AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Docteur ès-lettres, historien de la littérature, professeur de littérature contemporaine en retraite, Bruno Vercier a enseigné à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle.

Il a signé l’appareil critique de nombreuses rééditions de textes de Pierre Loti, ainsi que de Raymond Radiguet et Charles-Louis Philippe (aux éditions Flammarion et Gallimard).

Il est notamment l’éditeur de "La mère et l’enfant" (1983) dans la collection Folio classique (n° 1509).
Il préside l’Association pour la Maison de Pierre Loti.

Spécialiste de l’autobiographie et du journal intime, il est co-auteur de plusieurs ouvrages sur la litté­rature française contemporaine (aux éditions Bordas).


Ajouter des informations
Bibliographie de Bruno Vercier   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bruno Vercier à la fête du livre à Toulon.

Podcast (1)


Citations et extraits (9) Ajouter une citation
gill   15 janvier 2014
La littérature en France depuis 1945 de Bruno Vercier
Les années d'après-guerre sont des années fécondes pour le théâtre.

Mais l'intérêt porté à des sujets nouveaux et d'actualité masque quelque temps ce que les formes et les moyens utilisés ont alors de traditionnel.

Peu à peu, pourtant, sans manifestation tapageuse, un autre théâtre apparaît.

Dans les années 50, il s'impose au grand public.

Théâtre des Noctambules, Théâtre de Poche, Théâtre de la Huchette, Théâtre du Quartier Latin, Théâtre de Babylone puis Théâtre de Lutèce, ce renouveau est d'abord lié à toute une série de petites salles d'essai, aux moyens matériels très pauvres, situées pour la plupart rive gauche.

Le public, lui, se réduit à une poignée d'intellectuels et à quelques étudiants en quête de nouveauté.

Rien de populaire au départ, une expérience en vase los et ce caractère ne disparaîtra jamais totalement malgré les succès plus larges obtenus quelques années après chez Barrault, à l'Odéon -Théâtre de France, par une pièce comme "Rhinocéros" d'Ionesco par exemple....

(extrait du chapitre XXIII "Un autre théâtre")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24   17 octobre 2018
La mauvaise fortune : Charles-Louis Philippe de Bruno Vercier
Préface



Charles, son père, sabotier du village de Cérilly, dans l'Allier, avait mendié dans son enfance et puis, à force de travail , avait réussi à sortir de la misère. Son fils, qui meurt en décembre 1909, voudra lui consacrer son dernier livre, - Charles Blanchard-, mais le laissa inachevé. Les éditions de la N.R.F le publieront en 1913, avec une très belle préface de Léon-Paul Fargue pour qui ces chapitres ne sont pas des "études" pour un tableau à venir, mais le tableau lui-même, sans cesse recommencé. Gide, qui imposera la publication des différents états du texte, considère que c'est le plus beau livre de Philippe; il en parle comme du "chantier des tâtonnements incomparables" (p. 12)
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24   21 décembre 2013
La mauvaise fortune : Charles-Louis Philippe de Bruno Vercier
La grandeur de Philippe, aurait pu, aurait dû ajouter Claudel, c'est d'avoir été à la fois au-dessous et au-dessus, l'opprimé et celui qui, par son travail, a réussi à s'élever au-dessus de l'oppression, de la douleur et de la servitude pour dire celles-ci. Philippe n'est pas - à la place de-, il -est- le peuple, le peuple-écrivain entrant de plain-pied en littérature. Et pour cela nous l'aimons infiniment. (p.136)
Commenter  J’apprécie          40
gill   15 janvier 2014
La littérature en France depuis 1945 de Bruno Vercier
Mais qu'est-ce donc, en définitive, que le théâtre de tradition ?

Avant tout, un théâtre littéraire : le texte vaut par lui-même. Certes, la représentation est utile pour transformer ce texte en spectacle, mais elle ne lui ajoute rien d'essentiel.

Il s'agit à coup sûr d'un théâtre lié à la conception humaniste selon laquelle la parole suffit à l'expression et le verbe coïncide avec la pensée : rien dans l'individu qui ne puisse être dit.

Cette primauté du langage implique une hiérarchie des genres. Elle conduit à donner au "Tragique" une place privilégiée, tandis que passent pour des divertissements négligeables le mime et la farce....

(extrait du chapitre XII "le théâtre de tradition")
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24   17 octobre 2018
La mauvaise fortune : Charles-Louis Philippe de Bruno Vercier
Tous les textes ne sont pas aussi violents, mais partout s'exprime ce sentiment de classe auquel Philippe reviendra toujours. Dans son cher Dostoïevski, il a lu qu'en russe, dans un certain contexte, le même mot peut désigner le criminel et le malheureux.

Ces chroniques, comme celles de la Revue blanche, mettent en cause toutes les formes du malheur social: l'enfermement dans les asiles, le statut des domestiques aussi bien que l'injustice des orphelins élevés dans la rue : revoilà le Philippe socialisant de l'Enclos Revue libertaire et anarchiste]- mais avec encore plus d'âpreté et une fascination certaine pour les exclus, marginaux, anarchistes de tout poil. (p. 109)
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24   20 juin 2013
La mauvaise fortune : Charles-Louis Philippe de Bruno Vercier
Se passionner pour un écrivain si singulier, pour son écriture, si peu commune. Admirer, avec peu d'envie, l'invraisemblable énergie du bonhomme, souvent malade, malheureux dans ses amours, mais renaissant sans cesse, transformant en livres toutes les circonstances d'une vie si difficile... Ultime injustice: cette mort si jeune, à trente-cinq ans. (p.21-22)
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24   20 juin 2013
La mauvaise fortune : Charles-Louis Philippe de Bruno Vercier
Toute chose humaine doit être vécue en enthousiasme, il faut se mouvoir au monde comme un enragé, et aimer ses amis par- dessus toute chose vivante.(p.46)
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24   20 juin 2013
La mauvaise fortune : Charles-Louis Philippe de Bruno Vercier
Quand on parle littérature, il n'y a plus de riches et de pauvres. (p.115)
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24   20 juin 2013
La mauvaise fortune : Charles-Louis Philippe de Bruno Vercier
Crier, écrire. Ecrire comme un cri. (p.27)
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Haut les cœurs !🥰 ❤️ ❤️

Qui est l'auteur de la célèbre phrase « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point » ?

Jean-Jacques Rousseau
Voltaire
Blaise Pascal
René Descartes

15 questions
101 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , coeurCréer un quiz sur cet auteur