AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782843379864
Éditeur : Anne Carrière (07/05/2020)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Enfant, Constance s’était fait une promesse : ne jamais enfermer sa grand-mère dans un hospice, ne pas la laisser dans la solitude de sa maison. Rester aux côtés de cette femme résolument moderne, féministe, bienveillante, courageuse, qui l’a élevée seule avec une dévotion et une compréhension infinies. N’a-t-elle pas couvert une fugue sur les pas de George Sand ? fermé les yeux sur ses frasques adolescentes ? confié que les femmes n’avaient pas besoin des h... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
mariech
  23 avril 2020
Roman très émouvant sur la relation d'une grand mère et de sa petite fille .
Constance a toujours dit qu'elle n'abandonnerait jamais sa grand mère , grand mère aimante , dévouée .
Constance nous raconte des souvenirs d'enfance , puis d'adolescente , elle va vivre quelques années avec sa grand -mère et leur lien sera encore plus fort .
J'ai beaucoup aimé la plume subtile de l'auteur qui arrive a ajouter de l'universel dans son histoire personnelle, tout le monde a un lien particulier avec souvent une de ses deux grands -mères mais il faut du talent pour écrire et toucher .
J'ai beaucoup aimé l'évocation de la deuxième grand -mère , morte après des années de maladie invalidante , la différence de milieu social est très bien décrite .
L'autre grand -mère , la grand- mère paternelle qui lui disait qu'elle était belle comme une usine , parce que pour elle , c'était le plus beau compliment .
Les années passent , la vie nous empêche souvent de tenir nos promesses d'enfants , malgré tout , la jeune fille devenue femme va rendre une dernière visite à sa grand - mère avant de repartir aux États Unis , c'est un non dit entre elles , bien entendu que c'est la dernière fois où elles se voient , mais la grand - mère a maintenant 94 ans et elle donne sa bénédiction à sa petite fille ' vis ta vie , sois heureuse ' , bien heureuse grand - mère , digne jusqu'au bout , droite et fière , indépendante jusqu'à son dernier souffle .
Un très beau portrait .
Il y a malgré tout quelques petites maladresses , on sent le premier écrit , c'est pour ça que je ne donne pas 5 étoiles mais une très belle lecture que je vous conseille .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401
cecille
  12 mai 2020
Un roman autobiographique, cela en a tout l'air à en croire les articles lus au sujet d'Anne-Sophie Faivre le Cadre. Les jours aimés est donc un récit pour décrire l'amour d'une petite fille à sa grand mère.
Elle a 94 ans cette femme qui vit encore seule dans sa maison. Elle accueille peut être pour la dernière fois sa petite fille qui arrive tout droit de Dakar, où semble-t-il, elle travaille. Elle est journaliste. Vivre ces quelques jours auprès de sa grand-mère est l'occasion de lui dire qu'elle l'aime, elle l'aime plus que tout et pourtant elle est incapable de le lui dire. le silence s'installe. Alors elle remonte dans son enfance et nous raconte ses années collèges, "ces excentricités d'adolescente", sa famille, ses parents, ce père violent, ces "juifs errants" comme elle aime les nommer, qui ne sont pas juifs mais qui ont pour particularité de déménager tous les 5 ans. Elle, à 13 ans, elle a eu la chance de vivre trois ans chez sa grand-mère, avant son baccalauréat. le lien s'est renforcé de toute évidence.
Ce récit ce lit facilement, il est limpide, on s'y attache à cet enfant qui grandit, qui vit sa première fugue à vélo sur les traces de Georges Sand... On l'aime cette grand-mère qui a tout fait pour sa petite, tout en action et en silence.
La tendresse est là, pas dans les gestes forcément ni les paroles mais dans la présence à l'autre. Voilà comment je les ai ressenti ces deux femmes, l'une très jeune et l'autre à l'aube d'un départ.

#LesJoursaimés #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
dannso
  19 octobre 2020
Constance, à la faveur d'une visite (la dernière ?) chez sa grand-mère revisite sa vie. Elle revoit son enfance et son adolescence, et le rôle clé qu'a rempli cette grand-mère, toujours là pour elle, prête à excuser toutes ses erreurs, ses ingratitudes d'adolescente. Dans ce livre, l'auteure nous raconte l'amour d'une jeune femme pour sa grand-mère, même si elle ne sait plus l'exprimer avec des mots, même s'il est dur de voir si faibles et si fragiles ces personnes qui ont été à une époque les piliers de notre vie.
A travers une histoire probablement personnelle, l'auteure parvient à évoquer des situations universelles. J'ai profondément ressenti les sentiments de Constance face à sa grand-mère, la force de son amour et sa difficulté à le communiquer. Alors comme elle ne sait plus parler du présent, elle entremêle son récit de son histoire, au cours de laquelle sa relation avec sa grand-mère a été prépondérante. Et Celle-ci va lui faire le plus beau des cadeaux : la dédouaner de sa culpabilité, à l'idée de repartir.
Un très beau livre plein d'émotions.
Je remercie NetGalley et les éditions Anne Carrière pour l'envoi de ce livre. # #LesJoursaimés #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
mallaurylit
  15 septembre 2020
Chère Anne-Sophie,
.
J'avais oublié cette émotion que l‘on peut ressentir à la lecture d'un roman, cet oubli complet du monde extérieur lorsque plongé dans un texte, on n'entend plus rien, si ce n'est les mots de l'auteure, et cette sensation que tout s'insinue en nous, le vécu du narrateur devient le nôtre. Son histoire nous parle totalement, chaque phrase comme un écho à notre vécu. On se laisse absorber et là, plus rien ne compte. Une parenthèse dans ce temps qui file sans que l'on en soit pleinement conscient, une introspection parce que quand on est totalement investi dans le récit, c'est que quelque part tout prend son sens.
.
Te dire que ce roman est tombé à un moment particulier, que tes mots m'ont remué et que ma nature contemplative a été comblée par ce texte n'est pas suffisant. J'en ai aimé la mélancolie, celle de la vie qui avance encore et toujours, et qui laisse ses traces sur chacun de nous, celle qui évoque l'hier si loin désormais de l'aujourd'hui. Restent les souvenirs, bons ou mauvais qui se télescopent avec ce que l'on est devenu, ce que l'on était déjà trop tard pour être rattrapé…Les silences et les non-dits qui s'installent, rythment les retrouvailles, et cette nostalgie, un peu, avec toujours cette capacité à avancer, inévitablement vers demain même si cela signifie s'éloigner de ceux qui ont compté, qui comptent encore.
.
De ces instants passés auprès de Constance et sa Grand-mère, je retiens ton écriture, cette ambiance que tu as su instaurer et surtout cet amour entre ces deux femmes, ce lien qui perdure et la beauté de ces sentiments qui ne se disent pas mais pourtant qui sont bien là. Et une conclusion, rien n'arrête les effets du temps qui passe….
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
lecoindesmots
  13 août 2020
Constance s'est fait une promesse : jamais elle ne laissera sa grand-mère adorée finir ses jours dans un hospice. Impossible. Hors de question. Elle l'aime trop pour la voir évoluer dans un mouroir.
Seulement, voilà, des quelques décennies plus tard, la vie de Constance a évolué. Aujourd'hui, elle vit en Afrique, avec son compagnon, sa vie professionnelle l'accapare et ne lui laisse que peu de temps pour retourner en France et passer quelques jours auprès de celle qui l'aura élevée et lui aura tant appris.
Il faut dire que la grand-mère de Constance, elle est absolument incroyable, prête à tout pour l'épanouissement et le bonheur de sa petite-fille. La grand-mère de Constance, c'est un peu la grand-mère que tout le monde voudrait avoir : moderne et délicieusement féministe, avec une tendance à apprécier tout ce qui est déraisonnable. Constance veut fuguer et aller sur les traces de Georges Sand ? Qu'à cela ne tienne, elle la couvrira auprès de ses parents. « On a qu'une vie, ma chérie, après tout ! Profitons-en au maximum », tel pourrait être sa devise, à cette grand-mère hors du commun.
Le temps de quelques jours, Constance va se retrouver auprès de sa grand-mère. Et, avec ses retrouvailles, c'est le voile de tout l'amour que les deux femmes se portent l'une à l'autre, qui se lève. Un amour qu'elles n'arrivent pas à exprimer. Constance, elle, voudrait tant y arriver. Lui dire à quel point sa vie n'est que plus belle, avec elle dedans. Mais les mots ne sortent pas, c'est trop dur. Dire « je t'aime », c'est difficile, bordel. Alors, la parole laisse place aux silences. Et dans ces silences, c'est tout leur amour qui hurle. Qui hurle à vous en faire mal aux tympans.
Dans ce roman aux airs autobiographiques, l'auteure nous parle de ces amours familiaux, ceux qui dépassent toutes les frontières. de ces amours qui font battre nos coeurs plus vite… ou qui font que ces derniers, justement, manquent un battement. le manque, l'amour, la famille. Anne-Sophie Faivre le Cadre nous livre un récit d'une grande justesse émotionnelle, à la fois touchant, sensible et feutré. À l'image de l'amour que se portent mutuellement ces deux femmes.
Un roman à découvrir et à savourer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
triple_l_de_magtriple_l_de_mag   30 août 2020
Ma grand-mère m’a appris à lire, à l’âge de quatre ans. Elle m’a aussi appris que les livres étaient un remède à la mélancolie, au désespoir, à l’ennui, aux trains en retard et aux chagrins d’amour.
Commenter  J’apprécie          00
AntigoneStrangeAntigoneStrange   14 août 2020
J'ai les yeux dans le vague et fixe les rosiers qui rampent aux lézardes des murs. Nous sommes incapables de nous dire quoi que ce soit, chaque parole aurait des atours de linceul.
Commenter  J’apprécie          00
AntigoneStrangeAntigoneStrange   14 août 2020
Les mots se dérobaient après quelques lignes, je craignais de froisser les vivants et de froisser les morts.
Commenter  J’apprécie          00
triple_l_de_magtriple_l_de_mag   30 août 2020
Un grand jardin nous offrait, tous les automnes, des fruits pleins de vers.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : Grands-mèresVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1008 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre