AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.47 /5 (sur 956 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Neuilly-sur-Seine , le 20/03/1976
Biographie :

Adélaïde de Clermont-Tonnerre est une journaliste et romancière française.

Elle est l'arrière-petite-fille en ligne maternelle de la princesse Isabelle d'Orléans, sœur du comte de Paris et la nièce de Laure Boulay de la Meurthe, ancienne directrice de "Point de vue" et dernière compagne du milliardaire Jimmy Goldsmith.

Ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud (lettres et sciences humaines), elle a travaillé dans les banques d'affaires en France et au Mexique avant de diriger la rubrique culture à "Point de vue".

Depuis 2008, elle est membre du jury du Prix de la Closerie des Lilas qui récompense un roman de femme paru entre janvier et mars de chaque année. Elle est également membre du jury du prix Françoise Sagan, dont elle a été la première lauréate en 2010 et membre du prix Fitzgerald.

Son premier roman, "Fourrure", publié en 2010, dans la collection bleue des éditions Stock, a reçu le prix Maison de la presse, le Prix Françoise Sagan, le prix Bel Ami, le Prix du Premier Roman de Femme et l'un des Prix littéraires Les Lauriers Verts 2010, en catégorie révélation.
Ce roman a également été finaliste du Prix Goncourt du premier roman et sur la liste d'été du prix Renaudot.

Le 23 mai 2014 elle fait sa première apparition en tant que chroniqueuse dans l'émission "Les pieds dans le plat" sur Europe 1 présentée par Cyril Hanouna.

Elle reçoit le Grand Prix du roman de l'Académie française, le prix du roman à la Forêt des Livres et le prix des librairies Filigranes en Belgique pour son second roman, "Le Dernier des nôtres" (2016).
+ Voir plus
Source : bibliobs.nouvelobs.com/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Adélaïde de Clermont-Tonnerre - le dernier des nôtres .
Adélaïde de Clermont-Tonnerre vous présente son ouvrage "Le dernier des nôtres : une histoire d'amour interdite au temps où tout était permis" aux éditions Grasset. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/12620/adelaide-de-clermont-tonnerre-le-dernier-des-notres-une-histoire-d-amour-interdite-au-temps-ou-tout-etait-permis Notes de musique : All My Light by Cory Gray. Free Music archive
+ Lire la suite

Citations et extraits (130) Voir plus Ajouter une citation
jeunejane   27 septembre 2017
Le dernier des nôtres de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
Depuis que l'Homo sapiens est sorti de sa caverne, le monde n'a jamais été tendre avec personne, mais l'honnêteté et la délicatesse se révélaient, à New York, particulièrement handicapantes. J'avais décidé de lui apprendre à se défendre. Il s'était assigné la mission de me civiliser.
Commenter  J’apprécie          280
migdal   15 décembre 2019
Le dernier des nôtres de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
J'ai commencé par l'engueuler. Je lui ai dit qu'elle était folle, que je n'avais rien à voir avec tout ça. Elle voyait le mal partout. Elle n'avait pas le droit. C'était de la rage de m'en vouloir à ce point-là. Que cherchait-elle ? A me détruire ? A m'entraîner dans son enfer ? Je n'avais rien fait pour mériter d'être traité comme elle me traitait. Où avait-elle été chercher une histoire pareille ? Elle savait à quel point le mystère de mes parents biologiques me faisait souffrir, c'était déloyal de m'attaquer sur ce terrain. De jouer de mes peurs et de mes faiblesses. Ce qu'elle me disait était une agression inouïe. C'était cruel, infondé. Je n'avais pas de mots pour qualifier ça. Ou plutôt si, j’avais un mot : pervers.

(...)

Savoir. J'avais tant voulu savoir... mais ça ! Etre marqué au fer rouge. Etre coupable du pire dont un homme est capable. Naître de cette infamie. Je me sentais sale. Pris au piège. Répugnant. Les autres n'ont rien ajouté, posant sur moi des regards apeurés. La pièce s'est mise à tourner. Mes oreilles bourdonnaient. Ce que j’avais enfoui depuis des années est remonté d'un coup. Une éruption volcanique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
rabanne   14 février 2020
Fourrure de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
Le seul moyen de connaître l'amour inconditionnel sur cette terre, ce n'est pas de l'attendre, c'est de le donner.
Commenter  J’apprécie          246
Magenta   04 février 2013
Fourrure de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
La vraie liberté, c'est n'avoir rien à perdre : ni objet, ni réputation, ni affection.
Commenter  J’apprécie          240
Zazette97   04 juin 2011
Fourrure de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
Pourquoi les hommes aiment-ils les garces dans mon genre? Parce qu'elles les soulagent. Avec les femmes bien, ils sont débiteurs. Rien de plus annihilant que cette prison de l'amour et de la perfection dont elles ligotent leurs maris et leurs amants. Elles les écrasent de culpabilité, dissolvent leur confiance, sapent leur virilité. Auprès de ces mantes religieuses sapées de sainteté, ils n'ont pas d'excuses. Pas le droit d'être ratés, fragiles ou infidèles.

Avec une femme comme moi, ils sont libres. Libres d'être aussi salauds que je le suis. Libres d'être eux-mêmes, avides et conquérants, sans loyauté et sans fardeau. Pourquoi croyez-vous qu'ils continuent à tomber dans mes filets? Parce que je n'en ai pas. p.483
Commenter  J’apprécie          130
Zazette97   04 juin 2011
Fourrure de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
Pierre avait aimé leur différence d'âge. Les vingt ans qui les séparaient la rendaient moins forte, plus accessible. Lorsqu'il tenait Zita contre lui, en pleine lumière, les marques que le temps avait laissées sur son visage l'émouvaient, comme les cicatrices d'une guerrière.

Sa vie se lisait sur sa peau et il la trouvait belle. Les hommes qui prétendent aimer la jeunesse ne font que s'aimer eux-mêmes, songea-t-il. Lui n'éprouvait pas le besoin de projeter l'encre de ses fantasmes sur la page blanche de femmes en devenir. Un être malléable ne lui inspirait pas de désir : c'était conquérir du vide. Il préférait les femmes que la vie avait polies et marquées, celles dont on touche, comme sur un livre en braille, les humiliations et les plaisirs au coin de la bouche et des yeux. Il aimait qu'avec un corps il y ait une âme un peu lasse et fourbue qui vienne se lover contre lui. Il l'aimait elle, Zita. Avec son passé, ses blessures, ses lâchetés et ses effrois. p.28
Commenter  J’apprécie          120
oran   02 mai 2018
Le dernier des nôtres de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
-L’opération Paperclip ? relança Marcus.

- C’était le nom de code de la mission qui a permis, en toute discrétion et en toute illégalité, de faire venir mille cinq cents savants et ingénieurs nazis aux Etats-Unis. Cent dix-huit d’entre eux ont passé plusieurs années à Fort Bliss au Texas.



Commenter  J’apprécie          130
Pchabannes   19 septembre 2010
Fourrure de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
Pour la route ce long passage dense et admirable de concision.

“Je le remerciai et le levait. Il était hors de question que je mette ma fille entre les mains de ces gens là. Depuis le temps que je leur faisais la guerre à ces simplificateurs de l’humanité qui voient les autres comme un amas de problèmes à résoudre, niant leur merveilleuse complexité, détruisant des années de créativité qui leur ont permis d’inventer ces charmants petits TOC, ces petites névroses passionnantes, ces rituels absurdes et poétiques, ces traumatismes émouvants, ces cicatrices guerrières, ces maladies imaginaires qui font toute l’originalité d’un être. Tout ça pourquoi ? Le bonheur ? On gave les gens avec ce mythe, on pompe leur fric, on décortique leurs rêves, on leur coupe les couilles et la libido au nom de cette fabuleuse arnaque, ce concept vide que personne n’a jamais été foutu de définir. Et les infortunées victimes de se lamenter, espérant sans relâche cette satiété inatteignable dont ils n’ont goûté, jusqu’ici, que les restes : le confort, le sexe ou même l’amour. Lamour, cet absolu à la portée des caniches, comme disait l’autre…Tout ça pour nourrir un néo-clergé de profiteurs des faibles et des cabossés. Des confesseurs qui s’entretuent pour des querelles de chapelles, des théologiens qui essaient de faire tenir le vivant, le mouvant, l’émouvant dans la forme contre nature d’une prétendue normalité. Normalité qu’ils décrètent en monarques absolus. […] Leur normalité ne vaut pas mieux que la moralité avec laquelle on nous a entravés des siècles durant. La névrose a remplacé la faute originelle, personne n’y échappe et ceux qui prétendent ne pas en souffrir sont en plein déni. Ah, il est très au point leur petit arsenal de soumission d’autrui ! L’exigence du bonheur n’est pas moins redoutable que le péché et sa culpabilité. Un merveilleux outil pour prendre le pouvoir sur l’esprit de son prochain, car c’est de pouvoir qu’il s’agit. Il faut être vraiment borné pour croire une seule minute que ces parasites veulent « aider » qui que ce soit.”

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Spilett   18 mars 2018
Le dernier des nôtres de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
— Je suis possessif depuis le premier jour.

— Sans doute parce que tu as des choses à te reprocher...

— Quel rapport ?

— Lorsque l'on est dispersé dans ses affections, on a tendance à croire que les autres le sont aussi.
Commenter  J’apprécie          120
MarjorieD   23 octobre 2016
Fourrure de Adélaïde de Clermont-Tonnerre
Il y a des moments dans la vie où le plaisir de dire non dépasse toutes les ambitions et toutes les fortunes [...]



p.362
Commenter  J’apprécie          121

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Adélaïde de Clermont-Tonnerre (1669)Voir plus


Quiz Voir plus

Le carcan d'une rose

Quel âge à Perrine, au début du livre?

12 ans
16 ans
17 ans
14 ans

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : amours impossibles , amour , romanceCréer un quiz sur cet auteur

.. ..