Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 225810033X
Éditeur : Les Presses De La Cite (2013)


Note moyenne : 3.54/5 (sur 48 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Herbjörg Maria Björnsson. Un nom imprononçable que vous n’êtes pas près d’oublier.

Condamnée à vivre dans un garage avec pour seule compagnie son ordinateur portable, une provision de cigarettes et une grenade datant de la fin de la Seconde Guerre mondia... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (34)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par horline, le 24 juillet 2013

    horline
    La vie de Herbjörg María Björnsson dite Herra méritait bien un roman. Née sur une île lointaine d'Islande fouettée par la mer, elle n'a cependant jamais eu à subir l'érosion de l'océan, n'ayant jamais cessé de porter la liberté comme un étendard.
    Si elle a partagé la vie aux côtés de nombreux hommes et de nombreuses cigarettes, elle doit désormais composer avec l'emphysème, les rhumatismes et un cancer. Et c'est certainement la perspective de la mort qui conduit cette femme de quatre-vingt ans au tempérament bien trempé à raviver sa mémoire pour retracer une vie brûlée par les deux bouts, une trajectoire sinueuse sans concession, sans scrupule entre la rude campagne islandaise et les voluptés parisiennes, des dorures du palais présidentiel de Reykjavik à la pampa poussiéreuse d'Argentine.
    Les premiers souvenirs jaillissent en un flot d'impulsions et d'images désordonnées, laissant l'impression d'un récit éclaté n'obéissant à aucune trame linéaire, comme marqué de l'empreinte d'une femme qui aurait vécu sept vies traversées comme un défi. Témoin de la guerre et de la bêtise des hommes dés l'enfance, elle a appris à regarder le monde avec une lucidité décalée. le ton est enjoué, la parole fait preuve d'une spontanéité cinglante et légère sous forme d'expressions revisitées ou de pirouettes littéraires. Il faut reconnaître aussi qu'au crépuscule de la vie, on s'embarrasse moins des convenances et des susceptibilités, on aspire à dire l'essentiel qu'on a tu parfois pendant toute une vie.
    Une fois les grandes lignes de cette biographie reconstituées, ce roman se lit comme une aventure enthousiasmante.
    Mais l'écriture s'assouplit et la trame devient plus classique lorsque le goût immodéré pour l'aventure ne parvient pas à cacher un regard mélancolique, un cœur lourd et des blessures intimes. le ton se fait alors plus grave. L'indépendance farouche et le féminisme revendiqué se fendent, les mots se font plus tendres à l'évocation d'un père aveuglé dont le cœur résidait toute sa vie durant entre les mains de Herra sous la forme d'une grenade. Sans oublier le chaos de la guerre qui a dépouillé la petite fille de ses rêves.

    Même si cette biographie est une œuvre de fiction, elle raconte avec une lucidité amusée l'Histoire au point de se révéler parfois bouleversante. C'est l'histoire d'un pays d'îles baignées par le soleil et frappées par le vent, de poésie et de silence souvent ignoré, c'est l'histoire d'une guerre, de guerres pendant la Guerre…
    Mais ce qui imprime la mémoire du lecteur avant tout : c'est de voir comment une femme en fin de vie peut vous communiquer une folle envie de vivre avec légèreté et sincérité.
    Bref, malgré un sens de la narration parfois aléatoire mais accompagné de touches d'humour irrévérencieuses et jouissives, Hallgrimur Helgason est un auteur à suivre. On a le sentiment en refermant le livre d'avoir touché du bout du doigt une authenticité peu commune. Merci à Babélio et aux Editions Presse de la Cité de mettre en lumière de tels auteurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 30         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par sandrine57, le 25 décembre 2013

    sandrine57
    Elle a beau vivre dans un garage, abandonnée de tous sur son lit médicalisé, rongée par la maladie, Herbjörg Maria Björnsson n'a rien perdu de sa verve, de son cynisme et du tempérament de feu qui la caractérisent. A 80 ans, celle qu'on appelle Herra, a gardé le contact avec le monde extérieur grâce à une connexion internet, mais à l'approche de la mort, l'heure est surtout à l'introspection et à l'évocation des souvenirs d'une vie intense et hors du commun, vécue à 100 à l'heure, sans souci des convenances et autres diktats sociaux, des fjords gelés d'Islande à la pampa argentine, de Paris libéré à Berlin bombardé.

    Qui est Herra ? Une loque qui se traîne de son lit aux toilettes, entre deux cigarettes et une caresse à la grenade qu'elle garde toujours à portée de main, une vieille femme malade qui passe le temps en s'inventant une vie de top model sur les réseaux sociaux. Pourtant la résumer à ce qu'elle est aujourd'hui serait oublier tout ce qu'elle a été : la fille chérie d'une femme dure à la tâche qui a vécu selon son coeur, la petite-fille du premier président islandais, la fille du seul islandais à avoir épousé les théories du Führer, une petite fille seule pendant la guerre et qui a traversé l'Europe à feu et à sang, une femme libre qui s'est mariée trois fois, a eu trois fils de trois pères différents, une adolescente violée, prostituée de force, une amoureuse battue par un pêcheur alcoolique, celle qui failli hériter d'une vaste propriété en Argentine, celle qui a connu l'amour, le vrai même s'il n'a duré qu'une nuit, celle qui a refusé de végéter dans une maison de retraite, celle qui a survécu à la guerre, à la honte, à l'amour, au froid et même à la crise, celle dont le corps flambera dans les 1000° du four crématoire le 14 décembre, son dernier jour sur terre. Herra, c'est la liberté, la soif de vivre ! Herra, c'est l'Islande, petite île loin de tout, qui s'est relevée de tous les outrages, de la domination danoise à la deuxième guerre mondiale, de la mondialisation à la crise financière, grâce, sans doute à un tempérament de feu et de glace.
    Avec cette ambitieuse saga qui mêle l'histoire d'une femme à celle de son pays et de l'Europe tout entière, Hallgrimur HELGASON signe un roman fabuleux dans une langue parfois lyrique, parfois crue, mais toujours juste et emmène son lecteur dans une épopée flamboyante construite comme un de ces mythes si chers aux islandais. Un livre dans lequel il faut se laisser embarquer à 1000 à l'heure pour 1000° de plaisir, entre cynisme et larmes, bonheur et tragédie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 30         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 20 juillet 2013

    LePamplemousse
    Herbjorg Maria Bjornsson est une femme de 80 ans, à l'agonie (quoique ça fasse déjà 18 ans qu'elle est en fin de vie d'après les médecins !) , vivant dans un garage avec pour compagnons une connexion à Internet et une vieille grenade datant de la guerre.
    A travers de très courts chapitres, elle nous raconte ses souvenirs, tels qu'ils lui reviennent en mémoire, dans un joyeux désordre.
    Elle nous parle de l'Islande, de la vie de sa mère et de sa grand-mère, de ses enfants ingrats qui ne viennent jamais la voir, de ses maris (toute une succession de Jon!), de ses amants, de son grand-père qui a été le premier président d'Islande, de son père, l'unique nazi islandais, de ses amis perdus, de ses péripéties à travers l'Allemagne, la France ou l'Argentine...
    Pendant les 200 premières pages, les souvenirs arrivent un peu en vrac, et il n'est pas toujours simple de s'y repérer, les personnages s'enchaînant les uns après les autres, sans aucun respect de la chronologie. Ensuite, Herbjorg, Herra pour les intimes, s'attache plus particulièrement à ses souvenirs datant de la guerre et là, le récit devient plus fluide.
    L'auteur manie le cynisme et la dérision comme un maître mais cet humour noir ne plaira peut-être pas à tous, car certaines phrases pourraient choquer, pour exemple : « Moi, je porte la pâleur de la traîtrise et je patiente, verdissante, perruque grise sur tunique blanc linceul. Comme un juif durant une panne de gaz ».
    J'ai dévoré ce roman original où le sarcasme pointe son nez à chaque phrase. Cette mamie très peu orthodoxe m'a émue malgré son apparente froideur et son regard désabusé sur le monde. Le titre fait référence à la température à laquelle brûlent les cadavres dans un crématorium, et c'est ce que notre héroïne souhaite après son décès.
    Un grand merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité pour cette découverte, dans la cadre de l'opération « Masse critique ».
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Mahpee, le 26 septembre 2014

    Mahpee
    Herbjörg Maria Björnsson est une Islandaise en fin de vie. Elle passe le restant de ses jours dans un lit avec pour seul compagnon un ordinateur qui lui ouvre une fenêtre sur le monde. Son logement, un garage glacial, sa seule compagne une grenade de la seconde guerre mondiale. Et dans ces jours qui précèdent la fin de son existence, cancéreuse perdant de plus en plus l'usage de son corps, elle se remémore les heures d'une vie bouleversée par des épisodes souvent terribles et cruels.
    Ce roman Hallgrimur Helgason est très sombre, à l'image de l'Islande telle qu'il la décrit. Je pensais en choisissant ce livre, y trouver une histoire qui aurait pu rappeler ,"Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire". Mais l'histoire de Herra est à 1000 lieues du roman de Jonas Jonasson. Ce roman, écrit en cours chapitres, ce qui donnent plus d''intensité à ce livre de plus de six cents pages, nous fait suivre la vie d'une jeune Islandaise depuis la montée du nazisme jusqu'à l'après guerre. La traversée d'une époque, qui a tant inspiré d'histoires, est racontée par Herra à l'aide de flash-back parfois désordonnés, reflétant bien l'usure de cette vieille femme mais qui peuvent déstabiliser le lecteur.
    Une fois refermé, ce livre vous poursuivra longtemps après et la noiceur ne s'effacera pas d'un coup de gomme. La femme à 1000° fait partie de ces livres qui vous laisse un sentiment indéfinissable, la trace d'un grand roman.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Ancolie, le 26 juillet 2013

    Ancolie
    « En Islande, l'est une vieille, oui ! En Islande, l'est une vieille, oui ! Agée de quatre-vingt-dix ans et ran plan plan la vieille, âgée de quatre-vingt-dix ans et ran plan plan ! »
    Coincée dans son lit, atteinte d'un cancer du poumon, Herra déroule le fil de sa vie en attendant la mort et c'est l'occasion pour nous de rencontrer une personnalité hors du commun et l'histoire d'un pays qui nous est moins familier.
    J'ai découvert ce roman grâce à Masse critique (merci à Babelio et aux éditions Presses de la cité) et j'avais hâte de le lire, la troisième de couverture étant alléchante : «roman inclassable et truculent (…) alterne humour, cynisme, tendresse, absurde, poésie, noirceur (…)» Tout y est effectivement réuni. Herra ne mâche pas ses mots, elle peut être acerbe, directe, à la limite écœurante et puis, tout miel, elle nous envoûte en racontant son enfance. Elle est d'une franchise à toute épreuve et n'hésite pas à critiquer ses contemporains. Féministe convaincue, elle a peu d'égard pour les hommes en général et pour les femmes qui se laissent marcher sur les pieds. Elle ne trouve sa place nulle part et indépendante d'esprit, elle n'hésite pas à prendre le contrôle de sa vie quitte à faire des dégâts chez ses proches. Ses pires craintes ? Se fondre dans la masse et mourir d'ennui.
    Son parcours nous permet de découvrir l'Islande de la seconde guerre mondiale – son père prenant fait et cause pour le nazisme. Une période qui a beaucoup d'importance pour elle qui en a gardé une compagne fidèle : une vieille grenade qui lui sert de doudou. Quel personnage que cette Herra !
    Si j'ai un reproche à faire à ce roman, il concerne la structure du récit. Découpé en fins chapitres, il m'a semblé trop haché et un peu décousu. Il m'a manqué un souffle qui aurait dû m'emporter au fil des pages. Je me suis parfois ennuyée à la lecture de ses souvenirs et la redondance de certains détails nuit à la fluidité du récit. Les parties que j'ai trouvées les plus convaincantes concernent son présent.
    Cela n'empêche que j'ai été captivé par Herra, cette petite vieille qui n'a pas sa langue dans sa poche. C'est croustillant et souvent drôle – si on aime l'humour noir bien sûr.
    «La morale de cette histoire, oui ! La morale de cette histoire, oui ! C'est qu'il faut oser vivre et ran plan plan la vieille, c'est qu'il faut oser vivre et ran plan plan !»
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

> voir toutes (50)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Mahpee, le 26 septembre 2014

    Je ne sais pas quel jour nous sommes, celui-là même qui se déroule, mais, c'est certain, il est bientôt midi. Je le dis clairement et simplement : à mesure qu'approche le feu, les jours me semblent de plus en plus futiles. Que sont-ils d'autre que le chaos du vent soufflant par la fenêtre ? je m'autorise à les accabler d'insultes. Ce ciel d'un gris de cadavre et ces arbres poussés par le vent avec leurs feuilles éparpillées qui font penser à de la morve sur des mouchoirs trop souvent utilisés. On voit bien à quel point l'été islandais n'est qu'une mauvaise grippe. Je crache sur cet immondice qu'on nous fait avaler au quotidien, à nous qui nous remémorons la vie sous une lumière plus flatteuse que ce mucus grisâtre que le crachin nous offre. De lui s'écoule le ciel, cette panse puante d'une chienne grise et humide. Oui, c'est notre rôle à nous , les Islandais, de traîner sous le ventre de la chienne. Sous dix mamelles en lambeaux qui n'ont rien d'autre à offrir qu'un cristal glacial et stérile.
    Et la cime des arbres, fatiguée de cette pluie, oui...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par horline, le 24 juillet 2013

    A côté d’eux une fosse, aussi grande que le champ des jeunes hommes, gorgée de corps, cinq niveaux de corps, et le feu qui crépitait dégageant une chaleur étouffante. Les hommes ne purent s’approcher de la fosse sans couvrir leur visage. […]
    Papa se retourna et s’éloigna de la fosse comme en transe. Mais il ne put jamais la laisser derrière. L’odeur le suivit toute sa vie et il l’associa toujours aux épines de pin. […]
    Papa fut condamné par la justice en 1979 pour avoir abattu deux impressionnants conifères à la bordure du jardin de Skothùsvegur, et dut payer des dommages-intérêts à hauteur d’un demi-million de couronnes. Le procès de Nuremberg à l’islandaise.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par DBC-Anais, le 26 juillet 2013

    Comme il serait agréable que les hommes puissent voir en nous leurs égaux, leurs frères de sang, une autre forme masculine avec une peau bien plus belle. Ils pourraient se rappeler cet état de fait une fois de temps en temps, et apprécier autre chose que notre paire de hanches.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par Crocodyll, le 17 juillet 2013

    Comme il serait agréable que les hommes puissent voir en nous leurs égaux, leurs frères de sang, une autre forme masculine avec une peau bien plus belle. Ils pourraient se rappeler cet état de fait une fois de temps en temps, et apprécier autre chose que notre paire de hanches. Au moins jusqu'à l'apéro.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Stellabloggeuse, le 23 juillet 2013

    Viens, viens donc, fillette. Toi aussi tu deviendras femme, femme. Ne crois pas y échapper, y échapper. Viens donc avec tes traits d'enfant et tes fossettes de sourire et laisse-moi les inonder de doutes et de trouble. Toi aussi, tu porteras le poids de ta poitrine au fil de l'existence, appliqueras crèmes et parfums et colorations, combattras la graisse, affronteras les saignements, les naissances douloureuses, et perdras de ta valeur comme un morceau de viande, pour atterrir au pays des rides avant d'être balancée dans le charnier de la destinée. Femme ! Femme ! Le bonheur prisonnier t'attends derrière le rideau rouge. Tu croyais être enfant et devenir être, tu comprends à présent que tu ne deviendras que femme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de Hallgrimur Helgason

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Hallgrimur Helgason


Hallgrímur Helgason présente son roman "La femme à 1000 degrés"
Le livre - Condamnée à vivre dans un garage avec pour seule compagnie son ordinateur portable, une provision de cigarettes et une grenade datant de la fin de...








Sur Amazon
à partir de :
21,85 € (neuf)

   

Faire découvrir La femme à 1000° par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les Presses de la Cité

> voir plus

Lecteurs (104)

> voir plus

Quiz