AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.21 /5 (sur 397 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Alexandrie, Égypte , le 02/01/1951
Biographie :

André Aciman est un écrivain américain, d'origine italo-turque.

Né en Égypte, où ses aïeux séfarades se sont installés en 1905, il passe son enfance dans un foyer où l'on parle principalement le français, mais également l'italien, le grec, le ladino et l'arabe. En 1965, il suit ses parents, propriétaires d'une usine de tricot, qui décident de déménager en Italie, puis, en 1969, à New York.

Il fait ses études supérieures au Lehman College de l'Université de la ville de New York, où il obtient un baccalauréat en littérature anglaise et en littérature comparée, puis s'inscrit à l'Université Harvard qui lui décerne un doctorat en littérature comparée.

Il obtient une bourse Guggenheim en 1977 pour poursuivre ses recherches en littérature. Il amorce aussi une activité de critique littéraire dans les pages du magazine The New Yorker.

Nommé professeur d'écriture créative à l'Université de New York et de littérature française à l'Université de Princeton, il est professeur invité à l'Université Wesleyenne en 2009. Il enseigne ensuite la théorie de la littérature et l'œuvre de Marcel Proust à l'Université de la ville de New York.

En 1995, il publie "Adieu Alexandrie" (Out of Egypt), un livre de mémoires qui obtient un succès critique et public notable.

Il aborde le roman en 2007 avec "Plus tard ou jamais/Appelle-moi par ton nom" (Call Me by Your Name), chronique douce-amère de l'éveil d'un jeune homme à l'homosexualité. L'œuvre, qui remporte le prix Lambda Literary du meilleur roman gay 2007, est adaptée au cinéma par James Ivory pour le film "Call Me by Your Name", réalisé par Luca Guadagnino en 2017.

Twitter : https://twitter.com/aaciman

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
André Aciman vous présente ses ouvrages "Les variations sentimentales" aux éditions Grasset. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2285683/andre-aciman-les-variations-sentimentales Notes de musique : Youtube Music Library Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Citations et extraits (94) Voir plus Ajouter une citation
Jooh   24 septembre 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
Motus, ne rien dire, et si vous ne pouvez pas dire "oui", ne dites pas "non", dites "plus tard". Est-ce pourquoi les gens disent "peut-être" quand ils veulent dire "oui", en espérant que vous penserez que c'est "non" alors qu'en réalité ils veulent dire : "S'il te plaît, demande-moi encore, et encore ?"
Commenter  J’apprécie          720
Jooh   25 septembre 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
"Vous deux avez eu une belle amitié."

[...]

"Tu es trop fin pour ne pas comprendre combien ce que vous avez eu tous les deux était rare, spécial.

- Oliver était Oliver, dis-je comme si cela résumait tout.

- Parce que c'était lui, parce que c'était moi", ajouta-t-il, citant ce qu'écrivit Montaigne pour expliquer son amitié avec Étienne de La Boétie.

Je pensais plutôt aux mots d'Émily Brontë : parce qu'"il est plus moi-même que je ne le suis."
Commenter  J’apprécie          660
florencem   21 mars 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
« Écoute, me devança-t-il. Tu as eu une belle amitié. Peut-être plus qu’une belle amitié. Et je t’envie. À ma place, la plupart des parents espéreraient que tout cela passe vite, ou que leur fils retombe rapidement sur ses pieds. Mais je ne suis pas un tel parent. S’il y a du chagrin, chéris-le, et s’il y a une flamme, ne l’éteins pas, ne sois pas brutal avec elle… Le manque peut être une chose terrible quand il nous tient éveillé la nuit, et voir les autres nous oublier plus vite qu’on ne voudrait être oublié n’est pas mieux… Nous arrachons tant de nous-mêmes pour guérir plus vite qu’il ne le faut, qu’à trente ans nous sommes démunis et avons moins à offrir chaque fois que nous commençons avec quelqu’un de nouveau. Mais ne rien ressentir pour ne rien ressentir – quel gâchis ! »
Commenter  J’apprécie          650
Jooh   26 septembre 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
Ne dit-on pas que lorsqu'une personne est vraiment éprise d'une autre, celle-ci doit inévitablement être éprise aussi ? Amor ch'a mull'amato amar perdona. Amour qui ne dispense nul être aimé d'aimer, les mots de Francesca dans l'Inferno. Attends et espère. J'espérais, mais peut-être était-ce ce que j'avais toujours voulu : attendre et espérer à jamais.
Commenter  J’apprécie          642
Jooh   28 septembre 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
Un matin, cependant, je vis à mon réveil toute la région assombrie par des nuages bas et noirs courant dans le ciel. Je savais ce que cela signifiait. C'était le présage de l'automne. Quelques heures plus tard les nuages disparurent complètement, et le ciel, comme pour se faire pardonner sa facétie, parut effacer tout présage automnal pour nous offrir une des plus belles journées de la saison. Mais j'avais compris l'avertissement et, tel un juré qui prend connaissance d'un témoignage avant qu'il ne soit jugé irrecevable puis effacé des minutes du procès, j'eus soudain vraiment conscience que notre temps était compté, que le temps est toujours compté, et que l'agence de prêt exige son dû quand nous sommes le moins préparés à payer et avons besoin de plus de temps encore.
Commenter  J’apprécie          500
Jooh   27 septembre 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
(...) Mafalda lui demandait de monter à l'échelle avec un panier et de cueillir les fruits qui "rougissaient presque de honte", disait-elle. Il plaisantait en italien, en cueillait un et demandait : "Celui-ci rougit-il de honte ?" Non, répondait-elle, celui-ci est encore trop jeune, la jeunesse ne connaît pas la honte, la honte vient avec l'âge.
Commenter  J’apprécie          480
Jooh   05 octobre 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
Voulais-je être comme lui ? Voulais-je être lui ? Ou voulais-je seulement l'avoir ? Ou être et avoir sont-ils des verbes totalement inadéquats dans l'écheveau du désir, où avoir le corps de quelqu'un à toucher et être ce quelqu'un qu'on désire toucher sont une seule et même chose, ne sont que les rives opposées d'un fleuve qui passe sans cesse de soi à lui et de lui à soi, en ce va-et-vient perpétuel où les chambres du cœur, comme les pièges du désir, et les leurres du temps, et le tiroir à double fond que nous appelons identité, obéissent à une fausse logique selon laquelle la plus courte distance entre la vie réelle et la vie non vécue, entre qui l'on est et ce qu'on désire, est un escalier trompe-l'œil conçu avec l'espiègle cruauté d'un Escher ? Quand nous avait-on séparés, toi et moi, Oliver ? Et pourquoi le savais-je, et pourquoi ne le savais-tu pas ?
Commenter  J’apprécie          430
Jooh   11 octobre 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
Je m'étais habitué à l'idée de le perdre non seulement pour atténuer la souffrance en la prenant d'avance à petites doses, mais, comme le font tous les gens superstitieux, pour voir si ma résignation à accepter le pire ne pouvait pas inciter le sort à adoucir son coup. Comme les soldats entraînés à combattre la nuit, je vivais dans l'obscurité pour ne pas être aveugle quand la nuit viendrait. S'accoutumer au chagrin pour réduire le chagrin. Homéopathiquement.
Commenter  J’apprécie          430
Jooh   10 octobre 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
Je m'arrêtai une seconde. Si tu te souviens de tout, voulus-je dire, et si tu es vraiment comme moi, alors avant de partir demain, ou quand tu seras prêt à fermer la portière du taxi après avoir dit adieu à tout le monde, et qu'il ne restera plus rien à dire en cette vie, une dernière fois, tourne-toi vers moi et, même en plaisantant, ou comme sous l'effet d'une pensée après coup, ce qui aurait tant compté pour moi quand nous étions ensemble, regarde-moi dans les yeux comme tu le faisais alors, soutiens mon regard, et appelle-moi par ton nom.
Commenter  J’apprécie          391
Jooh   04 octobre 2018
Appelle-moi par ton nom de André Aciman
Il avait, je mis un certain temps à m'en rendre compte, quatre personnalités distinctes selon le maillot de bain qu'il portait. Savoir à laquelle m'attendre me donnait l'illusion d'un léger avantage. Rouge : hardi, assuré, très adulte, presque bourru et maussade - rester à l'écart. Jaune : vif, enjoué, drôle, non dénué d'ironie parfois mordante - ne pas s'abandonner trop vite à la confiance ; pourrait virer au rouge en un rien de temps. Vert, qu'il portait rarement : plein de bonne volonté, désireux d'apprendre, de parler, cordial - pourquoi n'était-il pas toujours comme ça ? Bleu : l'après-midi où il était entré dans ma chambre par le balcon, le jour où il m'avait massé l'épaule, ou lorsqu'il avait ramassé mon verre et l'avait posé juste à côté de moi.
Commenter  J’apprécie          350
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Triangles amoureux: on recherche le troisième point.

Carmen, Don José, ...

Almaviva
Catherine
Christian
Escamillo
Forcheville
Lancelot
Mathilde de La Mole
Santos Iturria

16 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : triangle amoureux , littérature , théâtre , opéra , cinemaCréer un quiz sur cet auteur
.. ..