AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.34 /5 (sur 94 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Newark , 1951
Biographie :

Alfred Angelo Attanasio est né dans le New Jersey aux États-Unis.

Il étudie la littérature et la biologie à l'Université de Pennsylvanie, cherchant à comprendre à la fois le corps et l'âme humaine. Par la suite, il se consacre au travail d'écriture (creative writing) et sort diplômé des Universités de Columbia en écriture et de New York en littérature.

Diplômé de littérature, il s'est lancé très tôt dans l'écriture en bénéficiant des encouragements du vénérable John W. Campbell pour publier nombre de nouvelles dans les années 70.

Son premier roman, Radix, publié en 1981, reçoit un excellent accueil de la critique qui y voit un auteur de science-fiction très prometteur.

A. A. Attanasio vit aujourd'hui dans les îles Hawaii et continue de travailler à la réécriture de la légende du Roi Arthur avec le cycle d'Arthor.
+ Voir plus
Source : Wikipédia.fr
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
PostTenebrasLire   04 juin 2013
Radix de A. A. Attanasio
Tout ce que nous ressentons nous est retourné. Essaie donc de te sentir bien.
Commenter  J’apprécie          43
PostTenebrasLire   04 juin 2013
Radix de A. A. Attanasio
C’est étrange, à quel point ces sangchauds sont bâtis de manière à croire qu’ils sont au centre exact du monde. Les oreilles, les yeux – tous leurs sens – conspirent à les faire sentir entiers, refermés sur eux-mêmes. Pas étonnant qu’ils soient tellement arrogants.

Commenter  J’apprécie          20
LeCombatOculaire   07 mai 2017
Radix de A. A. Attanasio
« Assia, il y a toujours plus. Ca ne finit jamais. J'espère que ta nouvelle vie te le fera découvrir. Regarde-toi attentivement. Tu ne vieilliras jamais. C'est vrai. Nous édictons toutes les lois.

Ecoute, si cela te déprime, tu connais le moyen d'en sortir. Le silence de l'esprit est la porte. La mémoire, l'histoire continue de la souffrance. Aussi longtemps que le passé sera réel, tu demeureras. Jetons encore un coup d'oeil à ta nouvelle vie : rien n'arrive par hasard, ou alors tout. Ce qui importe, c'est que tu passes à travers les évènements jusqu'au silence qui gît derrière eux. Oui, les choses peuvent perdre leur pesanteur. Penses-y. Tout ce que sur quoi tu as toujours eu prise peut dériver au-delà de toute direction... Non ? En tout cas nous avons fait un progrès. Tu as compris que tu ne peux pas comprendre. Le corps est l'inconscient du monde. Alors, que peux-tu faire maintenant ? Tout ! A chaque instant ! Tu vois, c'est comme creuser des trous dans le fleuve, comme oublier une chose pour s'en rappeler une autre. Cela parce qu'un dessein persiste derrière les lois du sang, parce que nous sommes condamnés à loucher sur l'absolu, parce que rien d'autre ne peut marcher. Bon. Tu as déjà commencé à trouver ta place. Maintenant, prends un miroir, regarde-le bien en face et souviens-toi de ta mère, de la mère de ta mère, de la plus lointaine aïeule de la mère de ta mère, de cet être vert, proche de la terre, qui ne croyait pas en toi. Souviens-toi, l'innocence qui t'appartient t'attend là où tu l'as laissée, au fin fond de ta peur. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire   07 mai 2017
Radix de A. A. Attanasio
Fermant les yeux, il s'imagina regardant en arrière, vers ces sauvages chevelus et baveux, ses premiers ancêtres humains, vers cette époque où le langage était encore enfermé derrière les barreaux des dents. Mais ce n'était pas là que jaillissait le fleuve de vie. Il fallait remonter plus loin, au-delà des lémures grouillantes, au-delà des larves jusqu'aux balbutiements d'une vie muette et sans regard, jusqu'aux premières cellules. Mais il savait d'instinct qu'il n'atteignait pas encore la source. Pour toucher aux commencements, il fallait rêver plus loin que les fougères arborescentes fumant dans les marais, plus loin même que les mers bouillantes, jusqu'à l'époque où la planète était plus grande et moins dense, où elle n'existait encore que sous la forme d'un jardin suspendu de gaz et de plasma : un nuage phosphorescent tourbillonnant sur lui-même, ni vivant ni mort et orbitant autour de l'étoile qui le rêvait.

Voilà la source, songea-t-il, éprouvant en lui-même le tournoiement de l'énergie astrale de Corby.

En était-il sûr ? D'où venaient les gaz qui s'étaient condensés pour former ces roches ? D'autres étoiles. Et les étoiles ? D'où venaient les premières étoiles ? Existait-il une origine de la vie au-delà de tout commencement et de toute fine ? Ou bien était-ce là le mythe premier ? Le premier adopté par les hommes et le dernier auquel ils renonceraient ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire   07 mai 2017
Radix de A. A. Attanasio
« Le langage. Les rites nuptiaux. Les jeux de la lumière. C'est l'un des plus grands plaisirs de la nature : créer des masques.

(...)

« La Nature est aguicheuse, provocante, elle affectionne particulièrement les voiles... c'est une jeune mariée. Il est extrêmement difficile de voir son vrai visage... mais pas impossible, croyez-moi ! Pas du tout impossible.

(...)

« C'est vrai, il est difficile de voir pour de bon la jeune mariée, car elle porte sept mille voiles, et chacun, arraché sans délicatesse, risquerait de la défigurer à jamais. Mais on peut y arriver !

(...)

« Ne vous forcez jamais, jamais, jamais. Ne déchirez pas les voiles. Ôtez-les délicatement, l'un après l'autre, chacun au bon moment. Le restant de vos jours suffira peut-être à peine mais la satisfaction sera démesurée. N'infligez pas de blessures qui, en cicatrisant, troubleraient et endommageraient la vision qu'elle peut vous offrir. Il faut procéder lentement, patiemment, en douceur. Cela ne signifie pas sans passion, sans flamme, mais ne confondez pas, comme tant de maladroits, la flamme avec le feu destructeur. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire   07 mai 2017
Radix de A. A. Attanasio
Tu auras un nom cette fois, ô enfant. Et tu auras toutes les limites qui accompagnent le nom. Tu auras un nom parce que tu vas là où toute chose a un nom...



... Là où tu vas, enfançon, tout ce qui peut arriver est arrivé. Tout ce qui est arrivé arrivera encore...



... Certes, tu apprendras bientôt le nom de tous les objets de ta nouvelle vie mais peu importe la quantité de noms que tu apprendras. Peu importe l'ordre dans lequel tu rangeras ces mots, ils ne t'apprendront rien sur l'origine ou la fin. Ils existent parce que tu existes, pour te prouver la possibilité et la réalité de ton existence, alors et maintenant, toujours, et presque semblable à ce qu'elle est dans ton imagination...



... mais les mots, ô jeune vie, seront écrasés par l'immensité de ton souffle car, à la parfin, la mesure de leur appétit sera la longueur de ton voyage, la force de leur pratique l'étendue de ce que tu auras enduré et leur seule utilité aura été de perfectionner l'espace que tu laisseras derrière toi dans ta course...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire   07 mai 2017
Radix de A. A. Attanasio
« J'ai besoin de renseignements sur les [humains de la civilisation précédente]. Est-ce qu'ils disposaient d'une puissante technologie ?

- Tout ça a disparu, aujourd'hui, marmonna Anareta. Leur plus grande réussite, leur plus importante réalisation, c'était leur pensée, la vision vers laquelle se portaient leurs aspirations. Vous vous perdriez dans leurs fonctions politiques et sociales. C'étaient des gens trop pragmatiques et trop militaristes pour réaliser leurs idéaux. C'est seulement dans leurs arts, dans toutes leurs préoccupations apparemment futiles, qu'on peut avoir un aperçu de leurs pensées profondes, de [leur âme]. Parfois, ils appelaient leur vision liberté, anarchie, individualisme. Nietzsche l'a exprimé clairement : "L'esprit libre se tient au sein du cosmos avec un joyeux et confiant fatalisme - il ne nie plus." »
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaire   07 mai 2017
Radix de A. A. Attanasio
« L'univers est fou, poursuivait Grangol, le visage sombre, presque solennel. Un trou noir est tapi au centre de notre galaxie, comme une araignée dans une toile d'astres. La terre ébouillantée d'énergies bizarres se boursouffle de nouvelles formes de vie. Peut-être tout cela s'est-il déjà produit autrefois. Peut-être est-ce ainsi que nous avons été produits. Peut-être que quelque chose de plus grand que la douleur est en train de naître. Et peut-être pas. Peu importe. Nous ne sommes pas ici pour censurer le cosmos. »
Commenter  J’apprécie          00
PostTenebrasLire   11 juin 2013
Radix de A. A. Attanasio
Le monde est devenu fou, mais nos enfants sont toujours notre lumière.
Commenter  J’apprécie          20
PostTenebrasLire   04 juin 2013
Radix de A. A. Attanasio
Le monde était mauvais, trop sombre pour être éclairé par la pensée.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de A. A. Attanasio (166)Voir plus


Quiz Voir plus

Star Wars - La Trilogie de Thrawn

Qui est le second du Grand Amiral Thrawn ?

Le capitaine Piett
Le capitaine Pellaeon
Le capitaine Needa

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thèmes : star warsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..