AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Profanes (267)

Piatka
Piatka30 décembre 2013
Sa librairie de prédilection.
Elle était restée longtemps là, passant d'un livre à l'autre, s'imprégnant peu à peu de l'atmosphère paisible et en même temps animée, souterrainement, par la quête de ceux qui ouvrent, feuillettent, cherchent le texte qui va leur faire signe, les accompagner quelques heures, quelques nuits, toute une vie peut-être. C'est un lieu où elle se sent bien. À l'abri et en même temps prête à toutes les aventures intérieures. Bordée. Elle est venue se glisser là comme entre les pages d'un livre aimé. Peut-être un sourire à échanger, quelques mots. Ce serait suffisant. Elle a besoin ce soir de s'appuyer à l'humanité discrète et forte de ceux qui lisent.
Commenter  J’apprécie          454
FRANGA
FRANGA04 mars 2013
Attendre que le jour décline.
Depuis longtemps la nuit est devenue ma vie préférée. L'obscur me soulage.
Les choses de la vie s'arrêtent, simplement, puisqu'il fait nuit. Et j'ai la sensation que moi aussi je peux m'arrêter. Un peu.

Avoir droit au silence, aux pensées qui reviennent. Au début, c'était avoir droit à la rage, à tout ce que la douleur révèle de soi. Un vertige. Avoir droit à la haine aussi. Pour tous les sacrements qui ne tiennent aucune promesse. Jamais. Combien de fois me suis-je dit Jamais. C'est dans la nuit que j'ai appris qu'il n'y a aucune consolation, non. Jamais jamais. Il y a des choses qu'on ne peut apprendre que la nuit. Il faut bien que tout soit obscur pour oser les penser.
Commenter  J’apprécie          453
Piatka
Piatka31 décembre 2013
Quand elle me parle, elle me regarde droit dans les yeux. Les autres n'existent plus. Son regard m'a frappé dès le premier entretien. J'ai pensé à une grotte, à un fond sous-marin ou à un sous-bois, des endroits ombreux où on s'aventure avec la sensation d'être entouré, protégé et en même temps avec le sentiment d'un risque, inexplicable.
Commenter  J’apprécie          352
Eve-Yeshe
Eve-Yeshe07 janvier 2014
Elle avait employé plusieurs fois le mot « tentative ». Un mot qu’il aimait. C’était celui qu’il employait pour baptiser le fait de vivre : une tentative. Un mot humble, qui donne le droit de se tromper, d’errer, de recommencer. P 62.
Commenter  J’apprécie          340
joedi
joedi20 février 2017
Un profane aussi a le droit de douter. Le doute n'est pas réservé aux croyants.
Commenter  J’apprécie          330
joedi
joedi19 février 2017
Avec un uniforme sur le dos, il n'avait rencontré que le sang. Le sien et celui des autres, il n'y a aucune différence quand le sang quitte les corps, on ne peut plus reconnaître à qui il appartient, ça coule dans le terre, c'est tout.
Commenter  J’apprécie          280
michemuche
michemuche14 novembre 2015
Quand je n'ai plus de refuge, je vais dans les mots.
J'ai toujours trouvé un abri, là. Un abri creusé par d'autres, que je ne connaîtrai jamais et qui ont œuvré pour d'autres qu'ils ne connaîtront jamais.
Commenter  J’apprécie          280
Annette55
Annette5526 janvier 2014
La souffrance est une terre silencieuse. On y marche pieds nus.
Commenter  J’apprécie          280
Nastie92
Nastie9204 février 2016
La liberté, ça ne se compte pas au nombre d'heures qu'on passe à travailler ou à faire quoi que ce soit, non. C'était ce sentiment, fort, de ne plus appartenir à qui que ce soit. Juste être un humain parmi les humains, pour eux, avec eux, sans hiatus. Être à sa place. Et œuvrer, l'esprit libre.
Relié à tous. Attaché à aucun.
Commenter  J’apprécie          270
Eve-Yeshe
Eve-Yeshe05 janvier 2014
Polir la douleur dans l’ombre de chaque arbre resserré par la nuit.
Sentir l’écorce de chaque chose.
Et savoir que tout est là, toujours. Même si nuit après nuit le chagrin se dérobe. Comment expliquer que le chagrin s’en va et qu’aucune consolation ne prend sa place. P 36.
Commenter  J’apprécie          260




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





    Quiz Voir plus

    des filles et des garçons

    Dans "Pour Samia",quelle est la promesse que le père de Samia a faite à son oncle lors du séjour en Algérie?

    Il a promis d'envoyer de l'argent pour son cousin
    Il a promis de marier sa fille au cousin de sa femme
    Il a promis de marier sa fille à un vieux cousin

    5 questions
    5 lecteurs ont répondu
    Thème : Des filles et des garçons de Jeanne BenameurCréer un quiz sur ce livre