AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.74 /5 (sur 34 notes)

Nationalité : Australie
Biographie :

Ancienne Infirmière australienne, auteure, chanteuse, auteure de chansons et professeur d'écriture de chanson

Elle a écrit le bestseller "The Top Five Regrets of the Dying – A Life Transformed by the Dearly Departing", traduit en de nombreuses langues.

En tant qu'infirmière, elle s’est occupée pendant des années de personnes en fin de vie

2014 "Your Year for Change"

Ajouter des informations
Bibliographie de Bronnie Ware   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bronnie Ware, infirmière en soins palliatifs, a posé cette délicate question aux patients qu'elle a accompagnés durant leurs dernières semaines, et avec lesquels elle a tissé des liens profonds. Émue par leurs réponses sincères et authentiques, mais aussi bouleversée par la similitude de leurs témoignages, l'auteur a souhaité les partager au travers de cet ouvrage intense qui nous fait tous réfléchir sur le sens à donner à notre vie... Un livre courageux, essentiel, qui nous invite à mener une vie au plus près de nos aspirations...


Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
Herve39   26 mars 2021
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
Notre société a exclu la mort, comme pour démentir son existence. Ce déni laisse la personne mourante, ainsi que la famille ou les amis, totalement désarmés devant une chose qui est pourtant inévitable. Nous allons tous mourir. Mais au lieu de reconnaître la réalité de la mort, nous cherchons à la dissimuler. C’est comme si nous essayions de nous convaincre que « loin des yeux, loin du coeur » fonctionne véritablement. Mais ce n’est pas le cas, parce que nous continuons à chercher à nous valoriser par le biais de notre vie matérielle liée à une attitude de crainte.
Commenter  J’apprécie          70
Samantha_Babelio   22 novembre 2018
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
Quand nous naissons, nous brillons de tous nos feux et nous apportons une grande clarté et le bonheur à tous. Les gens s’émerveillent devant notre beauté et notre lumière. Puis, au fil des années, on commence à nous jeter des ordures. Ces saletés ne sont pas les nôtres. Ce sont les leurs, elles appartiennent à ceux que qui nous les envoient. Cependant, ils nous les lancent avec violence. Puis, plus tard, ce n’est plus seulement ceux qui nous sont proches qui nous lancent ces ordures ; ce sont nos camarades de classe, nos collègues, la société et un grand nombre de ceux que nous croisons. Nous réagissons tous différemment : certains deviennent des victimes, d’autres des tyrans ; les uns les prennent pour eux et elles restent à l’intérieur pendant longtemps, les autres semblent lâcher prise naturellement. Quoi qu’il en soit, ces ordures empêchent notre lumière et notre bonté originelle de briller de façon optimale. Tant de gens nous lancent des saletés que nous commençons à imaginer qu’ils doivent avoir raison. Nous les rejoignons donc et commençons à nous en lancer à notre tour. Pourquoi pas ? Les lanceurs de saletés ne doivent pas tous avoir tort, après tout. Si je m’en jette à moi-même, alors ce doit être normal et juste d’en jeter aussi aux autres. Oui, j’en enverrai encore plus et je continuerai à laisser les autres m’en envoyer. A la fin, vous vous retrouverez couvert de tant de saletés, que non seulement vous ployez sous leur poids, mais votre lumière a complètement disparu aux yeux de tous. Chaque centimètre de vous est recouvert d’immondices que vous avez reçues des autres pour la plupart, mais aussi que vous vous êtes jetées à vous-mêmes en les rejoignant. Puis, un jour, vous vous rappelez qu’il y avait une fois une merveilleuse lumière qui rayonnait en vous. Mais tout est resté si longtemps dans l’obscurité que vous avez du mal à vous souvenir de cette partie de vous-même. Vous pouvez toutefois encore la ressentir dans des moments de tranquillité et de solitude. L’éclat chaleureux n’a jamais cessé de briller, malgré l’obscurité qui vous entoure. Vous prenez conscience que vous voulez rayonner à nouveau. Vous voulez vous rappelez qui vous êtes quand vous ne portez pas sur vous les ordures des autres ou les vôtres. Vous commencez alors à dire que vous en avez assez. Vous cessez de permettre aux autres de vous jeter des saletés. Ils n’aiment pas cela. Mais vous êtes déterminé et vous vous mettez hors d’atteinte des lanceurs d’immondices. Lentement, vous commencez à frotter très légèrement pour en enlever un peu. Mais cela exige une immense tendresse, car vous êtes extrêmement fragile dessous. Si vous tentez de le faire trop brutalement et trop rapidement, vous vous détruirez et ne reconnaîtrez plus jamais votre lumière. Vous œuvrez donc lentement et patiemment à ce nettoyage. Un minuscule rayon de lumière apparaît et vous donne un aperçu de votre propre beauté. C’est très agréable. Puis quelqu’un vous jette à nouveau des ordures et vous devez recommencer à nettoyer. Vous essuyez donc ce nouvel amas et continuez à récurer. Cependant, effrayé par ce que vous voyez, vous recommencez à en vous en jeter. Vous ne méritez pas de rayonner si fort. Tiens, prends encore ça ! Mais la lumière a eu un nouvel aperçu de l’extérieur et commence à briller plus fort. Elle veut être vue. Au fur et à mesure qu’un peu de lumière commence à rayonner au-dehors, vous vous sentez mieux. Elle vous donne un avant-goût de ce que serait la vie si vous étiez libre de tout le poids que vous portez. Cela vous permet de prendre conscience de ce que portent aussi les autres et de faire naître la compassion. Vous décidez qu’à partir de maintenant, vous ne jetterez plus de saletés sur les autres. Après tout, comment pourrions-nous briller de tous nos feux si nous continuons à nous en lancer dans tous les coins ? Vous revenez donc travailler sur vous-même et, doucement, en nettoyez chaque fois un peu plus. Mais l’enthousiasme se renforce chaque fois qu’une autre proche de lumière parvient à percer et que vous apercevez une autre vision fugitive de votre propre beauté et rayonnement. Vous êtes de temps en temps tentés d’en jeter un peu plus sur vous ou sur les autres, étant donné que vous en avez pris l’habitude pendant pratiquement toute votre vie. Mais vous voyez maintenant combien les petits rayons de lumière qui sortent de vous peuvent aider les autres et les rendre à leur tour plus courageux. Ils commencent à nettoyer un peu de leurs propres saletés. Ils doivent aussi se montrer très doux, étant donné que chacun est délicat et fragile dessous et peut se détruire facilement. Vous voulez les aider à se nettoyer. Mais ils doivent le faire eux-mêmes, car ils sont les seuls à connaître leur fragilité sous-jacente. Sans doute pourrez-vous les aider en leur montrant comment vous avez fait. Mais c’est à eux de faire le travail, à leur propre rythme et à leur propre façon. Et personne n’a le courage ou la force de le faire d’un seul coup. C’est pourquoi vous êtes patient, respectueux et empli de compassion, car vous comprenez maintenant que ce peut-être une expérience très douloureuse et effrayante. Vous vous sentez bien à l’intérieur. C’est une nouvelle sensation que vous appréciez beaucoup. Vous cessez enfin et pour toujours de vous jeter des immondices, parce que vous commencez à aimer la beauté que vous avez découverte, tandis que votre lumière continue à briller de plus belle. Des rayons lumineux sortent maintenant de vous dans toutes les directions. Cependant, d’anciennes ordures continuent à adhérer, ce sont les plus difficiles à nettoyer. Elles se sont confortablement accumulées au cours des décennies, soyez-en remercié. Elles ne veulent pas partir. Plus vous vous rapprochez du verre, plus vous devez frotter délicatement. Et plus la saleté est tenace et déterminée. Le travail a été dur et vous êtes épuisé. Vous vous êtes déjà amélioré par rapport à ce que vous étiez. Peut-être est-ce suffisant ? Peut-être puis-je vivre avec cette dernière couche de saleté et me contenter de briller de tous vos feux. Elle vous confère donc plus de force pour nettoyer le reste. Finalement, vous avez réussi et votre rayonnement étonne les gens, en particulier vous-même. Vous n’imaginiez pas que vous étiez aussi beau ni que vous brilliez avec autant d’éclat. Maintenant, quand vous sortez avec d’autres globes de lumière, ceux-ci veulent aussi rayonner en voyant votre beauté qui leur rappelle qu’ils ont ce même potentiel en eux. Ils l’avaient simplement oublié à cause de toute la saleté qui le recouvrait. Quelques globes de lumière pensent que c’est trop difficile de laisser voir leur lumière. Ils se rassemblent donc dans l’ombre, essayant de se convaincre et de convaincre les autres qu’ils sont heureux ainsi. « Qui a besoin de travailler si dur alors que nous nous sommes habitués à porter nos immondices ? Pourquoi ? J’aime les choses telles qu’elles sont, disent-ils, et je continuerai à lancer des ordures autour de moi. Je vais illico en jeter sur ces lumières éclatantes qui sont heureuses et qui s’amusent là-bas. Comment osent-ils s’amuser autant ? » Les globes noirs sortent donc avec toutes les ordures qu’ils peuvent amasser et commencent à les envoyer. Ils agissent mieux en groupe, ils se sentent en sécurité lorsqu’ils sont plusieurs. Toutefois, leur vision n’est plus aussi claire, car tout est devenu lumineux en conséquence du nettoyage qui s’opère. Ils aperçoivent alors quelques globes de lumière qui ont presque terminé de lessiver leurs saletés et qui resplendissent de lumière et de joie. Ils se mettent à leur lancer des poignées d’immondices mais celles-ci ne tiennent pas. Que se passe-t-il ? D’habitude, elles adhèrent. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que, même si la lumière est restée cachée pendant toutes ces années, elle a continué de croître à l’intérieur. Elle brille maintenant si chaleureusement et si vivement que les saletés n’ont plus aucune possibilité d’adhérer. Elles glissent et vont s’écraser à terre, sans même laisser de marque ni d’empreinte. Il en est de même de votre propre rayonnement. Vous posséder en vous une lumière merveilleuse et potentiellement éclatante. Mais vous devez faire preuve de patience et de tendresse envers vous-même pour nettoyer toutes les saletés que vous portez depuis des décennies. Chaque fois que vous en enlevez un morceau, une petite partie de votre vrai moi est révélée et perce à travers l’obscurité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
Herve39   04 août 2021
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
Il faut une grande force morale et un grand courage pour générer de grands changements. Plus vous demeurez dans un milieu inadéquat et restez donc le produit de cet environnement, plus vous repoussez l'opportunité de connaître le vrai bonheur et la véritable satisfaction. La vie est trop courte pour se contenter de la regarder passer sous prétexte de la peur qui pourrait pourtant être vaincue, à condition de l'affronter.
Commenter  J’apprécie          60
PetitesLecturesDeC   03 janvier 2014
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
Il y a peut-être eu des moments où j'ai pensé que je n'aimais pas certaines personnes dans ma vie. Mais je comprenais maintenant que ce n'était que leur comportement et leurs paroles qui me déplaisaient. J'étais maintenant capable d'aimer leur cœur innocent, ce cœur qui avait un jour pensé que le monde lui apporterait le bonheur et prendrait soin de lui. Dans le cas contraire, ils ressentaient de la souffrance et leur douleur et leur déception les poussaient à réagir de façon malsaine. Je n'étais pas différente. J'avais aussi causé de la souffrance aux autres, par le biais de ma propre souffrance, de ma propre déception de ne pas avoir vu la vie tourner comme je l'espérais. Cette petite fille dont la confiance avait été brisée en étant exposée à la souffrance des autres avaient alors réagi avec la sienne propre.
Commenter  J’apprécie          30
Herve39   18 mai 2021
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
Jouer la victime est une perte de temps nocive qui non seulement repousse les autres, mais empêche aussi la victime de connaître le véritable bonheur. Personne ne nous doit quoi que ce soit, répéta-t-elle. La seule chose que nous avons à faire est de nous bouger le postérieur, compter nos bénédictions et affronter nos défis. Si vous vivez selon cette optique, les cadeaux ne cessent de venir à vous.
Commenter  J’apprécie          30
torezu   03 décembre 2019
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
Depression is the name given to it in modern society. But it is, in fact, a time and opportunity for spiritual transformation and awakening. It may be a breakdown, but it can also be a breakthrough, if approached with determination, the willingness to surrender, and faith. Of course, this doesn’t actually make it fun.
Commenter  J’apprécie          20
torezu   27 novembre 2019
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
‘Why are you happy?’ Rosemary asked one morning [...] I smiled at the question, thinking how far I had come myself to be even asked such a question. Considering what I had been going through [...] ‘Because happiness is a choice, Rosemary, and one I try to make every day. Some days I can’t. Like you, I’ve had a hard life; in different ways, but still hard. But rather than dwelling on what’s wrong and how hard I’ve done it, I try to find the blessings in each day and appreciate the moment I am in, as much as I can,’ I told her honestly. ‘We have the freedom to choose what we focus on. I try to choose the positive stuff, like getting to know you, like doing work I love, not being under pressure to reach sales targets, and appreciating my health and every day of being alive.’
Commenter  J’apprécie          10
torezu   22 novembre 2019
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
‘Yes. So much is held back by pride, apathy, fear of reprisal or humiliation. But it also takes a lot of courage sometimes Jude, and we are not always strong enough to do this.’ ‘Yes, it takes courage, Bronnie,’ Jude continued. ‘That’s the point I am trying to make. It takes courage to express your feelings, particularly if you are not doing okay and need assistance, or if you’ve never expressed honest feelings to someone you love and don’t know how it will be received. But the more you practise sharing your feelings, whatever they are, the better things become. Pride is such a waste of time. Honestly, look at me now. I can’t even wipe my own bum. What does it matter? We are all human. We are allowed to be vulnerable too. It is a part of the process.’
Commenter  J’apprécie          10
torezu   22 novembre 2019
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
It is easy for us all to assume we will live forever, but life doesn’t work that way. Through the storms of life, some young ones will always go. Like flowers blossoming, not yet ripened into fruit, they will be taken away before they can realise their full potential. Others will make it through to full maturity and go out at their best. Still others will live past their prime and slowly degenerate over the years. While it is often referred to as dying before their time, it isn’t really. We all go when it is our own time. Millions of people are not destined to live a long life. It is the assumption we will all live forever, or at least until a very advanced age, that brings so much shock and despair when someone young dies.
Commenter  J’apprécie          10
torezu   10 novembre 2019
Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware
I hated this part of my life, this compulsion to always throw caution to the wind and create such challenging situations for myself, time and time again. Yet it was also addictive. Each time I did this, I challenged my fears head-on and somehow I always, always landed on my feet again. In some ways each leap of faith became harder, as it brought me closer to the core of my deepest fears. Yet each leap also became easier. I had tested my faith to the limit on numerous occasions previously and had gained wisdom and a stronger faith in myself through the process. Life also made more sense to me this way, regardless of how hard it was at times. I just didn’t fit in with the way conventional society works.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Peintures

Qui a peint le célèbre tableau "Naissance de Vénus" ?

M. Grünewald
Véronèse
Giotto
Botticelli

12 questions
4 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur