AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.05 /5 (sur 118 notes)

Nationalité : Nouvelle-Zélande
Né(e) à : Rotorua , le 06/10/1950
Biographie :

Né d’une mère maori et d’un père pakeha, Alan Duff est sans doute l’écrivain néo-zélandais vivant dont le nom est le plus connu à l’étranger.

Son grand-père paternel, Oliver Duff, a fondé The Listener, l’hebdomadaire le plus important de Nouvelle-Zélande. Après la séparation de ses parents quand il avait dix ans, Alan Duff a vécu chez un oncle et une tante maori à Whakarewarewa. Rebelle, expulsé de l’école, il se joint à une bande de jeunes et, après plusieurs délits, se retrouve dans une maison de redressement.

Il travaille ensuite chez un installateur de matériel d’isolation où, selon ses propres paroles, il « apprend la valeur éthique du travail ». Il tente de devenir chanteur, ouvre des petits commerces, mais retourne brièvement en prison. C’est là qu’il décide d’écrire. Son premier livre, terminé en 1985, sera refusé. En 1990, Alan Duff fait paraître L’Âme des guerriers qui connaît un succès phénoménal, sans doute à cause de son réalisme violent et de son point de vue très critique sur la position des Maori dans la société néo-zélandaise. Dès lors, Alan Duff sera au centre d’une controverse qu’il ne cessera d’alimenter par des propos tenus dans une chronique hebdomadaire reproduite par plusieurs journaux. Dans son essai Maori : The Crisis and the Challenge (1993), il accuse les Maori d’être trop passifs et d’attendre l’aide de l’État au lieu de se prendre en charge individuellement. Une théorie naturellement très controversée, qu’il tente de justifier dans un récit autobiographique, Out of the Mist and the Steam (1999), où il montre son désarroi d’appartenir à deux mondes antagonistes, celui des Maori (presque toujours, selon lui, voués à l’échec par un comportement autodestructeur) et celui des Blancs (les Pakeha qui, en revanche, ont les atouts en mains).

Deux de ses romans ont été portés à l’écran. L’Âme des guerriers (Once Were Warriors), filmé par Lee Tamahori, a connu un succès mondial et, en Nouvelle-Zélande même, a été transposé en spectacle musical.
+ Voir plus
Source : www.belles-etrangeres.culture.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
ONCE WERE WARRIORS - HQ bande-annonce ( 1994 )
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Adriatik   28 août 2018
Nuit de casse de Alan Duff
Ace, mon pote, tu te souviens des V8 ?

C’était le bon vieux temps et, pas comme aujourd’hui.

Les bourbons au rhum et le Coca-Cola

Par ici des bouteilles et des clopes par là.

Ton V8 rugissant était le meilleur en ville

Mais c’est toi qui a pris et pas l’autre imbécile.

Et tu es devenu, Ace, l’Américain au ciel.



Mais nul ne t’oubliera, tu n’as pas ton pareil.

Un jour viendra, mon vieux poteau

Où on boira un pot – non, un tonneau

Buvons au grand frisson, à la vitesse, au rire

C’est moi, pas toi, qui aurais dû mourir.

Tu es parti trop tôt, sans peur et sans rancune

Jube te verra de l’autre côté de la lune.

Commenter  J’apprécie          211
Adriatik   04 septembre 2018
Nuit de casse de Alan Duff


Ce sont toujours les étoiles, même lorsqu’elles sont cachées par les nuages ; ce sont toujours elles qui éclairent l’homme et sa misérable condition. Et ses moments de beauté.

Commenter  J’apprécie          210
Adriatik   04 septembre 2018
Nuit de casse de Alan Duff
La vie est une affaire d’aspects. Mais il faut quelqu’ un – ou un problème que tu soulèves – pour montrer ces aspects dans leur diversité…
Commenter  J’apprécie          210
nadejda   14 juillet 2014
Qui chante pour Lu ? de Alan Duff
C'est étonnant, à quel point le monde devient horrible quand vous n'avez pas de copains. Ou quand ceux que vous avez sont comme vous, que vous n'êtes pas ensemble par choix, réunis par des qualités et des points de vue que vous partagez, mais parce que vous avez subi les mêmes cruautés.Vous n'avez pratiquement rien à vous dire, ce ne sont pas vos esprits qui communiquent mais seulement vos âmes en peine. Et ça ne suffit pas. p 42
Commenter  J’apprécie          130
Adriatik   04 septembre 2018
Nuit de casse de Alan Duff


Mais là où il avait surtout été blessé, c’était dans sa fierté de mâle. Sonny ne voyait pas la raison de souffrir de ça. Mais il en connaissait les effets. Tous les truands qu’il avait connu en étaient imprégnés, de cette fierté. Même s’il n’agissait pas d’une vraie fierté. Plutôt d’un dangereux repli sur soi, une grande susceptibilité à tout et n’importe quoi. Alors, mieux valait faire gaffe. Le monde avait intérêt à faire gaffe. Parce qu’ils devenaient capables de cogner, de poignarder, de frapper à grands coups de batte, voire de tuer, dès que leur fierté de mâle était bafouée.



Commenter  J’apprécie          120
Adriatik   04 septembre 2018
Nuit de casse de Alan Duff
On tombe sur des prédicateurs comme ça, en prison…..Des fanatiques. Ils ont une idée fixe. Une seule idée. Mais ça devient dangereux parce qu’ils n’ont aucune ampleur de vue. Pas d’ampleur du tout.
Commenter  J’apprécie          110
Adriatik   04 septembre 2018
Nuit de casse de Alan Duff
…c’est toujours pire d’avoir des ennuis quand on a pas un rond.
Commenter  J’apprécie          120
nath45   02 mai 2020
Un père pour mes rêves de Alan Duff
Un jour il m’emmène dans un cimetière. Sur la tombe de sa mère. Ta grand-mère était enseignante. Elle se défonçait à la lecture. (Page 295)
Commenter  J’apprécie          110
Adriatik   04 septembre 2018
Nuit de casse de Alan Duff


On doit avoir une forme de vision qui se développe dans le noir. Parce qu’on discerne des objets. Leur contour, mais aussi de minuscules détails. Ou alors, c’est que les sens s’aiguisent quand on va voler ; et peut-être d’autant plus qu’on vient d’éprouver cruellement et physiquement les conséquences de son inadaptation sociale.

Commenter  J’apprécie          100
nath45   26 avril 2020
Un père pour mes rêves de Alan Duff
J’ai commencé à comprendre que la vie dans un village a elle aussi un coût : la communauté vous entoure et vous soutient, mais en même temps la haine et les langues venimeuses guettent la moindre transgression. (Page 55)
Commenter  J’apprécie          100
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Un mot, un roman

Madeleine

A la recherche du temps perdu
Le Passé recomposé

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
.. ..