Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Ajouter une critique

Critiques sur Charleston sud (34)


Classer par:     Datecroissant   Les plus appréciéescroissant   Notecroissant


    • Livres 5.00/5
    Par sandrine57 le 19/10/2012


    Charleston, Caroline du Sud. Un visage ingrat, de grosses lunettes, Léo King est surnommé le Crapaud mais c'est un moindre mal comparé au mépris de sa mère, au suicide de son frère, à sa longue dépression et à sa condamnation à des travaux d'intérêt général pour possession de drogue. Après cette enfance chaotique, 1969 marque un tournant dans sa vie de crapaud mal-aimé et déprimé. Des rencontres vont transformer sa vie et il va créer autour de lui un groupe d'amis "à la vie à la mort" constitué de jeunes de son âge aussi différents que possible, noirs et blancs, pauvres et riches. Neuf adolescents qui vont s'apprécier, s'aimer, se déchirer mais qui seront toujours liés malgré les préjugés de classe ou de race, malgré leurs différences.
    Quand vingt ans plus tard, l'une d'entre elle fait le rappel des troupes pour retrouver son frère disparu, ils sont tous là, fidèles et solidaires, unis comme autrefois.


    Mon premier Pat CONROY! 800 pages d'amour, d'amitié, de tendresse, de coups durs, 800 pages de la vie d'une bande d'adolescents qui s'aiment, qui grandissent et qui se battent contre les préjugés, les désillusions, les aléas du destin. Des personnages hauts en couleurs, attachants, parfois énervants, des dialogues percutants, pleins d'humour et un narrateur, Léo King, adorable, fort et fragile, plein de recul et d'ironie. J'ai adoré ce roman-fleuve, sans temps morts, cette saga qui m'a emmenée de Charleston à San Francisco avec cette petite bande qui est devenue la mienne. Je ne voulais pas quitter mes amis et j'ai eu beaucoup de mal à tourner la dernière page et à les laisser à leur vie sans moi dans cette magnifique ville qu'est Charleston. J'ai lu ici et là que cet opus de CONROY était loin d'être le meilleur! J'ai hâte de lire les autres s'ils sont encore mieux que celui-ci que je trouve époustouflant.
    Un roman qui a les saveurs du Sud, l'odeur du jasmin, des magnolias et le goût du sel de l'océan. Je le recommande vivement.

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par pyrouette le 02/06/2013


    J'aime particulièrement cet auteur et j'ai quand même attendu quelques années depuis la parution de ce roman. Trop de critiques, je craignais d'être déçue. Que nenni braves gens, je suis rentrée dans cette histoire comme dans un ouragan et j'en suis ressortie pantelante, échevelée, me demandant si j'avais eu le temps de régler le nécessaire dans ma vraie vie. J'aime quand Pat Conroy égratigne l'image des parents et, après le père alcoolique et inconséquent, voici la mère castratrice dans toute sa splendeur. C'est une formidable histoire d'amitié sur plusieurs décennies réunissant tous les clichés de la société moderne puisque ce groupe de jeunes gens va devoir lutter contre l'homophobie, le racisme, la lutte entre les classes sociales. Bref, une amitié à rendre jaloux n'importe quel humain ne connaissant pas ce sentiment. J'ai encore l'odeur de l'océan et des magnolias dans le nez, l'humidité ambiante sur la peau, je sens la chaleur et j'entends les moustiques. A lire pour un dépaysement total et un magnifique récit.


    Lien : http://pyrouette.canalblog.com/archives/2013/06/02/27309399.html#com..

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par Petitebijou le 15/08/2011


    Fidèle lectrice de Pat Conroy, abasourdie par Le Prince des Marées et éblouie par Le grand Santini, je n'ai pas retrouvé le même plaisir à la lecture de Charleston Sud. Si l'auteur est toujours incomparable dans sa déscription des lieux de son enfance, de cette ville de Charleston qui constitue sa géographie intime, les personnages qu'il nous dépeint sont un peu trop exacerbés et manquent de nuance. L'humour est là, féroce, protection contre les assauts violents de la vie, mais le roman aurait gagné en efficacité avec un peu plus de retenue

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par jimetdalva le 01/09/2012


    Pat Conroy est devenu en deux titres « Le Prince des Marées », adapté au cinéma avec Barbra Streisand dans un des rôles phares, et « Beach music », l'auteur de la saga contemporaine du Sud américain. La Caroline et ses paysages y tiennent un rôle prépondérant. Pat Conroy s'attache aussi à des êtres fracassés par le destin qui, grâce à l'amitié, s'accommodent au pire avec leur passé et l'améliorent dans les meilleurs des cas. le narrateur du récit est Léo Kings, dit le Crapaud, laideron samaritain, élevé par une mère ancienne nonne qui après une enfance marquée par le suicide de son frère est devenu un chroniqueur estimé et un ami des plus loyaux. Est-il le héros du récit ? Difficile à dire tant les histoires des uns se mêlent aux histoires des autres. Léo ne serait rien sans ses parents atypiques et ses amis si différents ! Léo a toujours aidé les gens qui étaient hors-norme comme la magnifique Sheba et le ténébreux Trevor ou encore les orphelins rejetés par tous ou le fils de l'entraîneur noir de leur équipe sportive.
    Ce roman foisonnant traverse également plusieurs décennies et n'a pas une chronologie linéaire ; le lecteur est donc quelques peu malmené entre tous ces personnages et ces époques. Pat Conroy nous parle d'homosexualité, de pédophilie, de chasteté, du SIDA, de la détresse financière des malades du SIDA, de maladies psychiques, des changements climatiques, d'écologie, d'amitié, d'amour, de fraternité, de foi, d'hypocrisie religieuse, de lutte des classes, de racisme.. ;et j'en oublie certainement !
    Même si je juge ce roman moins réussi que « Le Prince des Marées », car moins construit, partant dans trop de directions différentes, j'ai succombé aux charmes des personnages. Chacun d'entre eux est si riche qu'il pourrait alimenter à lui seul un roman. Celui qui règne tel un démon au-dessus du destin de tous, à savoir le père de Sheba et Trevor, est en revanche à peine amorcé. Dommage !
    Le bilan de cette lecture est donc plutôt mitigé ; j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire mais ai été déçue qu'avec de si bons ingrédients, le goût en reste fade !
    Alors que les pages sur San Francisco et sa baie sont magnifiques, la couverture du livre illustrant les bords de mer de la Caroline du Sud avec ses riches demeures bourgeoises est un repoussoir pour qui ne connaît pas l'auteur !


    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par Mie-Lee le 01/07/2012


    Je viens de lire ce livre -magnifique, sublime et transcendant, tant par l'histoire qu'il raconte que par le style qu'il use pour son récit.
    Evidemment, faire de ce livre une critique me place -dans mon imagination seulement- sur le même piédestal que Leo King, narrateur d'exception et personnage principal de ce roman, bien que je ne serai jamais aussi sulfureuse, brillante et magistrale dans mes propos que lui a pu l'être au long de ces 583 pages magiques.
    Charleston Sud, de Pat Conroy, met en scène la vie commune et extraordinaire de Leo King, et du groupe de personnes, toutes aussi exceptionnelles les unes que les autres, qui se sont retrouvées à graviter autour de lui, elles aussi attirées par l'aura incroyable qui dégage de lui. Pour ne citer que mes préférés: Sheba et Trevor, les jumeaux les plus scandaleusement attachants de l'histoire de la littérature, et Niles, qui a bien fait de descendre de ses lointaines montagnes.
    Plus encore, l'auteur nous plonge dans la ville de Charleston, en Caroline du Sud, et arrive à nous faire croire que nous connaissons cette ville. Lire Charleston Sud, c'est vivre, le temps de cette lecture, à Charleston. C'est penser Charleston. C'est manger Charleston. C'est dormir Charleston. C'est être, à sa façon, une partie de Charleston.
    Un livre épatant, qui m'a profondément marquée, au point qu'il fallait que je le partage à peine ma lecture achevée.
    Je finirai en citant le nom du romancier James Joyce, pour toute l'importance que son Bloomsday occupe là-bas, dans les pages de Charleston Sud. Mais Leo King m'a convaincue: je ne lirai probablement jamais son Ulysse.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique



    • Livres 1.00/5
    Par Allantvers le 30/07/2014


    Lecture abandonnée au premier tiers.

    Je n'ai pas du tout accroché avec ce début "d'intrigue" mal ficelée, creuse, décousue.
    Ni avec ces personnages pas crédibles qui bougent la bouche pour échanger des dialogues dans lesquels Pat Conroy fait du Pat Conroy (genre intello-comico lourdingue).

    Je crois que j'en ai fini avec Conroy : "Le Prince des Marées" c'était très bien, "Beach music" ça commençait déjà à se gâter, et là... j'arrête les frais !

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par Aline1102 le 14/07/2011


    Magnifique roman d'amitié et d'espoir! "Charleston Sud" est aussi un magnifique hommage à Charleston.
    Rempli des saveurs du sud des Etats-Unis, des odeurs du magnolia et du jasmin des rues de la ville et du bruit des vagues de l'Atlantique, "Charleston Sud" nous emmène sur les traces de Leo King.
    Alors qu'il avait à peine 9 ans, Leo a trouvé son frère mort dans la baignoire de la salle de bains: Steve s'était tranché les veines et la gorge. Après une dépression assez grave, le jeune Leo est pris avec de la cocaïne dans sa poche. Un ami de son frère lui a glissé le sachet dans la poche afin de ne pas avoir lui-même des ennuis. Fidèle à la mémoire de Steve, Leo n'a pas dénoncé ce garçon et se retrouve avec une peine de travail de 200 heures.
    Mais, même le désastre le plus absolu peut avoir des avantages. Grâce à cette peine de travail, Leo va faire la connaissance d'adultes qui croient en lui, contrairement à sa mère, et qui vont l'aider à revenir petit à petit parmi les vivants.
    Il va aussi se faire des amis, parmi lesquels de nombreux marginaux. Des amis pour la vie, puisque, vingt ans plus tard, ils se retrouvent. A Charleston, bien entendu.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par Leilana le 14/06/2013


    Avis quelque peu mitigé. Si j'ai apprécié la lecture et les personnages qui finissent par devenir attachant, j'ai en revanche peu aimé la construction du roman, trop décousu et touffu.

    Pat Conroy, dans sa générosité - près de 800 pages à lire - raconte avec un certain talent mais pèche en allant dans toutes les directions de sorte qu'on perd de vue, parfois, les personnages et leurs Histoires. L'auteur ne va pas au bout des chemins qu'il emprunte. Où est, par exemple, ce psychopathe qui fait office de père pour les jumeaux Poe et qui terrorise le groupe? L'histoire lui attribue un rôle important et, pourtant, on ne ressent rien de la terreur qu'il inspire. Pat Conroy l'utilise pour créer un suspens qui se veut intense mais le fait vite disparaître, passant à autre chose, donnant l'impression d'un vide. Et que vient faire là la tempête? Pourquoi en faire une partie intégrante de l'histoire?

    L'auteur charge beaucoup trop son roman et ses personnages qui portent sur eux tous les malheurs de ce monde: viols, meurtres, violence, terreurs, orphelinat, suicide, dépressive, pédophilie, psychopathe, injustice auxquels s'ajoutent la ségrégation, l'homosexualité, la religion etc. On passe du passé au présent, on fait le tour des drames sans jamais aller au bout des thèmes abordés. Pat Conroy nous promet des rebondissements et des cruautés mais ne nous les révèlent jamais véritablement, faute de ces quelques personnages qui disent vouloir les entendre mais ne disent rien de nouveau en réalité. A ce propos, parlons des dialogues: ils m'ont semblé manquer de qualité.

    Ceci dit, ces quelques défauts ne m'ont pas empêché d'apprécier le roman que j'ai terminé en très peu de temps.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par Apache le 21/04/2013


    Pat Conroy est amoureux fou de Charleston. Une passion qui transpire page après page. Il finit par nous donner envie de flâner dans ses rues à la tombée du jour, lorsque les jardins cachés exhalent de leurs mystérieuses profondeurs, les parfums entêtants du jasmin et des magnolias.
    On retrouve son penchant hollywoodien pour la mise en scène et son sens shakespearien de la tragédie.
    Ses personnages sont exacerbés, sous toutes leurs facettes.
    Ils sont d'une beauté éblouissante, divine, presque inhumaine à force de perfection. Ils sont excentriques jusqu'aux frontières de la folie, gentils ou arrogants au delà des standards.
    Bref, avec P.Conroy, on n'est jamais dans la mesure.
    Cela dit, il n'a pas son pareil pour conduire une histoire d'amitié.
    On aurait presque le sentiment d'avoir réellement connu cette incroyable bande de potes...

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique



    • Livres 4.00/5
    Par irenelec le 08/04/2013


    Ce roman fut une belle surprise. Je m'attendais à un bon gros roman facile et j'ai trouvé un livre foisonnant. Il y a des facilités mais aussi de très belles pages notamment la description de matchs de football américain qui nous font regretter de na pas maîtriser mieux les règles de ce sport. Il y a aussi la description réussie d'une énorme tempête qui s'abat sur la ville de Charleston.
    C'est un livre qui m'a vraiment accroché et m'a donné envie de poursuivre avec Pat Conroy d'autant que beaucoup de bien m'a été dit concernant "Le Prince des Marées"

    Commenter     J’apprécie          1 5         Page de la critique






Sur Amazon
à partir de :
14,00 € (neuf)
3,98 € (occasion)

   

Faire découvrir Charleston sud par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (209)

> voir plus

Quiz