Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266234080
Éditeur : Pocket (2013)


Note moyenne : 3.93/5 (sur 43 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Août 1954, Caroline du Nord. Juby Watts, 13 ans, part en vacances sans son père, resté travailler dans son entreprise de menuiserie. Destination : la Floride. C'est Paula, mère distante et fumeuse invétérée, qui conduit la Packard familiale. Stell, la sœur aînée de Juby... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (17)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Marcelline, le 27 novembre 2012

    Marcelline
    Si ce n'est l'écriture qui m'a parfois un peu gênée, ce livre n'est pas loin d'être un coup de coeur!
    Sur le même thème que le désormais célèbre La couleur des sentiments, c'est-à-dire la ségrégation raciale aux Etats-Unis dans les années 50, ce roman se raconte ici par la voix d'une jeune adolescente qui ne comprend pas, et doit subir, la ségrégation imposée à sa bonne bien-aimée, Mary, et à toute la communauté noire de celle-ci.
    Par la voix de cette jeune fille, l'auteur nous montre ce que la ségrégation raciale implique au quotidien, la violence qu'elle entraîne plus ou moins insidieusement dans les actes et les pensées de chacun.
    Beaucoup de dialogues, des retours en arrière puis de brusques plongées dans le présent: j'ai dû parfois m'accrocher pour bien savoir où j'en étais. Cela ne m'a pas empêchée d'être très touchée par cette histoire, toute en subtilité, sur laquelle la tension est omniprésente. Les relations entre les différents personnages, comme dans la vraie vie, sont complexes et évoluent constamment: sans mauvais jeu de mots, personne n'est tout noir ou tout blanc!
    Au final, une très belle découverte, très touchante et, incontestablement pour moi, très marquante...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Melopee, le 20 avril 2012

    Melopee
    Ce livre, je l'ai croisé au hasard sur la table d'une librairie. Sa couverture m'a interpelé avec ces deux personnages attendrissants qui semblent regarder vers un même ailleurs. Et en lisant la quatrième de couverture, j'ai tout de suite su que c'était pour moi puisqu'il était question d'un long périple à travers les États sudistes où la ségrégation fait rage. Ça n'a pas été sans me rappeler l'excellent roman de Kathryn Stockett, La couleur des sentiments, et même si la comparaison peut paraitre hâtive, cet ouvrage inconnu m'a laissé présager du meilleur et je crois pouvoir affirmer que je ne m'y suis pas trompée.
    Nous sommes en août 1954 en Caroline du Nord. Jubie, 13 ans, est heureuse puisqu'elle part en vacances avec sa mère, son petit frère Davie, ses deux sœurs Stell (l'aînée) et Puddin ainsi qu'avec la bonne, Mary, que Jubie adore. Tout le monde est heureux de quitter la maison où les relations commençaient à être orageuse entre les parents et les enfants en étaient les témoins directs.
    Mary est assise à l'arrière et tient lieu de compagnie et d'aide car le père fait défaut, il est resté à Charlotte pour des raisons obscures aux enfants (c'est après tout une affaire de grands, alors mieux vaut ne pas trop ressasser doutes et interrogations). C'est P'tite Mary (la fille de la bonne) qui s'occupe de lui qui est un peu porté sur la bouteille et ne sait pas gérer la maison tout seul. Pour les hôtes de voyage, il y a une étape à Pensacola chez l'oncle Taylor et ce n'est que le début d'une fuite en avant. Attention aux cahots, la traversée n'est pas de tout repos et on assiste à une délimitation des gens selon leur couleur.
    C'est drôle comme certains romans vous happent, vous terrassent - le mot est fort mais le sujet est grave alors il me parait approprié - et vous laissent complètement déboussolé, à la merci d'émotions confuses. Celui-ci m'a plu ! Immensément même ! Je l'ai lu en étant immergée dans l'histoire de cette famille, sentant une menace sourdre mais ne sachant d'où le bât allait blesser. C'est donc avec le cœur suspendu que j'ai vu la narration gagner en intensité et surtout en tension et ai été complètement fauchée par le rebondissement qui touche chaque protagoniste, de près ou de loin. C'est poignant de justesse et ça m'a aussi permis d'intégrer des situations aberrantes, concernant la condition des Noirs, pendant cette période de ségrégation raciale aux États-Unis : ne pas se baigner avec les Blancs, se faire tout petit dans les restaurants, hôtels et autres lieux publics.
    En définitive, j'ai été bluffée par ce roman en apparence léger puisque le voyage, comme trame de départ, est une joie pour tous les passagers. Seulement, comme dans tout bon roman, rien ne se passe comme prévu ! C'est l'atmosphère pesante qui prend fort à propos le dessus sitôt que les régions traversées sont moins amènes. On sent de l'hostilité envers les Noirs, on se doute que l'équilibre de toute une population ne tient qu'à un fil. C'est terrible et effrayant d'autant plus qu'on se l'imagine du point de vue d'une adolescente dont la bonne fait partie intégrante de la famille.
    J'ai aimé les surnoms charmants des personnages : Meemaw pour la grand-mère, Stell, Puddin... on se sent déjà dans une fratrie resserrée où la bonne, Mary, a bel et bien toute sa place.
    Oserai-je vous dire que l'auteur de ce roman avait 71 ans lorsqu'elle a signé ce premier roman? Qu'elle nous en donne encore d'aussi fameux, c'est - presque - un ordre !

    Lien : http://shereads.canalblog.com/archives/2012/04/19/24056594.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

  • Par kuroineko, le 16 août 2013

    kuroineko
    Dans la famille Watts, Jubie, 13 ans, poussée en graine et dont les yeux ne sont pas au fond de sa poche, est la seconde de trois soeurs. Elle voue un amour particulier à Mary Luther, la domestique noire de la famille.
    Par le regard de cette narratrice adolescente, on (re)découvre les réalités de la ségrégation raciale dans l'Amérique des années 1950. Une rélaité faite d'humiliations perpétuelles et de violence. Violence qui trouvera son paroxysme lors de vacances en Floride.
    L'auteur aborde également le thème du poids des secrets de famille et du non-dit. Pour ce faire, les chapitres s'alternent entre flash-backs et intrigue principale. ce qui n'est pas toujours facile à suivre au départ.
    Le personnage de Jubie est attachant. Elle joue le jeu de la ségrégation jusqu'à un certain point tout en s'interrogeant sur son bien-fondé. L'histoire est bien menée et donne envie d'en connaître le fin mot. Certaines scènes m'ont touchée. Mais dans l'ensemble, le roman n'a pas tout à fait la même force que "La couleur des sentiments". Il n'en reste pas moins une bonne découverte sur un thème certes largement traité ailleurs mais sur lequel une petite piqure de rappel n'est jamais inutile.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par myriampele, le 28 juin 2013

    myriampele
    Jubie, une adolescente trop vite poussée de 13 ans, observe, vit et analyse avec beaucoup de maturité ce qui se passe autour d'elle. Nous sommes en 1954, en Caroline du Nord et elle partage avec ses parents, ses deux soeurs et son petit frère, l'affection de Mary, une employée de maison de couleur. Son père est alcoolique et violent, sa mère un peu faible. Mais elle devra se confronter, lors d'un voyage en Floride, à la haine et à la violence contre les "nègres". Très beau roman, même si le sujet est bien connu, mais un petit rappel n'est jamais superflu quand il s'agit de ségrégation!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par tynn, le 14 mai 2013

    tynn
    Ca commence comme une agréable chronique familiale des années 50 aux Etats Unis. Et l'air de rien, ça dérape tellement qu'on reste un peu sidéré de ne pas avoir vu le coup partir...
    En rupture conjugale avec le père de famille, la mère prend la route des vacances en entassant son petit monde dans la voiture, sans oublier Mary la bonne, noire, dévouée, efficace, bien "à sa place". Il suffira d'un mauvais endroit au mauvais moment, et la famille idéale se brisera.
    Dans une fratrie de quatre enfants, Jubie,13 ans observe avec acuité et raconte la vie de ses proches durant un périple vers les Etats ségrégationnistes du sud du pays. le racisme ordinaire est décrit avec précision, dans les petites choses et actes du quotidien, dressant un tableau factuel et glaçant de deux sociétés qui se côtoient sans le mêler.
    En mettant en avant les propos des enfants, leurs questionnements concernant la différence de traitement entre noirs et blancs, le récit démontre combien l'éducation donnée par les parents est un frein et combien difficile est la projection dans de nouvelles mentalités.
    Un livre à l'écriture sans effet mais agréable à lire, bien qu'il aborde des thèmes maintes fois utilisés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Mimeko, le 18 octobre 2014

    Nous prîmes le bus numéro 3 pour nous rendre au centre-ville. Stell et moi nous nous assîmes sur le banc derrière le conducteur et Mary partit vers le fond. Ses mollets tout maigres dans ses grosses chaussures mauves me faisaient penser à Minnie, la femme de Mickey. Une ligne jaune tracée sur le sol séparait l'avant de l'arrière. Plus loin vers le fond, on devinait les restes effacés d'une ligne plus ancienne. Quand la compagnie de bus s'était rendue compte qu'il y avait bien plus de gens de couleur que de blancs, ils avaient un peu avancé la ligne. Malgré tout, le fond était toujours bondé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Melopee, le 20 avril 2012

    Nous prîmes le bus numéro 3 pour nous rendre au centre-ville. Stell et moi nous assîmes sur le banc derrière le conducteur et Mary partit vers le fond. Ses mollets tout maigres dans ses grosses chaussures mauves me faisaient penser à Minnie, la femme de Mickey. Une ligne jaune tracée sur le sol séparait le devant du derrière. Plus loin vers le fond, on devinait les restes effacés d'une ligne plus ancienne. Quand la compagnie de bus s'était rendue compte qu'il y avait bien plus de gens de couleur que de Blancs, ils avaient un peu avancé la ligne. Malgré tout, le fond était toujours bondé. (p. 159)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Mimeko, le 18 octobre 2014

    - J'espère qu'elles n'ont pas eu de soucis ?
    - Comment ça ?
    - Aller à cette cérémonie pour gens de couleur. Tout le monde sait qu'elles n'auraient jamais dû.
    Maman se redressa.
    - Deux adolescentes qui se promènent dans la rue, la nuit, avec une négresse.
    - Nous n’utilisons pas ce mot.
    - Vous êtes de ces intégrateurs ? Je ne l'aurais jamais imaginé venant d'une dame comme vous.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par myriampele, le 28 juin 2013

    Les gens de couleur mettent du coeur dans la religion, expliqua Stell à papa et à maman de retour à la maison. Nous devrions montrer plus d'émotions à l'église.
    - Ah! s'écria Papa, il ne manquerait plus que ça!
    - Stell n'a pas tort, Bill. Nous sommes vraiment trop posés.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Eowyn85, le 08 juillet 2013

    - Stell ? Tu veux aller à l'enterrement de Mary ?
    - Oui.
    - Alors pourquoi on y va pas ?
    - Papa et maman veulent que les choses reprennent leur cours. Pour qu'on parvienne à surmonter.
    Stell bougea les mains sur le volant.
    - En plus, je ne suis pas sûre que sa famille veuille de nous parmi eux.
    - Pourquoi pas?
    - Elle travaillait pour nous au moment de sa mort.
    - Mais elle était notre amie.
    - On la payait pour qu'elle le soit.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
6,83 € (neuf)
3,83 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Larmes noires de Mary Luther par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz