AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 192 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 14/10/1964
Biographie :

Christophe Guilluy est géographe-consultant (cabinet Maps).

Chercheur auprès de collectivités locales et d’organismes publics, il est également le coauteur, avec Christophe Noyé, d’un ouvrage de référence, L’Atlas des nouvelles fractures sociales en France (Autrement, 2004).
____
Il est diplômé de géographie urbaine de l'université de Paris I -
Sorbonne. Il travaille depuis la fin des années 1990 à l'élaboration d'une nouvelle géographie sociale. Ses travaux en géographie sociale abordent les problématiques politiques, sociales et culturelles de la France contemporaine par le prisme du territoire
Ils'intéresse à l'émergence d'une « France périphérique » qui s'étend des marges périurbaines les plus fragiles des grandes villes jusqu'aux espaces ruraux en passant par les petites villes
et villes moyennes. Il souligne que désormais 60 % de la population – et les trois quart des nouvelles classes populaires – vit dans cette « France périphérique », à l'écart des villes
mondialisées. Avec le sociologue Serge Guérin, il a mis en avant les « retraités populaires » pour signifier que la majorité des ménages de retraités est formée d'anciens ouvriers,
employés ou petits commerçants habitant dans le périurbain et dans des conditions modestes voire précaires.

BIBLIOGRAPHIE
 Comment une politique de rénovation peut aboutir à une déstructuration physique, sociale et sociologique d'un espace ? de l'ilôt XI à la ZAC des Amandiers : l'exemple de Ménilmontant,
Mémoire de maîtrise de géographie urbaine sous la direction de Paris I, 1987
 Atlas des fractures françaises, Éditions L'Harmattan, 15septembre 2000
 Atlas des nouvelles fractures sociales en France, Paris, Éditions Autrement, 2004, réédité le 9mars 2006
 Fractures françaises8
, Bourin Éditeur, 21 octobre 2010 repris en Champs Essais, Flammarion,en octobre 2013
 L'annuel des idées 2009, Bourin Éditeur, 19 février 2009
 Plaidoyer pour une gauche populaire : La gauche face à ses électeurs, Éditions Le Bord de
l'eau, 24 novembre 2011
 « Les métropoles et la France périphérique. Une nouvelle géographie sociale et politique »,
Le Débat 2011/4 (no166) Gallimard, 2011

+ Voir plus
Source : .bourin-editeur.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Christophe Guilluy - Entretien "No society" dans Du grain à moudre (2018).

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   13 décembre 2016
Le crépuscule de la France d'en haut de Christophe Guilluy
« L'arrivée de réfugiés est une opportunité économique. Et tant pis si la mesure n'est pas populaire. » Cette déclaration d'Emmanuel Macron (Le Figaro, 7 septembre 2015) résume parfaitement la fracture culturelle entre les classes dominantes supérieures et les classes populaires. Réticentes à l'arrivée d'une nouvelle vague migratoire, les catégories modestes ont été moralement condamnées. Il a peu été révélé que cette opposition était très forte en banlieue, notamment dans les milieux populaires issus de l'immigration. La raison en est assez simple : les habitants des quartiers de logements sociaux savent que " l'accueil réel ", la cohabitation à 1000 euros par mois et dans le temps long, se réalisera dans les immeubles et écoles de leur quartier, pas dans les quartiers bourgeois ou bobos des villes-centres. Le partage de la richesse n'existe pas, c'est le partage de la pauvreté qui existe.

Mais de tout cela Emmanuel Macron ne parle pas. Sa déclaration s'inscrit dans une rhétorique connue, celle du patronat. Si la division internationale du travail permet de réduire les coûts salariaux en remplaçant l'ouvrier européen par l'ouvrier chinois ou indien, l'immigration permet d'exercer un dumping social efficace pour les industries et les services qui ne sont pas délocalisables. Les besoins sont d'autant plus importants que les classes populaires traditionnelles ne vivent plus dans les grandes agglomérations. Le marché de l'emploi peu ou pas qualifié des grandes métropoles est ainsi très largement occupé par cette main-d'œuvre, notamment dans le BTP, la restauration et les services. L'immigration permet de répondre aux besoins du marché de l'emploi peu ou pas qualifié des métropoles, mais aussi de contrôler la masse salariale d'une main-d'œuvre bon marché peu syndiquée. Bref, un système d'exploitation " classique " de l'immigration qui repose sur la permanence des flux. D'ailleurs, si le Medef prône la poursuite d'une immigration élevée, c'est d'abord pour exercer une concurrence permanente, non pas entre " autochtone " et " immigré , mais entre immigrés, afin d'empêcher toute augmentation de la masse salariale.



1. LES NOUVELLES CITADELLES : Qui garde les enfants de Fatoumata ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
Nastasia-B   14 février 2017
Le crépuscule de la France d'en haut de Christophe Guilluy
Au son de la fanfare républicaine, le France a adopté toutes les normes économiques et sociales de la mondialisation. D' « alternance unique* » en déni de démocratie (la farce référendaire de 2005), la France est devenue une société « américaine » comme les autres, inégalitaire et multiculturelle. En quelques décennies, l'ordre mondialisé de la loi du marché s'est imposé. D'un modèle égalitaire, nous avons basculé en très peu de temps dans une société socialement inégalitaire et sous tensions identitaires. Ce basculement, désastreux pour les classes populaires, a provoqué un chaos social et culturel sans précédent. Un chaos couvert par le son de la fanfare républicaine qui joue de plus en plus fort, mais aussi de plus en plus faux.

(* L'expression est de Jean-Claude Michéa, L'Empire du moindre mal. Essai sur la civilisation libérale, Climats, 2007.)



Préface.
Commenter  J’apprécie          351
Cosmopolite   24 octobre 2020
La France périphérique de Christophe Guilluy
La véritable fracture n’oppose pas les urbains aux ruraux, mais les territoires les plus dynamiques à la France des fragilités sociales.
Commenter  J’apprécie          00
dilou37   12 septembre 2014
La France périphérique de Christophe Guilluy
Ce n'est pas le Front National qui est allé chercher les ouvriers, ce sont ces derniers qui ont utilisé le parti frontiste pour contester la mondialisation et s'inquiéter de l'intensification des flux migratoires. Ce choix des électeurs explique, quinze ans plus tard, l'évolution de Marine Le Pen, qui adapte désormais son discours à la nouvelle sociologie de ses électeurs. Une sociologie électorale où les classes populaires sont surreprésentées : une "sociologie de gauche" qui implique l'abandon d'un discours libéral et la défense de l’État providence.
Commenter  J’apprécie          90
Musikant   19 décembre 2014
La France périphérique de Christophe Guilluy
On ne reprendra pas la Bastille. La manifestation, les luttes avec les corps intermédiaires, les syndicats ne modifieront en rien les rapports de force. Et ce pour une bonne raison : les classes dominantes ont intégré depuis longtemps toutes ces formes de contestation. L'échec politique de Jean-Luc Mélenchon est à ce titre emblématique. La gauche de la gauche a perdu le vote des plus modestes car elle alimente le spectacle politique en surjouant une mythologie ouvrière qui ne peut plus parler aux nouvelles classes populaires.
Commenter  J’apprécie          60
Musikant   13 décembre 2014
La France périphérique de Christophe Guilluy
Plus qu'à une basculement idéologique, on assiste d'abord à l'effondrement d'un système bipolaire qui reposait sur une classe moyenne majoritaire et intégrée. La vacuité du débat gauche-droite masque ce que le philosophe Jean-Claude Michéa appelle "l'alternance unique". mais ce barnum politique est en train de prendre fin et ce que les élites appellent le "populisme" est la conséquence d'un basculement sociologique et politique majeur. Le système bipolaire s'effondre parce que le système politique n'est plus représentatif.
Commenter  J’apprécie          60
Musikant   13 décembre 2014
La France périphérique de Christophe Guilluy
Avec la fin de la croyance dans le bipartisme, la montée du "populisme" et de l'abstention, on assiste à la fin d'un monde politique ancien, celui des Trente Glorieuses, qui a longtemps fait prévaloir une classe moyenne majoritaire et intégrée. Les vaines tentatives du clivage gauche-droite ou, pis encore, la volonté de "rééduquer" les masses, butent sur une réalité socio-culturelle incontournable : en milieu populaire, la référence gauche--droite n'est plus opérante depuis au moins deux décennies ; une tendance encore plus marquée chez les nouvelles générations.
Commenter  J’apprécie          50
Musikant   13 décembre 2014
La France périphérique de Christophe Guilluy
Continuer à analyser le vote, et notamment celui des catégories populaires, à partir du clivage gauche-droite, revient à analyser la géopolitique mondiale avec la grille de lecture d'avant la chute du Mur : celle des deux blocs de l'Ouest et de l'Est. Or, la sociologie du pays et donc le corps électoral n'ont plus rien de communs avec celui du siècle passé, une période où l'opposition gauche-droite était encore opérante. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si ce clivage reste aujourd'hui pertinent pour les plus de 60 ans.
Commenter  J’apprécie          50
Vermeer   24 août 2018
Le crépuscule de la France d'en haut de Christophe Guilluy
Dans cette démocratie restreinte, on peut facilement imaginer la publication prochaine au Journal officiel des nouvelles conditions pratiques de ce vote à points : le jeune des métropoles bénéficiera d'un coefficient de 3, le cadre d'un coefficient de 2, l'ouvrier d'un coefficient de 1, le chômeur d'une petite ville d'un coefficient de 0,5. Quant au retraité pauvre en zone rurale, désolé, sa participation ne sera plus requise.
Commenter  J’apprécie          50
michdesol   18 mars 2017
Le crépuscule de la France d'en haut de Christophe Guilluy
Pendant ce temps, à l'intérieur de l'Europe, les écarts de revenus et de salaires s'accroissent : en Pologne, le smic est à 410 euros par mois, en Roumanie à 218 euros par mois. L'"Europe sociale", évoquée sans relâche par la classe politique est aujourd'hui une réalité. Elle se construit. Par le bas. L'économiste Olivier Berruyer rappelle ainsi que les écarts de salaires ne cessent de s'accroître au fur et à mesure que l'Europe s'élargit. L'harmonisation des salaires par le bas peut donc se poursuivre. La signature d'un traité de libre-échange avec l'Ukraine est ainsi une excellente nouvelle pour le patronat. Le salaire minimum y est d'environ 50 euros par mois. Avec l'entrée de la Turquie (peut-être le Maroc !), pourquoi ne pas imaginer l'alignement d'un salaire minimal européen sur le salaire minimal chinois, soit 250 euros mensuels ? Bonne nouvelle, il a tendance à augmenter !
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Rum, Sodomy and the lash

À qui doit-on la grande enquête vaticane parue sous le titre « Sodoma » ?

Theodore Mac Carrick
Carlo Maria Vigano
Frédéric Martel

9 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , Moeurs et coutumesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..