AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Anne-Sophie Faivre Le Cadre (13)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Les jours aimés
  23 avril 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Roman très émouvant sur la relation d’une grand mère et de sa petite fille .

Constance a toujours dit qu’elle n’abandonnerait jamais sa grand mère , grand mère aimante , dévouée .

Constance nous raconte des souvenirs d’enfance , puis d’adolescente , elle va vivre quelques années avec sa grand -mère et leur lien sera encore plus fort .

J’ai beaucoup aimé la plume subtile de l’auteur qui arrive a ajouter de l’universel dans son histoire personnelle, tout le monde a un lien particulier avec souvent une de ses deux grands -mères mais il faut du talent pour écrire et toucher .

J’ai beaucoup aimé l’évocation de la deuxième grand -mère , morte après des années de maladie invalidante , la différence de milieu social est très bien décrite .

L’autre grand -mère , la grand- mère paternelle qui lui disait qu’elle était belle comme une usine , parce que pour elle , c’était le plus beau compliment .

Les années passent , la vie nous empêche souvent de tenir nos promesses d’enfants , malgré tout , la jeune fille devenue femme va rendre une dernière visite à sa grand - mère avant de repartir aux États Unis , c’est un non dit entre elles , bien entendu que c’est la dernière fois où elles se voient , mais la grand - mère a maintenant 94 ans et elle donne sa bénédiction à sa petite fille ´ vis ta vie , sois heureuse ´ , bien heureuse grand - mère , digne jusqu’au bout , droite et fière , indépendante jusqu’à son dernier souffle .

Un très beau portrait .

Il y a malgré tout quelques petites maladresses , on sent le premier écrit , c’est pour ça que je ne donne pas 5 étoiles mais une très belle lecture que je vous conseille .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401
Les jours aimés
  12 mai 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Un roman autobiographique, cela en a tout l'air à en croire les articles lus au sujet d'Anne-Sophie Faivre Le Cadre. Les jours aimés est donc un récit pour décrire l'amour d'une petite fille à sa grand mère.



Elle a 94 ans cette femme qui vit encore seule dans sa maison. Elle accueille peut être pour la dernière fois sa petite fille qui arrive tout droit de Dakar, où semble-t-il, elle travaille. Elle est journaliste. Vivre ces quelques jours auprès de sa grand-mère est l'occasion de lui dire qu'elle l'aime, elle l'aime plus que tout et pourtant elle est incapable de le lui dire. Le silence s'installe. Alors elle remonte dans son enfance et nous raconte ses années collèges, "ces excentricités d'adolescente", sa famille, ses parents, ce père violent, ces "juifs errants" comme elle aime les nommer, qui ne sont pas juifs mais qui ont pour particularité de déménager tous les 5 ans. Elle, à 13 ans, elle a eu la chance de vivre trois ans chez sa grand-mère, avant son baccalauréat. Le lien s'est renforcé de toute évidence.



Ce récit ce lit facilement, il est limpide, on s'y attache à cet enfant qui grandit, qui vit sa première fugue à vélo sur les traces de Georges Sand... On l'aime cette grand-mère qui a tout fait pour sa petite, tout en action et en silence.



La tendresse est là, pas dans les gestes forcément ni les paroles mais dans la présence à l'autre. Voilà comment je les ai ressenti ces deux femmes, l'une très jeune et l'autre à l'aube d'un départ.





#LesJoursaimés #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Les jours aimés
  15 septembre 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Chère Anne-Sophie,

.

J’avais oublié cette émotion que l‘on peut ressentir à la lecture d’un roman, cet oubli complet du monde extérieur lorsque plongé dans un texte, on n’entend plus rien, si ce n’est les mots de l’auteure, et cette sensation que tout s’insinue en nous, le vécu du narrateur devient le nôtre. Son histoire nous parle totalement, chaque phrase comme un écho à notre vécu. On se laisse absorber et là, plus rien ne compte. Une parenthèse dans ce temps qui file sans que l’on en soit pleinement conscient, une introspection parce que quand on est totalement investi dans le récit, c’est que quelque part tout prend son sens.

.

Te dire que ce roman est tombé à un moment particulier, que tes mots m’ont remué et que ma nature contemplative a été comblée par ce texte n’est pas suffisant. J’en ai aimé la mélancolie, celle de la vie qui avance encore et toujours, et qui laisse ses traces sur chacun de nous, celle qui évoque l’hier si loin désormais de l’aujourd’hui. Restent les souvenirs, bons ou mauvais qui se télescopent avec ce que l’on est devenu, ce que l’on était déjà trop tard pour être rattrapé…Les silences et les non-dits qui s’installent, rythment les retrouvailles, et cette nostalgie, un peu, avec toujours cette capacité à avancer, inévitablement vers demain même si cela signifie s’éloigner de ceux qui ont compté, qui comptent encore.

.

De ces instants passés auprès de Constance et sa Grand-mère, je retiens ton écriture, cette ambiance que tu as su instaurer et surtout cet amour entre ces deux femmes, ce lien qui perdure et la beauté de ces sentiments qui ne se disent pas mais pourtant qui sont bien là. Et une conclusion, rien n’arrête les effets du temps qui passe….
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Les jours aimés
  19 octobre 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Constance, à la faveur d’une visite (la dernière ?) chez sa grand-mère revisite sa vie. Elle revoit son enfance et son adolescence, et le rôle clé qu’a rempli cette grand-mère, toujours là pour elle, prête à excuser toutes ses erreurs, ses ingratitudes d’adolescente. Dans ce livre, l’auteure nous raconte l’amour d’une jeune femme pour sa grand-mère, même si elle ne sait plus l’exprimer avec des mots, même s’il est dur de voir si faibles et si fragiles ces personnes qui ont été à une époque les piliers de notre vie.

A travers une histoire probablement personnelle, l’auteure parvient à évoquer des situations universelles. J’ai profondément ressenti les sentiments de Constance face à sa grand-mère, la force de son amour et sa difficulté à le communiquer. Alors comme elle ne sait plus parler du présent, elle entremêle son récit de son histoire, au cours de laquelle sa relation avec sa grand-mère a été prépondérante. Et Celle-ci va lui faire le plus beau des cadeaux : la dédouaner de sa culpabilité, à l’idée de repartir.

Un très beau livre plein d’émotions.

Je remercie NetGalley et les éditions Anne Carrière pour l’envoi de ce livre. # #LesJoursaimés #NetGalleyFrance

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Les jours aimés
  10 octobre 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Constance, jeune journaliste au Sénégal vient passer quelques jours dans la banlieue d’Anger chez sa grand-mère de 94 ans réjouie de cette visite.

Dans le passé pour soulager les parents accaparés dans leurs responsabilités de hauts-fonctionnaires, la nonagénaire s’était beaucoup occupée de Constance. Pendant son enfance et à l’adolescence, l’investissement de cette grand-mère au fort tempérament a permis de façonner une relation privilégiée entre elles. D’ailleurs leur complicité et cet amour basé sur la confiance vont couvrir les goûts fantasques de Constance grâce à un soutien indéfectible, inconditionnel vis-à-vis de ses parents.

Cependant, les années passant, la vie de jeune adulte et la distance géographique ont émoussé la fréquence des liens réduits à quelques communications téléphoniques de plus en plus rares.

Aujourd’hui les souvenirs de Constance la culpabilisent de savoir la vieille femme au crépuscule de la vie se débrouiller seule chez elle. Comment va-t-elle gérer la situation ?

MON AVIS

Un grand merci aux éditions Anne Carrère et site Babelio pour leur opération Masse Critique, et la découverte de ce premier roman d’une jeune auteure prometteuse. Certes le journalisme l’a aguerrie à l’écriture fluide, mais elle a su transmettre émotion et vision sociétale par le biais de cette biographie impartiale. Au cours d’un séjour chez sa grand-mère, des flashbacks sur sa courte vie (elle n’a que 27 ans) ponctués de son histoire familiale assouplissent la forme trop linéaire d’une biographie chronologique. Ainsi, le rythme agréable fait jongler le présent avec le passé familial et personnel de l’auteure. On apprend à connaître cette grand-mère aujourd’hui vieillissante, mais riche d’une histoire familiale transmise à Constance qui a su si bien nous la retranscrire. Voici un partage de deux personnalités fortes qui se comprennent.



La mauvaise conscience de Constance est on ne peut plus compréhensible : la remarquable dévotion de sa grand-mère met en relief son ingratitude sous-jacente à la vie qu’elle mène aujourd’hui. Le contraste des engagements de part et d’autre sont pourtant vraiment humains et généreux, ils transposent les préoccupations des âges de la vie. J’ai été assez surprise de l’écriture et de la vision de l’auteure quand on regarde son jeune âge, j’ai perçu beaucoup de maturité dans ses réflexions et dans sa prise de recul vis-à-vis de son histoire familiale.



De nombreux thèmes évoqués :

On peut qualifier le roman régional, il se passe dans la région d’Angers avec une description de population, son évolution et plus particulièrement celle de la bourgeoisie de province, dans une famille typiquement française mais pourtant originale.



L’adoption dans toutes ses formes : j’insiste sur celle de Pierre-Marie particulièrement touchante.



Révolution dans les années 80, l’émancipation des femmes passe aussi par la cuisine : sa mère et sa grand-mère dégagées de cette obligation de « faire à manger », elles apprécient les plats industriels et ne complexent pas de les servir alors leurs enfants. Une certaine vision sociétale remise en question aujourd’hui par le « fait-maison » très tendance.



Un divorce tardif à l’initiative du père, une rupture familiale qui survient parce que celui-ci se « réalise enfin » avec une autre femme, il peut jouir de la vie sans les entraves d’une famille.

Une biographie très agréable non dépourvue d’humour avec un regard affuté sur la société et la vie parvient à faire réfléchir le lecteur sur ses propres agissements. Je défie les lecteurs de ne pas être tentés de lire ces lignes sans penser à son vécu aux périodes citées. Ce livre parlera à tous, quel que soit le ferment familial avec lequel il s’est construit.
Lien : https://lesparolesenvolent.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Les jours aimés
  13 août 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Constance s’est fait une promesse : jamais elle ne laissera sa grand-mère adorée finir ses jours dans un hospice. Impossible. Hors de question. Elle l’aime trop pour la voir évoluer dans un mouroir.



Seulement, voilà, des quelques décennies plus tard, la vie de Constance a évolué. Aujourd’hui, elle vit en Afrique, avec son compagnon, sa vie professionnelle l’accapare et ne lui laisse que peu de temps pour retourner en France et passer quelques jours auprès de celle qui l’aura élevée et lui aura tant appris.



Il faut dire que la grand-mère de Constance, elle est absolument incroyable, prête à tout pour l’épanouissement et le bonheur de sa petite-fille. La grand-mère de Constance, c’est un peu la grand-mère que tout le monde voudrait avoir : moderne et délicieusement féministe, avec une tendance à apprécier tout ce qui est déraisonnable. Constance veut fuguer et aller sur les traces de Georges Sand ? Qu’à cela ne tienne, elle la couvrira auprès de ses parents. « On a qu’une vie, ma chérie, après tout ! Profitons-en au maximum », tel pourrait être sa devise, à cette grand-mère hors du commun.



Le temps de quelques jours, Constance va se retrouver auprès de sa grand-mère. Et, avec ses retrouvailles, c’est le voile de tout l’amour que les deux femmes se portent l’une à l’autre, qui se lève. Un amour qu’elles n’arrivent pas à exprimer. Constance, elle, voudrait tant y arriver. Lui dire à quel point sa vie n’est que plus belle, avec elle dedans. Mais les mots ne sortent pas, c’est trop dur. Dire « je t’aime », c’est difficile, bordel. Alors, la parole laisse place aux silences. Et dans ces silences, c’est tout leur amour qui hurle. Qui hurle à vous en faire mal aux tympans.



Dans ce roman aux airs autobiographiques, l’auteure nous parle de ces amours familiaux, ceux qui dépassent toutes les frontières. De ces amours qui font battre nos cœurs plus vite… ou qui font que ces derniers, justement, manquent un battement. Le manque, l’amour, la famille. Anne-Sophie Faivre Le Cadre nous livre un récit d’une grande justesse émotionnelle, à la fois touchant, sensible et feutré. À l’image de l’amour que se portent mutuellement ces deux femmes.



Un roman à découvrir et à savourer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Les jours aimés
  12 octobre 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Avant de considérer ma critique, vous devez savoir quelques petites choses :

Primo, je ne suis pas une amatrice de portraits. J' aime les histoires, les récits, les rebondissements et les fins.

Deuxio, j'adore tout ce qui touche au grand âge. Fiction ou récit, peu importe, la sensibilité et la (soi-disant) sagesse des seniors me touchent.

Dès le début de ma lecture, j'ai eu la sensation que je n'aurais pas ce à quoi je m'attendais : le portrait d'une grand-mère hors norme, et une histoire de placement en maison de repos.

De fait, c'est toute la famille qui est hors norme et toute la famille qui passe sous les projecteurs, sous la plume d'Anne-Sophie.

Quant à la maison de repos, on en parle, heureusement, mais pas de celle que je pensais...

C'est un recueil de souvenirs, en fait, donc pas de twist, pas de fil rouge... Je me suis rendue compte à plusieurs reprises que je n'avais pas assimilé un passage du livre. Je venais de lire distraitement, passivement, comme si mon cerveau avait décidé que ce n'était pas intéressant...

Selon moi, ça révèle un manque de pep's et d'accroche dans l'écriture. C'est regrettable, car d'autre part, l'auteur a tout d'une grande : le vocabulaire est soutenu, l'émotion est là, rien ne m'a gênée dans ma lecture.

C'est donc un très bon livre que j'ai reçu grâce à Masse Critique, il ne m'a pas satisfaite à 100% mais je le recommande !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Les jours aimés
  04 août 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans cette lecture et puis petit à petit j'ai pris plaisir à lire cette jolie histoire entre la petite fille et sa grand-mère. J'ai aussi apprécié le passage qui dépeint le quotidien des personnes âgées qui ne sont plus en mesure de rester chez elles et doivent de retrouver dans des structures spécialisées avec tout ce que ça comporte.
Commenter  J’apprécie          10
Les jours aimés
  08 octobre 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Quelle magnifique histoire que celle de Constance et de son histoire d’amour pour sa grand mère. Dans ce roman splendide, Constance partage ses souvenirs qu’elle a en commun avec sa grand mère, on ressent assez facilement l’amour, la reconnaissance de Constance envers cette vieille dame qui a su la comprendre lorsque ses parents n’en était pas capable.



Anne Sophie Faivre Le cadre nous livre une plume douce et brut à la fois, de part certains aspects difficiles de la vie de Constance, elle utilise avec justesse des mots qui seront capté l’attention de son lecteur, rendant toutes les Constance attachantes. L’enfant, l’adolescente, la jeune femme et enfin la femme. Tous ces non-dits entre elles qui sont pourtant tellement détectable dans le choix des mots de l’auteur.



Une histoire bouleversante et captivante.
Commenter  J’apprécie          00
Les jours aimés
  09 septembre 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Ce livre raconte l’histoire d’une jeune fille d’environ 25 ans. Sa relation avec sa grand-mère maternelle est principalement évoquée mais pas que.

Je dois vous avouer que ce livre n’est pas un coup de cœur. Il se lit très bien et vite (le livre est court et peut être lu en une demi-journée). Mais j’avais parfois du mal à suivre entre le présent avec la grand-mère maternelle, des bouts de passé avec d’autres personnages etc. Il n’y a pas une intrigue, un secret. Il s’agit plutôt d’une vie racontée par morceaux.

Ce livre donne l’impression d’être autobiographique.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          00
Les jours aimés
  14 août 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
C'est un très beau livre où Constance narre tout en douceur, avec nostalgie et parfois une pointe d'amertume sa relation avec sa grand-mère, et avec toute sa famille. D'une grande finesse.
Commenter  J’apprécie          00
Les jours aimés
  17 juillet 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Un premier roman, que l'on soupçonne autobiographique, qui tantôt vous fera sourire, tantôt vous serrera le cœur.

Si l'histoire est singulière, le sujet lui est universel: l'amour. L'amour réciproque d'une petite-fille à sa grand-mère. L'amour d'une famille, avec ses maladresses.

La solitude des personnes âgées mise en lumière dans le roman est également poignante et amène une vraie prise de conscience.

J'ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans les souvenirs de Constance et recommande vivement cette échappée littéraire.
Commenter  J’apprécie          00
Les jours aimés
  25 mai 2020
Les jours aimés de Anne-Sophie Faivre Le Cadre
Le commentaire de Martine :

Une histoire très touchante, une belle histoire celle de cette petite-fille et de sa grand-mère. Constance adore sa grand-mère, elle lui promet de ne jamais l’abandonner. Cette femme, qui a été pour elle, aimante, dévouée, attentionnée, que peut-on offrir de mieux, que de lui rendre la pareille.

C’est sous son regard, que nous suivons l’histoire de ces deux femmes, écrit avec une plume sensible, humaine et conciliante, qu'Anne-Sophie nous livre leur message sur leurs relations filiales. Il y aura l’autre grand-mère qui, elle aussi sera présente dans une partie du récit, avec laquelle Constance aura une relation à l’opposé de cette complicité vécue avec sa grand-mère maternelle.

Dans ce récit, la vie n’est pas celle que nous avions prévue. Malgré tout cela, on peut réussir ou échouer dans ses promesses, ses rêves et ses désirs, mais l’amour, les liens filiaux, la compréhension et l’écoute qui permet dans ce roman de bien saisir la grande relation qui unit ses femmes au travers des années. De beaux portraits de femmes indépendantes, fortes et marquantes.

Je vous recommande ce beau roman que j'ai aimé lire, un roman émouvant.
Lien : http://lesmilleetunlivreslm...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Anne-Sophie Faivre Le Cadre(1)Voir plus
Lecteurs de Anne-Sophie Faivre Le Cadre (23)Voir plus


Quiz Voir plus

Les chats dans la littérature

Comment se nomme le célèbre chat dans "Les Contes de ma Mère l'Oye" ?

Le Chat perdu
Le Chat du Rabbin
Le Chat botté
Le Chat toqué

10 questions
795 lecteurs ont répondu
Thèmes : chat , littérature , animauxCréer un quiz sur cet auteur