Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2203344288
Éditeur : Casterman (2003)


Note moyenne : 4.31/5 (sur 98 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Corto Maltese appartient à cette lignée de héros que l'on retrouve dans les épopées celtes antiques, qu'elles soient irlandaises, galloises ou bretonnes. Il participe à des actions fantastiques, rêve de ce qui n'existe pas, mais il agit dans un univers de formes et de s... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Nastasia-B, le 14 juillet 2013

    Nastasia-B
    Les Celtiques est un album un peu fourre-tout constitué de six nouvelles ayant pour dénominateur commun, non pas, comme annoncé dans le titre, les îles Britanniques ou la Bretagne, mais plutôt la présence de Corto en Europe durant la fin de la Première Guerre Mondiale.
    On y trouve donc des histoires courtes assez inégales, allant du très bon au très médiocre, certaines se passant à Venise, d'autres en Irlande, Angleterre ou France.
    1. L'Ange À La fenêtre D'Orient nous plonge dans la Venise que connaît si bien Hugo Pratt. Certains dessins sont réellement saisissants de beauté sur les rues de la cité aux pieds dans l'eau et je vous donc conseille particulièrement ses magnifiques vues de Venise.
    Corto y est à la recherche d'un manuscrit bien étrange détenu par les Franciscains. Dans ce manuscrit, il est question de six cités bâties en pays d'El Dorado. Corto s'étonne que le manuscrit ne relate que la présence de six villes, sachant que lui en connaît sept. Or, il se rend vite compte qu'il n'est pas le seul à être intéresser à ce manuscrit.
    Parallèlement, on s'étonne, pendant toute l'aventure, de la présence d'une jeune paralytique issue de l'aristocratie à la fenêtre de la demeure familiale. Elle garde sa lumière allumée, même en pleine nuit, alors que l'aviation autrichienne menace la ville et qu'il est vivement déconseillé de prendre pareil risque en offrant une si belle cible à l'ennemi.
    Qu'attend donc cet ange à la fenêtre d'Orient ?...
    2. Sous le Drapeau de L'Argent relate quant à elle un épisode de la Première Guerre Mondiale entre Italiens et Autrichiens dans la Vénétie (ce en quoi elle peut évoquer des romans de Mario Rigoni Stern).
    Hugo Pratt se sert de ce contexte pour y placer une histoire d'enlèvement de trésor monténégrin orchestré par Corto Maltese sous les feux croisés autrichiens, italiens, français et écossais tout en faisant pirouetter au beau milieu des Américains de la Croix-Rouge.
    C'est l'occasion pour lui de s'en donner à cœur joie quant au dessin des uniformes et des matériels de guerre qui sont vraiment très réussis.
    Il évoque également le personnage historique d'Ernest Hemingway durant la première guerre mondiale.
    Un complot magnifique impliquant un aristocrate autrichien qui, conscient de la défaite proche, trahit son propre camp pour le compte de soldats écossais et français mais se fait découvrir entraînant une réaction de sa propre aviation...
    3. Concert En O Mineur Pour Harpe Et Nitroglycérine, peut-être la plus caractéristique et la plus réussie de l'album, nous plonge en pleine guerre d'indépendance irlandaise dans une histoire qui me rappelle beaucoup des films tels que le Vent Se Lève de Ken Loach ou même le plus ancien Il Était Une Fois La Révolution de Sergio Leone.
    Corto débarque sous la fine pluie d'Irlande en 1917 au moment où l'une des têtes du Sinn Féin, Pat Finnucan, vient d'être abattue par l'armée anglaise.
    Notre fétiche marin fait la connaissance de Sean, le frère du défunt qui a repris le flambeau de l'opposition à l'occupant anglais et de la révolte, ainsi que de Banshee O'Danann, la veuve de Finnucan.
    Un certain major O'Sullivan semble avoir joué un rôle déterminant dans l'assassinat de leader de la révolution.
    Une grosse opération est en cours. Des membres du Sinn Féin ont été capturés et vont être exécutés sous peu par les militaires anglais. Leurs amis souhaitent attaquer le convoi militaire qui doit les emmener devant le peloton d'exécution. Mais l'opération est risquée car les Anglais sont sur leurs gardes et bien déterminés à sabrer de l'Irlandais.
    La réussite se jouera dans la fiabilité des informations recueillies de part et d'autre... avec la victoire ou un bain de sang à la clé.
    Corto, une fois encore, est dans un rôle trouble, que je vous laisse le soin de découvrir. Hugo Pratt, comme les réalisateurs sus-mentionnés, pose habilement la question du statut de " héros " lors d'une révolution qui doit toujours nous faire réfléchir sur les diverses icônes de l'on a souvent un peu trop tendance à révérer. Mais qu'y a-t-il sous le socle des statues des héros ?
    4. Songe D'Un Matin D'Hiver est une légende ancienne réaménagée à la sauce Hugo Pratt.
    L'histoire décrite dans la légende se réécrit durant le conflit mondial. Corto en nouveau Arthur de la Table Ronde doit, par son intervention décisive, sauver l'Angleterre de l'invasion Allemande.
    Mais ce n'est pas l'Angleterre en tant que nation qui compte ici, c'est l'Angleterre en tant que celtique, en tant qu'héritière des légendes ancestrales que l'on doit sauver.
    Merlin l'enchanteur, la fée morgane, le roi Obéron et le diablotin Puck luttant face aux elfes des traditions germanique venues du continent, face aux fées Nibelungen et Valkyries.
    L'auteur met en scène tant les personnages mythologiques que des personnages de fiction du début du XXème siècle.
    Ceci fait une drôle d'histoire, un peu tarabiscotée, bizarre, mais onirique. Je ne vous cache pas que ces sortes de légendes ne sont pas ce que je préfère dans les aventures de Corto Maltese, car j'aime cent fois mieux les moment où Hugo Pratt mêle sa fiction avec les réalités historiques.
    5. Burlesque Entre Zuydcoote Et Bray-Dunes est un très petit millésime à mon goût. On l'a connu meilleur l'ami Hugo Pratt.
    Certes, le trait est admirable dans cette aventure, mais c'est à peu près tout.
    L'histoire, plutôt creuse, se veut un mélange d'espionnage sur fond de guerre et de légendes anciennes, avec quelques appels du pieds, comme il est fréquent dans la série Corto Maltese vers de véritables personnalités historiques, mais ici, le compte n'y est pas. Ça fait flop ! Circulez, y a rien à voir.
    Durant la première guerre mondiale, dans un camp allié situé à l'extrême nord de la France (comme le titre l'indique) des artistes troubadours viennent distraire les soldats anglais et américains. Cependant, cette étrange représentation ne laisse pas tout le monde indifférent.
    Le lieutenant de Trécesson croit y avoir lu un message crypté. Qu'en est-il vraiment ?...
    6. Enfin, Côtes de Nuits Et Roses de Picardie nous emmène en France pendant la fameuse bataille de la Somme, entre Corbie et Bray-sur-Somme (à l'est d'Amiens). Nous sommes en avril 1918 et le terrifiant Baron Rouge (alias Manfred von Richthofen) sème la panique avec son appareil au-dessus des tranchées alliées.
    L'auteur nous évoque un bref instant auprès de ces soldats australiens, venus se faire tuer à l'autre bout de la Terre dans un conflit qui ne les concerne pas.
    Sandy, le chef de patrouille acariâtre et Clem, simple soldat, essaient de persuader Corto Maltese de déboucher ses superbes bouteilles de vin de Bourgogne, du Vosne-Romanée 1911, que bien évidemment le marin ne souhaite vider pour rien au monde, du moins, pas pour une si petite occasion.
    L'argument de Sandy est pourtant fort : quand Clem en a un coup dans le nez, il abat n'importe quoi et n'importe qui à n'importe quelle distance. Ça vaudrait peut-être le coup d'essayer ?...
    Cette histoire est aussi l'occasion d'évoquer, outre le Baron Rouge et ses 80 avions abattus, l'écrivain D. H. Lawrence ainsi que le futur célèbre Lieutenant Hermann Göring...
    Au final, un album très inégal, pas forcément terrible, sauf quant à la qualité du dessin d'un bout à l'autre au top. Mais bien sûr, tout ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 38         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par raton-liseur, le 14 décembre 2011

    raton-liseur
    Les Celtiques, un de ces albums de Hugo Pratt qui se lit, se relit et offre toujours quelque chose de nouveau. Onirique, énigmatique, on y découvre toujours un autre angle, un autre sous-entendu, une autre interprétation…
    La forme de la nouvelle en BD semble être celle qui convient le mieux à Hugo Pratt. Ce recueil en contient six, chacune de 20 pages, pas plus. Assez pour évoquer des instants, développer des petits drames, tout en laissant une grande part de mystère et de non-dit.
    Ces histoires au fort goût de sel et de rêve, ouvertement antimilitaristes, forment l'un de mes livres préférés de Corto Maltese, et je ne boude pas mon plaisir, encore et encore !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par pbazile, le 13 février 2009

    pbazile
    Pratt a inventé la BD littéraire pour adulte. Il permettra à Mitterand de pouvoir citer un auteur en visitant le festival d'Angoulème, sans perdre sa "hauteur".
    Cet album est en effet bourré de référence pour celui qui a lu Shakespeare, la légende arthurienne ou même de la poésie irlandaise (!). Mais rassurez vous on peut l'apprécier sans cela!
    Il fait partie des classiques de Pratt, dont l'énorme production contient aussi de grosses daubes.
    Ici Pratt devait faire des histoires en 20 planches (précises!) ce qui l'a obligé à gagner en concision. le trait et la gestion du noir est blanc sont bons: le dessin a atteint sa maturité ce qui n'est pas encore le cas dans "La Ballade de la mer salée" par exemple et il ne bacle pas encore comme il le fera plus tard.
    Bref c'est la meilleure période, idées de base, écriture et dessin.
    Fort.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par bibliothequeViroflay, le 18 juin 2014

    bibliothequeViroflay
    Voici la nonchalante silhouette de Corto plongée au cœur de la « der des ders ». Les cases déroulent quatre histoires, des combats du Baron Rouge au contre-espionnage breton, en laissant la part belle au rêve et à la magie celtique. Entre les forces du bien et du mal, la trame poétique adoucit la tragique réalité pour mieux en dénoncer l'absurdité … Véronique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par djebby, le 02 octobre 2011

    djebby
    C'est un des albums que j'ai préféré.
    J'aime beaucoup le personnage de Corto et ce mystère qui le nimbe. Cet album va encore plus loin : onirique à souhait!

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Nastasia-B, le 14 juillet 2013

    SANDY : À le voir comme ça, étendu par terre, il ne ressemble pas à grand-chose... Qu'en dis-tu, Corto ?
    CORTO MALTESE : Que veux-tu que j'en dise ? C'est lui qui avait choisi de faire ce métier-là... et il l'a fait plutôt bien, à ce qu'il paraît... Tôt ou tard, il devait finir ainsi... Tu sais, Sandy, les héros de carrière me laissent complètement indifférent.

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par Nastasia-B, le 26 juin 2013

    SOLDAT ÉCOSSAIS : Cameron... tu as fini de raconter des histoires ?... Et fais attention... ces Uhlans sont têtus comme des mulets...
    SOLDAT AUTRICHIEN : Abritez-vous, idiots... Nous avons des Écossais devant nous... Ils sont têtus comme des mulets !...

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par Nastasia-B, le 22 juin 2013

    SORRENTINO : Il s'est sacrifié pour laisser s'enfuir cette femme.
    CORTO MALTESE : Eh oui, il y a toujours un idiot... prêt à se sacrifier pour une femme...

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par raton-liseur, le 15 décembre 2011

    Obéron : Adieu, Puck… L’heure est venue pour moi aussi de retourner dans la bibliothèque parmi les pages poussiéreuses des livres anciens… Dans la ballade oubliée du bon Huon de Bordeaux. Adieu jusqu’au jour où notre chère Celtique aura encore besoin de nous.
    (p. 95, Partie IV, “Songe d’un matin d’hiver”).

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

Lire un extrait

> voir toutes (16)

Videos de Hugo Pratt

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Hugo Pratt


Spécial 40e - Je me souviens de... Hugo Pratt
Pour renouer avec la mémoire de 40 ans de Festival, une série de films courts de Benoît Peeters en hommage aux auteurs lauréats du Grand Prix. Ici Hugo Pratt, Prix 15e Anniversaire en 1988.











Sur Amazon
à partir de :
83,50 € (neuf)
68,67 € (occasion)

   

Faire découvrir Corto Maltese : Les Celtiques par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz