lues venaient compléter cette manière d'aborder cet ouvrage que je trouvais trop dans l'explication de textes, me rappelant de mauvais souvenirs d'études de textes en Français. Je craignais aussi de ne pas être capable d'en parler. Et pourtant, j'ai dit oui, parce que j'avais beaucoup apprécié ma lecture précédente de l'auteur.

J'avais lu que se succédaient quatre mouvements, j'ai donc dans un premier temps commencé à lire dans l'ordre, poème après poème, et je n'y arrivais pas. Alors, j'ai décidé d'oublier tout ce que j'avais lu, et de lire ce recueil au hasard, picorant un poème ici et là, sans souci de savoir à quelle partie il appartient, J'ai posé mes yeux sur quelques lignes ici, prononcé d'autres mots à voix haute un peu plus loin. J'ai même rencontré dans ce recueil quelques-uns de mes amis, un poète à la brouette, une classe amusée, une amatrice de chocolat...

J'ai souri souvent, appris quelques mots, été émue aussi parfois. J'ai été surprise, déroutée par certaines associations. Certains poèmes se dévoilent plus lentement, Il ne faut pas hésiter à lire et relire. Et parfois le sens s'efface simplement devant la musique des mots, et le charme opère aussi. J'ai apprécié le rythme de ces poèmes, écrits à la manière des poètes d'antan, pour employer le mot juste, des triolets. J'ai aimé découvrir ces textes dont les rimes m"enchantent. J'aurais pu ajouter encore et encore des extraits, j'espère vous avoir donné envie d'en découvrir plus.

Le recueil est sur ma table de nuit, Il va en rejoindre ceux dans lesquels je me plonge de temps à autre, pour mon plus grand plaisir.

Commenter  J’apprécie          5313
Je remercie chaleureusement Pierre Thiry pour l'envoi, en service presse, de son tout dernier recueil de poésie : Cinquante deux reflets.
Cet ouvrage peut-être considéré comme une scène où se succèdent quatre mouvements ou plutôt quatre chapitres intitulés Miroitements (1), Décors (2), Danses et rythmes (3), Aux risques du vent (4).
Cinquante deux reflets m'a totalement charmé et une fois de plus j'ai pris plaisir à lire de la poésie, ce qui n'était pas gagné au premier abord :)
La langue française est extrêmement riche et complexe, Pierre Thiry nous montre à chaque ouvrage qu'il réussit parfaitement à manier les mots.
J'ai beaucoup aimé la construction de ce recueil, en quatre parties distinctes qui se complètent parfaitement. Il est composé de triolets, et chapeau car il faut en avoir de l'inspiration pour écrire de si jolis poèmes.
Hâte-toi ouvre parfaitement le bal, donne le ton. Tout comme Celle dont la bravoure superbe clos parfaitement l'ensemble.
Entre les deux, de très jolis textes forts bien écrits que j'ai pris plaisir à lire petit à petit pour poursuivre le plaisir de la lecture plus longtemps.
Vous l'aurez compris, une fois de plus les écrits de Pierre Thiry m'ont captivés et c'est avec un immense plaisir que je note Cinquante-deux reflets cinq étoiles :)
A vous de le découvrir à votre tour.
Commenter  J’apprécie          220
Très tôt, j'ai pris plaisir à lire de la poésie. Ce genre littéraire me procure de nouvelles richesses qui approfondissent mes connaissances et inspirent mon écriture. J'ai beaucoup appris sur la poésie grâce à Pierre Thiry, qui mène la danse avec sa plume, construit des messages poétiques, répand plein de réflexions et instruit ses lecteurs.
Après avoir lu et exploré les sonnets dans ses livres précédents. Son nouveau recueil de poèmes, Cinquante-deux reflets, traite de triolets, qui sont définis comme des poèmes à forme fixe composés de huit vers sur deux rimes. Il diffuse une fois de plus sa passion pour l'écrit dans une mise en scène poétique et émouvante, conviant à nouveau les lecteurs à se pencher sur le sens de chaque discours.
La préface intrigante de Christian Robert, auteur de Fables et de nouvelles, ouvre la porte à l'exploration du livre. Comme je le répète souvent, Pierre Thiry a l'art de jouer subtilement avec les mots.
Quatre sections aux thématiques distinctes sont consacrées aux triolets et nous invitent à analyser le sens de chaque poème. Dans cet art de la fiction que nous propose l'auteur, paysages, images, et personnages défilent au fil des chapitres.
Les triolets ont un rythme et coulent en douceur à travers les pages. Les mots se rencontrent, résonnent et créent un embellissement musical qui s'entrelace avec le déroulement du poème à venir. L'imagination de Pierre Thiry est perceptible, tournoyant les extraits après nous avoir fait sourire et surpris comme à son habitude. Les mots composés nous révèlent un jeu de mot musical parfois malicieux et ironique. C'est comme regarder un film où le décor se mélange et les teintes tourbillonnent à travers les scènes. C'est à notre tour d'innover, de façonner et de définir ces poèmes vibrants.
Les connotations, les messages et les rimes de la plupart des triolets sont constitués de mystères que nous arrivons à déchiffrer. le silence, L'art se parfume, Des mots qui rusent, Celle dont la bravoure superbe ont suscité en moi beaucoup d'émotions et de réflexions. Je vous invite à lire dès maintenant ce recueil de poésie et à découvrir vos triolets favoris.
Le format de ce livre est pratique pour le transporter dans son sac et le consulter dans un jardin ou sur une terrasse ensoleillée, en sirotant une bonne tasse de café pour s'imprégner des mots et signaux véhiculés par l'auteur. Que vous soyez amateur ou passionné de poésie, Pierre Thiry saura vous captiver par ses poèmes vibrants et colorés, écrits avec habileté et dynamisme.
Commenter  J’apprécie          160

Cinquante-deux reflets de Pierre THIRY

Préface de Christian ROBERT

— Poésie —

Tout commence par une préface qui nous met agréablement en appétit, une véritable ode au talent de Pierre THIRY.

Ensuite, place à la poésie avec ce petit recueil de poèmes, décomposé en quatre chapitres de chacun treize triple-triolets (le contenu d'un vers se retrouve répété trois fois). Mais faisons fi des explications savantes et découvrons cet ouvrage.

Enfin ! Un écrivain qui redonne à la langue française ses lettres de noblesse, pas d'anglicismes, que nenni ! de belles formules, des mots triés sur le volet avec lesquels Pierre Thiry jongle avec talent.

Miroitements ; Décors ; Danses, rythmes ; Aux risques du vent : quatre chapitres qui abordent des thèmes différents mais tous avec des mots qui pétillent, qui claquent, on voyage, on sourit, Pierre Thiry fait miroiter des rythmes, des idées, des images, des songes. Il joue avec les mots, nous surprend, nous émerveille et arrive même à enchanter les tableaux graphiques !

N'hésitez pas à accentuer la scansion, à déclamer à voix haute, le triolet permet une répétition qui souligne l'essentiel et les images s'impriment dans la rétine, leur chant fait résonner les cordes vocales autant que celles du coeur. Tout prend vie à la lecture des poèmes, les personnages, les objets, les lieux, les saisons…

Vous trouverez mon avis dithyrambique
Mais j'ai savouré ces vers avec gourmandise
Dans ce petit recueil fantastique
Chaque mot est comme une friandise

Pas de tristesse en refermant ce petit livre qui pourra vous accompagner des années, il suffira de temps en temps de piocher dans ses pages pour se délecter d'un petit triolet.

Je termine sur ce cri du coeur : Bravo, Monsieur THIRY, chapeau bas !

À lire avec une coupe de Champagne rosé (pour le pétillant) et des biscuits à la cuiller (pour le moelleux) avec une petite couverture en molleton (pour la douceur).

Mon compte Instagram : @la_cath_a_strophes



Commenter  J’apprécie          130
Tout d'abord, cet ouvrage est magistralement préfacé par l'écrivain Robert Vincent alias Christian Robert de son vrai nom.

Depuis l'édition, en 2009, de son premier roman farfelu et exquis  "Ramsès au pays des points-virgules" Pierre Thiry a su convaincre ses lecteurs de l'efficacité de ses textes grâce à son imagination débordante et délirante pour leur plus grande satisfaction.

Puis, en publiant ce nouveau recueil de poèmes intitulé "Cinquante-deux reflets", l'auteur a su de nouveau puiser auprès de ses sources d'inspirations créatives, semblant infinies, une oeuvre foisonnant de dizaines de triolets déclinés en quatre mouvements : Miroitements ; Décors ; Danses, rythmes ; Aux risques du vent.

N'hésitez pas à vous lancer dans l'aventure de ces différents paysages, de virevolter parmi les âmes humaines, les personnages et les cadences  poétiques de Cinquante-deux reflets !
Commenter  J’apprécie          120
Me voici de nouveau avec un recueil poétique de Pierre Thiry. Nous avons 4 mouvements distincts :
- Miroitements,
- Décors,
- Danses et rythmes,
Aux risques du vent.

Miroitements, mets en lumière l'impression des choses qui nous est laissée sur la rétine. C'est le support de cette oeuvre, c'est le début de son travail de recherche poétique et l'entrée en gare pour le lecteur...

Décors, c'est la caverne d'Ali baba en termes de nouveaux lieux, paysages... Qui pourrait servir de scènes pour les lecteurs. le train accélère de plus en plus, nous emportant vers la destination vers laquelle l'auteur souhaite nous mener.

Les deux derniers sont là quant à eux, pour être une réserve d'actions et de personnages. L'auteur nous fait découvrir les merveilles qu'il a à offrir, mais sans nous cantonner à une vision définie. C'est à nous de laisser libre cours à notre imagination et surtout, c'est à nous de continuer ce voyage.

Pour vous, qu'est-ce que la bonne poésie ? En existe-t-il par ailleurs une bonne et une mauvaise ? Vous avez 3h pour débattre 🤣

Ce recueil est très agréable à lire à voix haute. Mais je vous déconseille de lire tout d'une traite, laissez vous vous imprégner des mots. Ce n'est pas un roman ! C'est de la poésie, ça se décortique, ça doit imprégner votre être. Lire ça comme un roman feel good, ce serait dommage.

❤ Personnellement, j'ai retenu plusieurs poèmes : l'humour grillon, un temps d'amoureux, raturés silencieux..., coursiers dart, le crépuscule à la fin, quand est-ce de la poésie ?, le silence, les soirs d'hiver, enfance, tu causes tu brasses..., auditeur, il ruse avec l'horloge.

À savoir que l'auteur peut répondre rapidement à vos questionnements 🍀
Commenter  J’apprécie          90
Il m'est très difficile de parler de Poésie, je ne suis pas une adepte de ce genre littéraire, je n'aurai pas les bons mots pour vous en parler correctement, alors je m'excuse d'avance si je suis un peu maladroite.
Au collège et lycée, les enseignants nous obligent à lire des poèmes, en primaire nous devons les apprendre par coeur, je détesté cela, vraiment, quel ennui. Mais il est important de faire découvrir dès le plus jeune âge, les différentes forme d'art.
Pour moi la poésie est un Art, nous ne ressentons pas tous la même chose en lisant ces textes, des fois nous ne comprenons pas tout, et parfois nous partons dans le texte, la magie des mots nous emportent sans que nous nous en apercevons.
En lisant ce livre, j'ai ressenti plusieurs émotions, certains textes m'ont perdu, je n'ai pas compris, je n'ai pas aimé. Et d'autre m'ont fait voyager. Pourquoi? je ne saurai l'expliqué. L'auteur utilise un vocabulaire recherché, parfois un peu compliqué, mais sa plume reste douce apaisante, fluide.
Mes sentiments sont ambigu sur cet oeuvre, mais je crois que c'est cela l'Art!

Le livre est découpé en quatre parties, et chacune d'elle est bien différente, le lecteur ne va pas éprouvé d'ennui.
Cet ouvrage est à lire si vous aimé les belle sonorité poétique, si vous êtes un adepte de ce genre littéraire, et si vous êtes curieux comme je l'ai été. Mais si vous êtes vraiment fermé à la poésie, passez votre chemin vous n'apprécierez pas les beaux mots.

Avant de me plonger dans cette lecture, j'ai fais quelques recherches, dont celle-ci: mais c'est quoi un triolet?
Je vous partage ma recherche: "Un triolet est un poème à forme fixe composé de huit vers sur deux rimes et dans lequel les premier, quatrième et septième vers, ainsi que les deuxième et huitième vers, sont identiques. le mètre d'un triolet est généralement octosyllabique. Il peut être composé de deux quatrains ou bien d'un seul tenant, formant un huitain que l'on appelle alors triolet continu."
Je pense qu'il faut un minimum d'information pour attaquer ce livre.
Commenter  J’apprécie          60
Dans cet ouvrage l'auteur Pierre Thiry nous emporte sur une scène et nous suggère à travers sa poésie une impression sensible sur pellicule de tableaux ressentis, des décors et des lieux où l'imagination nous transporte, l'action que l'on pourrait imprimer dans ces ambiances et bien sûr les personnages qui les traverseraient. Ce livre, c'est une ébauche d'une infinité de films que l'on peut monter dans son esprit et plus loin encore. C'est notre cinéma intérieur, c'est la poésie. La pellicule, c'est notre esprit.
D'un point de vue technique, cet oeuvre regroupe cinquante-deux reflets, 52 poèmes qui donnent 156 triolets... Oui, des triolets. Ils sont devenus bien rares dans la poésie contemporaine et l'auteur les construit avec une certaine maestria. Car, justement, l'aspect technique ne se fait pas sentir, dépassé par la qualité des vers, le plaisir du vocabulaire, la richesse et la multiplicité des allitérations, les jeux de mots... Les jeux des mots... Mieux, certains triolets sont si bien écrits qu'ils chantent... Oui, ils chantent, vous verrez !
Bref, un ouvrage qui ravira les amateurs de poésie et pourra faire rêver les autres. Un ouvrage qu'on lit d'une traite, puis qu'on relit, par bribes, par monts et par vaux, un petit triolet par ci, un reflet par là, dans sa chambre, au bureau, sur un banc au bord de la mer... Et on se laisse transporter quelques secondes.
Reste pour moi un petit défaut à ce livre : le quatrième de couverture ne le met pas en valeur. Il relate le contenu du livre, l'explique et c'est très bien, mais il ne met pas en valeur la poésie qui en ressort. Il aurait bien eu sa place en début de livre, en préambule, et j'aurais bien vu un triolet de plus, qui parle de pellicule cognitive, de cinéma intérieur... Je sais, je suis gourmand mais cela aurait à mon sens mieux présenté le contenu. Mais le poète n'est pas un grand commercial, par essence. Allez, je vais conclure en m'amusant :
Le poète n'est pas commercial
Pas d'esprit libre économique
Entre le rêve et l'argent sale
Le poète n'est pas commercial
Et ne mange que des briques
Le poète n'est pas commercial
A se dépenser pour du fric...
Je sais, ce n'est pas très bon mais j'ai pas pu m'en empêcher. Courrez acquérir cet ouvrage pour en lire de meilleurs !
Lien : https://www.facebook.com/pro..
Commenter  J’apprécie          60
On connaît (trop) bien Cinquante nuances de Grey, un peu moins Cinquante-deux reflets de Pierre Thiry. Et c'est bien dommage ! Ce qu'on trouve dans la première oeuvre n'a, je crois, aucun rapport avec la deuxième. Et de ce point de vue, c'est tant mieux. Je pourrais donc disserter longuement sur ce qu'on ne trouve pas dans ce magnifique recueil de poésie, mais je préfère me concentrer sur ce qu'on y trouve.

Tout d'abord, dans sa dédicace manuscrite – merci à l'auteur – il est conseillé de lire ce livret à voix haute ou bien en sourdine, selon l'humeur, afin d'explorer les multiples ressources que propose le triple triolet. Pour sa part, Christian Robert, ex-professeur de lettres et coauteur de romans policiers un brin décalés, nous éclaire dans sa préface sur ce qu'est un triolet. Avec cette définition d'une haute technicité : « Dans sa forme la plus simple, un triolet est un poème de huit vers de huit syllabes, bâti sur deux rimes différentes, dont la première se trouve répétée au quatrième puis au septième vers et la deuxième au dernier vers. »
Eh bien heureusement que le triolet possède une forme « simple »… parce qu'en s'attaquant au « triple triolet », Pierre Thiry n'a pas l'air d'avoir opté pour la facilité. Ceci dit, et si j'ai bien tout suivi… tout s'éclaire à la lecture, qu'elle soit sonore ou muette.

Ensuite ce livre, structuré en quatre chapitres, s'enrichit de l'éternelle question : « Qu'est-ce que la poésie ? » Après avoir lu bon nombre de recueils de poèmes du même auteur, il est grand temps de m'interroger me direz-vous. Mais il n'est jamais trop tard. D'ailleurs, la matière poétique se renouvelle sans cesse au gré de nos regards en soi, sur autrui et le monde. Alors laissons-nous subjuguer par un kaléidoscope d'émotions où tourbillonnent tant de fragments d'images.

Tour d'horizon offert par ces reflets.

- Chapitre 1 – Miroitements : La poésie est partout pour qui sait la voir et, par touches subtiles, ces miroitements ne peuvent qu'inciter au rêve et à l'évasion.

- Chapitre 2 – Décors : Ensuite tous ces arrière-plans posent un cadre pour mettre en scène la poésie ambiante.

Et pour donner chair à l'ensemble – non, Christian et Anastasia n'ont rien à voir là-dedans –, il faut que ça bouge.

- Chapitre 3 – Danses et rythmes : J'ai probablement une oreille particulière (ce qui est vrai, comme la plupart d'entre nous), j'ai ainsi par moments intercepté comme l'écho d'une musique de rap. C'est ainsi l'impression que m'a donnée le triolet L'art se parfume.

L'art se parfume aux soirées qui s'égouttent,
Il regarde attentif étreint tes mains,
Cette sensation chantonne et tu doutes.
L'art se parfume aux soirées qui écoutent. […]

- Chapitre 4 – Aux risques du vent : entre rêve et réalité, l'âme vagabonde toujours et une kyrielle de personnages entrent en scène.

Pour conclure, je crois opportun de citer Paul Claudel qui, à propos de la poésie, aurait déclaré : « Il faut qu'il y ait dans le poème un nombre tel qu'il empêche de compter. » Alors, à l'issue de ce voyage poétique, à mon tour de m'interroger. Et si cet ouvrage donnait un indice capital sur ce nombre mystérieux ?
Lien : http://scambiculturali.over-..
Commenter  J’apprécie          50




Lecteurs (65) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1195 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}