AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2810623716
Éditeur : Books on Demand (31/10/2012)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Ce récit évoque quelques impressions sur des personnages réels : Gustave Flaubert, Giovanni Bottesini, Rouen, le pont Gustave Flaubert... Un grand écrivain, un compositeur de musique oublié, une ville normande, un pont levant peuvent-ils s'emmêler dans la même intrigue ? Giovanni Bottesini (1821-1889) et Gustave Flaubert (1821-1880) se sont-ils rencontrés ? Ce "roman", très imaginaire, où il est question : d'un vélo volé, d'un opéra disparu, du détective privé Jules... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
10 février 2013
Quel est le lien entre un pont et Gustave Flaubert ? Cette bonne ville de Rouen. Ville natale de l'écrivain, elle recèle quelques trésors inestimables. Et c'est dans son écrin somptueux que va se dérouler l'histoire de ce roman. L'histoire ? Non ! Les histoires. Car je vois dans ce texte une sorte de diptyque. D'un côté, l'histoire de base, celle qui va donner le départ, une sorte de fil rouge : l'enquête de Jules Kostelos qui doit retrouver le voleur du vélo de son commissaire. Oui, le sujet est futile et on aura bien compris qu'il s'agit d'un prétexte, prétexte à une divagation sur un même thème dont le point d'orgue est - et reste - Flaubert. Au gré de l'enquête, le lecteur va faire un bond dans le temps et retrouver quelques personnages existants (Giovanni Bottesini, Louise Colet) ou fictifs (Salammbô) touchant de près ou de loin à l'auteur de Madame Bovary.
Hommage à l'auteur, véritable ode à l'univers de ce remarquable écrivain, "Le Mystère du pont Gustave-Flaubert" voit s'entremêler différents fils de lecture. Les références culturelles sont riches et c'est un véritable plaisir de voir la façon dont Pierre Thiry imbrique des passages des oeuvres flaubertiennes dans son propre imaginaire. Mais ce dernier ne s'arrête pas là. On pourra également y retrouver des clins d'oeil à ses propres textes (Ramsès au pays des points-virgules ; Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines). D'ailleurs, dans le fil rouge dont je parlais précédemment, le personnage principal, Jules, a un animal... Et devinez lequel ? Charles Hockolmess, le chat noir qui parle et cite des auteurs classiques. le même qui passait son temps, dans Ramsès au pays des points-virgules, à déclamer La Fontaine. C'est à se demander même s'il ne prend pas la première place et s'il ne vole pas la vedette à ce détective atypique.
L'auteur profite de ce texte pour remercier, à sa manière, ceux qui l'ont aidé à se faire connaître : le Café Librairie Ici & ailleurs, le blog le Bazar de la littérature ou encore le site le Galion des étoiles. Ceci montre à quel point Pierre Thiry sait rester simple, modeste et généreux.
Truculence des mots, jeux sur les anagrammes, sérieux des recherches... voici ce qui identifie la "patte" de l'écrivain. Un grand merci à celui-ci pour m'avoir fait connaître ce très beau livre.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
nadiouchka
17 janvier 2017
Ayant été contactée par Pierre Thiry (via Facebook), notre écrivain rouennais, pour chroniquer le Mystère du Pont Gustave-Flaubert, j'ai accepté car j'avais déjà fait cet exercice pour Sansonnets, un cygne à l'envers, et puis le titre m'intriguait : un mystère ? Chic, moi qui aime les enquêtes !
Mais on verra que ce n'est pas le plus important (surprise, surprise).
Sitôt le livre reçu, j'ai commencé la lecture et quel a été mon étonnement en découvrant le(s) sujet(s) de l'histoire : un vélo volé (appartenant au commissaire), la disparition d'un opéra (au fait, existe-t'il puisque personne n'en a entendu parler ?) et c'est le détective privé Jules Kostelos que l'on va suivre. Mais d'autres personnages (nombreux) sont présents également et, entre autres, une bibliothécaire dont le prénom est salammbô (quelle coïncidence… au fait, c'est un livre que j'avais beaucoup aimé et que j'ai l'intention de relire).
Surtout, ne pas oublier un personnage très, très important : un chat noir, Charles Hockolmess (oui, c'est bien son nom) qui, sous son chapeau melon, observe tout et une partie de l'histoire se passe dans ses rêves…
Allusion aussi à un rassemblement de vieux gréements à Rouen en 2017 – l'Armada.
Malheureusement, on ne peut pas raconter cet ouvrage. Mais on peut dire qu'il est très richement fourni en renseignements de toutes sortes, et en particulier, sur Gustave Flaubert et Giovanni Bottesini (né au Mexique)...
C'est un roman imaginaire, mais où, comme d'habitude, Pierre Thiry ne peut s'empêcher de jouer avec les mots, d'ajouter une multitude d'anecdotes, bref, une grande quantité d'informations qui démontrent combien ce livre est documenté. On appréciera également les nombreuses divagations qui parsèment ce livre. Mais tout est bien trouvé et nous fait sourire.
D'ailleurs, pour livre cet ouvrage, mieux vaut être bien concentré car autrement on perdrait vite le fil. de plus, l'auteur a inséré quelques passages de l'oeuvre de Gustave Flaubert. Et Pierre Thiry avoue qu'il trouve qu'il y a de la musique dans les écrits de Flaubert. Il sait de quoi il parle car il aime énormément la musique et il est aussi musicien. Encore un atout de plus.
A la fin du livre (avec un dénouement assez inattendu), se trouve une Chronologie (bonne idée et gros travail de recherches), concernant la construction de ce fameux pont, sur les livres de Flaubert, sur Bottesini, bref, une masse de références. Il est d'ailleurs nécessaire de la lire car elle nous fait comprendre des choses qui auraient pu échapper à la lecture du livre.
Cela ne m'étonne pas de l'auteur, passionné d'écriture, animateur d'ateliers, un personnage très actif.
On voit combien il s'investit dans ses livres et, dans celui-ci, on trouve mêlées fiction et réalité, ce qui a été très bien fait, et dont on ne peut que féliciter Pierre.
J'ai vu que ce livre avait été publié en décembre 2012 (donc pas récemment) et j'espère qu'il a rencontré un bon succès bien mérité car il est vraiment très original.
Merci Pierre pour m'avoir envoyé le Mystère du Pont Gustave-Flaubert et merci pour la dédicace : je l'ai beaucoup appréciée (avec le chat….) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
Aline1102
19 juin 2013
Nous sommes à Rouen, en 2017. L'Armada, une réunion de voiliers du monde entier, bat son plein dans le port de la ville.
Chez lui, Jules Kostelos est au calme, loin de la foule et du bruit qu'elle produit. Il profite de sa soirée pour lire Gustave Flaubert pendant que Charles Hockolmess, le chat noir, dort près de lui.
Jules a une bonne raison pour préférer Flaubert à l'Armada (malgré la beauté de certains des voiliers amarrés) : il est amoureux de Salammbô, une bibliothécaire passionnée par l'oeuvre du grand écrivain.
Mais voilà que la sonnerie du téléphone vient troubler la lecture de Jules... C'est le commissaire Jeton : on a volé son vélo sur le Pont Gustave-Flaubert et il souhaite que Jules, qui travaille comme détective privé, le lui retrouve. Au détour de la conversation, Jeton mentionne un opéra de G. Flaubert et de G. Bottesini, "Le Don Juan somnambule ou la chute du pont". Jules n'a jamais entendu parler d'une telle oeuvre... Et ce mystère lui semble bien plus intéressant que le vol du vélo du commissaire Jeton.
Comment Flaubert et Bottesini se sont-ils rencontrés ? D'ailleurs, un opéra nommé "Le Don Juan somnambule ou la chute du pont" existe-t-il? Jules décide de mener l'enquête.
Un grand merci à Pierre Thiry qui a une fois de plus pensé à moi pour la lecture et la critique de son nouveau roman.
Et quel roman ! Charles Hockolmess, l'amour, la passion des belles lettres et de la musique, des citations magnifiques empruntées à l'oeuvre et à la correspondance de Gustave Flaubert... Tous les éléments sont là pour transformer ce "Mystère du Pont Gustave-Flaubert" en un grand moment de lecture.
Les personnages sont nombreux et tous ont une histoire différente. Pourtant, ils ont également tous un point commun : la musique. Grand amateur de musique (Pierre Thiry joue du violoncelle et son frère est contrebassiste) , l'auteur n'hésite pas à composer, au fil des pages, une symphonie en hommage aux musiciens et à leur art.
Contrebasses et violoncelles (tiens !), violons et glass harmonica entre autres rythment le récit qui, tour à tour, s'emballe et se calme à nouveau. Presque comme un morceau de musique, en fait, qui nous ferait passer par toutes les émotions.
Je vous parlais de la multitude de personnages qui animent le récit. Parmi ceux-ci, c'est Jules que j'ai le plus apprécié (après Charles Hockolmess, bien entendu). Car le détective privé est très touchant, puisque c'est son amour pour Salammbô qui le pousse à vouloir découvrir toute l'oeuvre de Flaubert. Cette passion si pure et si douce pour tout ce qui plaît à l'objet de son affection est particulièrement bien écrite par Pierre Thiry qui parvient à nous passionner pour la jolie relation Jules-Salammbô.
En attendant, le rythme très musical du récit nous amène (presque) à oublier le pauvre Jeton et le vol de son vélo. Comme Jules, qui s'intéresse de plus en plus à la vie de Gustave Flaubert et à cet opéra dont il a entendu parler, le grand écrivain finit par nous passionner beaucoup plus que le mystère du vélo volé. Il faut dire que Pierre Thiry parvient à renforcer encore cela grâce aux passages et citations empruntés aux diverses oeuvres et à la correspondance de Gustave Flaubert.
Et, en plus de nous détourner du vélo de Jeton, les nombreuses allusions à l'oeuvre de Flaubert et à sa personnalité donnent envie de dévorer d'une traite ses oeuvres majeures. C'est à cela que l'on reconnaît les bons livres, non ? Quand un roman qui parle d'autres romans vous pousse à vouloir découvrir ces derniers, c'est la preuve que le romancier a bien fait son boulot d'auteur.
Un grand bravo à Pierre Thiry pour cette oeuvre originale au dénouement imprévu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
Melisende
18 février 2013
Après Ramsès au pays des points-virgules et Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines, voilà le troisième livre de l'auteur et troisième livre que j'ai la chance de découvrir. Mais que se cache derrière ce nouveau titre à rallonge ?
Alors que les deux premiers étaient plutôt destinés aux plus jeunes lecteurs (le deuxième étant illustré, qui plus est) même si les adultes pouvaient parfaitement y trouver leur compte, le Mystère du Pont Gustave Flaubert est définitivement destiné aux lecteurs adultes et aguerris, à mon sens. Plus long et plus complexe, il mérite une approche différente. Cependant, on retrouve une nouvelle fois ce qui a fait et fait le succès de Pierre Thiry : un style particulier, des jeux de mots en veux-tu en voilà et toujours tout un tas de références culturelles extérieures.
J'ai cru voir un avis positif chez Méloë et un avis désappointé chez Mina. de mon côté, j'ai pris du plaisir à cette lecture mais comprends aussi la « déception » de Mina. Lorsqu'on lit la quatrième de couverture et lorsqu'on feuillette les premières pages, on pourrait croire, grâce à la mention « d'un détective privé », « d'un vélo volé » et « d'un opéra disparu », qu'on s'apprête à suivre une enquête policière. Alors certes, énigme il y a, curieuse énigme même, mais Pierre Thiry laisse vite celle-ci de côté pour partir vers d'autres horizons. Tout est évidemment intimement lié et l'intrigue « policière » reste en toile de fond, mais si vous vous attendez à lire une enquête à la Hercule Poirot, ouvrez plutôt un Agatha Christie.
Une fois passée cette légère déconvenue, j'ai pris énormément de plaisir à lire les nombreuses digressions de l'auteur. Dans ce troisième livre publié, Pierre Thiry rend hommage à un célèbre auteur (je pense que vous devinez lequel) mais également à sa ville, Rouen. de Gustave Flaubert, je ne connais que Madame Bovary que j'ai lu deux fois et apprécié lors de ces deux lectures. de Rouen, c'est bien simple, je ne connais absolument rien. C'est donc avec énormément de curiosité que je tournais les pages du Mystère du Pont Gustave Flaubert, avide de découvrir de nouvelles anecdotes sur l'un et sur l'autre. Je suis sortie de ma lecture repue (peut-être même avec une légère indigestion… il faut le temps de tout assimiler) et bien décidée à lire d'autres ouvrages de Gustave Flaubert, auteur que je ne verrai sans doute plus jamais de la même façon (j'avais uniquement en tête avant cette lecture, le célèbre portrait de trois-quarts de l'auteur, un peu rond et possédant une grosse moustache).
Je comprends parfaitement que cette affluence d'informations et surtout, leurs apparitions assez peu linéaires dans le texte, puissent déstabiliser certains lecteurs. J'ai parfois eu du mal à me « placer » dans le texte, ne sachant plus quelle était l'action présente et dans quel contexte se plaçait l'anecdote en cours. le Mystère du Pont Gustave Flaubert demande une lecture assez concentrée tant elle regorge de petites choses. Je suis persuadée, à l'instar de Méloë, que je suis passée à côté de nombreuses citations et références littéraires (et culturelles en général) et me ferai donc un plaisir, dans quelques années, lorsque j'aurai lu d'autres oeuvres de Flaubert et aurai une plus grande maturité, de relire ce fameux Mystère… je suis sûre que j'en ressortirai avec des sentiments différents et retirerai d'autres choses de ce titre.
Je félicite Pierre Thiry qui a réussi à insérer des passages plus ou moins longs de l'oeuvre de Flaubert dans son propre texte et à le faire bien. Ce n'est pas lourd et ne paraît pas « artificiel ». On sent ainsi tout le travail qui se cache derrière le Mystère du Pont Gustave Flaubert et les nombreuses connaissances ayant servi à la rédaction de celui-ci. Monsieur Thiry est un passionné, c'est palpable et communicatif. Je l'ai déjà dit, mais c'est évident, je vais me lancer sérieusement dans la découverte de l'oeuvre du Papa d'Emma Bovary !
Outre ces nombreuses citations Flaubertiennes bien agréables à parcourir, l'on retrouve le style de Pierre Thiry, toujours généreux en jeux de mots et en musicalité. L'auteur travaille la forme. Entre mes lectures souvent plus « Young adult » et donc, malheureusement souvent plus « simplistes » (du moins dans la forme), c'est agréable de lire un auteur qui prend soin de la langue française et joue avec elle.
Un dernier mot pour remercier l'auteur, non seulement de me permettre de découvrir ses livres, de me faire passer un bon moment à chaque fois, mais également pour le remercier de sa gentillesse, de sa disponibilité et du clin d'oeil qu'il a fait au Bazar de la Littérature (entre autre) dans ce Mystère du Pont Gustave Flaubert !

Tout d'abord légèrement désappointée par le chemin pris par l'intrigue (car je m'attendais à une enquête policière), j'ai ensuite pris énormément de plaisir à découvrir les nombreuses anecdotes et références littéraires, musicales et historiques laissées par Pierre Thiry. le Mystère du Pont Gustave Flaubert m'a divertie mais m'a surtout beaucoup appris. Grâce à cette lecture, j'ai une furieuse envie de m'atteler à l'oeuvre de Flaubert… la preuve que ce dernier-né de Monsieur Thiry a un impact, et un bon !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
laraemilie
03 février 2014
S'il fallait décrire le mystère du Pont Gustave Flaubert en un seul mot, je choisirais sans aucun doute le qualificatif « original ». L'originalité est la plus grande force de ce roman. Elle marque en effet ce livre du début à la fin, entraînant le lecteur autour du monde à différentes époques sur les traces de personnages de fiction ou historiques.
L'intrigue en elle-même paraît simple au premier abord : le vol d'un vélo, sur lequel le détective privé Jules Kostelos doit enquêter, et qui a apparemment un lien avec le Pont Gustave-Flaubert et l'Armada, qui sera célébrée sous peu à Rouen. Il a ensuite fallu l'imagination débordante de Pierre Thiry pour faire de cet incident un livre aussi agréable qu'intriguant.
Les protagonistes sont inhabituels, quelque peu farfelus, et hauts en couleurs. du chat anglais Charles Hockolmess à la mystérieuse bibliothécaire Salammbô, sans oublier ses antipathiques collègues Georges Astulf, Berualf Vetusga et Fulbert Astaguve, on ne s'ennuie pas une seule seconde. Viennent ensuite d'autres personnages, dont les noms ne nous sont pas inconnus : Napoléon, Giovanni Bottesini, Christophe Colomb, et bien évidemment, Gustave Flaubert. Jouant avec talent sur l'histoire et la fiction, l'auteur nous offre alors bien plus que la simple résolution d'un mystère.
Au fil des pages, les citations et références littéraires s'enchaînent, parfaitement intégrées à la narration. Grand nombre d'entre elles nous rappellent Flaubert mais, de Jules Verne à James Joyce, personne n'est laissé de côté. Se pose alors l'inévitable question : où est la frontière entre la fiction et la réalité ? Parmi les références historiques semées dans l'histoire, les jeux de mots et les anagrammes ainsi que les notes explicatives souvent teintées d'humour, il n'est pas toujours facile de s'y retrouver.
Pierre Thiry se sert du Pont-Gustave Flaubert et de son histoire comme base et nous offre un roman hors du commun, dans un univers décalé, qui surprendra plus d'un lecteur. Grâce à une écriture agréable, le lecteur découvrira les quais de Rouen, avec un petit passage au Mexique et en Argentine ; les silhouettes impressionnantes des navires de l'Armada et les mélodies mystérieuses d'un opéra oublié. Une fois la dernière page tournée, on n'a qu'une seule envie : (re)découvrir Gustave Flaubert et son oeuvre…
Bien que la lecture puisse être un peu déstabilisante au début en raison des nombreuses digressions et parenthèses, la chronologie présente à la fin de l'ouvrage aidera les amateurs de faits concret à faire la différence entre la fiction et la réalité… encore que quelques événements inattendus puissent s'y glisser.
Le mystère du Pont Gustave Flaubert est un livre magnifique, mêlant histoire et fiction, réalité et imagination, mots et musique... avec un résultat aussi inattendu qu'intéressant. Un livre surprenant et entraînant comme je n'en avais jamais lu auparavant ! Je le recommande à tous les amoureux de la littérature – et en particulier de Gustave Flaubert et de son oeuvre – aux amateurs de musique, mais également à tous les lecteurs désireux de changer de genre et de découvrir quelque chose de tout à fait original et inattendu.
Je remercie chaleureusement Pierre Thiry de m'avoir offert son livre, et je m'excuse d'avoir tardé à publier ma chronique – ce qui ne signifie en aucun cas que la lecture ne m'a pas plu, bien au contraire. Merci également pour la dédicace personnalisée qui m'a fait très plaisir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB10 février 2013
Jules aimait tant le son de la voix de Salammbô qu'il aurait voulu qu'elle continue. Elle avait des talents de conteuse. Elle parlait comme un livre. Il aurait voulu connaître la suite des aventures de Pauline Viardot. Il aurait voulu en savoir plus sur ce "Don Juan somnambule et la chute du pont". Quand l'avait-il écrit ? Quand Pauline Viardot, Gustave Flaubert et Giovanni Bottesini s'étaient-ils rencontrés ? Et s'étaient-ils réellement rencontrés ?

Au lieu de commencer son enquête pour retrouver le vélo du commissaire, Jules n'avait plus qu'une idée en tête : savoir le plus rapidement possible quand, où, comment, Giovanni Bottesini et Gustave Flaubert avaient pu composer ce mystérieux opéra ? Il était tellement obsédé par cette question qu'il décida qu'il ne pourrait retrouver le vélo du commissaire sans résoudre au préalable cette question.
C'est bien parce qu'il aimait tenir ce type de raisonnement que Salammbô l'avait surnommé "Mon Don Quichotte adoré". Roulé en boule à côté de son chapeau melon, Charles Hockolmess le chat noir ronronnait en se moquant d'un oeil narquois des entêtements de son maître...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
nadiouchkanadiouchka19 janvier 2017
Il voulait en savoir un peu plus sur cet opéra mystérieux, sur les véritables relations entre Flaubert et Bottesini : il fallait qu’il trouve un bon ouvrage là-dessus ; il se dirigea vers la TGMO en espérant vaguement qu’Onésime Dubois serait à Bottesini et Flaubert ce que Miguel Cervantes fut à Don Quichotte.
P.115
Commenter  J’apprécie          160
nadiouchkanadiouchka18 janvier 2017
Il s’agit donc d’un ouvrage du romancier rouennais, le fameux Gustave Flaubert, celui dont nul n’ignore plus l’existence, depuis qu’un pont – et pas n’importe lequel – porte haut ses couleurs au-dessus de la Seine, à Rouen, en direction de la mer, au milieu du port maritime, narguant les voiliers de ses hauts piliers, de béton et de son nom, non moins auguste : Gustave…
P.7/8
Commenter  J’apprécie          90
nadiouchkanadiouchka17 janvier 2017
- Comment ? Le pont Flaubert a disparu, s’écrie soudain Jules en s’éveillant de sa torpeur.
- Non, pas le pont ! c’est mon vélo qui a disparu ! On me l’a volé sur le pont Gustave Flaubert.
P.22
Commenter  J’apprécie          170
stephaniusstephanius24 juin 2014
Toutes les mers veillent. Jour et nuit, bercés par la houle, ils viennent, sur leurs gondoles, sous leurs masques vénitiens. Jour et nuit, ils veillent, pailletés sous leurs masques de carnaval, éclatant de couleurs. Ils voguent, accompagnés d'énormes contrebasses. Ils rament, résolument, lourdement. Ils naviguent à la lueur de la lune, la nuit; sous les éclats du soleil, le jour. Par les nuits sans lune, ils continuent d'avancer, fêtards permanents d'un carnaval qui ne s'arrête jamais.

Il y a toujours sur un océan, quelque part, une troupe de saltimbanques chamarrés qui rythment les vagues de leurs lourdes rames, sonores. Il y a toujours quelque part une troupe de tambourineurs qui frappent les vagues de l'océan pour les faire venir vers la rive, pour amener la brise du dehors jusqu'aux embrasures de leurs fenêtres où les rideaux flottent comme des voiles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Pierre Thiry (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Thiry
Lecture par Pierre Thiry d'un extrait du premier chapitre de son «polar décalé» Le Mystère du pont Gustave-Flaubert.
autres livres classés : rouenVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
239 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre
. .