AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.53 /5 (sur 107 notes)

Nationalité : Danemark
Biographie :

Anne Cathrine Bomann est psychologue et vit à Copenhague.

Elle est douze fois championne danoise de tennis de table et conquiert maintenant le monde littéraire.

Traduit dans une vingtaine de langues, "Agathe" (2017) est son premier roman.

son site : http://annecathrinebomann.dk/
page Facebook : https://www.facebook.com/AnneCathrineBomannForfatterside/
Instagram : https://www.instagram.com/annecathrinebomann/

Ajouter des informations
Bibliographie de Anne Cathrine Bomann   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
Cannetille   23 mai 2020
Agathe de Anne Cathrine Bomann
Je crois que la vie est à la fois bien trop courte et bien trop longue. Trop courte pour qu’on ait le temps d’apprendre comment on doit vivre. Trop longue parce que le déclin devient de plus en plus visible chaque jour qui passe.
Commenter  J’apprécie          190
armand7000   05 juillet 2020
Agathe de Anne Cathrine Bomann
Sur le sol du côté droit du lit était installé un matelas avec un édredon et un oreiller. Sur la table de chevet à gauche, là où j’étais assis maintenant, il y avait une lampe, un verre d’eau, une cuvette et une boîte avec des bonbons à la menthe. C’étaient là les remèdes contre la mort.

— Je ne suis pas sûr du tout de la façon dont je peux vous aider, Thomas, dis-je. Je n’ai jamais aimé quelqu’un.

Mes propres mots me prirent de court, mais Thomas se contenta de répondre :

— Oui, nous n’avons pas tous cette chance. Peut-être vous sera-t-il plus facile de mourir.

— Peut-être, approuvai-je. Mais plus difficile de vivre.

Son rire était de pierre tombant sur la pierre.

— Vous avez peut-être raison, parvint-il à articuler, tandis que son rire se transformait en toux. Une vie sans amour ne vaut pas grand-chose.

Je lui souris et nous restâmes un peu en silence avant que je lui demande :

— Vous avez dit que vous aviez peur ?

— Complètement terrifié !

Il sourit de nouveau, avec les yeux cette fois.

— C’est agréable de l’avoir dit.

— Moi aussi, en fait, j’ai peur, avouai-je, mais je n’ai pas tout à fait découvert pourquoi.

— Je pense que le pire, c’est de ne plus revoir le visage de ma femme. D’aller quelque part où elle n’est pas.

Pour une raison ou une autre, je comprenais exactement ce qu’il voulait dire.

— Peut-être n’est-ce pas du tout elle que vous devez lâcher, proposai-je. Peut-être n’est-ce que tout le reste.

Je n’étais pas sûr que cela fasse sens, mais Thomas tendit la main et prit la mienne, de la même façon que l’avait fait sa femme quelques jours auparavant.

— C’est vrai, je sentis sa main se resserrer en une faible pression, elle, je ne pourrai jamais la lâcher. Le reste, peut-être.

Il relâcha ma main, se recroquevilla en un nouvel accès de toux sèche, et je lui tendis l’eau, dont il but quelques gorgées.

— J’espère que vous allez découvrir de quoi vous avez peur, dit-il d’une voix éraillée en se recouchant sur l’oreiller. Tout autre chose serait un terrible gâchis.

Je lui jetai un regard et haussai les épaules ; est-ce que cela n’avait pas été du gâchis jusqu’ici, pour la plupart ? Je lui demandai quand même :

— Comment découvre-t-on de quoi on a peur ?

— Mon expérience, dit Thomas, tandis que ses yeux se fermaient, c’est que l’on commence par ce dont on a la plus grande nostalgie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
armand7000   05 juillet 2020
Agathe de Anne Cathrine Bomann
Pourquoi (...) n’y avait-il personne qui vous disait ce qui arrivait au corps quand on vieillissait ? Qui vous parlait des articulations douloureuses, de la peau excédante et de l’invisibilité ? Vieillir, pensai-je, pendant que l’amertume se déversait, consistait surtout à observer comment la différence entre son moi et son corps grandissait et grandissait jusqu’à ce qu’un jour on soit complètement étranger à soi-même. Qu’y avait-il là de beau ou de naturel ? Et alors que le disque se terminait et que le silence me laissait solitaire dans la pièce, vint le coup de grâce : il n’y avait aucune issue. Il me fallait vivre dans cette prison grise et traîtresse jusqu’à ce qu’elle me tue.
Commenter  J’apprécie          31
Cannetille   23 mai 2020
Agathe de Anne Cathrine Bomann
Sur le sol du côté droit du lit était installé un matelas avec un édredon et un oreiller. Sur la table de chevet à gauche, là où j’étais assis maintenant, il y avait une lampe, un verre d’eau, une cuvette et une boîte avec des bonbons à la menthe. C’étaient là les remèdes contre la mort.

— Je ne suis pas sûr du tout de la façon dont je peux vous aider, Thomas, dis-je. Je n’ai jamais aimé quelqu’un.

Mes propres mots me prirent de court, mais Thomas se contenta de répondre :

— Oui, nous n’avons pas tous cette chance. Peut-être vous sera-t-il plus facile de mourir.

— Peut-être, approuvai-je. Mais plus difficile de vivre.

Son rire était de pierre tombant sur la pierre.

— Vous avez peut-être raison, parvint-il à articuler, tandis que son rire se transformait en toux. Une vie sans amour ne vaut pas grand-chose.

Je lui souris et nous restâmes un peu en silence avant que je lui demande :

— Vous avez dit que vous aviez peur ?

— Complètement terrifié !

Il sourit de nouveau, avec les yeux cette fois.

— C’est agréable de l’avoir dit.

— Moi aussi, en fait, j’ai peur, avouai-je, mais je n’ai pas tout à fait découvert pourquoi.

— Je pense que le pire, c’est de ne plus revoir le visage de ma femme. D’aller quelque part où elle n’est pas.

Pour une raison ou une autre, je comprenais exactement ce qu’il voulait dire.

— Peut-être n’est-ce pas du tout elle que vous devez lâcher, proposai-je. Peut-être n’est-ce que tout le reste.

Je n’étais pas sûr que cela fasse sens, mais Thomas tendit la main et prit la mienne, de la même façon que l’avait fait sa femme quelques jours auparavant.

— C’est vrai, je sentis sa main se resserrer en une faible pression, elle, je ne pourrai jamais la lâcher. Le reste, peut-être.

Il relâcha ma main, se recroquevilla en un nouvel accès de toux sèche, et je lui tendis l’eau, dont il but quelques gorgées.

— J’espère que vous allez découvrir de quoi vous avez peur, dit-il d’une voix éraillée en se recouchant sur l’oreiller. Tout autre chose serait un terrible gâchis.

Je lui jetai un regard et haussai les épaules ; est-ce que cela n’avait pas été du gâchis jusqu’ici, pour la plupart ? Je lui demandai quand même :

— Comment découvre-t-on de quoi on a peur ?

— Mon expérience, dit Thomas, tandis que ses yeux se fermaient, c’est que l’on commence par ce dont on a la plus grande nostalgie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LouDeBergh   03 mai 2021
Agathe de Anne Cathrine Bomann
Plus tard, assis dans mon fauteuil avec la couverture sur les genoux, je laissai les heures s’écouler tout en écoutant la musique et en remplaçant mécaniquement l’aiguille du gramophone sur le départ. Ma main bougeait d’elle-même, si bien que le fait de déplacer l’aiguille devint partie prenante de l’œuvre, une façon de reculer le temps qui, dans le même mouvement, le poussait vers l’avant.
Commenter  J’apprécie          20
Cannetille   23 mai 2020
Agathe de Anne Cathrine Bomann
Pourquoi (...) n’y avait-il personne qui vous disait ce qui arrivait au corps quand on vieillissait ? Qui vous parlait des articulations douloureuses, de la peau excédante et de l’invisibilité ? Vieillir, pensai-je, pendant que l’amertume se déversait, consistait surtout à observer comment la différence entre son moi et son corps grandissait et grandissait jusqu’à ce qu’un jour on soit complètement étranger à soi-même. Qu’y avait-il là de beau ou de naturel ? Et alors que le disque se terminait et que le silence me laissait solitaire dans la pièce, vint le coup de grâce : il n’y avait aucune issue. Il me fallait vivre dans cette prison grise et traîtresse jusqu’à ce qu’elle me tue.
Commenter  J’apprécie          10
armand7000   05 juillet 2020
Agathe de Anne Cathrine Bomann
Je crois que la vie est à la fois bien trop courte et bien trop longue. Trop courte pour qu’on ait le temps d’apprendre comment on doit vivre. Trop longue parce que le déclin devient de plus en plus visible chaque jour qui passe.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   14 novembre 2019
Agathe de Anne Cathrine Bomann
J’avais traité un certain nombre de patients maniaques au cours des années et ils avaient été instables, erratiques et même un rien psychotiques – une fois, j’avais parlé avec un homme qui avait joué toute sa fortune en trois jours de crise parce qu’il pensait avoir un don divin pour désigner le cheval gagnant.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   14 novembre 2019
Agathe de Anne Cathrine Bomann
Si vous souhaitez aller mieux, madame, je vois deux chemins. Peut-être même sont-ils reliés. L’un consiste en ce que vous accordiez moins d’importance aux petitesses et réduisiez vos obligations quotidiennes. L’autre est que vous introduisiez quelque chose dans votre existence qui ait un sens.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   14 novembre 2019
Agathe de Anne Cathrine Bomann
Ma peau se resserrait sur moi comme un filet. J’ouvris et fermai la bouche, roulai des épaules et redressai le dos, mais il n’y avait tout simplement pas assez de place dans mon corps. Hors de moi, je saisis ma canne et sortis au soleil. Je ne savais pas où j’allais, je savais seulement que je ne pouvais pas rester au même endroit, alors je tournai à gauche et descendis rapidement la rue. Je ne voyais rien, j’avançais seulement en force, en haletant. Des images confuses allaient et venaient : la peau douce d’Agathe contre le tissu vert du divan, moi-même devant la fenêtre chez moi, madame Surrugue et son Thomas enlacés. De temps à autre, je croisais des gens sur le trottoir qui étaient obligés de descendre sur la rue pour ne pas se heurter à moi, mais je les remarquais à peine.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Vrai ou faux ? (trop facile)

Le coeur d'une crevette est logé dans sa tête.

Vrai
Faux

11 questions
835 lecteurs ont répondu
Thèmes : Devinettes et énigmes , humour belge , méduse , mésolithiqueCréer un quiz sur cet auteur

.. ..