Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Résumé :

Le président de la République a décidé de faire de la dépendance une priorité. On ne pourrait que s'en féliciter, si, derrière des propos qui se veulent humanistes et généreux sur la nécessaire dignit... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

  • Par de, le 02 novembre 2011

    de
    Les auteur-e-s de ce petit ouvrage analysent les enjeux autour du débat sur la dépendance. Elles et ils se positionnent pour une reconnaissance du « droit universel de toute personne à voir sa perte d'autonomie prise en charge à 100% par la solidarité nationale dans le cadre de la Sécurité sociale, ce qui exclut le recours aux assurances privées et à la logique individuelle. »

    Au delà de l'appréciation toujours délicate des éventuels besoins à horizon dix ou vingt ans, le coût des couvertures des besoins, exprimé en pourcentage du produit Intérieur Brut (PIB) ne serait que très faible, de l'ordre de 2,5 à 2,8 % du PIB contre 1,5 à 1,8% aujourd'hui.
    A très juste titre, les auteur-e-s mettent aussi l'accent sur « L'estimation de l'aide informelle fournie par toutes ces personnes s'avère être supérieure à l'ensemble des dépenses publiques consacrées à l'aide formelle. » et soulignent que ce travail est souvent invisibilisé, comme les femmes qui en assurent la très grande part.
    Au contraire, elles et ils opposent « la prise en charge des personnes dépendantes n'est pas une affaire privée, dans aucun sens du terme, c'est-à-dire qu'elle ne doit reposer ni sur la sphère privée, ni sur le recours à l'assurance privée » ou « affirmer politiquement un principe de base : le refus de se défausser sur les proches – plus concrètement sur un travail invisible majoritairement assumé par des femmes. »
    Dans leur argumentation, les auteur-e-s nous rappellent aussi que « Les cotisations sociales sont une composante du salaire brut, et ne sont pas des impôts. »
    Contre les politiques néolibérales et gouvernementales, il s'agit donc à la fois d'apporter des réponses solidaires entre générations et égalitaires entre les femmes et les hommes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par de, le 08 octobre 2011

    la prise en charge des personnes dépendantes n’est pas une affaire privée, dans aucun sens du terme, c’est-à-dire qu’elle ne doit reposer ni sur la sphère privée, ni sur le recours à l’assurance privée

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par de, le 08 octobre 2011

    droit universel de toute personne à voir sa perte d’autonomie prise en charge à 100% par la solidarité nationale dans le cadre de la Sécurité sociale, ce qui exclut le recours aux assurances privées et à la logique individuelle.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par de, le 08 octobre 2011

    affirmer politiquement un principe de base : le refus de se défausser sur les proches – plus concrètement sur un travail invisible majoritairement assumé par des femmes.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par de, le 08 octobre 2011

    L’estimation de l’aide informelle fournie par toutes ces personnes s’avère être supérieure à l’ensemble des dépenses publiques consacrées à l’aide formelle.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
2,00 € (neuf)
1,29 € (occasion)

   

Faire découvrir Dépendance, perte d'autonomie : Affaire privée ou Sécurité Sociale ? par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1)

  • Ils l'ont lu

> voir plus

Quiz