AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2820322115
Éditeur : Kazé Editions (2015)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 243 notes)
Résumé :
Dans notre pays, une loi entend assurer la prospérité de la prospérité de la nation en rappelant à tous à tous la valeur de la vie. Pour ce faire, un jeune sur mille entre 18 et 24 ans est arbitrairement condamné à mort pour une micro-capsule injectée lors de son entrée à l'école. Lorsque l'on reçoit l'Ikagami, c'est qu'il ne nous reste plus que 24 heures à vivre. Mais à quoi passer cette dernière journée, lorsqu'on n'a pas eu le temps de faire sa vie? Que feriez-vo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
lyoko16 juin 2016
  • Livres 4.00/5
Qui n'a jamais pensé a ce qu'il ferait si on lui annonçait qu'il lui reste 24 heures a vivre ?
Futimoto a échappé à l'ikigami mais son travail est de les livrer aux malheureux qui non pas eu sa chance.
Lors de campagne de vaccination certains enfants recoivent au hasard une nanoparticule qui les fera mourir, mais ils seront prévenu 24 heures avant par un ikigami.
L'idée de base est purement géniale... et la réaction des gens est complètement différente selon leur affect ou leur passé.
J'ai vraiment apprécié ce premier tome et je ne sais pas pourquoi je pense que ce manga va vite devenir addictif...
Commenter  J’apprécie          355
Missbouquin
Missbouquin15 janvier 2014
  • Livres 5.00/5
Série terminée en 10 tomes, ce manga pour les adultes (seinen) m'a frappé par son originalité et son ambiance à la limite du thriller et de la science-fiction.
Dans une société japonaise dystopique, le gouvernement souhaitait que chaque citoyen prenne conscience de leur chance d'être en vie. Pour cela, une loi a été mise en place, dite la "Loi pour la prospérité nationale" et un système a été créé : à l'entrée à l'école primaire, chaque écolier est vacciné. Il y a une chance sur mille que ce vaccin soit mortel, et se déclenche entre 18 et 25 ans. Ceux qui tombent sous le coup de cette loi et de ce hasard vont recevoir l'Ikigami, un préavis de mort, qui leur indique qu'il leur reste 24h avant de mourir. A eux de choisir comment ils vont les employer, sachant qu'ils sont étroitement surveillés pour les empêcher de commettre un acte désespéré … Ce système est soit-disant bénéfique pour la santé de la société, qui voit les crimes diminuer et la natalité augmenter …
Le héros que nous suivons est un jeune fonctionnaire chargé de distribuer l'Ikigami et donc de se retrouver face à face avec les condamnés à mort et leurs familles. Tous deviennent égaux face à la mort : un guitariste qui commençait à percer, une jeune femme qui laisse une petite fille avec un mari inutile, le jeune premier dévoué à la cause nationale et heureux de se sacrifier pour la nation, etc.
Chaque tome de ce manga comporte deux histoires de vies fauchées en pleine force de l'âge. Mais en fil rouge, nous suivons l'évolution de Fujimoto le fonctionnaire qui, petit à petit, commence à douter du bien fondé de cette loi du hasard. Mais le système ne laisse pas impunément le doute s'insinuer dans son esprit …
J'ai dévoré les premiers tomes, un peu mal à l'aise par cette idée de base qui n'est ni plus ni moins qu'un crime institutionnalisé. Comment une société a pu produire un système aussi arbitraire, à la limite de l'absurde ? Comment penser qu'en tuant arbitrairement, on puisse rendre la société meilleure ? Rien d'étonnant à ce que ceux frappés d'Ikigami réagissent mal la plupart du temps … le plus difficile est que l'on finit par s'attacher à chaque personnage, même si l'on sait qu'il est impossible pour eux d'échapper à cette mort …
On finit par mettre tous nos espoirs dans le jeune Fujimoto pour que ce système bouge enfin, change. Or cet espoir est un peu déçu car le manga tourne un peu en rond : l'auteur accumule les situations, brosse un portrait très complet de ce Japon fictionnel, désespère son lecteur à chaque histoire, mais tout est un peu trop lent.
Enfin je vous laisse sur une question qui découle de cette lecture : que ferions-nous de nos dernières 24H ? Serions-nous désespéré, prêt au sacrifice, déterminé à laisser sa marque, comme les personnages du manga ?
Un manga que je vous conseille malgré le bémol que j'ai souligné car il vaut le détour pour le concept et la qualité du graphisme …
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
DawnG
DawnG07 février 2013
  • Livres 4.00/5
On assiste à deux « livraisons » d'Ikigami. Les adulescents qui reçoivent ces préavis, ne vont pas avoir la même réaction face à leur mort prochaine et rapide. Et en fil conducteur, on observe Fujimoto lors de la livraison de l'ikigami, éventuellement pendant les 24h et le point effectué avec son supérieur à chaque fin d'histoire.
Je n'aime pas tellement les mangas (ni même les BD) mais ce livre a été choisi comme lecture commune de la 14 réunion du Club de Lecture Alille.com, j'ai donc joué le jeu et je l'ai lu. Et je dois dire que ce n'était pas si mal. Même si j'ai beaucoup de mal à me concentrer sur les images et sur les textes -je suis régulièrement obligée de revenir en arrière regarder les dessins pour être sure de ne rien louper- j'ai trouvé le thème abordé bien trouvé et les dessins sombres et noirs, précis et réalistes tout à fait en phase avec le sujet traité ici.
On débarque dans un régime qu'on peut considérer comme totalitaire, qui pour « la Prospérité Nationale » décide de terrifier la population dès leur plus jeune âge et en leur mettant une épée de Damoclès au dessus de la tête. Ils peuvent très bien vivre vieux comme mourir entre 18 et 24 ans. Cette solution a été mise en place principalement pour réduire la délinquance et le nombre de suicide dans le pays. Ainsi les dirigeants sont convaincus que les jeunes vivront leur jeunesse pleinement et en filant droit. Les familles des « victimes de la nanocapsule » sont indemnisées. Mais si le « condamné » n'emploie pas à bon escient les 24h qui lui restent, toutes les conséquences de ses actes retomberont sur sa famille…
Seulement, on s'aperçoit assez vite que ça ne marche pas vraiment, la première personne a qui Fujimoto remet l'Ikigami a été maltraité et violenté par ses camarades de classe et il s'aperçoit, des années plus tard, que certains jeunes de son quartier, le sont aussi. La menace d'une éventuelle mort prochaine, n'empêche pas la haine, la délinquance et l'irrespect. En plus, cette échéance aléatoire tombe sur n'importe qui, d'où un sentiment profond d'injustice !
Fujimoto commence à mesure qu'il découvre sa fonction à se poser des questions, il tente bien d'en parler à son supérieur mais se rappelle aussitôt que poser des questions est mal vu, tellement mal vu, qu'à la moindre rébellion, le fonctionnaire se voit injecter la nanocapsule. de ce fait, Fujimoto nous apparait un peu passif, mais il est « coincé » dans sa fonction et ne sait probablement pas quoi faire. Nous occidentaux, on a envie qu'il se rebelle, s'oppose à cette Loi et vite, mais il est pris dans un système, dans les rouages d'une administration et dans une culture de groupe qui laissent peu de place à une réaction violente et spontanée.
Les histoires contées (deux dans ce tome) montrent les réactions différentes des personnes recevant l'Igikami : de la colère, de la résignation, du déni, de l'incompréhension,… L'Ikigami, ça n'arrive qu'aux autres non? Dans ce tome, le premier à recevoir l'Ikigami, au regard de son passé va se tourner vers la vengeance, mais est-ce la peine de se venger quand vous n'avez plus la possibilité de faire des projets d'avenir ? le second personnage va plutôt profiter pour changer la situation dans laquelle il est, va tenter d'accomplir quelque chose.
L'idée de base de ce manga est très intéressante et le traitement est bien fait, ce premier tome est vraiment pas mal. On se pose beaucoup de questions, on est amené à réfléchir non seulement à ce qu'on aurait fait à la place des personnages mais également à ce qu'on ferait nous, à ce qu'est cette société, la notre, etc.
J'ai eu du mal au début, parce que tous les fonctionnaires se ressemblent et j'en suis même venue à confondre des personnages, je me suis même demandée si c'était voulu ou non. Les fonctionnaires sont dans un tel système qu'il n'y a pas d'individualité, tous alors se ressemblent. Mais peut être que c'est juste moi, qui n'est pas l'habitude des graphismes et des mangas et qui n'est pas assez fait attention aux détails.
Lors de la réunion du Club de lecture, ceux qui ont lus les tomes suivants sont déçus parce qu'il ne se passe pas grand chose, Fijimoto continue ses interrogations mais ne passe pas à la phase de révolte, les histoires contées manquent d'originalité et se répètent un peu. Je ne sais pas du coup, n'étant pas déjà fan à la base en plus, poursuivre cette série même si ce volume est très bien.
Moi dans cette histoire, j'aimerai un rebondissement du style : livraison d'un Ikigami, la personne déconne mais le système a eu une faille et le « condamné » ne meurt pas. L'administration essaie de cacher l'évènement mais les rumeurs se propagent, le « miraculé » doit assumer ses actes mais en profite pour alerter l'opinion publique, la révolte gronde, le pays se soulève.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Yumiko
Yumiko31 décembre 2012
  • Livres 4.00/5
Voilà un manga qui me faisait de l'oeil depuis un moment. Il a fait beaucoup parler de lui à sa sortie et comme j'adore les seinen difficile de résister. Ce premier tome met le récit en place et nous présente la politique de ce pays et son idée des Ikigami, préavis de mort. Nous suivons des gens qui apprennent qu'ils vont mourir et le fonctionnaire qui leur annonce leur mort.
L'intrigue est vraiment prenante avec les capsules qui sont injectées aux enfants pour exploser dans certains cas à une date fatidique. L'idée étant que les gens profitent de leur vie avec cette épée de damoclès au-dessus de leur tête et de faire ainsi baisser le taux de criminalité. S'ils ont décidé de prévenir les gens 24h avant leur mort, c'est parce qu'ils pensent qu'ils pourront ainsi profiter de ce dernier laps de temps pour finir en beauté leur vie. Seulement, cela n'est pas le souhait de tout le monde.
J'ai adoré le fait qu'on suive autant des gens en instance de mort que le fonctionnement du système. Franchement, tout fait froid dans le dos même si l'idée de bas de pousser les gens à vivre leur vie joyeusement est intéressante. Les gens qui vont mourir réagissent de différentes façons face à cette nouvelle et cela nous montre toute la noirceur de l'âme humaine quand il est confronté à la mort.
Pour l'instant je suis emportée par le récit et j'ai hâte de poursuivre pour savoir ce qui nous attends encore. On sent que des réflexions s'enclenchent quant à cette politique si particulière et il pourrait bien y avoir beaucoup de rebondissements.
En bref, ce premier tome met le récit en place mais cela ne l'empêche pas d'être déjà très prenant et novateur. J'ai hâte de poursuivre avec ce récit sombre qui fait réfléchir et nous met face à notre propre peur de la mort...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
cerisebio
cerisebio10 février 2016
  • Livres 5.00/5
Ce manga déroule dans chaque tome l'histoire de deux condamnés "à une mort honorable pour la nation" par l'ikigami, tandis qu'en parallèle l'on suit Fujimoto de tome en tome. Moi qui ne suit pas fan des histoires courtes, je me suis finalement vite prise au jeu.
En effet, l'auteur met l'accent sur les conséquences humaines de cet ikigami. Chacun réagit à sa manière, selon la (courte) vie qu'il a vécu, les espoirs, les regrets. 24h pour faire face à la mort, c'est peu et les émotions sont alors exacerbées. de celui qui commet des actes de vengeance, à ceux qui meurent en vivant leur passion ou pour ceux qu'ils aiment, toutes les palettes d'émotions sont présentes.
Les cas individuels sont l'occasion d'aborder des sujets de société très actuels, de l'école à la politique, de l'extrémisme aux drogues, en passant par le handicap ou les personnes âgées.
En parallèle, on suit un fonctionnaire, partie intégrante du système. Fujimoto m'a rappelé Winston de 1984 à plus d'un titre : tout en participant au système, il a des doutes et est également plutôt lâche, broyé par la machine. D'ailleurs sur beaucoup d'aspect l'on sent l'influence d'Orwell dans ce manga.
Fujimoto commence son travail de livreur d'ikigami dans le premier tome, aussi, on en apprend plus sur le fonctionnement à travers sa formation, puis ses premiers cas. Après un temps d'adaptation, il passe par une phase effrayante, où il devient un fonctionnaire blasé, juste soucieux de suivre la procédure, perdant de vue qu'il apporte la mort et le désespoir dans les familles. Heureusement bien vite, son côté humain reprend le dessus, y compris avec ses doutes et erreurs.
L'aspect dictature et dystopique est amené très progressivement. Lorsque l'on commence la série, on a la sensation de se trouver dans notre monde normal, habituel, à l'exception de ce "détail". Les personnages parlent comme nous, s'habillent comme nous, utilisent des portables ou internet comme nous. Et c'est ce qui est le plus effrayant dans ce manga, le fait que tout semble si proche de notre réalité, rien de futuriste, exotique ou de très explicite.
Au fil des tomes, on en apprend plus sur l'histoire du pays et sur la situation réelle. du contrôle des médias et d'Internet, à la police idéologique, tout les ingrédients d'une dictature deviennent de plus en plus explicites. le tout jusqu'à un final qui laisse à peine le temps de reprendre son souffle.
L'emboîtement des deux types d'intrigue fonctionne parfaitement dans ce titre, dont je me suis enfilée les 10 volumes sans pause !

Lien : http://opaledefeu.jimdo.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Les critiques presse (1)
Lexpress14 décembre 2011
Au delà du traitement parfois répétitif des différentes "victimes programmées", Mase introduit les prémisses de la rébellion qui va bouleverser le système mis en place. Immergé dans l'histoire avec le personnage crucial de Fujimoto, le lecteur ne peut manquer de se poser certaines questions. Quelles seraient nos réactions si nous recevions un préavis de mort?
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
goodgarngoodgarn15 janvier 2014
A leur entrée à l'école primaire, tous les citoyens sont tenus de se faire vacciner contre certaines maladies infectieuses. On nomme cet événement "vaccination pour la prospérité nationale".
Toutefois, le vaccin en soi n'a pas grande importance.Ce qui importe, c'est ce qui est introduit dans 0,1% des seringues employées à cette occasion... Des nano-capsules spéciales. Injectées chez un citoyen sur mille... Elles vont ensuite circuler dans son corps, jusqu'à s'immobiliser un jour dans l'artère pulmonaire, au niveau du coeur.
Puis, au jour et à l'heure fixés, entre 18 et 24 ans, quand la vitalité atteint son maximum, elles éclatent et causent la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
emiko5emiko502 avril 2016
Les citoyens dont le vaccin contenait la capsule reçoivent, 24h avant leur mort, un "préavis de mort" leur indiquant le jour et l'heure exacte de déclenchement du dispositif. Voici ce "préavis de mort", communément appelé "Ikigami". La livraison de l'Ikigami est la tâche qui vous a été confiée. De retour dans vos mairies respectives, vous aurez dorénavant pour mission de la remettre aux citoyens concernés. C'est un devoir honorable, essentiel pour la prospérité et le développement de la nation. Veillez à ne jamais l'oublier dans l'exercice de votre mission. Est-ce bien compris ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KahlanAmnellKahlanAmnell06 décembre 2015
Chacun de nous pense à la mort plusieurs fois dans sa vie. La mort est, pour tout être vivant, sa plus grande source de peur. Même si les sages nous ont enseigné qu'elle ouvrait la voie au repos et à la sérénité éternelle, notre instinct fait que nous ressentons, malgré tout, une très forte angoisse. Quoi qu'on nous dise, nous restons avant tout des êtres vivants.
Commenter  J’apprécie          30
lilimarylenelilimarylene10 septembre 2012
Comme vous le savez, en inoculant la peur de la mort dans notre population qui vit dans la paix, cette loi vise à lui faire redécouvrir la "valeur de la vie"...
Commenter  J’apprécie          80
BigDreamBigDream14 mars 2015
Je vais mourir dans une heure...
Quitte à mourir, j'aurais quand même pu...
Je ne sais pas..,
Tous mes souvenirs tournent dans ma tête, je crois que je deviens fou!!
J'ai la trouille!
Enfin...J'suis complètement paumé.
Avec une journée, j'avais de quoi faire!!
Baiser, bouffer des bonnes choses...
Aller où j'avais envie d'aller, voir la famille et les potes...
Et j'suis là, à bosser!?
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Video de Motorô Mase (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Motorô Mase
Bande-annonce de l'adaptation d'Ikigami, le manga de Motoro Mase, réalisé en 2008 par Tomoyuki Takimoto (The Investigation Game)
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
505 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre
. .