AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 127 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1972
Biographie :

Antoni Casas Ros est né en Catalogne française de mère italienne, professeur de mathématiques, et de père catalan, ingénieur.

A la suite d'un accident, son visage a été défiguré (il ne veut pas apparaître en public, ses éditeurs et son agent ne l'ont jamais vu), il interrompt ses études de mathématiques. Il vit alors une longue traversée du désert qui se concrétise par la rédaction de son premier roman Le théorème d'Almodovar.

Antérieurement à ce premier roman, il s'est consacré à l'écriture de courtes nouvelles groupées sous le titre Microcosmos.

Antoni Casas Ros a temporairement résidé à Perpignan, avant de s'installer à Rome, où il se consacre à l'écriture.

En 2009, il publie un recueil de nouvelles, Mort au romantisme, suivi en 2010 de son second roman, Enigma.

Le théorème d'Almodóvar serait-il un pied de nez à l’autofiction ? En 2011, Antoni Casas Ros publie un autoportrait de lui au crayon dans Next7, comme pour contredire le récit d’homme défiguré de son premier roman.

En novembre 2011, Antoni Casas Ros confie à propos de ses projets littéraires : « Je suis dans la phase « laisser venir », je ne fais rien, j’attends, j’écoute, je somnole au soleil, je nage, je bois, Cybèle est silencieuse, elle ne m’a donné que le titre : Lento. »



+ Voir plus
Source : /livres.fluctuat.net/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le théorème d'Almodovar Livre de bord
Podcasts (1)


Citations et extraits (116) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   06 octobre 2014
Enigma de Antoni Casas Ros
Ecrire, c'est nager très longtemps, nager page après page, sans jamais regarder le rivage de l'impossibilité.
Commenter  J’apprécie          352
le_Bison   01 février 2018
L'arpenteur des ténèbres de Antoni Casas Ros
- Il y a une bouteille de téquila sous ta chaise.

- Je me suis toujours demandé si le ver qui est au fond de la bouteille y est mis vivant.

- Ce sont des vers suicidaires.

On entend des bruissements de joncs. Un poisson jaillit, avale un peu d'espace. Crissements. Stridulations. Musique de jungle.

- Ce que je préfère dans la nature, c'est la bande-son.
Commenter  J’apprécie          300
Piatka   18 décembre 2014
Lento de Antoni Casas Ros
Tu sais, parfois, dans la solitude, l'esprit crée ce qu'il ne perçoit pas.
Commenter  J’apprécie          290
Piatka   18 décembre 2014
Lento de Antoni Casas Ros
En fait, ce ne sont pas les murs qui nous enferment, mais notre pensée.
Commenter  J’apprécie          291
Chrisdu26   31 décembre 2013
Le théorème d'Almodovar de Antoni Casas Ros
-Tu n'as jamais été tentée par l'opération ?



-Non, moi j'aime bien être actif et beaucoup d'hommes recherchent ça. Ils sont attirés par la sodomie mais pas assez pour la tenter avec un homme. Avec nous, la peur tombe. Ils se sentent pas homos. Ils voient un visage de femme, un corps de femme et ils sentent quelque chose qui les pénètre... une autre demande. Plus ambiguë.
Commenter  J’apprécie          270
le_Bison   03 février 2018
L'arpenteur des ténèbres de Antoni Casas Ros
Antoni et Anca ont déserté les autoroutes, ils sillonnent l'Arkansas. S'arrêtent dans les bars déglingués où les lettres Coors, en rouge, se détachent sur le profil d'une montagne blanche, descendent des bières sous le regard méfiant des autochtones à la nuque brûlée par le soleil. Ça sent le mâle, le silence, la répétition incessante du mouvement du bras qui porte la bière et le whiskey aux lèvres sèches. De temps en temps, une serveuse comme sur les publicités-lubricité et Dieu qui surveille tout ça du haut des châteaux d'eau et des silos à grain. Les granges des petites fermes misérables. Les vaches ou les chevaux. La musique country.
Commenter  J’apprécie          260
nadejda   11 février 2018
L'arpenteur des ténèbres de Antoni Casas Ros
Son corps est d'une telle légèreté qu'il pourrait se volatiliser. Sel sous sa langue, sel sur ses globes oculaires. Fraîcheur absolue. Il ne pense pas encore. Il ne force rien, il s'offre aux éléments. Il se maintient à la surface par le souffle, s'enfonce légèrement à l'expire. Refait surface à l'inspire. Cette sensationsi puissante. que le souffle est tout. L'écriture n'est qu'un souffle, un rythme, un lien avec l'infime, avec le ciel et l'eau. D'un rythme lent et soutenu, il nage vers le large. Une barque orangée traverse le bleu, un pêcheur qui rentre de sa nuit.
Commenter  J’apprécie          250
le_Bison   21 février 2018
L'arpenteur des ténèbres de Antoni Casas Ros
La vie est comme une route. J’aime la vitesse, les paysages, les accidents. Parfois j’ai envie de vivre, parfois j’ai envie de mourir. Je suis heureuse quand j’écris. Je ne crois pas à l’amour. Écrire, c’est comme se shooter. Un plaisir court, mais fulgurant. Je me fous des blessures. Je suis là, vivante. Je veux écrire comme Charlie Parker jouait du saxophone. Pour la musique.
Commenter  J’apprécie          252
le_Bison   19 février 2018
L'arpenteur des ténèbres de Antoni Casas Ros
- Pourquoi y a-t-il chez toi une telle propension au cul ?

- J’ai ça en moi. Quand je baise avec quelqu’un, je le décape, je fais tomber le vernis, je le retourne, je photographie son âme, je fais exploser ses cellules, je le fais voyager dans l’espace, je le soûle, je le nourris, je pousse sa vie au bord du gouffre. J’aime voir un visage à ce moment-là, pendant ces secondes où il n’y a plus rien à quoi se raccrocher, où la nudité est extrême, et c’est ça qui me fait jouir, qui me propulse dans le vide.
Commenter  J’apprécie          243
nadejda   10 février 2018
L'arpenteur des ténèbres de Antoni Casas Ros
La vérité n'existe pas. Tout ce qu'on invente est vrai.

Commenter  J’apprécie          262

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur