AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.28 /5 (sur 57 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Barbara Demick est journaliste.

Elle a été professeur invité à l'Université de Princeton en 2006-2007.

Elle a été correspondante de 2001 à 2008 du Los Angeles Times à Séoul, en Corée du Sud.

Elle est devenu chef du bureau à Pékin du Los Angeles Times au début de 2009.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
ssstella   23 janvier 2017
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick
Dans une certaine mesure, toutes les dictatures se ressemblent. De l'Union soviétique de Staline jusqu'à la Chine maoïste, de la Roumanie de Ceaucescu à l'Irak de Saddam Hussein, ces régimes affichent la même pompe : les statues à chaque carrefour, les portraits accrochés dans chaque bureau, les montres-bracelets à l'effigie du tyran. Kim Il-sung, néanmoins, hissa le culte de la personnalité à un stade nouveau. Ce qui le distingue dans la sinistre galerie des dictateurs du XXe siècle, c'est peut-être sa capacité à exploiter le pourvoir de la foi. Kim Il-sung comprenait indubitablement la puissance de la religion. ... Une fois au pouvoir, Kim Il-sung ferma les églises, bannit la Bible, déporta les fidèles dans l'arrière-pays et s'appropria l'imagerie et dogme chrétiens à des fins d'autopromotion.

[...]

La Corée du Nord invite à la parodie. On se moque des excès de la propagande et de la crédulité du peuple. Toutefois, quand on sait que l'endoctrinement commence dès l'enfance, pendant les quatorze heures passées dans les garderies des usines ; que pendant les cinquante années suivantes, chaque chanson, film, article et affiche sont uniquement conçus pour déifier Kim Il-sung ; et que le pays reste hermétiquement clos à tout ce qui pourrait jeter le doute sur la divinité de Kim Il-sung... Qui pourrait vraiment y résister ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
ssstella   09 février 2017
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick
Bientôt, le pays s'engagea dans un cercle vicieux. Sans pétrole ni matières premières à bas prix, impossible de faire tourner les usines et donc d'exporter. Sans exportation, pas de devises et sans devises, impossible d'importer du pétrole. Sans pétrole, pas de courant. Or les mines de charbon ne pouvaient fonctionner sans électricité parce qu'il fallait des pompes électriques pour siphonner l'eau. La pénurie de charbon aggrava la pénurie de courant qui, à son tour, eut un impact négatif sur la production agricole, car les fermes collectives avaient, elles aussi, besoin de courant. Comme il n'avait jamais été facile d'arracher aux terres misérables du Nord de quoi nourrir vingt-trois millions d'habitants, des techniques agricoles avaient été développées pour augmenter les rendements. Elles se fondaient sur des systèmes d'irrigation électrique et sur des engrais et des pesticides de synthèse, conçus dans les usines désormais fermées en raison de la pénurie de pétrole et de matière premières. La Corée du Nord se mit à manquer de nourriture. Les habitants mal nourris n'avaient plus la force de travailler. La production s'écroula d'autant. L'économie du pays était en chute libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
Nastie92   13 mai 2014
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick
Les étudiants et intellectuels nord-coréens ne se risquent pas à s'organiser en opposition comme le firent leurs homologues des autres pays communistes. Pas de printemps de Prague ou de place Tian'anmen. Le niveau de répression est tel, en Corée du Nord, qu'aucune résistance n'a jamais germé. Toute activité dirigée contre le gouvernement entraîne des conséquences sinistres à l'encontre du protestataire, mais aussi de sa famille plus ou moins proche. Dans un régime qui cherche à purger le sang impur sur trois générations, la punition s'étend aux parents, grands-parents, frères, sœurs, nièces, neveux et cousins. "Beaucoup de gens pensent que, quitte à se sacrifier, autant donner sa vie pour chasser ce régime totalitaire. Mais vous n'êtes pas le seul puni. Et votre famille vivra un enfer", m'a confié un transfuge.

Commenter  J’apprécie          190
Annette55   12 février 2019
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick
« Lors de ses fréquentes visites à la gare Ferroviaire de Chongjin, Mme Song croisa sans doute un garçon portant l’uniforme indigo des ouvriers ; un bleu de chauffe si grand que l’entre- jambe lui tombait sous les genoux. Ses cheveux crasseux grouillaient de poux. A la place de chaussures , il avait enveloppé ses pieds dans des sacs en vinyle. Difficile de lui donner un âge : à quatorze ans , il faisait à peine la taille d’un petit Américain de Huit ans .... »
Commenter  J’apprécie          192
Nastie92   03 mai 2014
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick
Dans la maison de Mme Song, comme dans toutes les maisons du pays, des portraits du "cher dirigeant" sont accrochés aux murs à l'exclusion de toute autre décoration, car il est strictement interdit d'y suspendre autre chose, y compris des photographies de famille. Kim Il-sung incarnait la seule famille dont les Nord- Coréens avaient besoin, jusque dans les années quatre-vingt, lorsque les portraits de Kim Jong-Il, nouveau secrétaire du parti, l'y rejoignirent. Ensuite arriva le troisième cliché officiel : le père et le fils réunis. Les quotidiens aiment à raconter des faits divers dans lesquels des citoyens héroïques perdent la vie en sauvant ces fameuses images des flots ou des flammes. Le Parti du Travail les distribue gratuitement. Derrière le cadre se cache une petit boîte dans laquelle se trouve le tissu blanc qui servira à épousseter et uniquement à l'épousseter. Ce qui devient crucial lors de la saison des pluies pour éviter que la moisissure s'infiltre sous le verre car, une fois par mois environ, des agents de la Police des normes publiques peuvent s'inviter à l'improviste afin de vérifier leur propreté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Nastie92   29 avril 2014
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick
(Dr Kim a fui la Corée du Nord en traversant le fleuve Tumen, qui sépare son pays de la Chine)

Elle repéra un chemin de terre qui menait aux premières fermes. La plupart étaient entourées de hauts murs, closes par un portail métallique. Elle en essaya un qui se révéla ouvert. Elle le poussa et glissa la tête pour jeter un œil à l'intérieur. Par terre, elle vit une gamelle en fer remplie de nourriture. Elle regarda de plus près. Du riz. Du riz blanc, avec des morceaux de viande. Elle ne se rappelait plus la dernière fois qu'elle en avait vu. Que faisait un bol de riz par terre ? Elle le compris à l'instant même où le chien se mit à aboyer.

Jusqu'à ce moment-là, une partie d'elle-même aurait souhaité que la Chine fût aussi pauvre que la Corée du Nord. Elle voulait toujours croire que sa patrie était le plus beau pays du monde. Les croyances qu'elle avait entretenues sa vie entière seraient justifiées. Mais elle ne pouvait plus nier ce qu'elle voyait de ses propres yeux : les chiens chinois étaient mieux traités que des médecins coréens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastie92   09 avril 2014
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick
En 1991, au moment où la Corée du Sud devenait le plus grand exportateur de téléphones portables, très peu de Nord-Coréens avaient un jour touché un combiné fixe. Il fallait se déplacer à la poste pour passer un coup de fil. Mais on devait aussi s'armer de patience pour envoyer une lettre. Le papier restait une denrée rare. On écrivait généralement sur du papier journal, dans la marge. Les feuilles qu'on trouvait dans les magasins d’État étaient faites à partir de l'enveloppe du maïs et avaient tendance à se déchirer très facilement. [...] Enfin, pour faire les quatre cents kilomètres qui séparaient Pyongyang et Chongjin, une missive mettait parfois un bon mois.
Commenter  J’apprécie          140
Nastie92   22 avril 2014
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick
Les transfuges nord-coréens ont souvent du mal à se fixer. Difficile en effet pour un rescapé d'un pays totalitaire de vivre dans le monde libre. Les réfugiés doivent se redécouvrir dans un espace offrant des possibilités infinies. Choisir l'endroit où l'on vit, que faire, ou même quels vêtements enfiler le matin, demeure parfois ardu pour quelqu'un d'habitué à des choix imposés. Ces dilemmes sont capables de paralyser ceux dont les décisions ont été prises toute leur vie durant par un gouvernement.
Commenter  J’apprécie          120
ssstella   17 mai 2017
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick


"Kim Jong-il se fiche de mettre à genoux le reste du pays. Il estime que les missiles et les armes nucléaires sont le seul moyen de conserver le pouvoir", m'a expliqqué Kim Dok-hong, un important transfuge de Pyongang, dans un entretien à Séoul en 2006.

Pourtant, le moment était vraiment très mal choisi. Kim Jong-il voyait que la guerre froide touchait à sa fin, mais il ne parut pas comprendre que ses anciens protecteurs communistes s'intéresseraient désormais davantage à l'argent qu'au financement d'une dictature anachronique cultivant des ambitions nucléaires. L'économie de l'ennemi héréditaire, la Corée du Sud, faisait la course en tête depuis le milieu des années soixante-dix ; la décennie suivante, la Corée du Nord mordait la poussière. Peu importe la solidarité communiste, Chine et Union soviétique voulaient commercer avec Hyundai ou Samsung, pas avec les monopoles publics du Nord qui ne payaient pas leurs factures rubis sur l'ongle. En 1990, un an avant sa chute, l'Union soviétique établit des relations diplomatiques avec la Corée du Sud, une formidable gifle administrée à Pyongyang. La Chine allait suivre deux ans plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          116
Nastie92   11 mai 2014
Vies ordinaires en Corée du nord de Barbara Demick
Kim Il-sung a crée la société la plus anticonsumériste du XXe siècle. Partout ailleurs en Asie, les marchés abondent où grouillent chalands et marchandises. Pas en Corée du Nord. Les boutiques les plus célèbres du pays se trouvent à Pyongyang et portent l'appellation riante "Grand Magasin n°1" et "Grand Magasin n°2". Les marchandises qu'ils proposent sont aussi affriolantes que leur nom. Lorsque je les ai visités en 2005, au cours d'un séjour à Pyongyang, j'ai vu des bicyclettes chinoises au rez-de-chaussée, mais je n'ai pas réussi à savoir si elles étaient à vendre ou bien seulement en exposition pour impressionner les étrangers. Dans les années quatre-vingt-dix, des visiteurs ont remarqué des fruits et des légumes en plastique, exhibés sans doute pour épater les "touristes", spécialistes du lèche-vitrine.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les citations appréciées de Babelio

La vie est une combinaison de magie et de pâtes.

Federico Fellini
Federico Bahamontes

16 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : cannibalismeCréer un quiz sur cet auteur