AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.29/5 (sur 139 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Albane Mondétour est originaire des Pays de la Loire. Après avoir vécu dans le Sud-Ouest durant quelques années, elle s'est finalement installée près de sa région natale et réside actuellement à Tours.

Fascinée par les polars et les thrillers dès son plus jeune âge, elle piquait les romans de son père pour les lire en cachette. C’est ainsi qu'elle a découvert l’univers de Micheal Connelly, d’Harlan Coben, la trilogie Millenium de Stieg Larsson, sans oublier des auteurs français tels qu’Amélie Nothomb, Michel Bussi et Pierre Lemaitre plus récemment.

C’est tout naturellement qu'elle en est venue à écrire à son tour, à imaginer des histoires complexes et originales, à développer des intrigues machiavéliques et tortueuses, sans jamais oublier une touche de romantisme pour alléger le tout.

Son souhait est de vous faire sortir de votre zone de confort pour traquer la vérité derrière les apparences, pour vous tenir en haleine et vous donner cette sensation d’être plus qu’un lecteur jusqu'à la dernière page !

Du suspense, de l’angoisse, des personnages complexes ancrés dans une réalité souvent trompeuse ou noire.

Vous pouvez également la retrouver sur son site: https://www.albane-mondetour.fr/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Albane Mondétour   (7)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
Pour être honnête je ne sais pas faire grand chose de mes dix doigts. C'est le problème quand on est passé à côté de sa vie durant vingt ans. J'ai vécu dans une bulle, une bulle qu'on avait créée pour moi, et quand elle a éclaté, je me suis rendu compte à quel point j'étais creuse. C'est foutrement douloureux.
Commenter  J’apprécie          30
Le simple contact de ses lèvres contre les siennes avait suffi à réveiller la faim qui sommeillait en Lucrèce, et sans même s’en rendre compte, elle avait passé ses bras autour de son cou pour l’attirer davantage contre elle.
Commenter  J’apprécie          30
Elle connaissait ce sentiment. Elle avait déjà été au bord du précipice autrefois. L’obscurité s’était emparée de son être, prenant chaque jour de l’ampleur, et le pire était que Céleste avait refusé de le voir. Elle avait nié avec ferveur les changements subtils décelés par ses proches. Le maquillage sombre autour de ses yeux. Ce besoin irrépressible de s’en prendre à son corps. Ce corps, le seul coupable qu’elle pouvait atteindre puisqu’elle ne pouvait s’en prendre ni au véritable responsable, ni à son âme meurtrie.

Je suis double, une face pour la lumière, une face pour l’ombre, dans la seconde je me complais, car une fois installée, la noirceur est en nous pour toujours.
Commenter  J’apprécie          10
Il n’y avait eu aucune tendresse dans leurs étreintes, seulement une urgence, un besoin irrépressible de mêler leurs chairs jusqu’à l’épuisement.
Personne ne lui avait jamais fait l’amour de cette façon.
Lucrèce avait aimé ça. Non, pire, elle avait adoré ça. C’était un cliché digne d’un roman à l’eau de rose, mais elle se sentait différente en sa présence, libérée des convenances, prête à céder à la moindre de ses exigences sans pudeur aucune. Il la faisait tout simplement se sentir femme, comme aucun autre avant lui. Son sourire s’élargit, illuminant son visage.
Une vraie midinette.
Commenter  J’apprécie          10
Je traverse le jardin en titubant. Mes jambes sont douloureuses, et mes mains couvertes de sang. Le soleil se lève, mais pour moi il fait encore nuit.
Il faut que je lui parle. J'en ai besoin. [...]
- Jo ?
Je chuchote. Mes yeux s'habituent péniblement à la pénombre. Les draps sont défaits, mais le lit est vide. Je me dirige vers la salle de bain attenante à sa chambre. La porte est fermée. Je toque doucement contre le panneau en bois.
- Jo ?
Pas de réponse. Je tourne la poignée, et me fige.
Commenter  J’apprécie          10
Depuis, Lucrèce avait soigneusement évité de s’attacher à qui que ce soit. Elle avait déjà trop perdu, son cœur ne pourrait résister à une autre blessure. Et, pourtant, Édouard avait fait tomber toutes ses défenses. C’était incroyablement stupide, parce que ce dernier était un véritable nid à emmerdes et un coureur de jupons. Elle l’avait immédiatement compris. Ce qui ne l’avait pas empêchée de plonger tête la première dans ce bourbier, bafouant au passage toutes ses valeurs.
Commenter  J’apprécie          10
Une femme, entièrement nue, était allongée sur le ventre, à même le sable blanc, les jambes légèrement écartées. De profondes lacérations scarifiaient la peau de son dos. Du sang avait coulé le long de ses côtes, pour se répandre autour de son corps telle une auréole écarlate. On ne voyait pas son visage, camouflé par ses longs cheveux blonds étalés à la manière d'un soleil autour de son crâne.
Oui, il avait le sens du détail, c'était indéniable.
Commenter  J’apprécie          10
Nous héritons forcément quelque chose de notre famille. Il y a évidemment la transmission du patrimoine génétique, de la culture, de l’éducation, de certaines valeurs, mais pas uniquement. Il y a aussi la transmission de la vie psychique entre générations. Un phénomène en général inconscient, qui peut parfois être à l’origine d’une souffrance inexpliquée, d’un mal-être ou même déclencher des symptômes physiques.
Commenter  J’apprécie          10
 Il se passa une main sur le front, complètement sonné. Alors c'était cela que sa dulcinée lui dissimulait  depuis plusieurs semaines. Céleste avait beau être une excellente menteuse, Will la connaissait par cœur. Il avait senti que quelque chose clochait, rien qu'à sa façon de se comporter en sa présence. Elle était constamment sur qui-vive, aux aguets. Les représailles. Voilà ce que Céleste redoutait.
Commenter  J’apprécie          10
Elle avait déjà trop perdu, son cœur ne pourrait résister à une autre blessure. Et pourtant, Édouard avait fait tomber toutes ses défenses. C’était incroyablement stupide, parce que ce dernier était un véritable nid à emmerdes et un coureur de jupons. Elle l’avait immédiatement compris. Ce qui ne l’avait pas empêchée de plonger tête la première dans ce bourbier, bafouant au passage toutes ses valeurs.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Albane Mondétour (92)Voir plus

Quiz Voir plus

Mouvements littéraires.

Le nom de ce mouvement fut proposé par le poète Jean Moréas.

Le Parnasse
Le Symbolisme
Le Naturalisme
Le Romantisme

11 questions
112 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..