AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 474 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Tokyo , le 24/07/1964
Biographie :

Yoshimoto Mahoko (Banana étant un pseudonyme de plume à l'âge de vingt ans pour son caractère "asexuel") est née en 1964 à Tôkyô. Elle est la fille du poète et critique littéraire Yoshimoto Takaaki.


Diplomée en littérature de la « Nihon University », elle commence à écrire en 1987 et obtient le prix Kaien du nouvel écrivain pour Kitchen et en 1988 le prix Izumi Kyōka pour sa nouvelle Moonlight Shadow.


Ses romans parlent de la perte, du deuil, avec une touche de surnaturel.

Elle fait partie de la nouvelle génération d'écrivains japonais, un peu plus individualistes par cette façon de tout traiter à la première personne, mais elle reste très poétique, grâce à son phrasé que l'on retrouve au fil de ses écrits. Banana Yoshimoto a un univers, touchant et drôle à la fois ; les thèmes sont parfois d'une simplicité extrême, mais ce qui intéresse Banana Yoshimoto est surtout d'instaurer cet univers très personnel, et très rêveur.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Banana Yoshimoto : N-P
Olivier BARROT présente le livre de BANANA YOSHIMOTO "N-P". Il estime que c'est pour l'écrivain le livre de la maturité.

Citations et extraits (103) Voir plus Ajouter une citation
le_Bison   03 septembre 2013
Kitchen de Banana Yoshimoto
Le bonheur, c’est de mener une vie où rien ne vous oblige à prendre conscience de votre solitude.
Commenter  J’apprécie          353
Banana Yoshimoto
Iansougourmer   02 mai 2013
Banana Yoshimoto
Comment ne pas comprendre à quel point il est important, même dans les plus petites choses de la vie, de choisir par soi même ?
Commenter  J’apprécie          320
joedi   11 décembre 2013
Kitchen de Banana Yoshimoto
Perdre un petit ami : pour la première fois de ma longue existence — qui n'était que d'une vingtaine d'années — je faisais cette expérience, et je souffrais au point d'en avoir le souffle coupé. Depuis le soir de sa mort, mon coeur avait glissé dans un autre espace, et ne pouvait revenir. Il m'était impossible de voir le monde avec mes yeux d'autrefois.
Commenter  J’apprécie          250
le_Bison   09 août 2013
Kitchen de Banana Yoshimoto
C’était une nuit de solitude tellement silencieuse qu’on aurait presque pu entendre au creux de ses oreilles la rumeur des étoiles qui se déplaçaient dans le ciel.
Commenter  J’apprécie          210
joedi   10 décembre 2013
Kitchen de Banana Yoshimoto
Je voulais toujours garder présente en moi l'idée que j'allais mourir un jour. Sinon, comment avoir la sensation d'être vivante ?
Commenter  J’apprécie          210
le_Bison   07 août 2013
Kitchen de Banana Yoshimoto
Dans l’obscurité, on chemine d’un pas incertain au bord d’un précipice, avant de déboucher enfin sur une route, avec un soupir de soulagement. Exténué, on lève la tête : le clair de lune est d’une beauté qui pénètre le cœur. Cette beauté-là, je la connaissais.
Commenter  J’apprécie          160
missmolko1   15 janvier 2016
Le dernier jour de Banana Yoshimoto
Pourquoi donc y a-t-il toujours dans les cimetières de grands arbres dont les branches touchent presque terre ? Est-ce pour consoler les disparus, ou bien grandissent-ils en aspirant l’énergie des morts ?
Commenter  J’apprécie          150
Musardise   29 novembre 2014
Kitchen de Banana Yoshimoto
M'endormir le soir me faisait tellement peur... Ou plutôt, c'était le choc du réveil qui était terrible. Quand je m'éveillais soudain, comprenant où j'étais vraiment, je restais effrayée par les profondes ténèbres qui m'entouraient. Je faisais toujours des rêves en rapport avec Hitoshi. Dans mon sommeil léger et agité, il était là, tour à tour présent ou absent, mais je sentais bien que ce n'étaient que des rêves et qu'en réalité je ne le reverrais plus jamais. Alors, tout en rêvant, je faisais des efforts pour ne pas me réveiller. Je n’arrêtais pas de transpirer, de me tourner et de me retourner dans mon lit. Combien de fois, prise d'un cafard à donner la nausée, n'ai-je pas ouvert vaguement les yeux à l'aube, dans le froid ! Le jour blanchissait de l'autre côté des rideaux, et je me sentais projetée dans le silence d'un temps blême, au souffle étouffé. Tout était si triste, si glacé, que je regrettais de n'être plus dans un songe. Solitude de l'aube où, ne pouvant plus me rendormir, j'étais tourmentée par des réminiscences de rêves. Je me réveillais toujours à ce moment-là. J'avais fini par avoir peur de la fatigue due au manque de sommeil, de ces longues heures passées à attendre seule, au bord de la folie, les première lueurs du jour, et j'avais décidé de me mettre à courir.



Moonlight shadow
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
SophiePatchouli   19 mars 2018
N. P de Banana Yoshimoto
j'ai éprouvé un profond intérêt à l'égard des mots qui, à peine exprimés, nous échappent. Outils qui renferment à la fois l'instant et l'éternité.
Commenter  J’apprécie          150
Musardise   29 novembre 2014
Kitchen de Banana Yoshimoto
" Ta grippe, a dit calmement Urara en baissant un peu les paupières, est en ce moment dans sa phase la plus dure. C'est sans doute même plus pénible que la mort. Mais après, les choses ne vont sans doute plus empirer. Parce que les limites de chacun ne varient pas. Peut-être que attraperas encore des tas de grippes, et que tu auras à affronter d'autres moments comme ceux-ci, mais si tu t'accroches, ce ne sera jamais plus éprouvant que cette fois. Bien sûr, on peut se décourager à l'idée que les ennuis vont de répéter, mais on eut aussi penser que ce n'est pas plus grave que ça, et alors les choses deviennent moins pénibles, non ? " Et elle m'a souri.

Les yeux ronds, je suis restée muette. Est-ce qu'elle me parlait uniquement de la grippe ? Est-ce qu'elle essayait de me dire autre chose ? ... Le bleu de l'aube et la fièvre embrumaient tout, et je ne distinguais plus clairement le rêve de la réalité. Tout en gravant ses mots dans mon cœur, je regardais vaguement sa frange qui frémissait dans la brise.



Moonlight shadow
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La Vraie Vie de Adeline Dieudonné - Facile

Quel est la pièce maitresse de la collection de chasse de "papa" ?

une hyène empaillée
une défense d’éléphant
un lion entier
une tête d'impala

10 questions
129 lecteurs ont répondu
Thème : La Vraie Vie de Adeline DieudonnéCréer un quiz sur cet auteur