AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.49 /5 (sur 176 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Angleterre , le 24/12/1962
Biographie :

Belinda Bauer est une journaliste, scénariste et écrivaine britannique, auteure de roman policier.

Elle grandit en Angleterre et en Afrique du Sud. Elle a travaillé comme journaliste freelance puis comme scénariste aux États-Unis.

Elle remporte le Carl Foreman/Bafta Award remis à un jeune scénariste britannique, pour son premier scénario de "The Locker Room" et fait une carrière de scénariste tout en démarrant une carrière en littérature.

Une de ses premières nouvelles "Mysteries Ways" a été parmi les finalistes de la Rhip Davies Short Story Competition, elle y raconte l'histoire d'une jeune fille perdue au milieu du désert avec trente mille bibles à vendre.

Installée à Cardiff, au Pays de Galles, elle a travaillé comme journaliste et scénariste pour la BBC.

En 2009, Belinda Bauer publie son premier roman "Sous les bruyères" (Blacklands"), un thriller adapté d'un de ses premier scénarios, avec lequel elle remporte le Gold Dagger Award en 2010.

Le "Cadavre 19" (Rubbernecker, 2013), son quatrième roman, a obtenu le Theakston's Old Peculier Crime Novel of the Year Award 2014.

En 2018, "Snap", son huitième roman, a été en lice pour le prestigieux Man Booker Prize.

page Facebook : https://www.facebook.com/BelindaBauerBooks



+ Voir plus
Source : Fleuve Noir
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Belinda Bauer introduces her novel, Rubbernecker
Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaoui   15 octobre 2014
Cadavre 19 de Belinda Bauer
Mourir n’est pas aussi facile qu’il y paraît dans les films.

Au cinéma, une voiture dérape sur la glace et se retrouve de l’autre côté de la route, en équilibre instable au bord de la falaise.Elle tombe, fait des tonneaux, et ses portes se détachent ; elle se plie et rebondit en arc de cercle – une fois, deux fois – pour finir par s’écraser contre un arbre, les roues en l’air, comme une tortue fumante. Les autres conducteurs pilent, se ruent vers le précipice en laissant leur portière ouverte, et regardent avec horreur la voiture… qui s’immobilise enfin dans un effet dramatique, avant de prendre feu.Les gens reculent, ils se protègent le visage, se détournent.

Au cinéma, on n’a même pas besoin de le préciser : le conducteur est mort.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   16 octobre 2014
Sous les bruyères de Belinda Bauer
La nudité intégrale est synonyme de confiscation immédiate. Comme tout acte indécent ou simulation, elles sont sujettes à sanction. Ces images doivent être détruites, et quand la « femme » du détenu s’avère être un thon, elles le sont en effet – après être passées de main en main à la cantine du personnel et avoir déclenché moult commentaires désobligeants. Dans ce genre de cas, le prisonnier concerné reçoit son courrier avec l’étiquette : « Contenu confisqué ».
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   15 octobre 2014
Cadavre 19 de Belinda Bauer
Même si c’est un mensonge gros comme une maison, je progresse, c’est indéniable. La langue est un organe magnifique.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaoui   16 octobre 2014
Sous les bruyères de Belinda Bauer
Ce n’est pas un fantasme fugitif, résultant d’un vain espoir : c’est une progression réelle, fruit de mois de réflexions menées avec soin. Le tueur représente un joker qu’il ne peut utiliser qu’une seule fois. S’il rate son coup, c’est terminé. Soit il met un terme définitif aux recherches qui ont donné un sens à sa vie, soit il poursuit ad nauseam ses fouilles, jusqu’à la vieillesse, comme ce vieux clochard, qui fourrage dans les poubelles des autres.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   15 octobre 2014
Cadavre 19 de Belinda Bauer
Les mauvais patients dans le coma, eux, passaient la nuit à pleurer, s’étranglaient en ingérant leur porridge, aussi léger soit-il, ou agrippaient leur tour de lit et le secouaient dans un bruit de ferraille comme les barreaux d’une vieille cage. Ils hurlaient, se débattaient et vous touchaient parfois avec leur poing ou leur pied. Ils se souillaient alors qu’on venait de leur changer leur couche – juste pour emmerder le monde, apparemment
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   15 octobre 2014
Cadavre 19 de Belinda Bauer
En ce moment, rien n’est plus important pour moi que d’arriver à parler et à manger. Il y a des mots que j’ai besoin de dire, des questions auxquelles j’ai besoin qu’on réponde. Si ma langue parvient à fonctionner, j’aurai un avenir au-delà de ces horripilants claviers virtuels, des clignements d’yeux codés et de cette nourriture insipide. Du coup, je consacre ma demi-vie à retrouver l’usage de ma langue.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   15 octobre 2014
Cadavre 19 de Belinda Bauer
J’aime ces exercices. Comme ils m’épuisent, je dors mieux. Et quand les médecins me donnent une pichenette ou amènent leurs étudiants au visage poupin, et qu’ils se placent tous en fer à cheval autour de mon lit pour voir tout ce que la vie peut avoir d’horrible, j’inspire et expire comme une baleine en train de mettre bas, pour ne plus penser à la raison de ma présence ici et aux gens que j’ai perdus.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   16 octobre 2014
Sous les bruyères de Belinda Bauer
C’est Avery qui voit les choses telles qu’elles sont, dans leur ensemble. Lui seul reconnaît la juste valeur de la vie humaine – c’est-à-dire rien. Que l’ôter ou la laisser, ça ne change pas grand-chose. Que la conscience n’est qu’un frein au plaisir qu’on s’impose à soi-même. Que la souffrance est transitoire, et qu’un million d’enfants pourraient périr sous la torture en un clin d’œil cosmique.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   16 octobre 2014
Sous les bruyères de Belinda Bauer
Le tueur aime tout ce qui touche à ce matériau. L’odeur de la sciure, la douceur chaleureuse du grain, cette espèce d’alchimie quand la planche se transforme en chaise, en table ou banc. Mais surtout, il aime passer des heures à s’occuper sans avoir besoin de réfléchir, ce qui laisse toute latitude à sa pensée pour folâtrer alors même qu’il œuvre à sa libération, au retour vers le nirvana.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaoui   16 octobre 2014
Sous les bruyères de Belinda Bauer
Il adore son épouse. Elle lui manque tellement, que parfois il en a mal. Il la désire, il l’a toujours désirée, et jamais il n’a regardé une autre femme depuis qu’il la connaît. Pour lui, le pire dans le fait d’être incarcéré, ce n’est pas d’être enfermé dans une cellule, mais la crainte que peu à peu elle s’éloigne de lui ; que ses visites s’espacent ; et qu’un jour enfin, il se retrouve dans cette même salle, face à un avocat venu lui apporter une demande de divorce.
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..