Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 270023748X
Éditeur : Rageot Editeur (2010)


Note moyenne : 4.43/5 (sur 359 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" Qui veux-tu être, Nawel ?
Qui veux-tu vraiment être ? "
Elle le savait désormais
- Je me nomme
Nawel Hélianthas
Un vœu, un simple choix,
possédait-il le pouvoir d'orienter
une existence entière?
- Je sollicite le... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (83)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par misscece, le 01 juillet 2010

    misscece
    Ce livre est bien dans la lignée des précédents chez-d'oeuvres de Pierre Bottero (L'Autre, Ewilan, Ellana), auteur émérite qui toujours su me faire rêver, voyager ... tout comme beaucoup d'autres personnes, j'en suis persuadée. Dans ses mondes emplis de couleurs, de poésie, de fantastique, de merveilleux, et surtout d'imagination, nous vagabondons, trouvant toujours un lien à établir avec les autres trilogies écrites par l'auteur. Dans Les âmes croisées notamment, on peut penser aux bâtisseurs, aux allusions aux voyages inter-mondes évoqués par le fou du roi ... Je n'en dit pas plus à ce sujet pour ceux qui n'ont pas encore eu le plaisir de goûter l'écriture fraîche et magnifique de Pierre Bottero. Précisons tout de même que ce livre saura vous détendre par son côté aventure et voyage, mais qu'il comporte aussi une leçon de vie, délivrée par la jeune héroïne Nawel.
    Plongez vous avec plaisir dans l'univers botteresque ! Malheureusement pour la dernière fois (même si l'on peut toujours lire et relire les oeuvres antérieures de P. Bottero ! on ne s'en lassera jamais :) car enfin, je voudrais rendre hommage au grand auteur français qui nous a quitté en novembre dernier.
    PS : Toutefois, ce livre étant censé comporter une suite, la fin est ouverte. Mais cela n'enlève rien au charme !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lehane-fan, le 22 juillet 2011

    lehane-fan
    Je ne connaissais pas Bottero ( allez-y , vous pouvez huer...) , c'est desormais chose faite avec sa derniere oeuvre que je qualifierais juste d'époustouflante !
    On a l'habitude de lire ici ou là que tel ou tel bouquin , une fois le nez dedans , vous prive de votre comptant de sommeil tant il est difficile à refermer..Formule usitée a l'envie ( et je sais de quoi je parle , j'aurais également tendance à en abuser..) mais là , ouvert-fermé en 3h , petit-dej. inclu ( et si j'ai pas , au saut du lit , avalé mes dix kilos de tripes au saindoux , j'suis pas de bonne humeur... ) ! Il vous happe et vous libere avec un sentiment de trop peu !
    C'est donc avec un plaisir , que dis-je , une rare jubilation que Bottero nous immerge en Jurilan , le royaume des douze cités . Deux populations diametralement opposées y cohabitent : les perles , dont font partie Nawel , jeune fille arrogante au destin tout tracé ainsi que ses deux seuls amis Philla et Ergail , qui réprésentent le pouvoir , puis les cendres pour qui Nawel n'éprouve que dédain et qui sont voués à servir en courbant l'échine..
    C'est justement un tragique épisode avec l'un d'entre eux qui changera le destin de notre héroine à jamais !
    En un peu plus de 400 pages , Bottero réussi le tour de force de nous conter une histoire ultra prenante dans un monde qui ne l'est pas moins ! En effet , tout y est : aventure , suspense , féerie et la palette des sentiments suscités à cette lecture n'est pas en reste ! Et quelle patte , quelle inventivité pour ne jamais faire retomber le soufflé ! Je n'ai pas le souvenir de m'etre ennuyé une seule seconde !
    D'une petite fille riche et égoiste au caractere bien trempé , Nawel va se réveler petit à petit a travers les nombreux obstacles qu'elle franchira avec plus ou moins de réussite pour devenir un personnage véritablement attachant .
    Au final et par le prisme de ce magistral récit , Bottero interpelle finalement le lecteur sur la portée de tout acte et les conséquences qui en résultent tout en nous prouvant que rien n'est jamais écrit et qu'il nous appartient , à tout moment , de faire les bons choix !
    Seul point négatif , un méchant vide ressenti en quittant ce monde que l'on ne foulera plus , Bottero étant parti à jamais enchanter par ses récits de celestes et privilégiés témoins...
    Les Ames Croisées ne se lit pas , il se dévore !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Azilis, le 24 septembre 2010

    Azilis
    Ce n'est pas sans émotion que j'ai lu ce livre (sûrement comme beaucoup d'entre vous). J'étais partagée entre l'envie de le dévorer et celle de le savourer... J'ai fait un peu des deux en le lisant en seulement 3 jours!
    Je fais partie des fans du style Bottero... Et dans ce roman, nous retrouvons tout ce talent qui va nous manquer.
    Nawel est un personnage charismatique, avec une force de caractère très présente. Elle fait partie de la caste des privilégiés de Jurilan et va remettre en question toute son éducation... Elle va connaître une vie diamétralement opposée à celle à laquelle elle était destinée : d'une "princesse" future reine elle devient un combattant.
    Évidemment, on sent que Pierre Bottero avait pleins de choses à écrire, à réaliser, à créer avec ce personnage et cette histoire. La fin est ouverte, on veut une suite... qui ne viendra malheureusement jamais...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par pititecali, le 19 février 2013

    pititecali
    Mon avis : 4/5 une fantasy très agréable, et pas prétentieuse.

    Quelle agréable surprise fut cette lecture ! J'ai eu envie, comme ça m'arrive une fois de temps en temps, de lire une petite fantasy, une vraie, qui ne soit pas trop "jeunesse". J'ai de la chance, dans ma PAL il reste encore quelques bons titres, et parfois, entre deux SP, j'essaie d'en lire quelques uns, lol.
    Et pour le coup, il se trouve que je n'ai pas eu à chercher plus loin que dans la liste que Crouton (Palace of books) m'avait concoctée en choisissant 20 titres de ma PAL que je dois absolument lire en 2013. Et trop cool, je dirais qu'en plus, il a bon goût le bougre ! Me voici donc avec ma 4ème lecture /20 pour ce challenge, et également 7ème lecture /10 pour le challenge 10 livres lus pour 1 achat.
    Lentement mais sûrement hein. (et grosse pause à venir, j'ai 4 SP à lire)
    Bref.

    Alors que dire sur cette lecture. Je n'irais pas jusqu'à dire que ce fut un coup de cœur, mais la seule raison qui pourrait m'en empêcher, c'est que je n'ai pas spécialement trimballé mon livre partout (juste un peu) et si j'aimais beaucoup ce que je lisais, j'ai pu sans problème me contenter de mes moments de lecture du soir, sans avoir forcément eu envie de me précipiter de nouveau sur mon livre à tout moment pour connaître la suite, au détriment de toute autre activité.
    Néanmoins, ce sera le seul élément un tant soit peu négatif de toute ma chronique. Car pour le reste, je n'ai rien à redire, à part chapeau Mr Bottero ! Cela faisait un moment que j'avais envie de découvrir cet auteur, mais quelques réticences à devoir entamer une saga. Et puis j'ai appris qu'il avait aussi fait un livre en one-shot. Bon, One-shot un peu forcé en fait, ça aurait du être une saga également, mais il n'a pas eu le temps de la poursuivre avant de connaître le funeste destin que chacun sait. (il est mort, trop trop jeune.)
    - le style de l'auteur : Cette superbe aventure vous attrape dès les premières pages dans son univers, en nous y plongeant aussi facilement que dans une piscine à 30° par une température extérieure de 40... L'écriture de Pierre Bottero est incroyable de fluidité, ça coule tout seul, les pages défilent sans qu'on s'en rende compte, et paf, ça fait déjà 411 pages que ça dure, et c'est déjà la fin ! o.O Incroyable !
    J'ai particulièrement apprécié les chapitres hypra courts (4, 5, 6 pages à la fois) qui rythment parfaitement bien le roman, et qui nous procurent un bizarre sentiment de sécurité. On a l'impression qu'on pourra avancer à notre aise, tranquillement, s'arrêter quand il nous plaira, et donc déguster ce petit roman à notre rythme, selon notre temps et nos envies. Ça c'est la théorie. En pratique ça se traduit plus par :" rhooo, allez j'en lis un petit dernier, c'est pas 5 pages qui vont retarder l'heure du coucher..." et de petit dernier en petit dernier, ben on arrive gentiment à la fin :P mdrrr
    Je préciserais également, car finalement la fantasy a la fâcheuse (pour certains) habitude de recourir à de longues longues descriptions imbitables, que c'est un texte facile à suivre, et à comprendre. (Pourtant, les longueurs, les longues descriptions, les moments qui sont plus des réflexions que de l'action, ne me gênent aucunement personnellement.) Ce qu'il faut de descriptions sans prise de tête, ce qu'il faut d'action, ce qu'il faut de dialogue... Un texte parfaitement équilibré et bien loin d'avoir des prétentions telles que le lecteur pourrait ne plus s'y retrouver. Comme je le disais, c'est d'une fluidité à toute épreuve, rien qui coince, rien qui bloque, rien qui chagrine, c'est très joliment écrit, simple sans être simpliste, c'est un vrai plaisir de lecture (et un certain confort.)
    - L'histoire m'a tout bonnement passionnée. Une vraie aventure dans un univers palpitant. Suivre la vie, les aventures et les apprentissages de Nawel aura été un vrai vrai gros plaisir. Beaucoup d'évènements se produisent et sont prodigieusement racontés, on est littéralement happés dans sa vie, ses amitiés, ses interrogations, sa façon d'appréhender les choses, sa découverte de créatures mythiques pour son peuple, une vraie quête, une vraie aventure pleine de rebondissements. Personnellement, je trouve qu'il n'y a pas une page de trop dans ce livre, tout y est utile, nécessaire, on ne se lasse à aucun moment.
    - Les personnages : Nawel est impressionnante. C'est un personnage complexe et fort bien construit. Au départ, petite peste pourrie gâtée, prête à faire fouetter une servante qui l'aurait bousculée, totalement en dehors de la réalité, souvent très désagréable même avec ses amis, elle ne m'a pas plu du tout ! Je l'ai trouvée franchement antipathique, égoïste, égocentrique, bref, ça débutait mal. Mais assez vite, Nawel change, en même temps qu'elle se découvre elle-même en menant sa quête, en cherchant le sens qu'elle voulait donner à sa vie. Et le magie opère, on se prend d'amitié pour elle, on s'attache, on a envie que tout se passe bien dans son aventure.
    Un personnage pas trop lisse donc, avec du caractère (mais pas trop) avec des qualités (mais pas trop) et avec des défauts (mais pas trop), un personnage principal auquel on n'a donc pas de mal à s'identifier, pour notre plus grande joie.
    Les personnages secondaires sont tous bien amenés aussi, ils ont tous su me toucher, à leur manière, tout en restant bien à leur place de persos secondaires. Philla et Ergaïl, Anthor Pher, Lyiam, ils ont chacun leur charme et leur caractère propre, les parents de Nawel également que l'on n'a pas envie d'aimer, mais qu'on ne peut s'empêcher de trouver réalistes.
    Bref, réussite totale !
    - La couverture : Je n'ai pas spécialement d'avis dessus. Je ne suis globalement pas très fan des couvertures de livres fantasy. On ne peut pas dire que je n'aime pas, mais on ne peut pas dire non plus qu'elles me fassent ressentir grand chose. Celle-ci ne fait pas exception. Elle représente bien Nawel telle qu'elle est décrite dans le roman, l'univers qui l'entoure également, mais bon, elle ne me fait ni chaud ni froid. Je suppose que c'est dû au fait que j'ai du mal à apprécier le "dessin" pour une couverture de livre. Je ne sais pas.
    - La fin : La fin ? Quewah !! Mais elle ne va tout de même pas nous spoiler la fin, cette saloperie ? Mais noooooooooon ! Il faut juste qu'on sache que la fin est un peu spéciale. Originellement prévu pour être suivi d'un second tome, ce livre se termine plus ou moins. Je ne peux pas dire que j'aie été incroyablement frustrée, car l'auteur amène la fin suffisamment intelligemment pour qu'on prenne même carrément plaisir à imaginer ce qui peut se passer ensuite, mais quand même, en le refermant, ça m'a un tout petit peu embêtée de me dire que JAMAIS je ne pourrais lire la suite. (Forcément... En même temps, c'est la faute à personne pour le coup !)

    - En conclusion : C'est avec joie et bonheur que j'ai pu découvrir enfin cet auteur, qui a un style et une imagination qui correspondent totalement à mes aspirations de lectrice, et qui m'a procuré énormément de plaisir. Je penserai à tenter de dénicher d'autres de ses romans, je n'ai plus peur de me lancer dans une saga désormais, car je n'ai plus aucune inquiétude que ça me plaise ou pas :)
    Je vous le conseille grandement, si vous aimez la fantasy, la détente et le plaisir de laisser aller votre imagination.

    Cali

    Lien : http://calidoscope.canalblog.com/archives/2013/02/18/26447906.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Skarn-sha, le 19 novembre 2012

    Skarn-sha
    C'est avec un grand plaisir et une tout aussi grande tristesse que je fini un des derniers livres de Pierre Bottero me restant à lire.
    Tout ce qui fait un grand Bottero est présent dans ce livre pour nos petits yeux avides d'émerveillement.
    Aventure, magie, complot, amitiés, action et amours nous sautent aux yeux tout au long du roman.
    L'histoire est simplement magnifique.
    Nawel, riche héritière issue des la caste des Perles, caste noble et dominante contrairement aux Cendres, est une fille proche de ses amis mais égocentrique.
    Une erreur de taille fait prendre un brusque virage à sa vie, la rencontre avec une Cendre.
    Après l'avoir bousculé, elle lui rejette la faute et exige qu'elle soit fouetté, malgré les avertissements de son mari lui expliquant qu'elle était encore faible de son accouchement.
    Son égoïsme causa la mort de la femme et, quelque temps après, celle de son enfant.
    Réalisant, bien que trop tard son erreur, elle délaisse la caste des Robes, à laquelle tous la voyaient destinée pour rejoindre les Armures afin de faire pénitence.
    Bottero nous livre la une magnifique leçon de vie, sans chercher à être moralisateur. Il prône la tolérance et le respect des autres. de bien bonnes idées à laisser aux générations futures.
    Sa plume est comme une lame : brillante et acérée, tranchant toujours juste.
    Un petit extrait (d'ailleurs beaucoup cité) pour vous mettre l'eau à la bouche :

    « Vivre, c'est se mettre en danger, réalisa-t-elle. de la même façon qu'apprendre à marcher, c'est d'abord accepter l'idée de tomber. »
    Le seul point négatif que je pourrais trouver à ce roman, c'est qu'il est le premier d'une série que Pierre Bottero n'a pas pu nous confier avant son tragique décès.
    C'est réellement dommage, surtout que l'on voyait des liens se tisser avec les autres livres, en particulier avec la trilogie l'Autre (via une porte créé par les Bâtisseurs).
    Au final, encore une excellent lecture d'un auteur au talent indiscutable.
    Si ne fallait retenir qu'une chose de ma chronique, c'est qu'il faut lire ce livre absolument.

    Lien : http://lombredeskarnsha.blogspot.fr/2012/11/les-ames-croisees.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

> voir toutes (109)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Koneko-Chan, le 25 août 2014

    - Vous nous appelez Glauques, le coupa Alantha, et vous nous considérez comme des bêtes, pourtant aucun de nous n'oserait se comporter ainsi face à une jeune fille qui s'apprête à se sacrifier.
    - Tu... balbutia Lyiam.
    Alantha ne lui laissa pas l'opportunité de poursuivre.
    - Nous considérons que celui qui rejoint les Étoiles avant son heure pour le bien de tous mérite notre soutien autant que notre reconnaissance et nous veillons à le remercier afin qu'il parte le cœur léger. Vous, Jurilans, devriez prendre exemple sur les Glauques.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Miss-Hash, le 27 août 2014

    Tout est possible quand on le veut vraiment.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Koneko-Chan, le 25 août 2014

    Votre langue et la mienne ne sont différentes que parce que nous admettons cette différence. Je vous ai compris quand j'ai accepté de vous entendre.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par mathilde08, le 02 octobre 2011

    Nawel a cinq ans.
    Assise sur un fauteuil adapté à sa taille, elle observe dans un miroir sa mère qui lui brosse les cheveux. Dorés, déjà si longs, épaisses boucles de soie et éclats de miel.
    -Ta chevelure sera ta force, ma fille, murmure Siméa Hélianthas. Elle t'ouvrira les portes et les coeurs. Toutes les portes et tous les coeurs.

    Nawel a huit ans.
    La duègne chargée de sa toilette, une Cendre replète et bavarde, évoque avec son amie cuisinière les cheveux de l'enfant qui feint de dormir.
    -Que Kaïa m'en soit témoin, cette petite possède les boucles de la déesse-mère en personne. Elle pourra, plus tard, être aussi vilaine qu'un fang, personne ne s'en apercevra.

    Nawel a treize ans.
    Elle rentre chez elle, radieuse. A l’unanimité, les garçons de la classe l'ont désignée comme la plus belle fille de l'école.
    Grâce à ses cheveux.

    Nawel a seize ans.
    Sa crinière blonde draine les regards éblouis des garçons de son âge. Et de nombreux hommes plus âgés. Don Elintis la choisit comme modèle pour une de ses célèbres toiles.
    Grâce à ses cheveux.

    Nawel a dix-sept ans.
    Debout devant une glace, elle observe sa silhouette avec sévérité puis secoue la tête, faisant voltiger ses longs cheveux blonds. Elle sourit. Tant qu'elle possédera pareille crinière, ses défauts physiques demeureront accessoires.

    Nawel a dix-sept ans.
    Épuisée par un long et périlleux voyage, sale, affamée, elle prend néanmoins le temps de brosser ses cheveux pour leur rendre lustre et beauté avant de regagner AnkNor.

    Nawel a dix-sept ans.
    Sa chevelure nimbe son visage d'or et de promesses vaines.

    Nawel a dix-sept ans.
    Agenouillée sur un tapis du Donjo, elle relève la tête, plante ses yeux dans ceux de Lyiam qui lui rend son regard. Impavide.
    Elle se redresse.
    Traverse le préau jusqu'au râtelier où sont rangées les armes d'entrainement. Elle saisit un poignard aussi affûté qu'un rasoir. Lame courte et large.
    Lyiam et Anthor l'observent sans bouger.
    La première mèche est la plus difficile à couper. Les autres suivent aisément.

    Nawel a dix-sept ans.
    Elle brosse sa tunique du revers de la main pour en faire tomber les dernières boucles, souvenirs d'or et de promesses vaines, puis elle retourne se camper devant Lyiam.
    Le salue.
    -Je suis prête.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 38         Page de la citation

  • Par Lefso, le 03 octobre 2011

    La ville Cendre, répéta Ol Hil' Junil l'air songeur. Dis-moi, jeune Hélianthas, t'es-tu déjà demandé pourquoi Cendres et Perles s'appellent ainsi ?
    - Non, répondit Nawel, et je t'avoue que cela ne m'intéresse pas.
    - Les Cendres sont multitude, expliqua le fou du roi sans tenir compte de la remarque. Pareils à ces grains impalpables qui s'accumulent dans les foyers de nos cheminées, ils se dispersent au moindre souffle, se balaient sans difficulté et n'ont aucune consistance, aucune véritable réalité. Pourtant...
    - Pourtant ? demanda Nawel, attentive malgré elle.
    - Lorsque l'on arrose la cendre, elle devient aussi dure que la pierre. L'inconscient qui ignore cela court le risque de voir son foyer se fendre.
    - Il ne pleut pas souvent à AnkNor, ironisa Nawel, je doute que les Cendres changent un jour de nom pour devenir des Pierres.
    - L'eau n'est pas le seul liquide disponible, rétorqua le fou. Il est possible d'obtenir le même résultat en arrosant la cendre avec de la sueur ou du sang.
    Nawel fronça les sourcils. Sans qu'elle sache vraiment pourquoi, les paroles d'Ol Hil' Junil lui déplaisaient.
    - Et les Perles ? s'enquit-elle néanmoins.
    - Une perle est un miracle de la nature. Belle, fine, unique, elle repose dans son écrin, provoquant les regards émerveillés de ceux qui la contemplent. Pourtant...
    - Pourtant ?
    - Au cœur de chaque perle, il y a une impureté, un grain de sable, une souillure. La nacre, si admirable, n'est que le moyen utilisé par le coquillage pour se protéger de cette souillure.
    - Dois-je entendre que le cœur des Perles est souillé ?
    Nawel avait durci le ton, ce qui fit sourire le fou.
    - Les Perles possèdent-ils un cœur ? La question, importante, l'est moins que savoir s'ils possèdent des oreilles. Un cœur pour aimer, des oreilles pour entendre. Possèdes-tu un cœur, Nawel Hélianthas ? Et des oreilles ?
    Il sourit. Un sourire aussi lumineux que triste qui doucha la colère naissante de Nawel et la contraignit au silence.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la citation

> voir toutes (12)

Videos de Pierre Bottero

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bottero

Erik L'Homme - le regard des Princes à minuit .
Depuis le début des années 2000, Érik L?Homme avec son Livre des étoiles est un incontournable de la littérature jeunesse. Fasciné par les littératures de l?imaginaire et par l?humour, nous l?avions rencontré une première fois lors de la parution de la série A comme Association coécrite en partie avec Pierre Bottero. Dernièrement, vient de paraître un étrange roman, ou roman « puzzle » comme il aime à le définir, le regard des Princes à Minuit (Gallimard jeunesse). Un roman sur la « Chevalerie » sans chevalier à travers sept épreuves initiatiques. Rencontre avec un auteur qui a plein de choses à nous apprendre? Interview réalisé par et pour le site Les Histoires Sans Fin (http://jeunesse.actualitte.com)








Sur Amazon
à partir de :
12,00 € (neuf)
7,98 € (occasion)

   

Faire découvrir Les âmes croisées par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (769)

> voir plus

Quiz