Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Marion Danton (Traducteur)

ISBN : 2211097669
Éditeur : L'Ecole des loisirs (2011)


Note moyenne : 3.49/5 (sur 61 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Pendant longtemps, Ari a cru que son père, Raphaël Montero, était végétarien et souffrait d’une maladie de peau. Pendant des années, elle a trouvé normal de passer ses journées cloîtrée dans un manoir, avec des milliers de livres. Il a suffi d’une soirée, la première de... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (15)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par 100choses, le 29 novembre 2012

    100choses
    Ce qui m'a poussé à choisir cette histoire de vampires parmi les nombreuses publications sur le sujet ayant innondé librairies et bibliothèques ces dernières années, c'est l'humour non déguisé présent dans cette 4ème de couverture. J'espérais retrouver cet humour tout au long de ma lecture et lire une petit roman rigolo et léger moquant un peu cette mode de la littérature vampirique. Au final, ça n'est pas vraiment ce que j'ai trouvé entre ces pages, mais la surprise a été plutôt bonne. Pas de coup de cœur, mais une claire envie de retrouver les personnages dans les tomes suivants.
    Ari est un personnage qui m'a beaucoup touchée. Si le récit de ses péripéties n'est pas bien crédible, j'ai quand même aimé la suivre tout au long de son cheminement personnel, être témoin de son évolution physique et intellectuelle. Finalement cette série, c'est avant tout l'histoire d'Ari, une ado comme beaucoup d'autres, mal dans sa peau qui se cherche, grandit, gagne en maturité, se voit bouleversée par tout un tas de changements. Et son état de vampire n'est là que pour symboliser à quel point elle se sent bizarre et inadaptée au monde, à quel point elle ne maîtrise pas les changements de son corps.Ce qui importe dans ce roman, c'est l'histoire d'Ari, son évolution, sa progression. le fait qu'elle soit vampire, n'est qu'une circonstance, un artifice qui permet d'intensifier ce que l'auteure veut montrer dans son roman.
    Surtout, j'aime la façon dont elle s'adresse à ses lecteurs, l'interpelle, l'interroge sur la façon dont il aurait réagi. Ce procédé permet à la fois de mettre en avance sa différence (tout le monde n'est pas synesthésiste et ne possède pas la même histoire familiale) et de la rapprocher du lecteur (qui partage les mêmes interrogations, se débat avec les mêmes émotions…). En outre, Ari est futée et cultivée, douée d'un certain sens de l'humour et c'est un véritable plaisir que de lire ses réflexions.
    Pour continuer avec les vampires et l'univers mis en place par l'auteure, je dois dire qu'il m'a plu dans son côté suranné et cliché. Apparence physique (pâleur et tenues ‘gothiques'), érudition, vie coupée du monde, pratiques étranges… Tout est là, et j'ai trouvé cela assez rassurant, amusant parce que l'auteure le fait sans se prendre au sérieux. J'aime la façon dont elle auto-dérise (parfaitement, du verbe auto-dériser) sur le mythe et l'utilisation qu'elle en fait. Il n'a vraiment manqué que l'histoire se déroule au Royaume-Uni ou en Europe de l'Est. Un manoir, tout gothique qu'il soit en jette quand même moins quand il se trouve aux Etats-Unis que dans l'Ancien Monde.
    Enfin, du côté de l'intrigue, si, comme je l'ai dit plus haut, certains points semblent bien improbables (le périple de l'héroïne, le mode de vie de nos personnages…), il n'empêche que l'on prend plaisir à la suivre. On se laisse gentiment porter par l'histoire, et si on ne tourne jamais les pages avec fébrilité, peu à peu notre curiosité s'éveille. Et l'avantage c'est que ce tome 1 propose une fin satisfaisante en soi.
    Bref, une très bonne surprise. Je ne m'attendais pas du tout à un tel récit en entamant ma lecture. Mais la surprise a été plaisante. J'ai vraiment bien aimé le personnage de Ari et je compte la retrouver dans les deux derniers tomes de la trilogie.

    Lien : http://leboudoirdemeloe.co.uk/2012/11/29/hubbard-susan-la-societe-de..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par matane85, le 07 juillet 2014

    matane85
    Avant tout, le livre est structuré en 3 parties distinctes. La première partie pose les bases du roman. Les deux autres développent l'histoire. Celle-ci est celle d'une jeune fille de 13 ans qui nous conte sa vie et son enfance. Nous sommes donc dans la tête d'Ari qui d'abord découvre le fonctionnement familiale des autres humains et un autre style de vie que le sien. Cela lui permet de mieux comprendre sa famille et elle-même au fond. Puis vient de nouvelles interrogations par rapport à sa nature et à celle de son père qu'elle soupçonne fortement d'être un vampire. D'ailleurs, je trouve qu' Ari se focalise trop sur l’hypothèse vampire. Être rapide et sans reflet, ça peut correspondre à d'autres créature comme des démons ou d'autres trucs non connus... La nature même n'importe pas tellement au final. On aurait pu avoir la même histoire avec une famille au passé louche, de type mafia ou agent secret. Ainsi, l’intérêt de l'histoire réside plus dans le traitement de la recherche d'identité d'Ari que dans l'aspect fantastique du roman.
    La première partie de l'histoire est vraiment enfantine et plutôt ennuyeuse. On suit simplement Ari dans sa vie de jeune enfant (décrite plus bas). C'est peut-être aussi dû à mon âge... C'est donc avec soulagement que j'ai commencé la deuxième partie de l'histoire. On voit clairement une coupure dans l'histoire et dans le style après cette première partie. Le ton devient plus mature et plus largement appréciable. D'ailleurs, je trouve que les réflexions d'Ari ne sont pas celle d'une enfant de 13 ans. Je vais pas me plaindre, ça m'a permis d’apprécier les deux dernière parties. J'avais vraiment peur d'avoir une conclusion plus que naïve et surréaliste mais je suis plutôt satisfaite même si je trouve l'intrigue de la troisième partie un peu inutile. Comme si l'auteur tirait un peu trop sur le fil de son roman.
    Le style de l'auteur n'est vraiment pas celui que je préfère... On se retrouve avec un journal intime commentée en directe de temps en temps par le personnage principale. Des commentaires comme « pas toi ? » après une affirmation sont réguliers. Dire que cela m'a bien énervée est un doux euphémisme.
    Le personnage principal est Ari, une jeune adolescente. Son éducation est assez spéciale puisqu'elle reste chez elle, est éduquée par son père, surveillée par une gouvernante... Bref, elle ne connaît rien de la vie ordinaire des petites gens. Jusqu'au jour où elle se lie d'amitié avec la fille (pauvre) de sa gouvernante. À partir de ce moment-là, j'ai vraiment eu du mal à supporter notre héroïne. Je trouvais qu'elle prenait de haut les pauvres autour d'elle. Pas de façon directe mais plutôt le style de fille à vous dire : « Aaah, j'ai encore étudié une œuvre de Proust avec mon père, pas toi? ». Sentez bien le « pas toi ? » dans cette phrase. Anodin en apparence mais tellement suffisant.
    Heureusement, cette attitude sous-jacente disparaît dans les deux dernières parties du livre, sinon j'aurai vraiment fini par haïr Ari. À part ça, Ari est plutôt banale : une gosse un peu perdue qui essaie de grandir.
    Les personnages secondaires sont équilibrés ; assez présent sans être trop lourd. Le père d'Ari est quand même un peu spécial. Je trouve qui lui manque un gros pan du chapitre éducation. Pas d'école, pas de mère, pas de fratrie, pas d'amis de son âge, même pas d'animal de compagnie... ?! Vous ne voyez pas le problème ?
    L’univers du livre est plutôt simple et ne révolutionne pas le genre. Certains raccourcis m'ont fait soupirer, comme le fait que la pauvre famille nombreuse est heureuse et bruyante mais qu’Ari et son père sont riches et froids. Tout ça rend l'univers et l'histoire un peu trop manichéen.
    En bref : un jeunesse plutôt intéressant sur le plan mental de l’héroïne ainsi que sur son évolution. La première partie ne m'a pas convaincue (trop infantile et banale) mais le reste du roman est agréable à suivre même pour une adulte. Pas de coup de cœur mais le fait que le roman s'arrange m'a aidée à l'apprécier.

    Lien : http://under-books-spell.e-monsite.com/pages/young-adulte/la-societe..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par ishtar76, le 14 avril 2013

    ishtar76
    "on pouvait prendre plaisir au récit d'une vie monotone, à condition que l'auteur ait porté suffisament d'attention aux détails" . Cette citation, tiré du livre, résume assez bien la chose.
    Une ado de 13 raconte sa petite vie en quasi vase clos. Alors certes, il y a un mystère (vite levé) sur son père, des vampires ( d'un point de vue assez original d'ailleurs) mais tout cela ne rompt pas la monotonie de la chose et du récit. Cependant, la qualité de l'écriture, la personnalité relativement attachante d'Ari, l'héroïne, font que la lecture est tout de même assez agréable, reposante même.
    Par contre, au trois quart du roman, j'ai enfin accroché ! La gamine semble enfin s'éveiller et sort de ce vase clos monotone pour découvrir le monde et l'histoire de ses origines. Certes, cela reste moins "vivant" que la plupart des romans traitant de l'adolescence ou du vampirisme mais du coup, cela ajoute de l'action, des nouveaux personnages, etc. bref ça prend vie.
    Petites choses qui m'ont frappé :
    tout d'abord, la mention sur la couverture qu'il s'agit là du premier tome d'une trilogie. Pour ma part, je trouve qu'il se suffit entièrement à lui-même. Il ne semble pas mettre en place de nouveaux éléments créant une ouverture pour un nouveau récit. le mystère est levé, l'intrigue résolue. du coup, en refermant ce livre, j'étais satisfaite et je n'étais ni curieuse , ni intéressée par une éventuelle suite.
    Ensuite, le fait que même s'il s'agit d'une histoire de vampire, c'est un point qui finalement est presque anecdotique, passe au second plan derrière l'histoire d'une enfant qui grandit, découvre le monde, d'un couple qui se sépare et se retouve dès que les malentendus sont réglés.
    En bref, pas de coup de coeur mais une lecture agréable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Crepochoco, le 18 juin 2013

    Crepochoco
    Ce livre est le premier que j'ai lu sur le thème des vampires vu que cette mode ne ma jamais inspiré. C'est juste par curiosité sur cette engouement que je me suis lancé
    Et qu'elle déception j'ai eu! Ce fut aussi la première fois que j'ai du mal à finir un roman young adult...
    On suit donc la vit de Ari une pré-ado qui a été scolarisé toute sa vie chez elle avec pour seule personne à côtoyer son père, son associer leur assistante et sa nourrice. Jusqu'au jour où elle passe une soirée chez la famille de sa nourrice avec tout ces enfants et qu'elle commence à se poser des questions sur elle et sa propre famille.
    Le résumer donne l'impression que cette histoire sera donc palpitante, c'est ce qui ma motiver à le lire jusqu'au bout . Mais non rien qui ma coupé le souffle, on suit Ari dans sa découverte de soi et ce soi m'a ennuyer elle n'est pas une personne exceptionnel comme on pourrait s'attendre pour une héroïne, c'est juste une adolescente perdu . Ce n'est pas du tout un roman d'amour attention à ne pas se méprendre comme moi quand je les pris.
    Je dois quand même accorder à ce roman quelques moments où ça devenait intéressant mais malheureusement cet intérêt retomber trop vite parce que je m'attendais à plus.
    Gros point positif dans ce livre ses touts les petites citation littéraire que j'ai trouver très instructif.
    En résumer un roman trop monotone où il manque cruellement un petit plus que je déconseille donc pour tout ceux que s'attendent à une lecture palpitante. La fin ne ma pas donner non plus envie de lire la suite ce que je ne ferais pas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Biname, le 17 octobre 2011

    Biname
    Encore une histoire de vampire? Oui mais surtout non.
    J'ai vraiment eu peur de tomber une énième fois sur un livre traitant le vampirisme dans un triangle amoureux. J'aurai été extrêmement déçue surtout que le livre est publié à l'école des loisirs. Maison d'éditions de livres jeunesses d'excellente qualitée.
    Bingo ce livre est totalement génial, oh oui bien sûr il y a un peu de vampire mais le livre est surtout centré sur Ari, 13 ans, jeune fille en quête d'elle-même, essayant de se comprendre, de trouver sa place, de découvrir les secrets de son père et la disparition de sa mère. On se trouve bien plus dans un livre iniatique, avec avec une jeune très intelligente pour son âge. Sachant se poser les bonnes questions, comprennant vite où elle doit aller, comment avancer dans sa vie en faisant des choix logiques, censés.
    J'ai vraiment hâte de découvrir le 2eme tome.
    Je conseille vivement
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par LaLo, le 16 juillet 2011

    - Cette nouvelle acuité sensorielle peut se comparer à celle que provoque la prise de LSD. (...)
    - Vous avez déjà pris du LSD ?
    - Non, mais Malcolm m'a fait part de son expérience, et d'après lui c'est comparable. Le quotidien prend une apparence et une signification nouvelles. Traverser la chapelle de King's College alors que l'orgue jouait, c'était presque plus que ces sens ne pouvaient supporter. Les couleurs étaient devenues lumineuses, les sons incroyablement purs et vrais ; et puis tous ses sens se conjuguaient, ce qui fait qu'il pouvait à la fois goûter la texture des murs en pierre, toucher le parfum de l'encens, et voir le son des carillons.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par LaLo, le 16 juillet 2011

    Vois-tu aussi les lettres et les mots en couleur ? Du plus loin que je me souvienne, la lettre P a toujours été vert émeraude pour moi, et le S bleu roi. Les jours de la semaine ont également leur couleur spécifique : mardi est bleu lavande, vendredi est vert. Cette affection s'appelle la synesthésie et on estime qu'elle touche une personne sur deux mille.
    D'après Internet, tous les vampires sont potentiellement synesthètes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par ChiaraB, le 30 octobre 2011

    - Gaudeamus igitur juvenes dum sumus.
    - Réjouissons- nous tant que nous sommes jeunes, traduisis-je. Je ferai graver cette phrase sur ma tombe.
    - Moi aussi.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par LaLo, le 16 juillet 2011

    Dans ce que nous appelons "le Film", le docteur Van Helsing a cette phrase, qui n'existe pas dans le roman de Bram Stocker : "La force du vampire, c'est que les gens ne croient pas qu'il existe."

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par ChiaraB, le 30 octobre 2011

    Il baissa les yeux.
    - Les gens finissent toujours par partir, Ari. C'est une chose que j'ai apprise: la vie n'est faite que de gens qui partent.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
10,50 € (neuf)
8,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La société des S par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz