Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2877063526
Éditeur : Editions de Fallois (1999)


Note moyenne : 3.21/5 (sur 14 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Peut-on être heureux quand on est un marchand prospère?
Un bon matin, Guillaume Tranchemontagne, un millionnaire du café, décide, en se rasant, de faire le bien. Ne serait-ce pas la seule façon d'être en paix avec soi-même, son passé, sa famille et ses contempora... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Adrienne, le 04 novembre 2011

    Adrienne
    C'est par le plus grand des hasards que j'ai mis la main le mois dernier sur un roman du Québécois Yves Beauchemin, Les émois d'un marchand de café.
    Vous trouverez sur mon blog des liens vers des références et des critiques, je ne vous ferai donc pas de "redites" mais je vous dirai simplement les deux domaines qui font pour moi la spécificité de ce livre.
    D'abord, il y a le titre que j'ai donné à ce billet (sur mon blog): E comme éthique. En lisant ces émois d'un marchand de café, je me suis longtemps demandé à quel genre romanesque il fallait le rattacher. Ce n'est que vers la centième page que la réponse m'est peu à peu apparue: c'est un "roman éthique". Et si ça n'existe pas encore, il faudra l'inventer.
    En effet, vous avez là un personnage qui vers la soixantaine se décide à réparer le mal qu'il a fait pendant sa carrière d'homme d'affaires florissant. Toute la suite de l'histoire démontre à quel point cette démarche qu'on croirait fort simple s'avère au contraire tout à fait pénible. Surtout pour le protagoniste. Sa volonté de faire le bien suscite de nombreux problèmes et même de sournoises hostilités. Mais je n'en dirai pas plus...
    Ensuite il y a tout ce qui relève de la "couleur locale". Vu que je ne connais que le (faux) Canada de Maria Chapdelaine, chaque nom de lieu a des consonances d'exotisme: les rues de Montréal, la taïga du Grand Nord et le chalet près d'un lac où notre héros va passer ses "fins de semaine".
    Car il y a aussi les mots: on ne dit pas week-end, ni shopping, ni tous ces autres anglicismes que nous utilisons quotidiennement sans plus nous en rendre compte. Il y a également des expressions qui m'étaient totalement inconnues, comme ces "Bâton rouge!" pour ponctuer une forte exclamation.
    Un bon moment de lecture!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Nepenthes, le 02 février 2012

    Nepenthes
    Frais, un tantinet émouvant, ce roman se lit avec simplicité et plaisir. Il soulève des interrogations, sur ce que nous sommes, et les gestes qui font ce que l'on est. Quand le protagoniste décide de rectifier les erreurs de sa vie, il n'en résulte pas toujours de bonnes choses. Cette histoire explore également les relations parfois difficiles entre parents et enfants, en particulier père/fils. Les personnages sont assez attachants. La fin m'a beaucoup touché. Un petit morceau de vie d'un personnage qui pourrait, en somme, être "comme tout le monde".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par papachou2002, le 17 mars 2012

    papachou2002
    Pour mon travail scolaire. Je dois l'analyser.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Adrienne, le 04 novembre 2011

    Vers le milieu du printemps de 1995, Guillaume Tranchemontagne, un commerçant de cinquante-neuf ans qui s'était enrichi dans le café, décida un bon matin, tout en se rasant, de changer de conduite pour consacrer désormais sa vie à faire le bien. Il se retrouva bientôt dans une situation étrange.

    L'affaire avait débuté de façon anodine. Depuis quelque temps, il se sentait mécontent de lui-même et de la vie en général, sans pouvoir mettre le doigt sur la cause de son insatisfaction. Pourtant, tout baignait dans l'huile, chez Délicaf, la société de pause-café qu'il avait fondée trente ans plus tôt; sa fille et ses deux garçons s'acquittaient bien de leurs fonctions, les clients ne se plaignaient pas trop, aucun chèque sans provision n'était apparu depuis trois semaines (chose rare) et l'exercice financier s'achevait avec un joli profit. Malgré tout, chaque jour il arrivait maussade et fatigué au bureau et restait de longs moments assis dans la cuisinette à boire café sur café pour essayer de se donner un peu d'entrain.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par papachou2002, le 22 mars 2012

    Et bien, depuis quelque temps, je trouve que je ressemble à cette nappe, vois-tu. Comme ça, à première vue j`ai l`air d`un type bien, très bien même, homme d`affaires respectable, bon père, bon citoyen, etc., mais, dans le fond de moi-même, il y a plein de saloperies... un vrai dépotoir!

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par papachou2002, le 22 mars 2012

    Je m`occupe de moi-même. Je dorlote mon vieux corps, je m`accorde de petites douceurs, j`aide le temps à passer.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par papachou2002, le 22 mars 2012

    Un caprice de bonté. Le plaisir gratuit d`être généreux.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
18,35 € (neuf)
8,29 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Émois d'un marchand de café par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (31)

> voir plus

Quiz