AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.74/5 (sur 5761 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 15/01/1935
Biographie :

Robert Silverberg est un romancier et nouvelliste américain.

Il connaît une jeunesse très prolifique: il publie sa première nouvelle à 18 ans, qui vient son premier roman, "Révolte sur Alpha C" (1955), à peine un an plus tard. Il remporte à 20 ans le prix Hugo de l'auteur le plus prometteur. Cette première consécration l'entraîne dans un travail considérable avec, en quelques années (période 1957-1959), l'écriture d'au moins 200 histoires courtes ou nouvelles et une dizaine de romans, la plupart alimentaires, sous de nombreux pseudonymes.

En 1958, la faillite de l'American News Company, le principal distributeur de pulps, entraîne dans sa chute un bon nombre de titres. Silverberg est obligé de se diversifier, et va s'essayer à des genres aussi divers que le western, les histoires de super-héros, et même des publications adultes, comme "Le Sexe dans les armées", ou "1001 questions sur le sexe". Lors des années 1960, il publie ainsi près de 70 ouvrages sur des thèmes historiques ou archéologiques.

Puis il écrit en quelques années de nombreux romans d'une qualité impressionnante : "L'Homme dans le labyrinthe" (1968), "Les Ailes de la nuit" (1969), "La Tour de verre" (1970), "Les Monades urbaines" (1971), "Les Profondeurs de la Terre" (1971), "L'Oreille interne" (1972) , "Le Livre des crânes" (1972) ... Cependant, lassé du monde de l'édition qui prend une tournure mercantile qui ne lui plaît guère, Robert Silverberg, après la sortie de "L'Homme stochastique", annonce en 1975 qu'il prend sa retraite.

En 1979, il revient sur sa décision et entame la rédaction du "Cycle de Majipoor", œuvre située entre la Fantasy et le space opera. Le roman inaugural, "Le Château de Lord Valentin" (1980), est un immense succès, et reste à ce jour son livre le plus vendu.

En 2012 paraît "Le Dernier Chant d'Orphée", en 2014 "Dernières nouvelles de Majipoor" dernier tome du Cycle de "Majipoor" et en 2015, "Glissement vers le bleu" (co-écrit avec Alvaro Zinos-Amaro).

Robert Silverberg a utilisé au cours de sa longue et chaotique carrière de nombreux pseudonymes. Il a reçu quatre fois le prix Hugo, cinq fois le prix Nebula dont un du meilleur roman ("Les temps des changements", 1971) et huit fois le prix Locus dont un du meilleur roman de fantasy ("Le Château de Lord Valentin", 1981).

Silverberg se marie une seconde fois en 1987 avec Karen Haber, elle aussi auteur de science-fiction. Le couple habite San Francisco.
+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Silverberg
Ajouter des informations
Bibliographie de Robert Silverberg   (136)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Ancienne colonie, la planète Belzagor a été rendue à ses deux espèces intelligentes. Des scientifiques décident d'assister à leur rituel secret, la cérémonie de la renaissance... Dessin : Laura Zuccheri Oeuvre originale : Robert Silverberg Scénario : Philippe Thirault


Citations et extraits (844) Voir plus Ajouter une citation
Le processus qui consiste à changer d'avis est subtil. Vous commencez en position A, que vous tenez avec un entêtement sévère, bien résolu à ne jamais l'abandonner. Mais cette détermination, vous la remettez bientôt en question. Est-il sage d'être aussi obstiné? Peut-être devriez-vous considérer une alternative? Vous révisez un peu votre inflexibilité première, abandonnant la position A pour adopter la position B., qui est sensiblement la même à cela près que s'y ajoutent deux ou trois "si" et "peut-être". Puis, par une série de compromis graduels, de considérations privées, de détours et de biais, vous glissez mollement au long de l'alphabet jusqu'à vous trouver à la position Z, exactement à l'opposé de votre point de vue initial.
("La Porte des Mondes")
Commenter  J’apprécie          450
(David Selig est un marginal qui a le pouvoir de lire dans l’esprit des autres, hommes ou femmes)

Le pouvoir apporte l’extase (...). Les mortels viennent au monde dans une vallée des larmes et ils se distraient comme ils peuvent. Certains, à la recherche du plaisir, se tournent vers le sexe, la drogue ou la télévision. D’autres ont recours au cinoche, à l’ivresse, au rami, à la bourse, au tiercé, à la roulette, aux chaînes et au martinet à pointes, aux éditions originales, aux croisières dans les Caraïbes (…) et je ne sais quoi encore.
Mais pas lui. Pas David Selig le maudit. Tout ce qu’il avait à faire, c’était de s’installer tranquillement n’importe où, les écoutes bien ouvertes, et de boire les pensées portées par la brise télépathique. Sans se fouler, il menait une centaine de vies par personnes interposées. Il accumulait dans son coffre à trésor les trophées de mille âmes dépouillées. L’extase. Mais bien sûr, tout ça c’était il y a longtemps. (page 108)
Commenter  J’apprécie          420
C'est vendredi en fin d'après-midi, devant le Center de South Main, qu'Amanda repéra l'extraterrestre. Bien qu'il s'efforçât de passer inaperçu, de paraître le plus décontracté possible, il était quand même un tantinet désorienté et mal à l'aise.
Déguisé en jeune fille d'environ dix-sept ans, avec sa peau au teint olivâtre et des cheveux si foncés qu'ils en semblaient bleu marine, il avait l'air d'une Chicana ; mais Amanda, qui avait elle aussi dix-sept ans, était tout à fait à même de reconnaître un simulateur (...) Elle traversa la chaussée :
- Tu t'y prends mal, fit-elle. Il suffit d'un brin de jugeote, et on voit tout de suite qui tu es.
- Fiche-moi le camp, lança l'extraterrestre.
- Non, tu vas m'écouter. Tu veux échapper au centre de détention, oui ou non ?

(Début d'Amanda et l'extraterrestre ; ce récit, qui commence comme une nouvelle de Fredric Brown ou de Robert Sheckley, est une satire féroce d'une certaine jeunesse californienne)
Commenter  J’apprécie          400
Robert Silverberg
Les grands esprits courent un grave danger lorsqu'ils vivent sous le règne de petites âmes.
Commenter  J’apprécie          411
Quand devrait-on accorder les droits civiques aux androïdes ? En même temps qu'aux robots et aux ordinateurs. Et aux brosses à dents.
Commenter  J’apprécie          370
Le dégel avait commencé . Non seulement sur la terre mais aussi dans coeur des hommes .
Commenter  J’apprécie          370
Dans cette société d'un futur proche, les manipulations génétiques permettent aux "congloméroïdes" d'incroyables transformations physiques ...

Je suis tout à fait ce qu'il y a de contemporain. Je suis post-causal, anti-linéaire, pepto-moderne. En dehors de cela, point de salut, nespa ? C'est se condamner à n'être qu'un fossile. Le sens du caractère infini des potentialités, un état de disponibilité infinie, telle est la philosophie à avoir à notre époque de constante reconversion. Etre ouvert à toutes les possibilités, faire preuve de souplesse existentielle en toute circonstance.
Aussi, lorsque mon quasi-cousin Spinifex m'a appelé pour me dire : "Viens à ma foetus-party ce soir", ai-je accepté sans hésitation.

(Début de la nouvelle "Le cocktail congloméroïde". En quoi consiste cette foetus-party ? je ne vous le dirai pas, il faudra lire le recueil pour le savoir ! Je reviendrai sur cette "philosophie du changement", qui est un axe majeur de l'oeuvre de Silverberg)
Commenter  J’apprécie          331
Manquer d'un membre, d'un œil, ou avoir une infirmité quelconque était considéré comme un crime esthétique: tout pouvait être réparé et la bienséance commandait d'offrir à ses congénères une apparence agréable. Les imperfections et la laideur outrageante étaient éminemment antisociales.
Commenter  J’apprécie          342
- C'est là que nous dormons, explique-t-il. On y tient facilement à trois. Nous avons la douche, là. Préférez-vous déféquer dans l'intimité ?
- Oui, s'il-vous-plaît.
- Alors, vous appuyez sur ce bouton qui allume l'écran d'intimité. Nous excrétons dans ceci. L'urine ici, les fèces, là. Tout est récupéré et réutilisé, vous comprenez. Nous avons le sens de l'économie dans les monades.
- Bien sûr, répond Gortman.
Principessa demande :
- Préférez-vous que nous utilisions l'écran quand nous déféquerons ? J'ai cru entendre dire que cela se fait à l'extérieur.
- Je ne voudrais pas vous imposer mes coutumes, dit Gortman.
- C'est un fait que notre culture a dépassé la notion d'intimité, répond Mattern, en souriant. Mais cela ne nous dérange pas d'appuyer sur le bouton, si...Il hésite. Une nouvelle pensée vient le troubler.
- La nudité n'est pas taboue sur Vénus, j'espère ? Je veux dire, nous n'avons que cette pièce et...
Commenter  J’apprécie          3228
La lecture et l'écriture ont été mes premières acquisitions. Ce sont des connaissances essentielles à un prince; peut-on toujours en tout se fier à la probité de ses scribes et de ses assesseurs lorsque les messages vont et viennent sur un champ de bataille, ou dans les échanges de correspondance avec un souverain étranger ? Si le maître ne sait pas lire, il est à la merci de bien des formes de traîtrise et, tout grand homme qu'il soit, il peut se retrouver livré aux mains de ses ennemis.
J'aimerais pouvoir affirmer en toute sincérité que mon étude de ces arts procédait de considérations si perspicaces et si prévoyantes pour un futur monarque. Mais il en était rien. Ce qui me séduisait dans l'écriture, c'étaient les vertus magiques que j'y attachais. Pénétrer les arcanes de la magie, celle-là ou une autre, voilà qui m'attirait irrésistiblement.
Commenter  J’apprécie          300

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Robert Silverberg Voir plus

Quiz Voir plus

gilgamesh

qui est gilgamesh ?

UN PAYSAN
UN ROI
UN ENFANT
UN CHIEN

4 questions
138 lecteurs ont répondu
Thème : Gilgamesh, roi d'Ourouk de Robert SilverbergCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..