Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2365775187
Éditeur : Urban Comics Editions (2014)


Note moyenne : 4.34/5 (sur 71 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quand il avait six ans, Bruce Wayne a vu ses parents se faire assassiner sous ses yeux. Après un entrainement intensif, il revient à Gotham City pour mener une guerre sans merci contre le crime... mais ce ne sera pas facile. Face à la corruption des autorités de la vill... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (11)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par lehane-fan, le 07 novembre 2013

    lehane-fan
    Alors si j'évoque l'homme chauve-souris , les plus cinéphiles visualiseront un Telly Savalas ou un Yul Brynner le visage extatique , certains pervers pourraient même plébisciter Lagaf' . Que nenni , il s'agit bien sûr ici de la genèse de Batman , l'un des plus célèbres super-héros quasi super normal , n'était une certaine aisance financière , que les Comics continuent grassement et diversement de nourrir en leur sein .
    Frank Miller au scénario , David Mazzucchelli au dessin , des parrains prometteurs .Créé en 1939 par Bob Kane et Bill Finger , l'équipe éditoriale de DC Comics décide alors d'actualiser une de ses plus fameuses franchises en le confrontant au monde d'aujourd'hui . 1986 : naissance de Batman année un .
    Une année pleine et entière pour évoquer Bruce Wayne , le riche héritier orphelin en mal de justice , et le lieutenant James Gordon fraîchement débarqué dans les rues poisseuses de Gotham City .
    Une année civile pour se trouver , se construire , se fixer des objectifs et se donner les moyens de les atteindre .
    Un récit en parallèle totalement maîtrisé qui , on le sent déjà venir , ne saurait finalement déboucher que sur une association future visant à pourfendre tout vil coquinou osant s'en prendre à la veuve et à l'orphelin . Tremble brigand , la justice porte désormais un nom , Batman ! Pour ce qui est de Robin , l'on patientera un chouïa , histoire qu'il retrouve son chemin dans les bois . La chasse aux champipi pouvant s'avérer piégeuse .
    Le coup de crayon est épuré . Les amoureux du détail en seront pour leur frais , Mazzucchelli travaille à l'économie ce qui me convient tout à fait .
    Niveau narration , la patte Miller est immédiatement reconnaissable . Pas follement épris de dialogues à rallonge , le scénariste privilégie les pensées souvent désabusées de ses deux héros , immergeant un peu plus le lecteur dans l'esprit névrosé du justicier et celui beaucoup plus idéaliste de son futur compère moustachu qui peine cependant à imaginer pouvoir élever son rejeton dans un monde gangréné par la violence et la corruption à tous les étages .
    Le récit est totalement abouti . Un roman graphique intimiste de très haute volée auquel l'on adhère dès la première planche .
    Batman : Année Un s'avère comme fondateur et se pose en véritable hommage du genre .
    Incontournable !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          5 35         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Hugo, le 12 juillet 2013

    Hugo
    Comic de référence, auteur de référence, "Franck Miller" a du talent, une véritable légende, ce mec est une bête qui a de la bouteille, pourtant je n'ai pas accroché à ses dessins que j'ai trouvé trop fades, un poil trop classiques, et un peu vieillot.
    Contrairement aux dessins de "Tim sale" dont je suis devenu un adepte, plus modernes, plus fantaisistes, plus proche de la version console.
    Côté scénario, rien à dire péjoratif, les débuts de Gordon, batman et Catwoman sont "dentesque", des personnages travaillés à la perfection. Il est évident que "Nolan" s'est inspiré aussi de cet album pour "Batman Begins".
    Quelques bonus de fin très sympa.
    Merci à Dionysos89 pour ses très bons conseils et ses excellentes critiques bien plus pertinentes.
    A plus les copains
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 21         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Dionysos89, le 11 juillet 2012

    Dionysos89
    Et une nouvelle réédition de taille, pour Urban Comics, une !
    Autour de ce Batman : Année Un (ou Year One si vous préférez), le nouvel éditeur de DC Comics en France cherche à enrichir le fond de son stock avec des re-publications de maxi-séries phares dans l'univers des Batman, Green Lantern et autres Superman. Dans cette catégorie "DC Premium", le ton visé est ainsi l'excellence, la très haute qualité des textes comme des dessins : donc, les histoires qui, finalement, ont fait date dans l'histoire de DC Comics.
    Autant dire qu'avec Batman : Année Un, Urban Comics s'attaque au must du must ! Au milieu des années 1980, alors que DC remodèle de manière intense les origines de chacun de ses personnages phares, ce chef-d'œuvre est le fruit du scénario de Frank Miller (300, Sin City entre autres...). Après son succès sur The Dark Knight Returns juste avant, il se fait un malin plaisir à réécrire les origines de Batman, sans pour autant les chambouler, mais en créant une toile de fond véritablement riche en plus des péripéties habituelles qui parsèment les grands débuts du Chevalier Noir dans la ville de Gotham.
    Ce chef-d'œuvre mêle ainsi un dessin et un scénario parfaitement imbriqués.... très torturés avant tout, car finalement c'est ce dont nous parlent Frank Miller et David Mazzucchelli, les cas de conscience, les tortures mentales et physiques, les atermoiements et les petits pas tout dans le progressif des deux personnages principaux que sont Batman / Bruce Wayne et le lieutenant James Gordon. Ce dernier est l'œil par lequel on découvre le plus souvent ce héros des temps modernes qu'est Batman.
    Pas besoin de dévoiler davantage d'éléments : le mieux est de se lancer à l'assaut de ce monument des comics qu'est le Batman : Année Un par Frank Miller. Ajoutez à cela qu'Urban Comics fournit les couvertures originales (c'est la base), mais surtout un avant-propos d'origine et surtout surtout surtout le Blu-Ray ET le DVD de l'adaptation prometteuse en animé de ce volume : vous aurez droit, avec cette nouvelle publication de qualité made in Urban Comics, à des moments inoubliables !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Kiwi-Kid, le 13 septembre 2014

    Kiwi-Kid
    La nuit est froide et noire sur Gotham. La ville sent la petite vie et les mauvais plans pour s'en sortir. Sortir de là, Jim Gordon ne pense qu'à ça, pourtant il vient juste d'arriver. Frank Miller plante le décor: Gordon sera son héros et Gotham son enfer. Batman est bien sûr de la partie, mais il est plus un personnage secondaire qu'un véritable protagoniste. Dans cet An 1, nous assistons plus aux conditions qui ont fait naitre le dark knight qu'à s a propre personne. En effet, très peu d'éléments sont donnés au lecteur quant aux débuts du héros. Même la relation entre Bruce Wayne et son majordome Alfred est éclipsée, alors qu'elle est pourtant centrale dans les aventures du héros. Nous ne saurons donc pas ce qu'à pensé celui qui a élevé Bruce de la naissance de Batman. C'est dommage, mais le reste est suffisamment prenant pour qu'on ne se pose pas la question. Ici, on découvre Gotham et son horreur. la pauvreté qui amène des mineures à se prostituer, la corruption qui est le maitre mot de la police, et le désarroi des honnêtes gens qui essaient simplement de (sur)vivre quand les riches et les puissants n'apprécient même plus les plus fins mets. La ville et sa cruauté sont au centre du récit. Miller la dépeint comme elle est, et comme on l'aime: Batman n'existera que pour réparer une Ghotham mal en point, ce qui déchirera la ville entre ceux qui porteront le justicier aux nues et ceux qui voudront le voir pendre au bout d'une corde.
    Choisir Gordon comme personnage principal permet à Frank Miller de parfaitement faire ressentir ce que les gens ont pensé quand un justicier masqué est arrivé en ville. Si le lecteur sait d'emblée que Bruce Wayne est Batman, il n'en est pas de même pour l'intéressé; et ses débuts vont être plus que chaotiques, presque suicidaires. Il faut dire que si Bruce Wayne veut apporter la Justice (ou la vengeance ?) en ville, le milliardaire a eu beau vivre à côté de la pauvreté, il ne l'a jamais vécu et ne connait pas les codes de la rue. Puis Batman verra peut être trop gros pour lui, et commencera alors une relation entre lui et le futur commissaire sans qu'aucun ne l'ait voulue. Il est vrai que Gordon a bien d'autres chats à fouetter que de s'occuper d'une légende urbaine. Entre Gotham à feu et à sang et ses collègues tous plus corrompus les uns que les autres, faire respecter la Loi est un travail à plein temps. Et puis, il est obligé d'arranger cette ville s'il veut que son bébé à naitre y ait une enfance digne de ce nom. Frank Miller a l'audace de faire de Gordon un personnage plus important et plus intéressant dans son histoire que celui de Bruce Wayne. En effet, Jim n'a ni l'argent de Bruce Wayne, ni l'identité secrète de Batman pour faire respecter la Loi. de plus, ses propres collègues sont contre lui. Pourtant, en ayant plus d'obstacles en face de lui que l'homme chauve-souris, sa détermination n'en est pas amoindrie. Elle est même peut-être plus importante que celle de Bruce Wayne. Il ne cherche pas à réparer le passé en empêchant qu'il ne se reproduise, il tente protéger son enfant. Et, alors qu'aujourd'hui Gordon peut avoir l'image du simple flic un peu dépassé par les événements et qui fait appel à Batman au moindre problème, on voit bien ici, l'homme intelligent qui place ses principes au dessus de sa hiérarchie (ce qui est rarement bon) , et qui voit en Batman un allié potentiel qu'il pourra utiliser à ses fins. Un outsider qui permettra d'éviter de passer par les ripoux qui se font légion.
    Pour conter les débuts du chevalier noir, l'auteur va construire une intrigue assez simple, mais dont on ne démord pas, grâce à des personnages dont Miller a su exploité les atouts mais aussi les défauts.. La mythologie n'est pas de reste puisqu'on retrouve la scène clef de la chauve souris passant par le fenêtre pour que Bruce Wayne trouve son alter égo. On assiste aussi aux répercussions de l'arrivée du premier encapé en ville. Autant dire que cela va donner des idées à certains et certaines. La question se pose alors: avec tout l'argent dont Bruce Wayne dispose pour aider les habitants, son choix de se déguiser pour aller tabasser du méchant ne fait-il pas plus de mal que de bien ?
    David Mazzucchelli montre sur Batman: Year One qu'il fait partie des meilleurs. Son trait est à la fois simple et complexe. Alors que les corps sont peu fournis en détails, les visages sont d'une expressivité étonnante grâce à un trait plus minutieux. le dessinateur fait plonger le lecteur dans l'ambiance lourde et malsaine de Gotham dès la première page: au milieu d'imposantes constructions métalliques, un train sombre parcourt un chemin de fer surélevé. le train n'est pas si vieux que ça, mais il semble avoir déjà trop vécu. Au train bondé et étouffant que prend Gordon sur les trois quart de la première planche, Mazzuccheli fait confronter l'avion solitaire dans un ciel vide et la focalisation sur le hublot propre derrière lequel se trouve Bruce Wayne, seul passager dans une simplicité graphique. Dès lors, l'opposition des deux hommes est faite. On pourra noter que Mazzucchelli a pris Gregory Peck (voir photo) pour modèle pour façonner son Bruce Wayne. le résultat est déstabilisant de prime abord (Bruce semble aller sur sa quarantaine, ce qui du coup fait assez vieux pour être la première année de Batman).
    Difficile de trouver des reproches à faire à Mazzucchelli, tant son trait est minutieux. le graphisme donne une impression d'intemporalité: le dessin fait old school alors que les éléments du décors ne permettent que rarement de situer l'époque: années 50 ou 80 ? On signalera aussi la colorisation par Richmond Lewis, qui par l'utilisation de peu de couleurs (et peu lumineuses) participe grandement à l'ambiance et met en relief les coups de crayons de Mazzucchelli.
    Conclusion:
    Un excellent scénario porté par un dessin époustouflant.

    Lien : http://www.comicsnco.fr/2014/04/27/batman-year-one/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Walden-88, le 15 septembre 2013

    Walden-88
    Je suis devenu fan de Batman, quand gamin j'ai vu à la télé Batman: The Animated Series, depuis le chevalier noir ne m'a plus jamais quitté. Pourtant, j'ai longtemps hésité avant de me lancer dans l'univers des comics. Par lequel commencer ? Batman Knightfall, les Batman de Grant Morrison, ceux de Frank Miller ? Ce Batman année un semblait donc le meilleur choix et autant dire que je ne suis pas déçu !
    On y découvre Bruce Wayne, de retour à Gotham City, après douze ans d'absence, avant qu'il ne devienne Batman. Et l'apprentissage est plutôt douloureux ! En effet, à Gotham règne un climat de violence, les autorités sont corrompues et ont des liens avec la pègre. Autant dire que Batman a du boulot avant de devenir le justicier que l'on connait (il apprendra qu'il lui faut s'entraîner sans relâche et ne jamais rien laisser au hasard). Mais ce qui est très intéressant dans ce Batman année un, c'est le traitement que réserve Frank Miller à un autre personnage, celui du lieutenant James Gordon, fraîchement arrivé en ville. En parallèle à l'histoire de Wayne, on suit celle du jeune lieutenant, ce flic intègre qui s'attire immédiatement la sympathie de la presse, qui en fait un héros, mais également la haine de ses collègues ( le commissaire Lœb n'apprécie que très peu les méthodes de sa nouvelle recrue). Gordon deviendra un allié de poids pour Batman...
    On note également l'apparition pour la première fois de deux personnages qui deviendront récurrents dans l'univers de Batman: Selina Kyle en Catwoman et Harvey Dent (futur Two-Face). Frank Miller a réalisé un superbe travail et a donné un côté très réaliste à ce Batman. Les dessins de David Mazzucchelli renforce encore un peu plus cette atmosphère très sombre. Je vais continuer mon exploration de l'univers de Batman avec Un long halloween.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 4         Page de la critique


Critiques presse (3)


  • Bedeo , le 17 janvier 2013
    Cette histoire s’impose ainsi comme un piliers de l’histoire de Batman à la fois car il explique magnifiquement et de façon assez réaliste le parcours qui a amené Bruce Wayne à devenir Batman [...].
    Lire la critique sur le site : Bedeo
  • Culturebox , le 30 juillet 2012
    Batman Année Un réinvente les débuts de l'homme chauve-souris avec un regard acéré et adulte sur l'univers du super-héros. Scénarisé par Frank Miller et dessiné par David Mazzucchelli, il est un des meilleurs comics de Batman, à lire même si vous n'êtes pas fan des justiciers en collant.
    Lire la critique sur le site : Culturebox
  • BulledEncre , le 11 avril 2012
    En montrant un Batman encore brouillon et perfectible et un Gordon infidèle et en proie au doute, les auteurs ont donné profondeur et noirceur à l’univers de la chauve-souris […].
    Lire la critique sur le site : BulledEncre

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Dionysos89, le 09 juillet 2012

    Père... je crains de devoir mourir ce soir.
    J'ai voulu être patient. J'ai voulu attendre. Mais je dois savoir.
    Comment, père ? Comment y arriver ? Que dois-je faire... pour leur inspirer la peur ?
    Si je sonne la cloche, Alfred viendra. Il arrêtera le sang à temps. Encore un don que tu m'as fait, Père.
    J'ai l'argent. Le manoir est situé au-dessus d'une caverne qui ferait un refuge idéal... mon majordome sait soigner les blessures de guerre... oui, Père, j'ai tout, sauf la patience.
    Je préfère mourir... qu'attendre... une heure de plus. J'ai attendu dix-huit ans... dix-huit ans... depuis... depuis Zorro. Le signe de Zorro. Depuis la rue. Depuis cette nuit-là. Et l'homme aux yeux vides, effrayés, et à la voix comme du verre pilé.
    Depuis que ma vie a perdu son sens.
    Sans crier gare, elle vient... surgissant à travers la fenêtre de ton bureau... et du mien.
    Je l'ai déjà vue... quelque part... elle m'a fait peur quand j'étais enfant... elle m'a fait peur... oui, Père.
    Je deviendrai une chauve-souris.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par lehane-fan, le 04 novembre 2013

    Ici , dans l'East End , se promener à minuit , c'est une tentative de suicide .

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par Boris02, le 30 août 2012

    Gotham City. Peut-être que je le mérite...ce voyage en enfer. Douze heures. Dont cinq où mon estomac n'a eu de cesse de crier famine. Barbara prendra l'avion. Même si c'est cher. Pourquoi venir à Gotham en train ? En avion, on ne voit que les rues et les immeubles. On pourrait croire que c'est civilisé.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Yaneck, le 22 juillet 2013

    Je ne suis pas prêt. J'ai les moyens, le talent... Pas la méthode. Non, c'est faux. Des méthodes, j'en ai des centaines. Mais il me manque quelque chose. Ca ne va pas. Il faut attendre. Attendre encore.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
14,00 € (neuf)
36,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Batman : Année Un par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (124)

> voir plus

Quiz

    L'Homme dans les titres de BD

    Mike Blueberry accepte de devenir le shérif de Silver Creek, petite ville sous la domination de riches propriétaires qui y font régner la terreur. Le 6ème album de la série Blueberry de Jean-Michel Charlier et Jean Giraud est publié en 1969.

    •   L'Homme à l'étoile d'argent
    •   L'Homme au complet marron
    •   L'Homme de Washington
    •   L'Homme qui ne voulait pas mourir
    •   L'Homme perdu dans le brouillard
    •   L'Homme au poing d'acier
    •   L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu
    •   L'Homme qui rit
    •   L'Homme qui valait 500 000 $
    •   L'Homme truqué
    •   L'Homme de glace
    •   L'Homme de Dublin

    12 questions - 16 lecteurs ont répondu
    Thème : bande dessinée , masculin , heros , bande dessinée française , bande dessinée aventure

    Créer un quiz sur ce livre.