AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.94/5 (sur 5931 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Newton, Massachusetts , le 28/03/1940
Mort(e) à : New-York , le 07/01/2023
Biographie :

Russell Banks est un écrivain américain.

Il passe son enfance dans le New Hampshire dans un milieu extrêmement modeste. Lorsqu'il a douze ans, son père quitte le domicile familial.
Après des études inachevées à l’Université de Caroline du Nord, il voyage, passe quelque temps en Jamaïque.
Composée de romans, de nouvelles et de la poésies, son œuvre est traduite en vingt langues et a obtenu de nombreuses distinctions internationales.
Il reçoit le Prix John Dos Passos en 1985.
Son œuvre est publiée en France par Actes Sud.
Il enseigne la littérature contemporaine à Princeton. Depuis 1998 il est membre de l’Académie américaine des Arts et Lettres.
Ses écrits sont parcourus par deux grand thèmes : la recherche de la figure paternelle et la description du monde des petites gens croulant sous le poids d’une vie quotidienne dure et pauvre ou de la tragédie.
Russell Banks est très actif politiquement, n’hésitant pas à critiquer ouvertement son gouvernement (il a pris position contre l’intervention en Irak et contre le Patriot Act).
Il a été président fondateur de Cities of Refuge North America, qui s'est donné pour mission d'établir aux États-Unis des lieux d'asile pour des écrivains menacés ou en exil (Wole Soyinka et Salman Rushdie sont parmi les vice-présidents). Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.
Trois de ses romans ont été adaptés au cinéma, notamment De beaux lendemains, réalisé par le Canadien Atom Egoyan – Grand prix au festival de Cannes 1997, Trailerpark et Affliction, réalisé en 1997 par Paul Schrader.
Il a écrit l’adaptation cinématographique pour Francis Ford Coppola de Sur la route de Jack Kerouac.
Il meurt d'un cancer le 7 janvier 2023.

+ Voir plus
Source : http://www.actes-sud.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de Russell Banks   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Russel Banks est mort le 8 janvier 2023. Cet écrivain, très apprécié en France, était un ardent critique des dérives de l'Amérique contemporaine. "Le Royaume enchanté", son dernier roman vient de paraître aux éditions Actes Sud dans une traduction de Pierre Furlan. Nos deux critiques littéraires l'ont lu et vous en parle. #critique #litterature #russellbanks __________ Livres, films, jeux vidéo, spectacles : nos critiques passent au crible les dernières sorties culturelles par ici https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrosjQHaDUfeIvpobt1n0rGe&si=ReFxnhThn6_inAcG une émission à podcaster aussi par ici https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-midis-de-culture Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (652) Voir plus Ajouter une citation
Russell Banks
D'après mon expérience, les gens ne veulent pas simplement lutter pour survivre, ils aspirent aussi à être de bons parents, de bons époux ou épouses, de bons enfants, de bons amis... Le plus souvent, malgré ces intentions louables, ils échouent. Et cet échec les fait entrer dans la dimension tragique, celle dont parle la littérature.

-Philosophie Magazine n°62-
Commenter  J’apprécie          680
Il arrive souvent qu'en grandissant les enfants obligent leurs parents à murir.
Commenter  J’apprécie          650
Les gens qui ont perdu leurs enfants (…) se tordent en toutes sortes de formes étranges afin de nier ce qui est arrivé. Pas seulement à cause de la douleur de perdre quelqu'un qu'ils ont aimé – nous perdons des parents, des compagnons, des amis, et si douloureux que ce soit, ce n'est pas pareil – mais parce que ce qui est arrivé est si cruellement contre nature, si profondément opposé à l'ordre nécessaire des choses que nous ne pouvons l'accepter. Il semble incroyable, incompréhensible que des enfants meurent avant les adultes. C'est un défi à la biologie, ça contredit l'histoire, ça nie toute relation de cause à effet, c'est même une violation de la physique élémentaire. C'est le paradoxe absolu.
Commenter  J’apprécie          590
Russell Banks
"Si on élimine la relation physique, tangible de peau à peau, vous supprimez une bonne part de ce qui fait notre humanité".
Lire Avril 2012.
Commenter  J’apprécie          581
Russell Banks
J'ai toujours pensé que la littérature peut, et doit, changer la vie. Ma vie a été changée par la littérature. Lire un livre ne va pas modifier le monde dans son ensemble, mais ça peut susciter un déclic dans l'esprit de quelqu'un, un lecteur anonyme qui est peut-être seul chez lui et qui lit silencieusement. En vérité, cette phrase veut dire: si par ce livre j'ai réussi à modifier la manière dont une personne réfléchit au monde qui l'entoure, j'aurai gagné mon pari.
Entretien avec Didier Jacob Le Nouvel Obs. Décembre 2016
Commenter  J’apprécie          550
Nous perdons tous notre innocence bien assez tôt; c'est inévitable. Pour la plupart, nous n'y sommes cependant pas prêts émotionnellement ou intellectuellement avant la trentaine ou même plus tard, et donc, quand on la perd de trop bonne heure, pendant l'enfance ou l'adolescence à cause d'un divorce ou de la mort soudaine et prématurée d'un parent, on peut rester fixé sur cette perte toute sa vie. Comme elle survient trop tôt, la perte ne paraît pas naturelle mais violente et arbitraire, c'est une blessure permanente et gratuite qui laisse en nous une colère contre le monde.
Commenter  J’apprécie          510
Russell Banks
"En tant qu’écrivain, l’adolescence est un moment absolument passionnant. Tout l’avenir peut changer en une seconde. C’est un potentiel de dramaturgie formidable.»
Interview à Slate
Commenter  J’apprécie          490
Les Shakers détestaient l'hypocrisie avec autant de ferveur que moi, ou avec autant de ferveur que tout enfant réfléchi déteste l'hypocrisie, même si à cette époque je n'avais pas encore de nom pour cela. Quand j’étais encore enfant, ce n’était pas tant que j’aimais la justice que je détestais l’injustice. Je n’aimais pas tellement la vérité que je craignais qu’on me mente. Et je n’aspirais pas tant à l’égalité qu’à l’élimination des inégalités.
(« The Shakers hated hypocrisy as fervently as I did, or as fervently as every thoughtful child hates hypocrisy, though I did not at that time have the name for it. When I was still a child, it wasn’t so much that I loved justice as that I loathed injustice. I didn’t so much love truth as I feared being lied to. And I didn’t so much aspire to equality as I desired to eliminate inequality.« )
Commenter  J’apprécie          466
Le deuil peut être très égoïste. Quand quelqu'un que vous aimez est mort, vous avez tendance à vous rappeler surtout les quelques instants et incidents qui vous ont permis de clarifier votre perception, non de la personne qui est morte, mais de vous-même. Et si votre amour était grand, (…) votre perception de vous-même aura été clarifiée plusieurs fois, et vous aurez beaucoup de ces instants à vous rappeler.
Commenter  J’apprécie          450
La valeur de n'importe quelle œuvre d'art, à n'importe quel moment, réside dans l'œil de celui qui la contemple.
Commenter  J’apprécie          460

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Russell Banks Voir plus

Quiz Voir plus

Sous le règne de Bone; RUSSEL BANKS

Quel est le nom réel de Bone ?

Bone
Charlie
Chappie

4 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : Sous le règne de Bone de Russell BanksCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..