AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.38 /5 (sur 16 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Talence , 1978
Biographie :

Née dans une famille de viticulteurs bordelais, elle a trois frères et sœurs. Elle est mère de deux enfants.

En 2000, titulaire d'une maîtrise d'histoire contemporaine, son sujet de mémoire portait sur "Les scandales politico-financiers sous Pompidou, vus par le Canard enchaîné".

En 2002, elle est embauchée par le laboratoire d'idées libéral Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (Fondation iFRAP), elle en devient directrice en 2007.

Elle est élue personnalité de l’année 2010 dans le cadre des Trophées des think tanks organisés par l’Observatoire français des think tanks et se classe 63e dans le classement sur "Vos 100 françaises les plus influentes en 2013" réalisé par le magazine Slate.

Elle est une invitée régulière d'émissions de débats comme C dans l'air sur France 5 ou le Club de l'éco sur LCI, ou à la radio sur Europe 1, RMC et Radio Courtoisie.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Ma Vie au Poste : Agnès Verdier-Molinié, l?économiste atterrante .
Cette économiste est omniprésente sur les plateaux télé. Mais qui est Agnès Verdier-Molinié ? Réalisation Pierrick Allain Samuel Gontier Télérama.fr - avril 2017


Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Agnès Verdier-Molinié
Acacia78   21 janvier 2018
Agnès Verdier-Molinié
«  La France est en guerre  »  ? Une guerre nécessite des moyens humains. Pour tenter de pallier ce problème, François Hollande a annoncé un certain nombre de mesures. La révision en 2015 de la loi de programmation militaire 2014-2019 aura permis de sauvegarder in extremis 18   750 postes civils et militaires sur les 33   700 qui devaient initialement être supprimés. Par ailleurs, le texte prévoit d’accorder 3,8   milliards d’euros supplémentaires, dont 1   milliard consacré à l’achat de nouveaux équipements. Malgré la recrudescence des menaces et des engagements opérationnels ces dernières années, l’institution militaire a été très largement mise à contribution dans les efforts de l’État pour réduire son déficit budgétaire. Il est de toute évidence bien plus facile pour un gouvernement de faire des économies dans son armée que dans son administration. Alors que les effectifs avoisinaient les 330   000   personnes en 2003, elles ne sont plus que 271   000 en 2015. En intégrant à ce total les effectifs de la réserve opérationnelle et de la réserve de disponibilité, on atteint près de 450   000   hommes et femmes en 2015, dont 185   000   réservistes mis en avant par la communication du gouvernement mais peu mobilisés «  en raison des restrictions budgétaires  » (sic  !). Le plan Vigipirate ne mobilisait que 900 militaires avant les attaques de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. L’opération Sentinelle, elle, en nécessite désormais 10   500. Et 9   000   hommes sont aussi engagés dans des théâtres extérieurs. Et pour ne rien arranger, le budget de la Défense a diminué de plus de 7  % entre 2009 et 2015 avec une obsolescence croissante du matériel militaire. Un seul exemple frappant  : moins de 50  % des avions de transport sont en état de vol. Sans commentaire. La vérité, c’est que, ces dernières années, l’État a été incapable de se serrer la ceinture pour renflouer notre système de défense. C’est aussi toute l’organisation qui est à revoir. Embaucher quelques militaires, oui. Mais pour quoi faire  ? Les militaires engagés dans l’opération Sentinelle qui patrouillent en France n’ont même pas le droit de faire un contrôle d’identité et de fouiller les affaires personnelles  ! Le 14   juillet 2016, à Nice, vingt militaires des forces armées de Sentinelle étaient présents. Rappelons qu’ils peuvent mettre en œuvre la légitime défense si leur intégrité physique est menacée, mais qu’ils n’ont pas le droit d’opérer contre une atteinte sur des personnes et des biens s’ils n’ont pas reçu l’autorisation d’un juge dans le cadre de la police judiciaire, compétence qu’ils n’ont pas. Conséquence  : ils ne pouvaient pas tirer.



Verdier-Molinié, Agnès. Ce que doit faire le (prochain) président (ESSAIS DOC.) (French Edition) (Emplacements du Kindle 707-727). Albin Michel. Édition du Kindle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
rkhettaoui   26 février 2016
On va dans le mur... de Agnès Verdier-Molinié
Le problème n’est pas de savoir si les Français veulent travailler, mais quel emploi ils acceptent de prendre, ou au contraire de ne pas prendre. Et c’est là que le bât blesse, car il faut bien reconnaître que parfois l’emploi n’est que très marginalement plus rémunérateur.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui   26 février 2016
On va dans le mur... de Agnès Verdier-Molinié
Les Français, plus dociles qu’on ne le dit, ont fait le dos rond, acceptant les dérives sans rien dire ou presque. Presque, car les pigeons, les poussins et autres bonnets rouges se sont réveillés avec la gueule de bois (fiscale). Tout le monde est maintenant d’accord (ou presque), de la gauche à la droite : simplification, flexibilité, baisse de la dépense publique, baisse des impôts. Alors, qu’est-ce qui manque pour passer à l’action ? Trois séries de freins existent et se nourrissent les uns les autres : l’accumulation des structures et des textes a produit une complexité sans précédent. Complexité qui, elle-même, multiplie les occasions d’abus et de dérives.
Commenter  J’apprécie          20
Davalian   21 novembre 2016
Les fonctionnaires contre l'Etat - le grand sabotage de Agnès Verdier-Molinié
Que serait la France sans ses fonctionnaires ? Elle ne serait pas la France.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   26 février 2016
On va dans le mur... de Agnès Verdier-Molinié
« On va dans le mur », voilà ce qu’ils nous disent tous entre les lignes sans oser l’exprimer sur la place publique. Ce « on va dans le mur » chuchoté dans les couloirs, on n’en peut plus de l’entendre. Au fil des rendez-vous, les grands commis de l’État, les ministres, les anciens ministres, les entrepreneurs, les économistes, les syndicalistes nous le sortent d’un air résigné. Ce mur, rien n’est fait pour l’éviter.

Ils ont baissé les bras et leur première erreur est de croire qu’ils savent déjà tout.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   26 février 2016
On va dans le mur... de Agnès Verdier-Molinié
La France est championne des taxes, impôts et cotisations, mais il n’existe pas de liste exhaustive ! Explication : « Pour ce qui concerne la liste des prélèvements obligatoires, vous en trouverez une à la fin du rapport économique, social et financier annexé au projet de loi de finances avec leur rendement. » En clair : les statisticiens ne veulent pas s’embarrasser avec les très petits impôts, il y a donc des regroupements en « autres recettes diverses », ce qui est pour le moins flou. Par ailleurs, cette multiplicité des « taxes diverses » a également un effet pervers : lorsqu’elles sont trop émiettées, on les contrôle mal ; certaines tombent en déshérence et on se préoccupe finalement assez peu de leur rendement, ce qui pousse, contre toute attente, à leur multiplication.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   26 février 2016
On va dans le mur... de Agnès Verdier-Molinié
Les spécialistes expliquent aussi que lorsque l’addiction est trop forte, il devient impossible d’arbitrer vers d’autres substituts plus sains. En conséquence, la taxe manque sa cible. On observe même un phénomène où les consommateurs sont d’autant plus captifs qu’ils sont pauvres ou en état d’addiction, voire âgés. Et cette configuration est précisément la plus stable budgétairement pour l’État : ainsi le but du projet de taxation du Nutella n’était pas tant d’encourager les Français à en manger moins que de remplir les caisses.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   26 février 2016
On va dans le mur... de Agnès Verdier-Molinié
L’empilement est donc dramatique puisqu’il pèse sur le portefeuille des Français et met notre avenir en danger. Mais, heureusement, l’État-providence sait comment se faire pardonner. À chaque augmentation d’impôt, il rappelle combien nous sommes chanceux de bénéficier de sa prodigalité. Les aides sociales, c’est un peu la potion magique d’un État qui nous dorlote pour mieux nous endormir.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   26 février 2016
On va dans le mur... de Agnès Verdier-Molinié
Que la population soit pauvre, captive ou dépendante ne gêne nullement les législateurs qui recommandent de surcroît d’accroître la pression fiscale lorsque la baisse de consommation est constatée. La vérité, c’est que les taxes sont en réalité indispensables sitôt votées. Et c’est l’État qui, du même coup, développe une addiction particulière à ces recettes fort contestables.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   26 février 2016
On va dans le mur... de Agnès Verdier-Molinié
Ce que l’on appelle le paritarisme est un système dans lequel employeurs et salariés se concertent au sein d’instances décisionnelles où les deux parties sont représentées en nombre égal. Un système bien français qui permet à chacun d’être président ou administrateur de quelque chose et forme l’aboutissement de cette tour de Babel moderne qui bloque la société française.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Agnès Verdier-Molinié (30)Voir plus


Quiz Voir plus

LNHI-49997

Avec quel autre musicien John Lennon créa-t-il "W.C.H."?

Paul McCarthney
Bob Dylan
il a fait ça tout seul

8 questions
3 lecteurs ont répondu
Thèmes : politique , chanson , repriseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..