Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Ajouter une citation

Citations sur Eugénie Grandet (63)


Classer par:       Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par Eve-Yeshe le 30/03/2014


    "Tout pouvoir humain est un composé de patience et de temps."


    --Eugénie Grandet (1833)

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la citation



  • Par cicou45 le 14/04/2013


    "Dans les grandes circonstances de notre vie, notre âme s'attache fortement aux lieux où les plaisirs et les chagrins fondent sur nous."

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation



  • Par cicou45 le 15/04/2013


    "Dans la vie morale, aussi bien que dans la vie physique, il existe une aspiration et une respiration : l'âme a besoin d'aborder les sentiments d'une autre âme, de les assimiler pour les lui restituer plus riches."

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation



  • Par chartel le 12/09/2007


    A l’époque actuelle, plus qu’en aucun autre temps, l’argent domine les lois, la politique et les mœurs. Institutions, livres, hommes et doctrines, tout conspire à miner la croyance d’une vie future sur laquelle l’édifice social est appuyé depuis dix-huit cents ans. Maintenant le cercueil est une transition peu redoutée. L’avenir qui nous attendais par delà le requiem, a été transposé dans le présent. Arriver per fas et nefas au paradis terrestre du luxe et des jouissances vaniteuses, pétrifier son cœur et se macérer le corps en vue de possessions passagères, comme on souffrait jadis le martyre de la vie en vue de biens éternels, est la pensée générale ! pensée d’ailleurs écrite partout, jusque dans les lois, qui demandent au législateur : Que payes-tu ? au lieu de lui dire : Que penses-tu ? Quand cette doctrine aura passé de la bourgeoisie au peuple, que deviendra la pays ?

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation



  • Par Nastasia-B le 23/04/2013


    Grandet commençait alors sa soixante-seizième année. Depuis deux ans principalement, son avarice s’était accrue comme s’accroissent toutes les passions persistantes de l’homme. Suivant une observation faite sur les avares, sur les ambitieux, sur tous les gens dont la vie a été consacrée à une idée dominante, son sentiment avait affectionné plus particulièrement un symbole de sa passion. La vue de l’or, la possession de l’or était devenue sa monomanie. (...)
    En pensant qu’elle allait bientôt se trouver seule dans le monde, Eugénie se tint, pour ainsi dire, plus près de son père, et serra plus fortement ce dernier anneau d’affection. (...) Elle fut sublime de soins et d’attentions pour son vieux père, dont les facultés commençaient à baisser, mais dont l’avarice se soutenait instinctivement. Aussi la mort de cet homme ne contrasta-t-elle point avec sa vie.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation



  • Par Evadee le 18/04/2012


    Les avares ne croient point à une vie à venir, le présent est tout pour eux. Cette réflexion jette une horrible clarté sur l'époque actuelle, où, plus qu'en aucun autre temps, l'argent domine les lois, la politique et les moeurs. [...] Quand cette doctrine aura passé de la bourgeoisie au peuple, que deviendra le pays ?

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation



  • Par chapochapi le 25/08/2010


    ainsi faisait Eugénie. Elle s'initiait à sa destinée. Sentir, aimer, souffrir, se dévouer, sera toujours le texte de la vie des femmes. Eugénie devait être toute la femme, moins ce qui la console.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation



  • Par genou le 17/09/2013


    Le deuil est dans le cœur et non dans les habits.


    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation



  • Par shmoe72 le 29/05/2013


    Sentir, aimer, souffrir, se dévouer, sera toujours le texte de la vie des femmes.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation



  • Par kathy le 17/05/2013


    Il jeta sur Eugénie un de ces regards brillants de bonté, de caresses, un regard qui semblait sourire. Il s'aperçut, en contemplant Eugénie, de l'exquise harmonie des traits de ce pur visage, de son innocente attitude, de la clarté magique de ses yeux où scintillaient de jeunes pensées d'amour, et où le désir ignorait la volupté.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation






Sur Amazon
à partir de :
2,11 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Eugénie Grandet par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (3036)

> voir plus

Quiz