AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Astérix, tome 34 : L'anniversaire d'Astérix & Obélix - Le l.. (15)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
lyoko
  07 juillet 2015
Je me suis toujours régalée en lisant les Astérix et Obelix. Les raclées gauloise, la chasses aux sangliers et aux romains, les petits noms de chacun qui me faisaient rire par leur humour.
.
Mais ici, avec cet épisode je n'ai malheureusement ressenti qu'une déception incommensurable. Un anniversaire gaché en beauté.
Bon certes, on n'a rien a redire sur les graphismes qui sont ceux habituels... mais le scénario est ennuyeux a souhait et nos héros sont mis dans des postures qui frises le ridicule
Commenter  J’apprécie          301
Crazynath
  02 mars 2015
Bien que j'avais lu cet album lors de sa parution, il a fallu que je le reprenne en main et que je le relise car je ne me souvenais absolument pas de son contenu....
Au vu du vide que j'y ai trouvé, pas étonnant que ma mémoire n'avait aucune souvenance de ce truc....
Les deux étoiles sont pour le talent du dessinateur.....
Commenter  J’apprécie          121
bbpoussy
  06 septembre 2019
Sur cet album on fête l'anniversaire d'Astérix et Obélix.
La couverture est très belle et a tapé dans l'oeil de mon petit fan de BD, mais pour ce qui est de l'intérieur, c'est un peu la déception.
Les dessins d'Uderzo sont mis en avant, on y retrouve tous les personnages qui ont fait la célébrité de cet BD, on y trouve même les caricatures des deux auteurs, mais pour ce qui est de l'histoire, il faudra repasser. Il n'y en a pas, juste le fil conducteur de l'anniversaire de leurs deux héros.
On l'a lu, refermé, il rentre dans sa collection et on passe vite au suivant, qui, on en doute pas, sera bien mieux.
Commenter  J’apprécie          100
badpx
  12 août 2016
Encore un album qui n'en est pas un.
Qui a mon avis ne présente aucun intérêt..... l'occasion de rassembler tous les personnages qui ont partagé les aventures passées.
Et au moins il n'y a pas l'extraterrestre....
Un livre à feuilleter en passant chez le libraire... mais pas plus.
Commenter  J’apprécie          70
yanndallex
  02 décembre 2015
Cette BD est parue à l'occasion des cinquante printemps du duo de héros "Astérix et Obélix".
Ces deux-là sont nés le 29 octobre 1959 (et oui à un mois près, 7BD aurait été parfaitement dans le timing pour leur fêter leur 56 ans… On prend un coup de vieux là…), dans un nouveau petit magazine hebdomadaire, à l'époque, nommé « Pilote ».


Je vous passerai donc mes classiques analyses de dessin, style, couleur, scénario, découpage etc.., car que pourrai-je bien apporter de ce côté-là à propos de grands classiques comme Astérix ?


Non et comme c'est la fête chez 7BD, je m'arrêterai à exprimer mon ressenti à la relecture de ce tome 34.


J'avoue que la première lecture m'avaitconsidérablement déçu. J'y attendais une aventure rocambolesque de ces irréductibles Gaulois face à l'envahisseur Romain, mais j'y ai trouvé des histoires courtes, décousues, avec beaucoup d'incohérences temporelles et/ou culturelles…


Mais à ma deuxième relecture 6 ans plus tard, je me suis agréablement surpris à apprécier cet hommage d'Albert Uderzo à ses personnages fétiches.


Ce qui m'a particulièrement plu est, finalement, ce qui m'avait le moins plu il y a 6 ans: ces multitudes de références, de personnages, ces idées spatio-temporelles etc...


Bref la variété pluridisciplinaire (sport, musique, mode, théâtre, peinture, voyage etc…) et culturelle (en terme de références BDs, musicales, graphiques, textuelles, théâtrales, cinématographiques etc…) apportée par l'auteur.


En effet, mon petit jeu était de reconnaître les personnages et d'identifier dans quel tome ils sont intervenus.


Ainsi nous pouvons retrouver dans le volume entre autre ces personnages « d'un jour » :


Amnésix, Anglaigus, Boufiltre, Caius Aérobus, Choléramorbus, Claudius Cornedurus, Coriza (Zaza), Epidemaïs, Goudurix, Gueuselambix, Gélatine, Homéopatix, Jolitorax, Kiçàh, Lentix, Maestria, Numérobis, Ocatarinetabellatchitchix, Olaf Grossebaf, Prolix, Pépé, Rahãzade, Septantesix, Soupalognon y Crouton, Tragicomix, Tullius Détritus, Téléféric ...


Allez, petit jeu pour le fun : sauriez-vous citer les tomes dans lesquelles ils interviennent ? (réponse en commentaire de l'article SVP)


L'idée de commencer la BD en vieillissant tous les personnages de 50 ans est plutôt bien trouvée, bien qu'il puisse paraître bizarre de voir Agécanonix ou le druide Panoramix encore vivant, mais c'est là toute la beauté de la BD, il est possible de ne faire mourir personne et d'avoir de véritables irréductibles !


Ce que j'ai moins apprécié, c'est l'incursion d'Albert Uderzo, lui-même en caricature, dans cette première histoire mais je peux comprendre que cela paraisse marrant… Je préfère cent fois les caricatures de Mr Uderzo et Mr Goscinny faites sur les peintures. Mais quoiqu'il en soit Albert Uderzo joue beaucoup sur l'autodérision et j'apprécie beaucoup cela car c'est une grande preuve d'humilité.


Le défilé de mode imaginé par la suite avec Obélix en mannequin était osé mais particulièrement hilarant, et le final en « tagueur » est absolument divin. le petit hommage « Astérix en marsupilami » est complètement décalé mais à la fois surprenant et plein d'humour (faisant ainsi d'Obélix le vrai héros et effaçant un peu Astérix).
J'en souris encore !


Certains gags peuvent trainer en longueurs mais ils sont toujours plaisants.

Les références culturelles nombreuses permettent aussi de distraire nos neurones, en reconnaissant immédiatement l'oeuvre picturale imitée, le groupe de musique parodié, le célèbre club de vacance et/ou guide gastronomique singé. Parfois la référence est moins évidente et fait appel à quelques simples connaissances comme par exemple le quotidien « le parisien » qui devient « le lutécien » etc…


Le sport aussi n'est pas épargné et est mis à l'épreuve avec… le ski ! Ainsi on pourra dire que l'Armorique s'est mise au ski !! (Désolé pour le trait d'humour…)


Enfin la relation inversée entre Jules César et nos gaulois est aussi très bien amenée et fort marrante. Voir Jules César faire de la résistance pour ne pas aller à l'anniversaire de nos héros le met en position d'irréductible Romain !!
Mais il finira par céder face à plus fort que lui : la belle Cléopâtre.


Il s'agit là, au final, d'un bel album, hors classe vis-à-vis des autres aventures de nos sympathiques guerriers, qui finit de bien belle manière, non pas sur un banquet, mais sur une fête d'anniversaire réussie !!

Lien : http://www.7bd.fr/2015/11/la..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Kenehan
  13 février 2012
Ultime album !!! Enfin, je vois le bout de cette intégrale ! Malheureusement, c'est avec un peu d'amertume que j'achève ma lecture de tous les albums d'Astérix. En effet, une fois de plus, ce n'est pas très bon tout ça.

Encore une fois, c'est l'anniversaire d'Astérix et d'Obélix, mais cette fois c'est aussi celui de la bande dessinée. Alors, nous avons droit à un album rempli de petites histoires qui se suivent avec pour seul fil conducteur la recherche d'un cadeau pour nos deux compères. Malheureusement, c'est d'un ennui !!!

Je ne retiendrais que deux courtes histoires que j'ai réellement apprécié (d'où mes deux étoiles) : celle où tout le monde a vieilli et celle où Obélix apprends à lire. Tout le reste n'a réussi qu'à me faire soupirer...
Il faut dire que dès que j'ai atteint le guide de voyage, l'ennui ne m'a plus quitté. Pour la première fois, j'ai même fait de longue pauses pour vaquer à d'autres occupations voire d'autres lectures.

Il faut bien avouer qu'il n'y a pas vraiment d'originalité dans cet album. Ce n'est qu'un cumul de parodie d'oeuvres existantes qui sont détournées et dont l'intérêt est vraiment négligeable.

En fin de compte, Astérix et Obélix ne recevront aucun cadeau qui soit à la hauteur de ce qu'ils mériteraient réellement.

Oublions tout cela et revenons aux albums qui ont fait la gloire d'Astérix et Obélix !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lonewolf
  02 octobre 2011
Pourquoi, Albert ?
Pourquoi ainsi t'évertuer à détruire l'une des plus grandes fiertés de la BD franco-belge ?
Pourquoi t'acharner à massacrer, exploser, déchiqueter l'esprit Astérix ? Serais-tu devenu sénile à ce point ?
Toi qui disais ne pas vouloir confier Astérix à d'autres parce qu'on serait capables de l'envoyer sur la Lune, ne vois-tu pas que c'est toi et toi seul qui fais n'importe quoi ? Peut-être est-ce pour ça que tu es finalement revenu sur ta décision et as fini par laisser d'autres jeunes auteurs reprendre le flambeau...

Seulement, voilà, est-il encore temps ? Car, après un le Ciel lui tombe sur la Tête de sinistre mémoire, entre clichés et racisme envers les États-Unis et le Japon, voici venue l'heure de la décrépitude finale... L'absence totale d'idée et de scénario.
Bon, d'accord, le scénario, t'en faisais déjà plus beaucoup, mais t'avais encore des idées. Là, non.

Bien sûr, c'est un anniversaire, et quel anniversaire. 50 ans d'aventures pour Astérix et Obélix... Et force est de constater que tu t'es ENCORE bien foutu de notre gueule, al !!
Les 3 points (sur 10) sont là pour le début, et la seule idée géniale : avoir fait vieillir tout le monde de 50 ans. Les situations y sont à la fois réalistes et drôles, le décalage est sublime, et on aurait pu avoir quelque chose d'énorme en développant ça tout le long, entre histoire du moment et flashbacks pour la rétrospective.

Mais non...
Tu fais quasi aussitôt marche arrière, puis on part dans le convenu, le facile, le non inspiré... Au menu, un défilé de guests, tous les personnages croisés par le duo à l'occasion d'une aventure sont là (le devin, Anglaigus, Maestria, et j'en passe...), ainsi que des personnages secondaires récurrents.
Et tout ça pour quoi ? Hé bien, offrir des cadeaux bien vaseux, qui ne font que reprendre des illustrations hommages en vrac, et dont je retiendrai surtout le guide touristique, qui s'approche assez de l'esprit.

Pour le reste, il n'y a RIEN, absolument RIEN d'autre que ces images !!
Des tableaux détournés, un déroulement facile, convenu, et linéaire, peu d'humour, et une chute plutôt facile avec César...

Ouais...
Va y avoir du boulot pour les suivants, parce que là, c'est pas une pente qui est à remonter. C'est la Fosse des Mariannes sans paliers !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Margotmatou
  23 septembre 2011
Uderzo ne sait plus dessiner, et n'a jamais su écrire. Un désastre.
Commenter  J’apprécie          50
Skritt
  22 janvier 2015
Pour les cinquante ans d'Astérix, quel plus beau cadeau de l'auteur de lui dédié un album pour donner à son héros et à son autre défunt créateur un hommage. L'intention devait être bonne au départ…

L'album est le plus mauvais de la série que j'ai lu. Il n'a aucun intérêt. L'esprit de l'univers d'Astérix n'existe plus, c'est terminé. La perte de Goscinny se fait ici sentir comme jamais. Les quelques albums qui ont suivi son décès étaient pourtant bons. Certainement que Goscinny avait laissé quelques bonnes bases de départ, et pourquoi des histoires toutes prêtes. Mais là, on touche le fond. Avec La Traviata, je pensais qu'il avait été atteint, mais là, on creuse la tombe d'Astérix. C'est très très décevant. Astérix est en train de se mourir à cause de la bêtise commerciale. L'humour est mauvais, utilisant de mauvaises blagues loin de l'Astérix de Goscinny.

Un album à vite oublier, à planquer ou à essayer de refourguer sous la veste dans une ruelle sombre, et vu la qualité, il faudra même rajouter un petit billet avec pour qu'on vous en débarrasse.
Lien : https://lectureroman.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jasmes
  03 juillet 2013
Si nul ne conteste à Uderzo la légitime paternité d'Astérix, né sur sa table à dessin en 1959, personne, en revanche, ne lui a jamais pardonné de s'être pris pour un scénariste à la mort de Goscinny. Sept albums accouchés dans la douleur ont vu le jour en un quart de siècle sous la plume et le crayon d'un Uderzo seul maître à bord, qui, non content d'être un père indigne, s'est mué en infanticide lorsque le ciel lui est tombé sur la tête il y a quelques années. Pouvait-il faire pire que cet épisode calamiteux resté dans toutes les mémoires ? Hélas oui : le «livre d'or» qu'il nous a offert pour les cinquante ans du petit Gaulois est un gâteau empoisonné, une ratatouille sans saveur composée de vieux fonds de tiroirs, de dessins inédits sans grand intérêt et d'interminables textes qui n'amusent que leur auteur, le tout relié par quelques strips laborieux pour allonger la sauce et tenter – en vain - de donner au produit fini l'aspect d'une vague histoire. Rien ne nous est épargné, pas même la scatologie, dernière trouvaille d'un auteur en panne d'inspiration qui méprise son public et refuse de déposer les armes. À boycotter sans remords.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages principaux d'Asterix (niveau facile)

Comment s'appelle le chef du village des Gaulois

Abraracourcix
Panoramix
Alambix
Assurancetourix

8 questions
589 lecteurs ont répondu
Thème : Albert UderzoCréer un quiz sur ce livre