AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284742167X
Éditeur : Le Passage (2011)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 22 notes)
Résumé :

Novembre 1755, Lisbonne. Un tremblement de terre historique ravage la capitale du Portugal. Pour la reconstruire, le Marquis de Pombal fait appel à Dom Cristiano da Fonseca, jeune fils d’un commerçant lisboète. Au même instant, Zumbi, fils d’esclave, quitte Rio de Janeiro pour faire fortune dans la quête de l’or et des diamants à Ouro Preto, au Brésil. Au fil de leurs aventures, les deux hommes verront leu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
kalimera
17 février 2015
  • 4/ 5
Le tremblement de terre du 1er novembre 1755 est une deuxième chance pour un Portugal gangrèné par une noblesse décadente, un clergé tout-puissant et un roi incompétent et sans doute débilité par les mariages consanguins.
Le marquis de Pombal ministre omnipotent du roi José Ier va y voir l'occasion de reconstruire, repenser entièrement une ville tournée vers le siècle des lumières.
Cela sera fait en vingt années grâce à l'or arrivant du Brésil
Malheureusement, une haine tenace envers le clergé et la noblesse fait tomber le ministre dans l'ornière du tyranisme (sans doute une schizophrénie non diagnostiquée( ^^), il enverra des familles entières de la noblesse, femmes et enfants compris à la mort sous prétexte de complots et enfermera un grand nombres de prélats.)
A la mort du Roi son protecteur, Pombal tombera en disgrâce et le pays y perdra la modernité acquise à marche forcée.
Pendant ce temps au Brésil, les hommes noirs et métis se construisent une vie sur le corps pourrissant du Portugal. Les hommes peuvent se libérer de l'esclavage en récompense de leurs aptitudes par une chaîne d'aide inédite qui permet à ceux qui réussissent de racheter ceux qui ne le peuvent pas. Ces milliers "d'esclaves libres" feront beaucoup pour la paix sociale et seront le terreau d'une nouvelle société.
Pour tout l'or du Brésil nous raconte aussi les croyances et les légendes d'hommes et de femmes qui n'ont jamais oublié l'Afrique.
Un parallèle est fait entre le destin de deux pays et celui de deux hommes, l'un noble portugais plein d'avenir qui tombera finalement dans la déchéance morale, l'autre petit- fils d'esclave né au Brésil qui s'élèvera par l'éducation et l'expérience de la vie. Leur rencontre sera déterminante.
Comme l'aura été, pour le Portugal le partage du Nouveau Monde à l'aide d'un simple trait de plume.
Ce roman plein de bruits et d'espoir est tout simplement incontournable pour une compréhension d'un Brésil de toutes les couleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mgeffroy
10 mars 2012
  • 4/ 5
Ce livre, c'est quelques heures de voyage à pas cher. Pas cher parce que je l'ai emprunté à la bibliothèque, quelques heures parce que près de 400 pages et des voyages.
Voyage dans le temps tout d'abord car le récit démarre avec le tremblement de terre à Lisbonne en 1755 et continuera sur une trentaine d'années. Voyages géographiques avec des aller-retour entre Portugal et sa colonie, le Brésil avant que l'histoire ne s'installe définitivement en Amérique du Sud.
Le Portugal, c'est les intrigues de cour, les besoins d'argent (et donc de l'or du Brésil) pour reconstruire Lisbonne, l'avènement des idées des Lumières, les trahisons... Au Brésil, c'est la pauvreté, la mendicité, le travail difficile et le rêve de fortune dans la quête de l'or au Minas Gerais.
Ce livre est autant un récit d'aventure qu'un document historique sur cette période. Les deux personnages principaux sont confrontés aux évènements et hommes importants de ce 18ème siècle. L'auteur nous montre également que les idées de révolution en France font leur chemin même à l'autre bout du monde.
Jean-Paul Delfino a une écriture très agréable à lire ; je ne suis pas un spécialiste mais il apparaît extrêmement bien documenté.

Lien : http://avelbre.fr/?p=1845
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LecturesdeWicket
10 octobre 2016
  • 3/ 5
Au milieu du XVIII ème siècle, un tremblement de terre sans égal ravage Lisbonne, dont l'influence grandit au Brésil. le marquis de Pombal, trop heureux de pouvoir s'attirer les faveurs du Roi, instituera une politique de reconstruction dans le cadre d'une coopération renforcée avec les colonies, grâce à tout l'or du Brésil. L'originalité de l'auteur vient du fait qu'il se focalise en parallèle sur deux personnages que tout oppose, mais que la politique portugaise de l'époque réunit inévitablement : Dom Cristiano da Fonseca, jeune bourgeois sans ambition, qui sera partie prenante de la reconstruction lisboète, et Zumbi, esclave brésilien dont les rêves de fortune le mèneront dans les mines d'or et de diamant.
Jean-Paul Delfino alterne à merveille son récit entre l'extrême dureté de la vie coloniale, et la douceur de la noblesse lisboète, noblesse vérolée par d'incessantes luttes intestines. Par cet exercice, l'auteur restitue à merveille la logique humaine de l'époque, ou comment l'orgueil de quelques noblions peut influer sur le destin de milliers d'hommes asservis. Magnifiquement documenté, il éclaire ce morceau d'histoire et lui rend hommage en faisant référence à l'Histoire, et en décrivant fidèlement les protagonistes de l'époque.
Toutefois, le style est un peu brouillon, le décor raturé, oublié, et les intrigues, mineures… On reste sur sa faim, surtout en ayant connaissance des infinies possibilités d'intrigues dans ce gigantesque Brésil.
Comme pour beaucoup, ce roman s'avère est jolie expérience historique, un voyage dans le temps saisissant, mais dont la partie fictive déçoit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Vienlivre
14 février 2012
  • 5/ 5
J'ai adoré ce roman. C'est un roman historique qui se passe à la fois au Brésil et au Portugal au 18ème siècle. Il m'a été d'une grande aide à la fac, car je suis justement en train d'étudier cette période très riches en rebondissement. Un livre à conseiller à ceux ceux qui veulent approfondir leurs connaissances en histoire, mais également à tous les amoureux de belles histoires...
Commenter  J’apprécie          40
jack56
07 mai 2012
  • 3/ 5
C'est un livre agréable à lire, où l'on apprend beaucoup de chose sur l'histoire du Portugal et du Brésil.
Par contre, il y a quelques descriptions, quelques détails trop romanesques, qui enlève de la crédibilité à cet ouvrage.
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
VienlivreVienlivre16 février 2012
Les palais, les bibliothèques, la cathédrale Santa Maria, les basilique de São Paulo, Santa Catarina et São Vicente de Fora, l'église de la Misericordia et même l'Hôpital royal de Tous les Saints, qui était le plus grand et le plus moderne du monde, n'était plus qu'un amas de pierres fumantes et de poutres calcinées. Les monuments qui ne s'était pas écroulé lors des secousses et avaient résisté à la fureur de l'océan s'étaient consumés durant le terrifiant incendie qui avait suivi la catastrophe. Des 70 000 volumes de la Bibliothèque royale, des centaines d'oeuvres de maîtres illustres tels que Rubens ou Titien, des archives relatant les grandes expéditions de Vasco de Gama, des partitions originales des plus grands maîtres de musique, il ne restait plus que des cendres que le vent dispersait au gré de ses envies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
VienlivreVienlivre16 février 2012
Quoi qu'il en soit, le jour de ses dix-neuf ans, Dom Evaristo da Fonseca s'était retrouvé seul, sans famille ni appuis, à la tête de cette demeure qui tombait en ruine et propriétaire de centaines d'hectares de terre dans la vallée du Douro, dont personne ne s'était jamais soucié. Le jeune homme était courageux, dur à la tâche et ambitieux, dans le sens noble du terme. Il retroussa ses manches, emprunta de l'argent à des usuriers et, à forces d'efforts et de privations, réussit à rendre fécondes ses terres caillouteuses qui, en quelques années, se couvrirent du meilleur raison qui soit pour l'élaboration du porto.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
VienlivreVienlivre16 février 2012
"T'es jeune, tu connais rien à l'or et la vie t'as pas encore touché. Cet homme de malheur, il t'as donné la fièvre de l'or. C'est terrible cette fièvre, et y'a rien qui peut en venir à bout dans ce bas monde. Ça vous brûle le sang, ça vous fait devenir fou et on est prêt à tuer n'importe qui pour trouver une pépite..."
Commenter  J’apprécie          50
VienlivreVienlivre16 février 2012
Lorsqu'un galant homme éprouve des sentiments vis-à-vis d'une jeune femme, il n'y a que la valeur de son âme que l'on doit prendre en compte et pas les charges, les titres et encore moins les cassettes d'or et d'argent.
Commenter  J’apprécie          50
VienlivreVienlivre16 février 2012
Peut-être parce qu'il n'y a que les poètes, les enfants et les fous qui peuvent réellement voir les terreurs de notre monde.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Jean-Paul Delfino (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Delfino
Extrait de la conférence "Jeu de rôle et formation" aux Utopiales avec S.Delfino, J.Pouard, M.Bedouet et E.Mainguet.
autres livres classés : brésilVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
740 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre